Vidéo: le scandale financier, en chanson !

L’émission This American Life, du réseau NPR, a mis en ligne une chanson pédagogique et rigolote sur les scandales financiers où les banques ont parié, et gagné, sur l’échec de leurs propres produits financiers. Ils ont, disent les chanteurs, « parié contre le rêve américain ». Une chanson opportune, alors que les dirigeants de Goldman Sachs passent un mauvais quart d’heure, aujourd’hui, devant un comité du Sénat.

« Bet Against the American Dream » from Alexander Hotz on Vimeo.

Laisser un commentaire

Je pense bien, M. Lisée, que ni vous ni moi n’allons pleurer sur le « mauvais quart d’heure » des dirigeants de Goldman Sachs. Si l’on tient compte du système judiciaire, d’accord plus sévère aux États-Unis qu’au Canada, on peut parier que jusqu’à maintenant, ça se passe entre bureaux d’avocats. Il faut cependant saluer haut et fort le courage et l’intelligence du président, Barack Obama. Le courage, parce qu’il fait face a une puissance redoutable et l’intelligence parce qu’il est très conscient du tort qu’ils ont causé à ce qui était, et de loin, la plus grande puissance au monde.
Serait-il exagéré de mettre en parallèle le comportement de notre gouvernement vis-à-vis de notre Caisse de dépôt et placement? Si je ne m’abuse, à part la douzaine de milliards investis dans les PCAA (papier de Monopoly, je crois), il me semble que la Caisse avait également empruntée à peu près à la même hauteur dans l’espoir d’obtenir un meilleur rendement que le coût de ses emprunts.
Mais ça, ça ne serait pas si grave si ce n’était pas que la pointe de l’iceberg.

Les banques ont tellement eu de succès en pariant sur l’échec du système financier qu’elles ont eu besoin d’un bailout !

il serait peut-être bon de rajouter 2 autres paliers d’imposition pour les très hauts salaires,
60% pour ce qui dépasse 300 000 # jusqu’A 2 millions et 85% pour ce qui dépasse 2 millioms.Ça
réduirait l’incitation a la course au plus hauts salaires,a moins de vouloir enrichir le fisc.

Les criminels ne sont pas tous en prison. Faudrait construire des camps de travail pour les délits d’initiés et les initier au travail. La justice devrait récupérer tous les milliards volés aux populations de la planète pour les injecter équitablement dans l’économie durable.

En attendant, c’est pour quand la refonte du capitalisme du désastre? J’ai la curieuse impression que c’est reparti de plus belle. C’est pour quand la prochaine crise organisée?

Le rêve québécois

Nos banques sont sauvés par nos politiciens, notre mouvement desjardins devient aussi mercantile que ces voleurs de nos banques à chartre ete nous continuons à rêver que l’immigration va nous sauver alors que depuis 10 ans, 550,000. nouveaux venus plus les non invités, perquisonnent nos lits d’hôpitaux que notre cher Charest et son homonyme ont oubl de la liste d’attente est de 3 ans maintenant.ié de nous en parler
À 70 ans, je vous affirme que mon rêve québécois est brisé.

En fait le rêve matérialiste violent american était un cauchemar
Le pays ou la première industrie est le système carcéral et les marchands de canons et d’objets de sécurité.

Peut-être l’indice « historique » : si le rêve « américain » joue contre lui-même, cela signifie qu’une étape cruciale est accomplie, celle du cercle vicieux ( ou « serpent qui se mord la queue »)!… « L’allié » en Méditerranée est parvenu au même point : une idéologie est partie de ghettos et de camps de concentration … par parvenir à en fabriquer eux-mêmes, de taille gigantesque, des « New York 1997 » !…

Ces tartuffes ne savent faire que des prisons : sur notre frontière cosmique, l’aérospatiale militaire US prétend détruire tous les satellites qui la gênent !… Ils ont décidé de transformer notre planète en prison, alors que l’Âge de l’Espace sonne pour le genre humain et qu’il s’agit de seuils fatidiques pour les millions d’années qui vont suivre !…

@ andre grenier:

Pourquoi vous arrêter en si bon chemin et ne pas imposer 100% des salaires de TOUS les Québécois qui travaillent comme ça se faisait au temps béni des bolchéviks?

En imposant trop lourdement les gens qui créent la richesse (on peut être et riche et honnête vous savez…), on décourage cette création de la richesse, on chasse les entrepreneurs vers d’autres cieux et on appauvrit tout le monde, le riche comme le pauvre, comme l’ont constaté les pays du bloc de l’Est il y a quelques années. Inutile de faire cette expérience car d’autres l’ont fait pour nous. Il est stupide de penser qu’à faire les mêmes gestes on obtiendra des résultats différents!

L’État devrait être réduit à sa plus simple exxpression et la LIBERTÉ de choix devrait être redonné à tous les Québécois.

Z’avez quelque chose contre la liberté?

«Les gens qui créent la richesse» Quelle illusion!

Ils ne créent rien sans la sueur de ceux qui travaillent et l’argent qu’on leur donne.

Des créateurs de richesse !

Pauvres naïfs !

FDR a interdit les produits derives suite a la grande depression en 1936, ce qui est devenu legal sous Reagan. On a aussi mis de cote des volets du Banking Act of 1933 (Glass-Seagall) au cours des administrations suivantes, Alan Greenspan a declaré qu’il n’etait pas necessaire d’avoir des reglements contre la fraude puisque le (la main invisible du) marché préviendrait les fraudes.