USA: Et si l’électorat punissait les Républicains?

Les nouvelles en provenance de l’électorat américain sont généralement glauques pour les sociaux-démocrates de mon engeance. Je voyais encore récemment un graphique montrant que 64% des Américains considéraient l’État comme la principale menace à l’avenir du pays, précisément le genre de conviction qui porte des Républicains radicalisés au pouvoir.

Or voici qu’un sondage Pew révèle que ce même électorat pourrait donner un grand coup de mauvaise humeur sur la tête des élus Républicains de la Chambre et du Sénat.

Ainsi, 67% des électeurs estiment que « la majorité des représentants » au Congrès ne devraient pas être réélus. Or les Républicains ont la majorité à la Chambre. Interrogés sur leur propre représentant, 33% veulent le voir mordre la poussière, ce qui est un niveau équivalent aux records de changement de personnel politique connus en 2010 et en 1948 au détriment des démocrates. Cette fois, les Républicains sont dans la mire. Et ils tiennent aussi la carabine électorale: 70% des électeurs républicains souhaitent la défaite de la majorité des représentants !

Interrogés spécifiquement sur les qualités respectives des représentants démocrates et républicains, ces derniers sont très mal notés. 53% des électeurs estiment que les Républicains prennent des positions plus extrêmes (33% le reprochent aux Démocrates); 28% estiment que les Républicains sont davantage éthiques et honnêtes, alors que 45% donnent cette palme aux Démocrates. Les électeurs républicains se disaient à 66% satisfaits des leaders de leur parti au Congrès en début d’année. Ils ne sont plus que 49%.

Ces chiffres sont importants car ils donnent une indication de l’intensité de la mobilisation pro ou anti-républicaine. Des Républicains mécontents de leurs représentants peuvent s’abstenir de voter aux élections de novembre (qui sont à la fois législatives et présidentielles) donnant ainsi un avantage relatif aux démocrates.

Des éléments qui devraient nous pousser à atténuer notre pessimisme.

Les commentaires sont fermés.

» 64% des Américains considéraient l’État comme la principale menace à l’avenir du pays »

Ces chiffres ne sont pas surprenants. Ils démontrent juste que 44% des américains résistent au lavage de cerveau dont ils sont victimes. Mais la résistance a ses limites… et un exutoire qui ajustera la dose.

« Des éléments qui devraient nous pousser à atténuer notre pessimisme ». Vous croyez ?

J’imagine le niveau de déprime aux USA si les citoyens commencent à se rendre compte de la stupidité des leaders républicains à qui ils ont adhéré ces derniers temps.

Ils sont vraiment impossible à comprendre ces Américains qui continuent à se laisser « enfirouaper » par tous ces évangélistes aussi fous de Dieu que le sont les musulmans extrémistes. Qui continuent à ban*** sur les seins au silicone, sur les milliardaires illettrés et qui croient encore que l’Univers a été fait en 7 jours.

Il y 2 problèmes avec cette nation : ils ont les milliards et ils ont des bombes atomiques.

«Acheter est bien plus américain que penser.»»
[ Andy Warhol ]

Si les électeurs américains donnent une solide claque aux républicains et les mettent, à la surprise de tous, en grande minorité,

mon opinion sur le niveau de conscience du pleuple américain s’améliorera légèrement.

contre la réélection de leur représentant ou du parti? Depuis FDR, je ne crois pas qu’un président ait été réélu quand l’emploi était aussi morose

J’y crois. À un possible éveil du sens critique de nos voisins du sud. Le récent déblocage des 900 milliards pour l’aide aux chomeurs et autres mesures sociales, pourrait bien être l’indice que les élus Républicains lisent les sondages. De plus, quand Obama passera en plus grande vitesse dans sa campagne électorale, qu’il démontrera l’absurdité de la guerre en Iraq, son immense coût humain et financier, les mensonges de Bush et compagnies, de même que l’origine du faramineaux endettement des États-Unis, il se pourrait bien que les américains finissent pas comprendre que les républicains ne doivent pas retourner au pouvoir avant longtemps.

Quand on se demande quand et comment le nécessaire retour à la raison et la réalité pour nos cousins américains pourra se faire, on a bien peu de références et d’indicateurs qui pourraient nous permettre d’espérer. Au fait, la décroissance, pour ne pas dire, la déconstruction de l’empire américain, est depuis fort longtemps en marche, et rien de ce qui pourrait se passer, tout comme pour l’empire romain, ne leur sera épargné. Bien sur, il y aura des rebonds, comme celui que semblent annoncer les enquêtes d’opinion, mais l’histoire est inexorable, et rien ne pourra l’arrêter. Et quand à nous, pauvres victimes et piètres observateurs, nous passerons souvent de la déprime, à l’espoir, à la déception, c’est la vie….

Beaucoup de guerres, trop de guerres, le peuple n’en veut plus, n’en peut plus.

Beaucoup de mensonges, trop de mensonges…

Souffrir porte à réfléchir, du moins sur les causes de notre propre souffrance et aussi, éventuellement, à prendre conscience de la souffrance des « autres ». Avec l’aide d’internet, cette souffrance, nous l’avons en pleine face, en direct et parfois même, sans miroir déformant…

Peut-être que « main-street » en a assez des va-t-en-guerre et qu’elle est tellement heureuse de voir revenir ses enfants à la maison…

Peut-être que ces femmes et ces hommes sauront en inspirer des milliers et des millions, en faveur de la paix.Comme dans « il est juste et bon de vivre en paix, chez soi, parmi les siens… ».

Peut-être que nous serons de plus en plus nombreux à nous poser LA question: »pourquoi toutes ces guerres? »

La maudite machine à broyer les êtres ne s’arrêtera pas demain, toutefois, dans le coeur des humains, une idée pourrait bien faire son chemin et de tout notre mal, surgiraient alors le juste, le bien.

Ceux qui ont vraiment connu, vécu la guerre, aspirent à la paix.

Le miracle trouverait-il sa source dans une étincelle jaillissant du coeur des artisans de paix?

Paix et joie!

Sont-ce les manifestations du 99% qui donneraient ses fruits? Je le souhaite. C’est en mettant de l’argent dans les poches de tout le monde que l’économie roule. Il faut, bien sûr, éviter les abuseurs de système(qui soit dit en passant, ne sont pas tous sur l’aide sociale. Les abuseurs de système sont aussi, et très souvent, les riches)

Bonjour,

Le nationalisme et le patriotisme étant ce qu’ils sont, soit de l’extrême droite, il suffit qu’en campagne électorale qu’un obscur individu dans un quelconque pays faisant partie de l’Axe du Mal au yeux de nos Yankees hurle un tonitruant Fuck you ou bien que dans un autodafé, un drapeau américain y soit brûlé. Un tel acte fait perdre toute raison aux américains, gauche et droite confondues qui se rallient aussitôt et donnent leur allégeance aux plus guerriers, soit le GOP, le Grand Old Party. Encore une fois, l’émotion grégaire et primaire du nationalisme américain aura pesé lourd dans la balance.

Finalement, six mois avant les élections américaines du 4 de Novembre 2008, il était évident et plutôt prévisible en voyant la bande de conseillers d’extrême droite de Monsieur Barack Obama que ce serait business as usual. Surtout que Monsieur Barack Obama jura dur comme fer six mois avant le scrutin à l’état d’Israël que la politique envers cet état ne changerait pas d’un iota. En amenant quelques changements cosmétiques sur la politique intérieure seulement pour mystifier, les américains n’y verraient que du feu.

En conclusion, l’élection de Monsieur Barack Obama n’aura servi que malheureusement, un démocrate tout en étant Noir n’aura pu faire mieux qu’un républicain blanc, tout cela reportant les Républicains magistralement au pouvoir au pays des Calottes…… Au plaisir, John Bull.

oups ,svp on se garde une petite gène pour critiquer les penseurs néo-cons d’extrème droite du parti républicains américain et on regardes tous dans notre cours arrière pour ne pas dire d’arrìèrés,s’cuser mais ça fait tellement de bien ,vous devriez essayer.

Ça serait trop beau pour être vrai M. Lisée.

Je fais confiance au populisme et à la démagogie des américains pour ramener les pendules à l’heure des républicains…

C’est ce qui demeure au niveau de l’électorat.

« Ils démontrent juste que 44% des américains résistent au lavage de cerveau dont ils sont victimes. »

parce que chacun sait que le gouvernement n’a jamais causé de crise économique (1929, 197x, 1999, 2008…)

Obama va être réélu par défaut, comme Charest l’a été en 2008. Les Républicains vont restés à la maison, comme les Adéquistes.

Ne prenez pas vos désirs pour des réalités, M. Lisée. Les démocrates vont devoir composer avec la démobilisation de leur propre base – comparé à l’enthousiasme qui l’avait animée aux dernières élections présidentielles. On a un bilan Obama et il est assez désastrueux. Refus de réformer le secteur financier, refus de poursuites envers les actes criminels de l’administration précédente, capitulation au secteur privé de la santé avec l’Obamacare, poursuite de l’aventure militaire au Moyen-Orient (en fait, extension au Yémen et en Somalie), culte du secret et du pouvoir éxécutif. Toutes ces promesses de changement pour… ça? Si en plus on doit avoir une nouvelle crise financière et/ou récession l’an prochain ce qui est fort possible…

« refus de poursuites envers les actes criminels de l’administration précédente »

Obama est aussi pire que Bush sur ce point là, avec un viol collectif de la Constitution. En plus, il serait maintenant possible de détenir des CITOYENS de façon illimitée

@ lemoutongris

« Obama est aussi pire que Bush sur ce point là, avec un viol collectif de la Constitution. En plus, il serait maintenant possible de détenir des CITOYENS de façon illimitée »

Vous êtes bien naïf de croire ou de penser que Bush et Obama sont ou ont été des boss aux US.
———-

« Obama est aussi pire que Bush sur ce point là, avec un viol collectif de la Constitution. En plus, il serait maintenant possible de détenir des CITOYENS de façon illimitée »

Pourtant Bush a été l’idole des libertariens. Parlez en à David.

« Pourtant Bush a été l’idole des libertariens. Parlez en à David. »

hé boy, t’as a perdu des gros bout. Bien qu’il ait diminué les impôts, il n’a JAMAIS diminué les dépenses. En fait, toute proportion gardée, il fut, jusqu’en 2008, le président le plus dépensier.

à moins, bien sûr, que tu puisses trouver UNE ligne affirmant que Bush était l’idole des libertariens

“refus de poursuites envers les actes criminels de l’administration précédente”

Obama est aussi pire que Bush sur ce point là, avec un viol collectif de la Constitution. En plus, il serait maintenant possible de détenir des CITOYENS de façon illimitée

Je vais peut-être vous surprendre, moutongris, mais je suis absolument d’accord avec vous. Après une campagne électorale où il avait soulevé un grand enthousiasme, entre autre avec des promesses de changement par rapport à l’administration précédente, Obama a fait volte-face, entre autres en matière de libertés civiques. L’État a le droit de scruter toutes vos communications et ce sans mandat. Si le président vous accuse de terrorisme, vous n’avez plus de droits, vous pouvez être détenu indéfiniment et/ou torturé, sans supervision judiciaire. En fait, le président des États-Unis clame le droit de tuer qui il veut où il veut sans aucune forme de procès. Détenir des citoyens? Il peut les tuer s’il le veut. Cf Anwar Awlaki, et son fils de 16 ans Abdulrahman al-Awlaki. Enfin, j’arrête là avant de me faire traiter d’anti-américanisme.

« mais je suis absolument d’accord avec vous »

y peut ben faire mauvais 😛

« Enfin, j’arrête là avant de me faire traiter d’anti-américanisme. »

je continue toujours de clamer haut et fort mes opinions même si elles sont (pour l’instant) marginales. aies pas peur de faire de même 😉

Les plus populaires