« Une guerre est en cours aux États-Unis »

Fatigués d’entendre Sarah Palin? Frustrés de la modération de Barack Obama? Assoiffés d’entendre quelques vérités non-édulcorées ? Alors offrez 13 minutes et neuf secondes de votre temps à notre voisin le Sénateur indépendant (socialiste!) du Vermont, Bernie Sanders. Tous les chiffres qu’il cite sont rigoureusement exacts et non ouverts à débat:

https://www.youtube.com/watch?v=H5OtB298fHY

(Merci à l’alertinternaute Anne D. pour ce signalement.)

Laisser un commentaire

Ce sénateur dénonce, avec raison, la conception de W. Bush et de la grande majorité des Républicains, de ce qui est préférable pour les Américains : Enrichir les riches et laisser périr les pauvres en laissant payer la classe moyenne. Édifiant.

Nos voisins américains sont vraiment devenus une république de bananes. Ils vont trouver le réveil brutal.

Une terrifiante pièce d’anthologie, rien de moins… et le silence devant ces chiffres est tonitruant. À conserver dans les archives et à revoir dans 20 ans (juste pour voir où nous en sommes).

Les ghettos raciaux aux USA sont en guerre depuis toujours ils n’ont jamais cessés de s’exclurent les uns les autres et de se massacrer en massacrant tous leurs voisins dont les Québecois, toute leur économie est basée sur ces guerres sans fin ou tout le monde ment vole et tue.
L’histoire des USA n’est que cela et en s,informant impossible d’y voir autre chose que cette loi des plus violents .

Monsieur le sénateur est-il en train de dire que nous sommes gouvernés par une « gang de malades »?!…

S’cusez-moi, j’ai peut-être pas bien compris, serait-il en proie au délire lui aussi?…

Poutant, Washington, c’est bien sur la même planète que nous!

Nos bons gouvernements s’emparent de notre argent pour « voler » au secours des vampires en tuxedo et ensuite exigent de nous des sacrifices déraisonnables. Couper dans la santé, l’éducation, dans les emplois à temps plein bien rémunérés, cela même quand les gros profits sont au rendez-vous et aussi augmenter les frais, les taxes, ainsi de suite…

Et pour les guerres qu’ils préparent activement, consacrer des milliers de milliards de notre argent sans avoir préalablement obtenu notre consentement.

Ça y est, le délire me reprend!

L’Amérique n’est plus une démocratie, un gouvernement du peuple, mais une oligarchie.

Oligarchie. «Régime politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit groupe de personnes.»

Merci Anne D et M. J. F. Lisée pour ce document qui résume en 13 minutes ce que nous savons depuis longtemps. Les riches de plus en plus riches, la classe moyenne abandonnée à son sort. China China China, M. Sanders a raison.

La réponse n’est pas le socialisme ni la sociale démocratie mais bien le courage.

Comment expliquer qu’une nation aussi puissante que les USA accepte son déclin au profit d’une nation où la liberté est supprimé.

Comment expliquer qu’une nation aussi puissante que les USA n’arrive pas à forcer la Chine à laisser sa monaie flotter de manière à ce que les économies puissent s’ajuster au fur et à mesure que les échanges se multiplient entre les 2 nations.

La réponse n’est pas compliquée ceux qui ont le pouvoir aux USA ce sont les financiers, les banquiers et les industriels qui cherchent avant tout le profit au détriment de la nation qui les a rendue riche.

Triste réalité qui démontre que le Sénat américain et la Chambre sont peuplés par des individus sans courage et sans vision d’avenir justement financés par ceux qui en cause sa perte.

Il me plaît ce voisin du Vermont, j’aimerais bien savoir pourquoi il est indépendant alors qu’il me semble tout à fait aligné avec les idées D. Mais ce que je n’arrive vraiment pas à figurer c’est pourquoi ce n’est pas ce genre de discours qui prends la place de celui des teabagers.

Ce sénateur socialiste indépendant du Vermont donne l’heure exacte où en sont rendus les USA dans leur situation économique et sociale. Cette situation est dramatiquement injuste et ne pourra que les propulser, comme il le dit si bien, dans un régime apparenté à une République de bananes où on trouvera soit que des gens très riches ou très pauvres, suite à l’extinction de la classe moyenne.

Vivement une révolution dans les mentalités afin de sauvegarder la classe moyenne menacée de disparaître.

Je me demande si Harper serait d’accord avec cet homme remarquable. Voilà le genre d’idées qu’il faudrait bien entendre plus souvent ici et partout ailleurs.

Bravo pour cette trouvaille. Ça me réconcilie une tout petit peu avec les USA.

Je n’aurais jamais cru qu’il y eût un tel sénateur aux États-Unis.

En effet, il a dressé un tableau très juste de l’inégale répartition de la richesse dans ce pays.

Cet écart entre les riches et les pauvres n’a jamais été aussi grand.

Merci de nous l’avoir partagé, ce vidéo.

Tiens, les David et Honorable sont bien silencieux tout à coup !

C’est pourtant vrai, ce M. Sanders doit être un méchant communiste …

Merci, M. Lisée pour cette vidéo édifiante.

« La réponse n’est pas compliquée ceux qui ont le pouvoir aux USA ce sont les financiers, les banquiers… »

Et pour eux, les USA ne sont qu’un instrument à leur disposition.

Et les droiteux du Québec et des USA en sont très heureux.

« Affligeant !
But… that’s America : « In GOLD we trust ! » »

Mais est-ce si différent ici ? N’y a-t-il pas quelques points de convergence ?

Deuxième questionnement: Pourquoi alors prend-t-on toujours les États-Unis comme modèle et veut-on à tout prix les imite(frais de scolarité, tarifs d’électricité, le système de santé, etc.) ?

Peut-être que la reprolétarisation des États-Unis dénoncé par le Sén. Sanders va révéler la courbe dite de la coupe de champagne inversée qui représente la cruelle hiérarchie de l’économie mondiale : l’infime minorité au sommet contrôle les ressources dont l’immense majorité est privée.
D’autres pays (Chine, Inde, Brésil) feront croître leur classe moyenne comme les Américains l’ont fait au XXe siècle. Le XXIe siècle leur appartiendra.

J’en ai déjà parlé avant elle….
Le 1% gagne 23% des revenus du pays, plus que 50% de la population!!!!!!
3 millions de super-riches font plus que 150 millions d’Américains.
République de bananes!

Cet homme ne passera JAMAIS à Fox News que tous ceux qui votent pour les républicains regardent béatement!

Je viens de regarder les 13 minutes et quelques et je me suis surpris d’aplaudir son discours à la fin.

Merci M. Lisé pour ce moment d’anthologie.

Certains dirons il faut taxer les riches ce qui veut dire les taxer davantages, d’autres dirons il faut un 4ème palier de taxation et tirer le maximum que l’on peut des riches.

IL serait beaucoup plus déçent de taxer davantage les riches certe mais ça ne changera rien à long terme car le problème réside dans la conspiration Communiste-Capitaliste.

Les super-riches placent déjà leur argent dans des Banques Suisses et des paradis fiscaux achappant ainsi au fisc.

Comment expliquer qu’en moins de 25 ans la Chine soit passer de nation la plus pauvre à super-puissance autrement que par le fait que les industriels Occidentaux, Américains en tête, Japonnais ont déplacé leur industries vers la Chine dans le seul but de faire davantage de profit, de gros profit et d’étendre leur pouvoir et leur monopole à toute la planète.

D’où l’OMC et toute la règlementation qui pénalise les pays prospères qui imposaient certains frais de douanes pour limiter les importations.

D’où le refus de la Chine de laisser flotter sa monnaie.

À qui paie le crime comme disait Néron.

Pendant ce temps, Obama vient, avec entente avec les Républicains, de prolonger les exemptions fiscales y compris celle des riches et ultra-riches. Ce qui privera le trésor Américain des Milliards dont il a besoin pour réduire son déficit et rembourser sa dette. Ca s’appelle s’enliser davantage.

Encore des niaiseries de socialistes. Comme si répéter un mensonge allait finir par en faire une vérité. M’enfin, c’est de cette façon que fonctionne les régime socialiste.

Aux États-Unis, en 1968, le revenu médian des Américains les plus riches était 4,33 fois supérieur au revenu médian des Américains les plus pauvres. En 2004, ce ratio est passé à 5,58 ce qui représente une augmentation de 28,9%.

Par contre, en 1968, le revenu médian (ajusté à l’inflation) des plus pauvres était de 23 100$. En 2004, ce revenu (toujours ajusté à l’inflation) se chiffrait à 27 200$, soit une progression de 17,7%.

Dites-moi, si vous étiez un pauvre à quelle époque préféreriez-vous vivre ? En 1968, les écarts de richesse sont moins marqués, mais votre revenu n’est que 23 100$. En 2004, les écarts de richesse se sont accrus, mais votre revenu est maintenant de 27 200$.

Selon les socialistes les écarts de richesse mettent en péril les fondements de la société. Encore une fois, l’exemple américain montre à quel point cette affirmation est fausse.

Toujours aux États-Unis…

Seulement 43% des enfants élevés dans les ménages les plus riches (le 1er groupe cinquième) ont un salaire supérieur à leurs parents à 36 ans.

Par contre, 82% des enfants élevés dans les ménages les plus pauvres (le 5e groupe cinquième) ont un salaire supérieur à leurs parents à 36 ans.

Les écarts de richesse peuvent bien augmenter, il n’en reste pas moins que la progression du niveau de vie est plus marquée chez les pauvres que chez les riches.

Cette évidence est aussi confirmée par la situation qui prévaut entre les États-Unis et Cuba. Durant les années 80, Cuba était l’un des endroits sur la planète avec le plus faible écart entre les riches et les pauvres (un coefficient de GINI avoisinant 0,2). Pour la même période, les inégalités aux États-Unis étaient beaucoup plus prononcées (coefficient de GINI avoisinant 0,4).

Pourtant, les gens n’immigraient pas des États-Unis vers Cuba, mais de Cuba vers les États-Unis ! Comme quoi l’inégalité dans la richesse est préférable à l’égalité dans la misère !

C’est tellement facile de démolir la propagande socialiste.

Bernie Sanders est un politicien qui détonne des autres politicailleux du Congrès. Le seul hic..ce sont les solutions qu’il propose en matière économique et particulièrement celui des échanges commerciaux. C’est un protectionniste à tout crin! Les gens très à gauche comme Sanders et parfois d’autres très à droite sont souvent en faveur de mesures protectionnistes et de repli sur soi. Il faut se rappeler le Hawley-Smoot Tariff Act des années 30.

Sanders imposerait des tarifs douaniers très élevés. Cela ferait très mal à l’économie canadienne et à nos exportations vers les États-Unis. Les entreprises exportatrices du Québec et les nombreux travailleurs qui dépendent du commerce bilatéral seraient durement affectées. Est-ce le genre de politiciens que nous désirons aux Étas-Unis? Ce ne serait pas dans notre intérêt.

Je ne suis pas certain que Sanders nous apparaîtrait aussi sympathique?

Le Canada et les États-Unis ont profité grandement du libre-échange depuis 1988.Il faut se rappeller à l’époque que les syndicats et l’économiste de la CSN,Pierre Paquette, dénoncaient l’entente en prédisant tous les malheurs au Québec.

Je me souviens des débats houleux en 1988 entre Bernard Landry et Pierre Paquette sur le libre-échange. Force est de constater que Bernard Landry avait raison alors que Paquette était dans le champ gauche.. complètement déconnecté de la réalité économque des entreprises dépendantes du marché américain.

Paquette est le dauphin présumé de Duceppe à Ottawa mais c’est une autre histoire..

@ David

«C’est tellement facile de démolir la propagande socialiste. »

En choisissant 1968 comme point de départ, une période où aucun analyste qui se respecte ne prétend que les revenus des riches augmentaient plus vite que ceux des pauvres, au contraire ! La croissance des inégalités a plutôt commencé vers 1980 avec l’arrivée au pouvoir de Reagan, comme si vous ne le saviez pas…

Et surtout en comparant des hausses de revenus avec des hausses de ratios, bien sûr ! Impayable !

«En 2004, ce ratio est passé à 5,58 ce qui représente une augmentation de 28,9%. »
«Par contre, en 1968, le revenu médian (ajusté à l’inflation) des plus pauvres était de 23 100$. En 2004, ce revenu (toujours ajusté à l’inflation) se chiffrait à 27 200$, soit une progression de 17,7%. »

En supposant que vos chiffres soient justes (vous ne définissez pas ce que vous entendez par «plus riches» et «plus pauvres», et ne fournissez pas de source), si un ratio augmente de 28,9 % par rapport à un revenu qui augmente de 17,7 %, cela signifie une hausse de revenu de 51,7 %. C’est ce 51,7 % qu’il faudrait comparer au 17,7 % (une hausse de revenus avec une hausse de revenus… capice ?), soit trois fois plus !

Et vous parlez de propagande !!! Apprenez à compter et ce sera déjà un début. À moins que vous sachiez compter et faisiez exprès de dire des faussetés. Je vous laisse le choix…

Merci monsieur Lisée de nous avoir permis de visionner l’exceptionnel témoignage de ce brillant sénateur américain indépendant.

Bravo à ce sénateur pour sa lucidité, sa clarté et son courage.

==============

Pour juger encore une fois de l’influence des intermédiaires du pouvoir économique au Québec, patientons encore un peu et nous verrons bientôt dans le budget Charest-Bachand de quelle politique économique le parti libéral actuel se prévaudra et quels sont ceux qu’il favorisera et ceux qu’il sacrifiera.

@David

Je ne suis pas un universitaire, mais votre logique n’est pas très convaincante.

vous dites:
Dites-moi, si vous étiez un pauvre à quelle époque préféreriez-vous vivre ? En 1968, les écarts de richesse sont moins marqués, mais votre revenu n’est que 23 100$. En 2004, les écarts de richesse se sont accrus, mais votre revenu est maintenant de 27 200$
¸
Les choses coûtaient moins cher à l’époque (mon grand-père a acheté une voiture neuve à 3500$ en 1971 qu’il remplissait avec 2$ de pétrole).

Le revenu médian est une donnée trompeuse. Lorsque nous parlons de 1% de la population qui possède plus ou moins de 25% de la richesse créée, nous parlons plutôt d’inégalités entre catégories. Je veux dire que que la distribution de la richesse n’a jamais été aussi inégale entre les propriétaires et les travailleurs. Est-ce parce que notre système économique est inégal? Je crois qu’il devrait être questionné.

Vous dites:
Pourtant, les gens n’immigraient pas des États-Unis vers Cuba, mais de Cuba vers les États-Unis ! Comme quoi l’inégalité dans la richesse est préférable à l’égalité dans la misère !

Encore une fois, c’est comparer de mauvaises données. Comme si des statistiques intérieures se comparaient avantageusement avec des données extérieures. Comme disait Bourassa: quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console. Mais il reste que les États-Unis ont encore une classe moyenne (qui se rétrecit, ce que vous savez sans doute) enviable, en plus d’être essentielle à leur économie. Mais à une époque où l’humanité produit comme jamais, il est étonnant de voir que toute cette richesse se traduit en précarité, pour grand nombre de gens ordinaires, qui travaillent chaque jour. Nous connaissions les inégalités entre les États, mais il est étonnant de voir les frontières se détruire pour une division riche/pauvre dans le pays qui a fait le plus pour maintenir une classe moyenne. Votre logo «don’t tread on me», devrait peut-être être destiné à ceux qui n’auront jamais assez de temps pour dépenser en une heure ce que vous avez besoin pour l’année.

Vous dites:
Toujours aux États-Unis…
Seulement 43% des enfants élevés dans les ménages les plus riches (le 1er groupe cinquième) ont un salaire supérieur à leurs parents à 36 ans.
Par contre, 82% des enfants élevés dans les ménages les plus pauvres (le 5e groupe cinquième) ont un salaire supérieur à leurs parents à 36 ans.
Les écarts de richesse peuvent bien augmenter, il n’en reste pas moins que la progression du niveau de vie est plus marquée chez les pauvres que chez les riches.

Comme il a été écrit, il s’agit d’une mauvaise utilisation des statistiques. Avoir 20% de un dollar c’est 20 sous. Avoir 1% de mille dollars c’est dix dollars.

Mais ce qui m’épate le plus c’est l’absence de raison qui justifie vos arguments. Est-ce grâce à l’enrichissement du «club du 1%» que les moins bien nantis (la classe moyenne) se portent mieux ou est-ce à cause des meusures sociales? Si effectivement la richesse est grande comme jamais, est-ce parce que les miettes sont plus intéressantes que jamais (dans ce cas devrions-nous remercier notre système?) ou encore parce qu’il existe un certain nombre de mécanismes qui font vivoter la classe moyenne?

Je vous renvoie votre slogan: «Don’t tread on me».

Luméor, avec Médiamaniaque.

un petit ajout, sur la valeur des statistiques, en particulier la médiane:

Contrairement à la moyenne arithmétique, la valeur médiane permet d’atténuer l’influence perturbatrice des valeurs extrêmes enregistrées lors de circonstances exceptionnelles.

Supposons 19 pauvres et un milliardaire dans une pièce. Tous prennent l’argent de leur poche et le déposent sur une table. Chaque pauvre dépose 5 euros, alors que le milliardaire met 1 milliard de euros. Le montant total est 1 000 000 095 euros. Si cet argent est également distribué parmi les vingt personnes, chacune obtient 50 000 004,75 euros. Ce montant est la valeur moyenne de ce qu’elles ont amené. Cependant, la valeur médiane est de 5 euros, puisque le groupe peut être divisé en deux parties égales de 10 personnes. On peut donc affirmer que tous les membres du premier groupe ont amené au plus 5 euros, alors que les membres du deuxième groupe ont amené au moins 5 euros

Source:

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9diane_(centre)

« Dites-moi, si vous étiez un pauvre à quelle époque préféreriez-vous vivre ? En 1968, les écarts de richesse sont moins marqués, mais votre revenu n’est que 23 100$. En 2004, les écarts de richesse se sont accrus, mais votre revenu est maintenant de 27 200$. » Hey réveillons les oreilles… 4,100$ en 40 ans, tout un gain! Y’a aucune époque pour être pauvre quand té sur la chaise du dentiste et qu’un traitement de canal coûte 1000$… tu te sens riche avec ton 27,000 conneries!!! Si vous étiez pauvre? En bas de50,000 par années, té pauvre dans ce système…. Cé pas d’être socialiste que de vouloir répartir les richesses, mais de ne pas être cynique…

Cher David comment pouvez-vous faire preuve d’une telle insensibilité envers vos semblables? Vous faites la preuve que l’avidité (greed) est bien synonyme de l’individualisme à outrance. Pour vous, la seule loi qui existe est celle du plus « fort » et du plus violent.

@David
«En 1968, les écarts de richesse sont moins marqués, mais votre revenu n’est que 23 100$. En 2004, les écarts de richesse se sont accrus, mais votre revenu est maintenant de 27 200$.»

Et le salaire pour le même emploi dans une entreprise de communication est passé de 15000-1600$ à 60000$. L’inflation à 12% était passée
par là. Pas besoin d’être socialiste pour voir
la faille dans les néo-calculs.

Utiliser l’argent et le talent des riches pour faire du développement durable et équitable. Donc augmenter les salaires minimum, les normes de travail et les imposer partout dans le monde, des normes internationales, et obliger les compagnies et les gens a contribuer au dévelopement de leur région et lutter activement contre la pauvreté en travaillant et investissant dans le communautaire. Il y a peut-être un age pour la retraite mais pas un pour contribuer selon nos compétences et aptitudes au développement communautaire. Cesser de détruire et construire durable pour les générations a venir pas de fast food, de travaux vite faits pour parer à l’Immédiat seulement. Des routes, des programmes, des entreprises et des fonds pour du durable du solide.

« Aux États-Unis, en 1968, le revenu médian des Américains les plus riches était 4,33 fois supérieur au revenu médian des Américains les plus pauvres. En 2004, ce ratio est passé à 5,58 ce qui représente une augmentation de 28,9% » >> David
– – – – – – – –

Et le taux d’imposition de ces plus riches atteignait 75,3%.

http://top-federal-tax-rates.findthebest.com/directory/d/1968

Je veux inviter Bernie à mon souper de Noël. On ne s’emmerdera pas et on va ce coucher moins niaiseux et plus en mosuss… Pis je pense que nous avons une chance de gagner contre la loi C32… Quand même étonnant lorsqu’on sort les chiffres(ça ne ment pas mais…)on a une image d’absurdité, de non sens et d’étonnement. « Voyons donc, ça s’peut pas » …ah oui? Ben de cossé qu’on fait? Pis là, c’est reparti!!!

Rob.:)

Le 1/4 du 1% des gens les plus riches des US sont des banquiers qui possèdent la FED.

Tout le système capitaliste est basé sur la dette croissante et inexorable de ceux qui ne sont pas au sommet de la pyramide que ces banquiers ont mis en place.

Nous travaillons de plus en plus fort pour eux. Nous sommes de plus en plus pauvres et esclaves de leurs prêts usuraires.

Ils prêtent de l’argent qu’ils n’ont pas au gouvernement, que nous devons rembourser pour l’avoir utilisé dans leur système monétaire, avec INTÉRÊTS.

si vous voulez en savoir plus (en français)

http://vimeo.com/2035157

sinon, version originale ‘Zeitgeist movie: ADDENDUM’

Vous allez vraiment y voir clar sur ‘les forces’ dont parle ce sénateur.

Ce sont des banquiers.

@ Darwin

En partant de 1968, j’inclus 1980 !!!

Et d’ailleurs j’ai démontré que les inégalités ne veulent rien dire.

En 1980, l’immigration allait des USA vers Cuba ou de Cuba vers les USA ?

De plus tu confond l’augmentation du ratio (des inégalités) avec le revenus.

De plus j’ai déjà montré dans un autre billet que la même situation a été observable au Canada: augmentation des inégalités mais augmentation significative du revenu des plus pauvres.

Et pour le source:

http://www.economicmobility.org/reports_and_research/mobility_in_america

P.-S. On observe aussi la même chose avec l’Administration Bush.

Les 20% d’américains les plus pauvres en 1996, ont vu leur revenu augmenté de 90,5% en 10 ans seulement. Cette augmentation spectaculaire a permis à 58% des américains appartenant au premier « groupe cinquième » de gagner un groupe supérieur.

Près de 50% des américains qui appartenaient au 2e « groupe cinquième » en 1996 ont pu se hisser, au minimum, dans le 3e groupe (classe moyenne) en l’espace de 10 ans.

La mobilité sociale et le rêve américain: plus vivant que jamais !

N.B.: le 1% d’américains les plus riches ont vu leur revenu médian chuté de 25,8%.

http://online.wsj.com/article/SB119492157951090886.html?mod=djemITP

@ Luméor

Les revenus dont je parle dans mon billet sont exprimés en dollars CONSTANTS (ajustés à l’inflation) et non pas en dollars COURANTS.

Le biveau d’inégalités est donc sans importance puisque les plus pauvres ont vu leurs revenus réels augmentés.

Pour Cuba…

Durant les années 80, Cuba était l’un des endroits sur la planète avec le plus faible écart entre les riches et les pauvres (un coefficient de GINI avoisinant 0,2).

Et tu fait aussi une grossière erreur avec ton analyse voulant que « 20% de 1 dollar c’est 20¢ ». Ce qui compte ici, ce qui est analysé, c’est l’augmentation du revenu. Or, dans la société soi disant inégalitaire, les pauvres sont plus riches que leurs parents (ils ont un revenu réel supérieur).

Et je te signale que si on peut utiliser la médiane, c’est parce qu’on analyse à l’intérieure d’un même groupe 5e.

L’Étude citée par Lisée cette semaine utilise aussi la MÉDIANE.

Ce qui est bon pour pitou, est bon pour minou.
Pour la même période, les inégalités aux États-Unis étaient beaucoup plus prononcées (coefficient de GINI avoisinant 0,4).

Pourtant, les gens n’immigraient pas des États-Unis vers Cuba mais de Cuba vers les États-Unis !

Comme quoi l’inégalité dans la richesse est préférable à l’égalité dans la misère !

@ Pierre Cardinal

Qui est insensible ?

Noi qui prône un système qui favorise l’enrichissement des pauvres ou la gauche qui favorise un système qui les maintient dans la pauvreté ?

@ G.Fournier

Tu fait la même erreurs que tous les autres. Les salaires que je donnes sont ajusté en fonction de l’inflation.

Les socialistes peuvent-ils faire la différence entre des dollars constants et courants ?

Le film recommandé par l’excellent commentaire # 34 de N. Pellerin, peut également être visionné avec narration entièrement en français sur :

http://www.wideo.fr/video/iLyROoafIuZ4.html

P.S.: Pour un visionnement immédiatement intéressant et non continuellement interrompu comme au tout début du film, je recommande de faire glisser (dragger) le curseur situé dans le coin extrême gauche inférieur de l’écran de visionnement jusqu’à la 4ième minute du début du film d’une durée de 123 minutes, toutes captivantes et très révélatrices des rouages du système monétaire global dans lequel nous vivons tous présentement.

Il y a une chose que les libertariens et des droitteux ne comprennent pas:

Pour eux l’inégalité n’est pas l’appauvrissement des pauvres mais plutôt pour eux une hausse de leur niveau de vie. Pourtant le jour où il n’y auras plus que 100 personnes qui posséderont la richesse, les pauvres n’auront plus d’argent à dépenser.

Alors le scénario est alors bien clair: Plus d’argent pour les moins riches plus d’achat. Plus d’achats, plus d’entreprises pour fournir les achats. Pus d’entreprises fournisseurs, plus d’économie.

Mais pour eux, les riches qui s’enrichissent vont investir pour créer des emplois super bien rémunérés afin de partager.

Et c’est eux qui traitent les sociaux démocrates de rêveurs.

@ Albert

C’est là que tu fait erreur.

Avoir 1% d’une tarte énorme peut vouloir dire qu’on possède un plus gros morceau qu’une autre personne qui a 50% d’une petite tarte.

@ Benton

Mais la tarte grossi, that’s the whole point !!!

Sinon, le PIB « planétaire » resterait constant, or on sait tous que ce n’est pas le cas, il augmente.

Ca prend un sénateur américain INDEPENDANT qui ose parler des vrais choses pour nous brasser le Québecquois, ici même si notre GAUCHE en parle on l’écoute discrement, mais quand quelqu’un du plus grand pays de la LIBERTE d’expression se mouille on dirait que peur-être que après tout c’est peut être vrais.

@ Albert

Si la richesse est une chose qui existe en quantité limitée (finie), alors comment expliques-tu que le PIB mondiale augmente toujours ?

Selon ta logique, le PIB devrait rester constant, or ce n’est pas le cas.

@David

« Comme si répéter un mensonge allait finir par en faire une vérité. »

Il faudrait peut-être que tu t’appliques cet adage.

@david

Le PIB augmente, ne serait-ce qu’à cause de l’augmentation de la population mondiale. Pas dur à comprendre et à analyser.

Ce sont les consommateurs qui font tourner l’économie à 70%. Si tu diminues le salaire net après impôts des consommateurs, c’est évident que l’Économie va fonctionner moins bien comme présentement.

Comme tu dis « Avoir 1% d’une tarte énorme peut vouloir dire qu’on possède un plus gros morceau qu’une autre personne qui a 50% d’une petite tarte ». C’est une lapalissade, une évidence telle témoignant….qui ne veut rien dire.

Il aurait fallu que tu dises que la tarte représente tous les revenus des américains, 300 millons, ça c’est la tarte. Il n’a pas deux tartes, ni dix tartes ou ni 100 tartes. Juste UNE. Ce que le sénateur a voulu dire si nous avons 1 personne sur 100 personnes, cette personne a des revenus de 23.5%. 23.5% de la tarte. Si la tarte est de 100 $, la personne unique possède 23.50$ alors qu’il y a 50 personne qui ne possède à peu près 23.50$. Il a voulu dire aussi que si le 1% avait 8% du revenus, la classe moyenne pourrait ajouter à ses revenus 15.5%, soit 65.5$. Ainsi l’économie tournerait mieux. Simple! J’ai appris cela en macroéconomie. Parole de savant professeur!

Vu que tu es un lucide, le sénateur dit aussi que 80% des gains de productivité américaine ont été empochés non par les travailleurs mais par un 0.003% de CEO depuis au moins 20 ans.

Je ne comprends pas que tous le monde est contre David ici…
Les gens qui sont dans le club des riches ou des pauvres ne sont pas dans ce club toute leur vie. On vous écoutant on a l’impression que c’est statique, qu’il n’y a pas de mobilité sociale. C’est justement ce que permet un libéralisme ‘équitable’, qui donne des outils pour pour faire face aux imprévus de la vie (retourner à l’école, assurance maladie, etc.).
Je vous le répète, les riches d’hiers ne sont pas les même individus qui sont riche aujourd’hui, et qui seront richent demain. Même chose pour les pauvres. Ca n’empêche pas de critiquer certaines politique étatique, bien au contraire!!!

Est-ce si compliqué à comprendre qu’il y aura toujours des « pauvres » (les gens qui gagent le moins) et des ‘riches’ (les gens qui gagnent le plus). C’est comme dire qu’il faut pas permettre un dernier wagon aux trains. Ce sont des catégories. L’important c’est de favorisé d’offrir une mobilité sociale.
Il me semble qu’il est possible de voir un peu plus loin que nos vieilles rancunes envers ‘les anglais’, ‘les riches’, etc.

Dernier points, pourquoi pour certains les $$$ sont si important? C’est souvent justement quand l’argent n’est plus notre priorité, quand on fait ce que l’on aime, ce qui nous passionne, qu’on développe une expertise, et qu’on devient souvent plus riche (en bonheur et, comme par hasard, en $$$).
Ceux qui ne vivent que pour les $$$, et qui deviennent riches, ce sont eux les pires, et nous qui en profitons (ils paient plus de taxes).

Cessons d’être envieux et jaloux, faison ce que nous aimons, et permettons aux autres la même chose.