Un scandale amplifié

Les collègues de CTV et d’autres médias anglophones ont réussi un coup fumant en mettant la main sur les déclarations sous serment de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) dans le cadre de son enquête sur le remboursement d’une dette de 90 000 $ du sénateur Mike Duffy (un ancien chroniqueur de CTV). Le Parti conservateur a les deux mains dans le scandale.

La formation était prête à rembourser à même sa caisse électorale les dépenses inappropriées du sénateur Duffy pour ses frais de séjour et de voyage à l’Île-du-Prince-Edouard, révèlent les documents de la cour.

M. Duffy a un point en commun avec Anne, la célèbre héroïne de la Maison aux pignons verts. Il est, lui aussi, un résidant fictif de l’Île-du-Prince-Édouard. Il a réclamé au Sénat plus de 90 000 $ pour ses prétendues allées et venues entre Ottawa et Cavendish, un village rural où se situe justement l’action du roman de Lucy Maud Montgomery. Pourtant, il restait à 22 kilomètres de la Colline parlementaire.

Les conservateurs estimaient les dépenses à 32 000 $. Ils sont ravisés lorsqu’ils ont découvert qu’elles étaient plutôt de 90 000 $. C’est à ce moment que le chef de cabinet du premier ministre, Nigel Wright, est intervenu pour rembourser lui-même le sénateur plongé dans l’embarras. M. Wright a dû démissionner en raison de cette controverse qui n’en finit plus de grossir.

Dans le cadre de son enquête pour fraude et abus de confiance, la GRC soupçonne que MM. Wright et Duffy se seraient entendus à la fois sur le remboursement de 90 000 $ et la confection d’un rapport du Sénat qui exonérerait le sénateur de tout blâme. Comme de fait, le comité sénatorial chargé d’enquêter sur les réclamations de dépenses avait adouci les conclusions trop sévères à l’égard de M. Duffy.

L’intérêt de M. Wright était purement politique. Il souhaitait que M. Duffy rembourse le Sénat sur-le-champ et qu’il cesse de s’épancher dans les médias. Bref, il voulait enterrer ce scandale au plus vite.

En somme, Nigel Wright et Mike Duffy auraient esquissé les contours de la fraude et de l’abus de confiance envers le gouvernement. Leur entente sur le remboursement de 90 000 $ et la confection d’un rapport mou du Sénat constituent les éléments d’une fraude contre le gouvernement, estime la GRC dans les documents obtenus par les médias. Le sénateur Duffy aurait présenté des demandes de remboursement frauduleuses de manière systémique, note aussi la police fédérale.

La seule bonne nouvelle dans cette sombre histoire, c’est que le premier ministre Stephen Harper ne serait pas au courant des manœuvres, selon les déclarations fournies à la police par les avocats de Nigel Wright. D’autres membres du cabinet du premier ministre auraient été mis dans le coup… Une histoire à suivre, une histoire qui est bien loin de son épilogue.

Le remaniement ministériel et les départs à la retraite de quelques ténors conservateurs, telle que la leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton, ne suffiront pas à dissiper ce profond malaise. On attendait mieux d’un gouvernement qui a pris le pouvoir sur les cendres du scandale des commandites, en faisant la leçon aux libéraux sur des questions d’éthique et de probité.

Laisser un commentaire