Une lettre personnelle à mes amis écolos…

Chers amis écolos,

Cette brève lettre est pour vous informer que, ce matin, j’ai mis dans ma poubelle de cuisine le dernier des sacs de plastique d’épicerie accumulés dans mon placard depuis mon établissement à Montréal, de retour de Washington, en 1990, soit il y a 20 ans.

Pénurie de sacs chez les Lisée
Pénurie de sacs chez les Lisée

En effet, depuis quelques années, grâce à l’achat de douze sacs permanents d’épicerie, je n’utilise plus de petits sacs blancs.

Je me verrai donc dans l’obligation, à compter de demain, de mettre dans ma poubelle de cuisine des sacs de poubelle de plastique que j’achèterai, plutôt que ceux que je recyclais, pour ainsi dire, depuis mes achats au marché.

Ma question, chers amis écolos : quelqu’un peut-il me dire dans quelle mesure j’ai pu contribuer à sauver la planète en agissant ainsi ?

Votre tout dévoué,

Jean-François

Les commentaires sont fermés.

Comment faisait-t’on dans le passé avant la création des sacs de plastiques?

On aurait dû changer les sacs de plastique d’épicerie non pas par d’autres sacs de plastique épais(encore faits de plastique, probablement encore plus difficiles à dégrader) mais par des sacs biodégradables. Car on a oublié qu’on récupérait justement les sacs d’origine pour en faire des sacs pour la poubelle.

Bonjour,

Commentaire pertinent et partagé..mais faut pas en accumuler plus que nos besoins. Dans mon cas je fais usage « en équilibre » des sacs de coton réutilisables et de sacs de plastique afin de ne pas être dans l’obligation d’acheter des sacs…pour la poubelle.

Un message écologique en passant, ma fierté n’est pas de remplir mon bac de récupération pour faire ma part et avoir bonne conscience; mais de le mettre au chemin le moins souvent possible parce qu’il est vide. Notre société de consommation génère beaucoup trop de déchets, il faut s’attaquer à la source du problème. Je pense d’ailleurs que la Ministre Beauchamp (MDDEP) a présenté un projet de loi visant à responsabiliser les entreprises sur la récupération de leur produit et réduire l’emballage à la source ???? Mais je ne sais pas ou s’en est rendu.

Paul Saint-Laurent, Rivière-du-Loup

Allez voir où vont les sous sur vos sacs maintenant achetés à 5 cents l’unité.

Après avoir sermonnés puis joués les nouveaux prêtres moralisateurs de l’Église Verte ou les prophètes de l’Apocalypse au CO2, c’est à eux que reviennent bien souvent les sous sur la vente de ces sacs.

Et les entreprises s’achètent une bonne conscience en leur versant leurs gains là-dessus… sinon, ils se retrouveraient avec ces groupes manifestant à leur porte et salissant leur nom.

On n’a rien changé au niveau environnemental. Mais on a crée un lobby vert qui, comme d’autres lobbys, veut maintenant encore plus d’argent (notamment avec une taxe sur le carbone… qui leur serait versée, bien entendu!).

Un lobby alimenté par des individus qui savent se mettre du côté du «moralement bon et vertueux» dans le regard de leurs contemporains pour extirper, à leur profit, des privilèges particuliers au dépend des autres individus.

Bonne question M. Lisée,
il y a sans doute moins de sachets jetés, mais il y a moins de sachets reciclés.
Cependant il y a toujours autant de sacs plastiques à la poubelle.
À quand les sacs décomposable?

J’ajouterais suis-je le seul à me demander si les sacs vendu 1$ qui se déchirent tout de même après quelques semaines d’utilisation et qui mettent plus de temps à se dégrader sont réellement plus écologique? Et comment se fait-il qu’un organisme comme recyc-québec laisse les entreprises comme IGA ramasser le 1$ qui s’apparentent à une consigne…

Bonjour M. Lisée,
Réduisez vos déchets par des achats judicieux qui évitent le suremballage, achetez des sacs biodégradables, recyclez au max et si vous avez de la place, compostez! 😉

Christian

Pour régler le problème des sacs de plastique non-biodégrables qui engorgent les sites d’enfouissement et intoxiques la terre pour des périodes fort longues, il suffit d’utiliser des sacs de plastique jetables qui ne causent pas de dommage à l’environnement parce que biodégradables à très court terme (moins de deux mois et possiblement une trentaine de jours selon le matériau utilisé et la nature du sol du site d’enfouissement m’a-t-on dit).

L’étude suivante a déterminée l’impact de différent types de sacs au cour de leur cycle de vie.
http://www.ademe.fr/htdocs/actualite/rapport_carrefour_post_revue_critique_v4.pdf
On y apprend entre autres qu’un sac de plastique cause des émissions de gas à effet de serre équivalente à environ 16g de CO2. Pour 643 sacs (leur estimation de la consommation annuelle) ça fait 10kg.

C’est pas énorme, mais c’est tout de même un bénéfice. Et comme ça ne demande presque aucun effort, pourquoi ne pas le faire.

Il y a d’autres choix relatifs à l’alimentation qui ont probablement un impact plus grand: fréquence de la consommation de viande, aliments locaux ou importés, aller à l’épicierie à pied ou en auto, fréquence des visites à l’épicerie. Le problème, c’est que ces choix demandent un plus grand effort et que moins de gens sont prêt à les faire.

Et pour votre poubelle, rien ne vous empêche d’oublier vos sacs réutilisable une fois de temps en temps.

Quelques choses à dire à ce sujet:

– La première vient du blogueur Fagstein, qui avait la même reflexion que vous, et qui s’est rendu compte qu’il existe une foule d’autres emballages dans notre quotidien qui se révèlent être de fort bons remplacements aux sacs de plastique de l’épicerie en matière de sacs de poubelle. Seulement, lorsque les sacs plastiques gratuits du commerce sont si abondants, on a plutôt tendance à éliminer plus rapidement ces emballages, sans les réutiliser:
http://blog.fagstein.com/2010/04/22/plastic-bags-1-year-later/

– Ensuite, il est probable, et même souhaitable, que de devoir acheter des sacs plastiques vous fera songer à diminuer votre production de déchets à la source, ce qui reste la meilleure des solutions, et de prendre en compte la quantité de matière jetable comme un critère de sélection dans votre consommation

– Finalement, il existe des sacs faits de matières plus renouvelables (le papier par exemple) pour remplacer ces sacs plastiques qui ont envahis nos vies. Ce n’est certes pas la solution idéale, mais c’est un pas dans la bonne direction.

Bon courage dans votre démarche!

Vous avez totalement raison, mais comme chacun(e) sait, le raisonnable n’atteint jamais les cerveaux extrêmes.
(S’il n’y avait ADMIN, j’aurais écrit « totalement » en majuscules pour montrer la force de mon accord.)

ADMIN : Que je vous vois faire ça !

La solution, c’est les sacs à poubelle biodégradables. C’est ce que je fais depuis quelque temps car les sacs blancs étaient souvent percés.

J’utilise les pintes de lait en carton pour mettre ce que je ne peux recycler .Quand elle sont pleines je les tire dans le bac a déchets.Ce qui est recyclable va dans le bac a recyclage.

PS si vous voulez des sacs blancs pour vos déchets
il y a encore beaucoup d’endroits qui en donnent.

Quoi ? Vous remplacez des petits sacs par d’autres petits sacs ?

J’ai 2 chiens labradors qui ont une certaine … production (!!!) quotidienne. Mes petits sacs d’épiceries m’étaient alors très utiles. Sans parler qu’ils m’étaient aussi très utiles quant je les promenais.

Tout comme vous l’utilisation intensive de mes sacs permanents font que je doive maintenant acheter d’autres sacs de plastics soit pour la production canine,soit pour les poubelles.

L’autre jour, je suis à l’épicerie pour acheter quelques produits et j’oublie mon sac dans l’auto. La caissière m’indique qu’elle doit me faire payer quelques sous pour le sac. Alors je lui dit tout de go : « Tiens, rajoutez-en dont une vingtaine sur la facture.» Elle les a naturellement mis dans mon beau sac permanent. (Des sacs dans un sac ??!!) J’ai donc encore une petite provision de sacs à la maison. Ils me seront très utiles.

N’est-ce pas là l’exemple de l’effet pervers d’un comportement toutefois louable ? Comme quoi rien n’est parfait en ce bas monde (mais tout de même beau …)

La solution ? Des sacs de plastics biodégradables. Ça existe. Où sont-ils ?

Est-on en face d’un problème de mise en marché des sacs en plastics biodégradables ?

Que nenni, Jean François, tu peux toujours emballer tes déchets dans une ou deux feuilles de papier journal comme ta mère le faisait. Pas d’odeur, et un bon recyclage quasi naturel.
Ya toujours moyen de moyenner qu’elle disait aussi, non?
NB je ne suis pas écolo, je suis vieux. Et j’ai de la mémoire.
Bon été,
pierreminville.ca

Je ne veux pas généraliser, mais dans ces immenses dépotoires où l’on retrouve des millions de tonnes d’ordures, des sacs en plastique en plus ou en moins ne changent absolument rien à l’ampleur de ce carnage en profondeur…

Merci quand même au nom de la planète.

Bonjour M. Lisée

C’est exactement ce que je fais de mes anciens sacs blancs mais pour mes animaux de compagnie et vous savez pourquoi. Je devrai en acheter et ils seront plus résistant à la dégradation.

Dans mon cas, je n’ai pas encore épuisé mon inventaire de sacs de plastique d’épicerie que j’ai accumulé mais je me pose aussi la question:
Une fois épuisée, qu’est-ce que je vais mettre dans ma poubelle de cuisine.

Je peux bien croire qu’il y reste le compostage mais j’en suis pas encore là. (Je n’arrive pas a m’en faire à l’idée!)

A-t-il d’autres alternatives ?

Monsieur Lisée,
Vous allez embarrasser vos amis écolos avec une telle problématique… Sont-ils capables de réfléchir là-dessus et de vous sortir de cet imbroglio ?
Moi, j’achète des sacs à .05¢ à chaque fois que je vais à l’épicerie et je les utilise dans ma poubelle de cuisine.
J’ai remarqué que les nouveaux sacs que j’achète sont fait d’un matériau beaucoup plus résistant que les anciens sacs gratuits. La durée de la décomposition sera-t’elle plus courte ou plus longue ? C’est aussi ma question à vos amis écolos.

Vous avez diminué la consommation excédant de sacs en plastique. Vous avez acheté des sacs durables, réutilisables pour faire l’épicerie. Maintenant il faut acheter des sacs biodégradables pour les déchets organiques qui iront au compostage. Il faut continuer la lutte pour diminuer le gaspillage de ressources.

Dans ma cuisine, j’utilise une poubelle un peu plus grosse qui me permet de mettre directement un sac de poubelle vert. Ainsi, aucun transfert de la cuisine au trottoir. Je place les aliments qui peuvent sentir plus dans une poubelle à l’extérieur pour éviter que l’odeur envahisse ma cuisine. Avec le compost et le recyclage, c’est un seul sac vert par mois qui se rend au trottoir. Oui, il y a d’autres solutions de rechange aux petits sacs blancs de cuisine.
Au plaisir.

La bonne nouvelle c’est que les grandes chaines peuvent se vanter de faire leur part: ils nous vendent des sacs de poubelles ou même les sacs d’épicerie plus chers qu’ils leur coûtent.
Pendant ce temps, elles continuent de faire venir leurs produits de loin, plutôt que de favoriser l’achat local (le propriétaire du IGA de notre ville avait dû se battre contre la centrale pour pouvoir avoir un petit comptoir de produits locaux). Par exemple, certaines chaînes favorisent les produits ontariens plutôt que québécois (origine des propriétaires oblige). Encore pire, les cornichons Bick étaient il y a peu produits du Québec, depuis quelques années, Bick a annulé tous ses contrats pour faire venir les cornichons de l’Inde.
Combien de sacs de plastique doit-on économiser pour compenser les émissions dû au transport ?

Vous voulez dire que vous faisiez de la RÉCUPÉRATION et non du RECYCLAGE.

Non l’unique façon de protéger la Planète à ce niveau est d’obliger les commerçants à vendre que des produits en VRAC tout en cessant d’amballer les produits de façon luxueuses et de nous faire payer pour ces amballages inutiles.

Je pense que l’argumentaire anti-sac est basé sur l’idée qu’un ménage moyen ne peut utiliser tous les sacs de plastique d’épicerie qui entrent dans la maison à chaque semaine. Résultat: ces sacs s’accumulent et les gens qui ont des placards moins grands que le vôtre finissent par les « domper » aux ordures même s’ils pourraient être réutilisés (les sacs, pas les gens…).

De plus, pensez à votre qualité de vie, pas seulement à la planète: 6 grands sacs réutilisables qui tiennent debout tout seuls, bien cordés et remplis de bouffe, c’est bien plus facile à gérer une fois rendu à la maison que 18 petits sacs jetables minables, non?

Autre petite remarque: techniquement parlant, vous ne recycliez pas vos sacs jetables, vous les réutilisiez (ce qui est encore mieux).

Vous êtes maintenant prêt pour l’autre étape : le compost!

Vous allez voir, c’est excitant. Pour ce qui est de votre question, c’en est une d’échelle, plus nous serons nombreux à refuser de gaspiller du plastique, moins l’industrie sera prompte à le gaspiller et à terme, la quantité de plastique dans les océans augmentera un peu moins vite.

Réduire notre empreinte écologique nous conduit à réduire également notre consommation polluante et d’investir plutôt dans des entreprises plus respectueuses.

Par exemple :
http://www.compostmontreal.com/compostage

Vous verrez, vous n’aurez pas besoin de beaucoup de sacs et vous pourrez à la rigueur soulager la conscience de vos amis qui en ont trop…

Donc au lieu de mettre vos déchêts dans plusieurs petits sacs réunis dans un grand sac, vous devrez vous débrouiller seulement avec de grands sacs. Des centaines de petits sacs de plastique sont retirés de l’équation, et ça vous semble problèmatique?

C’est seulement problématique pour votre commodité, pas pour l’environnement.

Vos sacs de poubelle devraient pourtant être beaucoup moins nombreux que vos sacs d’achat d’épicerie ! Compostez s’il le faut !

Un peu de mauvaise foi ce matin M. Lisée non?

Si vous accumuliez des sacs depuis 20 ans, réserve que vous avez mis des années à épuiser, force vous est d’admettre qu’il y avait là un problème. Les préoccupations de vos amis écolos n’étaient donc pas sans fondement.

Une solution simple ne serait-elle pas de demander des sacs une épicerie sur deux (ou à la fréquence vous permettant de concilier vos soucis écologiques et la gestion de vos ordures) ou simplement, comme vous le mentionnez, d’acheter des sacs à ordure ordinaires. Vous pourrez toujours vous enorgueillir d’avoir contribué à éviter que 20 ans de sacs d’épicerie se soient ajoutés aux tonnes que déchets que vous (nous) produisez annuellement.

Alain Rivet

@Michel Péloquin

En papier Monsieur ! Des sacs en papier tellement biodégradables qu’on se comptait chanceux s’ils ne déchiraient pas avant d’être arrivé dans la maison. Et s’il pleuvait, l’aventure était encore plus risquée. Les sacs en plastic furent dans ce sens là une bénédiction.

Les arbres également ont bien apprécié l’arrivée des sacs en plastics. Sans compter qu’il y a une certaine pollution dans la fabrication du papier.

Je le répète, du plastic biodégradable ça existe. Ça pourrait régler certains problèmes. Mais pas tous évidemment.

Tant qu’à y être, pourriez-vous demander à la SAQ de nous ramener les sacs? Pu capable de sortir de la SAQ avec mes deux boteilles à 13$ et risquer de les perdre en me cassant la gueule sur la glace. REDONNEZ-NOUS NOS SACS, SIVOUPLA!

Bonjour, je ne suis pas un écolo, je n’ai reçu aucune formation pertinente. Mais il me semble que si vous utilisiez des sacs biodégradables, vous élimineriez une partie du problème ! De plus, faites du compostage, de cette manière vous réduirez votre quantité de déchets organiques emprisonnés dans des sacs qui eux ne le sont pas. Finalement, essayez d’acheter des produits qui ne sont pas suremballės à la base ou dont les matières d’emballage sont facilement recyclables (non composés de pétrole).

Bonne journée

Monsieur Lisee,

Si vous avez accumulé tous ce sacs, n’est ce pas que la quantité de sacs ammasé à l’épicerie dépassait donc largement la quantité de sacs dont vous aviez besoin pour votre poubelle?

Cela ne répond-t’il pas en partie à la question?

@ Mathieu R.
Sous le comptoir de ma cuisine j’ai un espace prévu pour recevoir un petit sac en plastique dans lequel il est prévu que je dépose mes déchets domestiques non recyclables.

Si j’utilise un gros sacs à leur place, il est en plastique quand même et je risque qu’il ne soit pas pleinement utilisé le jour où «les vidanges passent».

Alors dois-je refaire ma cuisine, mon dessous de comptoir à cet effet ? Y a-t-il des subventions pour ça ? À moins que je mette ma grosse poubelle ( celle qui reçoit les petits sacs) dans un coin de ma cuisine (comme Rosanne)… Alors là les petits sacs en plastique ne serait plus nécessaires.
==============
@ Alain Rivet
C’est quoi des sacs à ordures ordinaires ? Sont-ils bio-dégradables ceux-là ? Où puis-je m’en procurer ? Rentrent-ils sous mon comptoir de cuisine ?
===============

@Charles Gill
J’ai essayé de composter mes rognures de steak. Ça fait pousser des chats qui viennent faire leurs besoins un peu partout alentour de la maison. Je devrais peut-être virer végétarien. Moins de vache (un ruminant) mon de méthane. Attaboy !

@MichelG

Avez-vous essayez d’acheter du pain brun sept grains, tranché, en vrac, à la tranche ? Si ça existe dans quoi allez-vous les mettre ces tranches pour les emporter chez-vous? N’allez pas me dire que vous les consommer sur place pour économiser des sacs et de l’essence pour sauver la planète. Là je ne vous croirais pas. Espèce de farceur, va !
===============
@RJodoin
M’semble que s’ils étaient biodégradables les 18 petits minables sacs, les chances sont qu’ils seraient moins minables. Peut-être partez-vous de l’apriori que des petits sacs de plastique doivent nécessairement être minables. Avez-vous pensez aux coûts écologiques de vos «6 grands sacs réutilisables qui tiennent debout tout seuls, bien cordés». Qu’en ferez-vous quand ils seront tout troué ? Du rapiéçage peut-être ? Ne risquent-ils pas de se retrouver dans votre poubelle sans pouvoir être ni réutilisés ni bio-dégradés ?
================
@Roxane
Votre grosse poubelle dans cuisine est-elle du style des grosses poubelles vertes avec un couvercle bien assujetti qui empêche les odeurs de sortir ? A-t-elle environ 90 cm de hauteur par une soixantaine de diamètre ? L’avez-vous prise avec 2 petites roues d’un bord pour mieux la traîner ? J’imagine que pour plus de commodité vous l’avez judicieusement placée entre le frigo et la cuisinière. J’oubliais pour ce qui est des déchets pouvant générer des odeurs au bout de la semaine, savez la veille «des vidanges» comme dirait Popa, vous pourriez les mettre au congélateur, à côté de votre pain congelé. Une fois gelés dur, fini les odeurs.
=========
@Lévesque Réjean
Bien d’accord avec vous !
=======
@Pierre Minville
Je vous suggère, comme je l’ai dit à Roxane, le congélateur pour les problèmes d’odeur. Vu votre âge que je respecte beaucoup je vous informe que les congélateurs sont arrivés sur la marché tout de suite après la disparition des glacières écolo, celles où on plaçait un gros bloc de glace en haut. Et en plus à cette époque la glace était taillée à même la rivière en hiver puis, conservée dans le brin de scie jusqu’à la livraison. C’était le bon temps …
======
Bon là on commence à se répéter.

Un petit mot de plus au sujet des «grands sacs réutilisables qui tiennent debout tout seuls, bien cordés». Ne trouvez-vous que c’est devenu une mode ? A-t-on évalué leurs coûts totaux de fabrication et d’utilisation en prenant tout en compte ? Ça pourrait donner des résultats surprenants. En fait toutes ces opinions très intéressantes semblent démontrer que la vertu est dans la modération.

Bonjour M. Lisée,

Je vous suggère les sacs à poubelle en plastique biodégradable, hé oui, nous en sommes rendu là aujourd’hui.

Nous serons bientôt sept milliards et les ressources de la planète se raréfient, aussi je ne vois pas comment l’humanité pourra échapper à une catastrophe de grande envergure, sans parler des changements climatiques. Il paraît qu’une masse de plastique s’est formée quelque part dans le Pacifique, énorme au point qu’on en parle comme d’un septième continent. Pour en arriver là, il a fallu qu’on en jette du plastique dans le paysage! Sans parler de celui qui se retrouve dans les sites d’enfouissement…

Dire qu’à l’épicerie il y a quelques années on vous servait votre commande dans les mêmes boîtes qui avaient servi à approvisionner l’épicier.

De plus ces boîtes faisaient le plaisir des enfants.

Maintenant on débarrasse les boîtes dans une presse et on vous vends les sacs et les enfants vous réclament des jeux.

Les écolos ont mordus à pleine mâchoire dans le piège.

Vous remarquerez que chez Costco, magasin de gens en moyens, pas de sacs de plastique. C’est le sac à poignée ou les vieilles boîtes.

Je crois qu’une partie de solution passe par le papier. Avant on allait a l’épicerie et on nous donnait des sacs de papier fabriqué au québec avec une matiere première 100% renouvellable le papier et entierement biodégradable. Nos parent achetait le lait dans des bouteilles en verre ré-utilisable. La boisson gazeuse dans des bouteille de verre ré-utilisable et ramenait l’épicerie dans des sacs papier bio-dégradable. La plupart des objets était en métal 100% recyclable plutot qu’en plastique. Pourquoi essayer de ré-inventer la roues quand on a déja eu au Québec sans le savoir des habitudes de consommation beaucoup plus écolo.

Pourquoi faut-il emballer nos déchets dans des sacs qu’une machine éventrera au site d’enfouissement?

Vidons nos poubelles de maison dans notre poubelle (munie d’un couvercle)qui sera vidée dans le camion.

Il y avait une vie avant Glad!

Monsieur Lisée met ici le doigt sur un des plus grands problèmes en matière de choix environnementaux: la quasi-impossibilité de calculer complètement les impacts et par là l’impossibilité de faire des choix éclairés.

1) On enlève les sacs en plastique que les épiceries donnaient et que les clients réutilisaient comme sacs de poubelle. Les clients achètent maintenant des sacs de plastique pour mettre dans leur poubelle. Aucun gain environnemental, sinon un gain économique pour les épiceries.

2) Bouteille de verre ou de plastique? Le verre consomme beaucoup d’énergie à produire. Le plastique est fait de produits pétroliers. LE verre est lourd à transporter et faite que les camions consomment plus d’essence. Le plastique est léger. Le verre doit être lavé pour être réutilisé, ce qui consommes des détergents et de l’énergie. Le plastique ne peut pas être réutilisé, il doit être recyclé, ce qui est assez peu énergivore. Pour être recyclé, le verre consomme beaucoup d’énergie. Résultat? Personne n’est capable de comparer précisément les impacts environnementaux comparés de la bouteille de verre et de plastique.

3) les sacs plastiques biodégradables, c’est bien …sauf quand les gens les mettent au recyclage! Ils sont alors incorporés dans des produits qu’ils vont contribuer à dégrader.

@ Denis Drouin avec le pain tu fais comme les français tu le places sous ton aisselle gauche jusqu’à la maison et il reste frais

Je voudrais resouligner une remarque faite plus haut. Allez voir une étude faite par les épiceries Carrefour sur le cycle de vie complet des différents sacs (jetables, en papier, biodégradables et réutilisables). Lisez paticuli`rement les pages 42 à 47. De petits tableaux très clairs montrent que la différence d’impact environneental est surprenamment négligeable entre à part pour le réutilisable (si utilisé plus de trois fois…ce qui est, il me semble, la norme).

Conclusion : trois hourra pour la réutilisation.

http://www.ademe.fr/htdocs/actualite/rapport_carrefour_post_revue_critique_v4.pdf

Le sac en papier brun c’est recyclable,ça procure de l’emploi chez nous et c’est produit avec des arbres qui dans une forêt aménagéde façon durable sont une ressource renouvelable.

Il est peut-être temps de réaliser que beaucoup des économies de papier qui nous sont proposées visent avant tout à sauver de l’argent aux compagnies.

Faux débat que tout ça!

Combien utilisez-vous de sacs d’épicerie par année? Un ou deux par semaine? Combien de sacs d’épicerie rameniez-vous à la maison par semaine? Dix ou 15?

Faites le calcul: 10 moins 2 = 8 sacs en moins à chaque semaine.

Les sacs à 1$ durent entre 4 et 6 mois et remplacent deux ou trois sacs jetables. Disons 20 semaines à 2 sacs = 40 sacs remplacés par 1. Trois sacs à 1$ remplacent 100 sacs jetables qui se retrouveront au rebus

Quant aux sacs de papier, ils sont fragiles en plus de ne pas être sans impact sur l’environnement (les processus de fabrication ont des impacts sur l’eau et l’air). Et ils sont plus chers.

Les bacs en plastique solide (Maxi en vend des verts et des jaunes, d’autres chaînes en ont peut être) constituent la meilleure solution. Ils durent des années (j’en ai 3 que je traîne depuis 15 ans) et réduisent l’effort consenti pour les grimper dans mon appart au troisième étage!

Je crois que trop d’entreprises sont prête à « tout » faire pour paraître « vertes » et c’est ce qui les amènent à ce genre de décisions farfelues qui ont beaucoup plus à voir avec leur image qu’avec l’environnement.

Les épiceries vous vendent encore des tonnes (littéralement) de plastic dans tous les suremballages ridicules qu’on retrouve dans les étalages.

Sans compter les feuilles de papiers sur lesquels ils déposent la viande de boucherie et les petits sacs de plastic refermables dans lesquels ils vous la remettent, qui dans ce cas vous est même vendue au même prix du kg que votre pièce de viande.

Maintenant les épiceries, non seulement ne payent plus pour une grande quantité de sacs en plastique (économies non négligeables) mais ils vous chargent 5c pour tous les sacs que vous exigez. A part ça, ils vous vendent des sacs ré utilisables qui portent leur logo et vous leur faites de la pub gratuite.

Wow quelle grandeur d’âme de la part de nos épiciers écolos.

@ ClaudeB

Vous sous estimez la durée des sacs à 1$ très résistants et d’autant polluants mais facilement recyclables.

J’en ai que je charge jusqu’à 25 ou 30 kilos pour le marché et bien d’autres utilisations et ils roulent depuis 3 ans.

Lorsque vous achetez de la viande, est-ce que vous retirez la barquette et la pellicule plastique?

Si la réponse est non, votre geste vert n’est qu’une hypocrisie. Souvenez-vous, à une autre époque, la viande était vendue emballée dans du papier kraft. Le boucher vous coupait votre viande au comptoir. On a tout aseptisé en croyant que c’était hygiénique, la suprématie du plastique.

L’autre jour, j’ai acheté une petite puce USB. Qu’est-ce qu’on peut s’en foutre si je n’ai pas pris le petit sac plastique. Le produit lui même a trois fois son poids en emballage plastique.

De plus en plus de choses gaspillent du plastique. On vend maintenant des portions individuelles de café, avec leur propre filtre. Le poids du café à l’intérieur est probablement moindre que le poids du l’emballage qui l’entoure. La même chose avec de nombreux autres produits. Surtout ceux du genre qu’on adresse à une clientèle jeune, pour remplir la boîte à lunch de plastique.

Le sac de plastique, c’est un peu comme l’ampoule éco-énergétique. Ça donne bonne conscience, mais le problème ne se résume vraiment pas à ça.

@M. Fleurent

Effectivement, j’ai moi-même des sacs qui durent depuis beaucoup plus longtemps que le 4 à 6 mois dans mon commentaire précédent (j’ai deux sacs du IGA que je traîne depuis 18 mois au moins).

Je ne voulais surtout pas me faire accuser de sur-estimer la durée de vie de ces sacs pour gonfler artificiellement leur avantage environnemental!

Certaines épiceries distribuent maintenant des sacs jetables biodégradables (au coût de 5 cennes).