Une majorité de Canadiens favorables au passeport vaccinal

D’un océan à l’autre, les Canadiens appuient fermement le concept de passeport vaccinal. Une situation qui aura des répercussions politiques.

Graham Hughes / La Presse Canadienne

Selon le dernier suivi nord-américain de la maison Léger, le passeport vaccinal, requis dans plusieurs provinces (dont le Québec) pour avoir accès à divers lieux publics jugés non essentiels tels que les bars, restaurants et salles de concert, est une mesure fort populaire au Canada. De plus, les données du sondage nous montrent que l’appui au passeport vaccinal est pratiquement uniforme au pays.

D’un océan à l’autre, 83 % des répondants affirment y être favorables, contre 17 % qui s’y opposent. Sans faire l’unanimité, l’outil fédère une très forte majorité de Canadiens. En regardant de plus près les résultats de l’enquête d’opinion, nous n’observons que de faibles variations d’une région du Canada à l’autre.
Au Québec et en Alberta, l’appui au passeport vaccinal est marginalement plus faible (79 %) que la moyenne canadienne, alors que c’est dans les provinces de l’Atlantique que le soutien est le plus important (91 %). Toutefois, en considérant l’incertitude des sous-échantillons régionaux, ces variations pourraient n’être que du « simple bruit statistique » dans les données. Aucune province ne se distingue particulièrement des autres.

Les sous-échantillons par tranche d’âge ne montrent pas non plus de grand schisme générationnel à l’égard du passeport vaccinal. Bien que l’appui à cette mesure augmente graduellement avec l’âge des répondants, on ne constate que 11 points d’écart entre les 18-34 ans et les 55 ans et plus. C’est trop peu pour dégager une tendance nette :
Or, alors que les députés fédéraux se préparent à revenir siéger à la fin novembre, une question épineuse et certes d’actualité concerne le retour des débats et périodes des questions en présentiel à la Chambre des communes. Puisque les Canadiens doivent montrer leur passeport vaccinal avec pièce d’identité pour accéder à des lieux publics comme les restaurants, ne serait-il pas normal que les députés et leurs employés doivent en faire autant pour entrer au parlement ?

Les députés qui refusent toujours de se faire vacciner devraient-ils pouvoir côtoyer leurs collègues à la Chambre des communes ? Dans son plus récent sondage, la maison Abacus Data mesure qu’une majorité claire de répondants, soit 77 %, croient que les députés fédéraux devraient être pleinement vaccinés contre la COVID-19 pour siéger en personne à Ottawa. Là aussi, les différences régionales sont minimes. Les appuis à la vaccination obligatoire pour siéger en présentiel à la Chambre des communes sont marginalement plus élevés en Colombie-Britannique (80 %) et au Québec (79 %), mais quelque peu plus faibles en Alberta (72 %).

Toutefois, lorsque nous découpons les résultats selon les intentions de vote des répondants, une tendance plus nette se dessine :Selon Abacus Data, les électeurs du Bloc québécois (88 %), du NPD et du Parti libéral (84 %) sont fortement d’accord avec cette mesure. Chez les conservateurs, les résultats sont plus divisés : près du tiers des sympathisants du PCC sont d’avis que les députés non vaccinés devraient pouvoir siéger en personne avec leurs collègues.

Toutefois (et peut-être sans surprise), ce sont les électeurs du Parti populaire de Maxime Bernier qui se trouvent à l’autre bout du spectre : 76 % des partisans du PPC croient que les députés non vaccinés devraient pouvoir siéger sans restriction.

Ces résultats ne représentent qu’un morceau du grand puzzle auquel le chef conservateur Erin O’Toole devra bientôt s’attaquer afin de redresser son parti en vue du prochain scrutin, peu importe quand il se tiendra. Le chemin vers le pouvoir pour les conservateurs passe-t-il par un retour au bercail des électeurs qui ont appuyé Maxime Bernier en septembre dernier ? Une frange minoritaire, mais qui se fait entendre, du Parti conservateur (comme Leslyn Lewis) a défié son chef la semaine dernière en affirmant que le droit à la confidentialité de notre dossier médical était plus important que l’assurance d’un environnement sain où tous sont vaccinés.

Lors d’un point de presse plus tôt cette semaine, Erin O’Toole a d’ailleurs déclaré que les députés conservateurs suivraient les règles déterminées par le Bureau de régie interne à propos de la vaccination obligatoire, mais qu’il les contesterait dès que les travaux reprendront à la Chambre des communes, le 22 novembre prochain. Combien des 119 députés conservateurs élus lors du dernier scrutin fédéral se présenteront en Chambre ? Cela reste à voir.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Ce n’est pas une question a posé. Une majorité allemande étaient en faveur de donner le pouvoir a un régime en 1933 pour une sécurité contre le crime. Nous savons la vérité aujourd’hui. La démocratie est un mécanisme de crainte et de contrôle.

Répondre

La liberté des gens ne dépend pas d’un sondage surtout après toute la peur que les médias et les politiciens ont martelés avec le COVID. J’ai plus de possibilités d’attraper le COVID par une personne vacciné qui a peu de symptômes. De plus, à mon humble avis, puisque les personnes vaccinées n’ont pas développé leur immunité naturelle, il se développera une multitudes de variants; et, dans ce cas , une multitude de vaccins suivront ce qui fait bien la joie des laboratoires pharmaceutiques qui sont là, avant tout, pour faire du busine$$

Répondre

Sérieusement vos sondages bidon on en a pleins les zbsvshbs personnes ne veux du passeport sanitaires encore moins du masque

Répondre