Vidéo : la Chine nous renvoie nos emplois !

Nous allons vivre une dé-mondialisation, un retour de la production manufacturière proche des marchés, dans des circuits courts, c’est-à-dire près de chez nous. Le prix de l’énergie, du transport, la hausse des salaires en Chine et en Inde : tout converge pour refermer graduellement l’écart entre les coûts de production là-bas et ici.

Les régions québécoises, où les coûts immobiliers sont particulièrement bas, devraient examiner cette voie. On peut aussi en rire, comme le fait avec une superbe ironie le reporter du Daily Show, abasourdi de voir revenir aux États-Unis la production très bas de gamme de jeux de piscine et autres babioles.

Même le représentant chinois ne veut plus de low-tech chez lui !
Même le représentant chinois ne veut plus de « low-tech » chez lui !

Pour les intéressés, quelques cas récents, tirés de mon livre la Gauche efficace,:

Radio-Canada rapportait en juin 2008 le premier cas québécois de relocalisation. Mario Lampron, cofondateur d’accessoires de piscine Compétition, avait délocalisé près de Shanghai l’essentiel de sa production de pompes en 2000. Les coûts de main d’œuvre chinois étaient imbattables. Mais voici que le coût de transport d’un conteneur de ses produits, de la Chine vers Montréal, est passé de 3000 $ en 2000 à 6000 $ en 2008. Et il vogue vers 8 ou 10 000 $. Une hausse suffisamment forte pour annuler le gain économique de la délocalisation, du moins pour les morceaux lourds. Ils les fabriquent maintenant à Mirabel, avec la main d’œuvre locale.

En juin aussi, Gilles Fortin, des boutiques Tristan et Iseut, annonçait un investissement de 2,8 millions de dollars pour produire des vestons à Cookshire, en Estrie. « Il y a beaucoup d’intérêt de la part de ceux qui sont allés en Chine et qui se sont fait scraper des productions au complet », a-t-il raconté au Journal de Montréal. « Faire naviguer des vestons en bateau, ce n’est pas l’idéal. Ça arrive tout froissé. » Depuis quelques mois, il a ravi des parts de marché à la concurrence chinoise en Amérique du Nord, notamment parce qu’il peut rapidement réapprovisionner ses clients depuis l’Estrie, alors que les délais de livraison depuis le port de Shanghai s’allongent, sans compter le prix.

Mais prix, délais et vestons froissés ne sont pas les seuls moteurs de la dé-délocalisation. Le groupe français Oxylane (ex-Décathlon), troisième marque mondiale de vélo, faisait fabriquer, comme tout le monde, ses vélos à Shenzhen. Il a décidé au printemps 2007 de rapatrier toute sa production dans sa ville d’origine de Lille, au nord de la France. La raison ? « Cette stratégie à contre-courant part d’un constat simple : en Chine, les mêmes usines travaillent pour toutes les marques de vélos, avec les mêmes matériaux, explique le magazine économique français Challenges. Les prix, du coup, sont les mêmes partout. Cette extrême concentration des sites a rendu quasiment impossible la différenciation d’Oxylane face à ses concurrents, les innovations technologiques étant connues en temps réel par le secteur et la protection des brevets se révélant pratiquement impossible. ‘Il faut rapatrier un savoir-faire que l’Europe a perdu, note Dominique Daguillon, directeur de la division vélo d’Oxylane. Et nous voulons garder nos secrets pour nous’.»

Ces hirondelles font le printemps. La gauche efficace doit prendre le virage de la relocalisation car il est à la fois écologique et économique. Avec la nouvelle montée des du prix du transport, les régions québécoises où les coûts des terrains, de l’immobiliser, de la taxation municipale et le coût de la vie en général sont plus faibles – Bas du fleuve, Saguenay, Abitibi, Estrie, Centre du Québec – deviennent des choix de remplacement idéaux pour le retour d’une partie des entreprises manufacturières déplacées en Asie. L’accès facile au grand marché du nord-est et du centre des États-Unis ainsi que de l’Ontario restera disponible, même à coût de transport élevé.

Laisser un commentaire

N’ayez crainte : quand 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources de la planète, vous pouvez être certains que les requins capitalistes trouveront du cheap labor ailleurs sans aucun problème.

Obama se plaint de la valeur de la monaie chinoise.
Comme sous Hitler, la monnaie est ce que que les chinois veulent bien nous dire

Bravo! Moins de chance de voir nos animaux domestiques mourir après avoir mangé la bouffe chinoise.
Moins de chance aussi que les jouets fabriqués en Chine teintés de couleur au plomb se retrouvent dans les mains de jeunes enfants qui aiment goûter à ces couleurs.
Moins de chance de bouffer les crevettes empoisonnées de la mer de Chine.
Moins de chance de contribuer à l’asservissement des travailleurs chinois dans les « sweat shop ».
Moins de chance de se faire casser les oreilles avec le miracle chinois.
Moins de chances d’acheter l’ail de chine qui pourri après 3 jours sur le comptoir.

Sans oublier que les dirigeants occidentaux influencés par les banques et les corporations ont cessé de critiquer la Chine et les droits de l’homme en ce pays. (Preuve évidente que l’argent est plus importante que l’humanité)

Sans oublier banques et corporations qui n’ont pas hésité d’investir en Chine et beaucoup moins qu’en occident créant chômage et assistance sociale plutôt que le développement de nos sociétés.

Le miracle chinois….Ha! Ha! Ha!….non pas du tout, il serait plus juste de dire l’exploitation des travailleurs et par le capitalisme et par le communisme.

Ces grandes nation qui fabriquent de l’argent sans représentation domineront toujours le monde car quand c’est l’argent qui fait de l’argent le travail des travailleurs ne vaut rien .
Seule une monnaie unique mondiale onusienne pourrait changer cela.
Comment les pauvres ( Urss, Chine, Indes ) peuvent s’enrichir aussi vite ? En faisant comme les capitalistes US donc en fabriquant autant de billets nécessaires
Le Crédit Social au Québec- Canada de Caouette avait compris cela avec la Beauce de Maximus Bernus

À mlemay:

Retourner SVP sur les bancs d’école pour vous instruire sur la situation internationale:

« Made in China » ne veut pas nécessairement dire « Made BY China »

Les problèmes économiques/sociaux/environnementaux de la Chine ont été en grande partie créé par l’Occident et non par l’Orient et ce, bien avant le 21e siècle!

La qualité de vie de la société canadienne actuelle a été construite à même tout les défauts que vous attribuez à la Chine.

Pensez-y!

Les États-Unis sont copain avec la Chine.

Nous, on a globalement opté pour l’Inde. Même le Québec y travaille pour reformer un nouveau Commonwealth pour l’Après-Crise (déclin de l’empire américain, invasions barbares, âge des ténèbres).

De 1, Stephen Harper l’a déjà déclarer, on est allié à l’Inde et aux grandes puissances asiatiques (Singapour, Japon, Corée du Sud, Hong-Kong, Taïwan). De 2, on construit des barrages au Népal pour leur donner une électricité propre et abondante. De 3, les États-Unis perdent de la vitesse, autant que l’Angleterre et l’Europe.

On se positionne bien… et au yable les chintoks. Pourquoi s’allier à un pays qui donne des armes nucléaires à des pays instables (Pakistan) ou fou furieux (Corée du Nord). Rien contre les Chinois en tant que tel, ils méritent cette expansion spectaculaire. Ils y ont travailler fort aussi. Mais ils jouent un jeu très maladroit sur l’échiquier mondial et c’est ce qu’on ne peut ignorer. Ils doivent aussi cesser de voler les idées de tout le monde.

@ Croteau

Merci beaucoup pour l’invitation. Vous savez Croteau la Chine a une banque nationale ou une banque d’État. Ainsi elle contrôle la valeur de sa monnaie et peut aussi se développer sans les banques privées internationales.

Donc les corporations et les banques privées internationales demandent que les gouvernements occidentaux fassent pression sur la Chine pour qu’elle augmente la valeur de sa monnaie et l’état chinois refuse.

Tant qu’à votre information made in China et made by china c’est n’importe quoi. Mais contrairement à vous, je ne vous conseille pas de retourner sur les bancs de l’école car vous feriez perdre le temps de tout le monde.

Les systèmes ont atteint les limites et on voit partout les états s’effrondés….Islande, Grèce, Portugal et plusieurs autres à venir…..le retour à l’auto-suffisance n’est qu’une question de temps….à moins que nos banques et nos corporations nous réservent des surprises à la Goldman Sachs…

Évidemment les travailleurs qui gagnent leur vie avec l’import/export peuvent ne pas être d’accord. Mais non plus les emplois manufacturiers qui se sont retrouvés en Asie les travailleurs n’étaient pas d’accord.

Tous ces libres échanges sont davantage pour les corporations qui ont toujours cherché à faire plus d’argent (elles en faisaient) et davantage au détriment des travailleurs. C’est le retour du balancier.

Et en passant ce que je décris dans mon commentaire est rigoureusement exact puisque recueilli dans nos médias.

Mais croyez-moi la désinformation existe à tous les niveaux. Elle s’accompagne généralement d’une insulte suite à une réalité qui frustre. Vous vous en remettrez Croteau. Bon courage!