Vive les surplus!

Surplus imprévu, déficit imprévu: c’est pareil. Dans les deux cas, le responsable du budget s’est planté dans ses calculs.

Le premier ministre Philippe Couillard. (Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne)
Le premier ministre Philippe Couillard. (Photo: Ryan Remiorz/La Presse Canadienne)

Depuis quelques mois, je force ma petite famille à ne se nourrir que de toasts Melba. Résultat : mon budget affiche un surplus de plusieurs milliers de dollars. Si mon enfant survit à sa sévère anémie et à son scorbut naissant, il sera heureux de savoir que j’ai mis l’argent épargné dans un REER pour lui.

C’est ça, penser à l’avenir.

Le gouvernement Couillard a fait un peu la même chose depuis son élection, imposant coupes par-ci, compressions par-là et tapes sur les doigts aux vieux qui tentent de prendre un deuxième paquet de biscuits soda dans les CHSLD. C’est ce qui lui a permis de dégager… des surplus !

Pour ceux qui ne savent pas ce que ça signifie, puisqu’on voit des surplus au Québec aussi souvent qu’on voit un commentaire homophobe bien écrit sur Facebook, une petite explication :

Vous savez quand on annonce un déficit de 1,8 milliard dans un budget ? Ben là c’est la même chose, mais à l’envers. On a calculé les dépenses et les rentrées d’argent, on a fouillé les craques du sofa de l’État, et on se retrouve avec 1,8 milliard de dollars de lousse.

Un surplus imprévu, ça « sonne » mieux qu’un déficit imprévu. Mais dans les faits, c’est un peu pareil : dans les deux cas, le responsable du budget s’est planté dans ses chiffres. On peut donc se dire « Yé, le gouvernement a trouvé 1,8 milliard ! », ou « Tu veux dire qu’on aurait pu couper presque 2 milliards de moins !? »

Parce que ce surplus, il ne vient pas de nulle part. Il n’est pas apparu comme un 2 $ sous l’oreiller d’un enfant qui a perdu une dent, pour récompenser le gouvernement de sa bonne gestion.


À lire aussi:

La grande déconnexion libérale


Ce surplus, c’est l’aide aux devoirs coupée dans une école d’Abitibi. C’est un immigrant à qui on n’apprendra pas le français. C’est un centre de désintox qui doit dire à des gens en détresse « c’est ben plate, mais il manque à notre budget l’équivalent de ce que le conseil des ministres dépense chaque année en pain tranché pour ses réunions matinales. Va falloir fermer. » C’est une parade de ministre qui défile pour vanter les vertus de la patate en poudre. Ce sont des salaires de médecin qu’on… Non, pas ça. Scusez, je m’emporte.

Ce surplus, c’est la somme des douleurs, des désagréments divers et des souffrances réelles de milliers de personnes qui peuvent maintenant se demander si ce sont leurs services à eux qu’on a coupés pour rien. Oups !

Que fera-t-on avec tout cet argent ? Les idées ne manquent pas. Elles vont de s’acheter un sapré gros winnebago (oh yeah !) à réinvestir en santé et en éducation (c’est plaaaaate !).

Va-t-on annuler les compressions de 242 millions en santé annoncées il y a à peine deux semaines ? Bien sûr que non, parce que… heu… parce que. De toute façon, celles-ci se feront « sans couper dans les services à la population », promesse du ministre Barrette. (Insérez ici une pause pour laisser le lecteur rire/hurler/rouler des yeux tellement fort qu’il risque de tomber par en arrière.)

Le ministre Carlos Leitão, lui, fait plutôt miroiter des baisses d’impôts dans les prochains budgets. Juste à temps, gadon ça, pour la prochaine élection.

As-tu entendu ça, pépère ? Avec ce qu’on va sauver en impôts, on va peut-être pouvoir te payer un deuxième bain sur le marché noir ! Faut fêter ça. Patates en poudre pour tout le monde ! Vive les surplus !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

64 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Kossé que tâ conte lé pétate en poud, cé moin chère quel cimen et ça au moin … sa rest collé. Non mé, les heunes comprenne rien.. J’ai fet mon patio lanner passé, sa pris du tem pour que sa durcisse mais aprè lhiver toutt é revnu korrek. 79 cent le kilo ché dolorama, essay don de trouvé du cimen as prix la !

Le précédent commentaire n’engage aucunement la responsabilité de l’auteur ni de sa santé mentale, nous nous excusons si certaines ambiguïtés au niveau des circuits neuro-transmetteurs à cette âge avancée (l’âge de la santé mentale, bien entendue).

Après avoir lu le commentaire d`avant je suis rassuré de lire celui ci. J`avais perdu la totalité de ma motivatio à en lire plus

Comment s’attribuer tout les mérites dont ils n’ont même pas le contrôle, autrement comment attribuer tout les démérites aux élus précédents… la politique au Québec, c’est un peu comme la mode, ça tourne en rond sur une certaine période… vivement des élus qui briseraient ce cercle vicieux!

C’est drôle! Le ministre n’était pas capable de déchiffrer ce surplus. Faudra attendre le rapport du vérificateur en septembre. Ah! Bon! Comment ce fait-il que Standard and Pours a haussé la côte du Québec en disant entre autre, selon les dires du ministre, que le Québec a très bien su gérer ses dépenses. Eux à New-York York en savent plus que le vérificateur à Québec. Toute une explication, mon cher minissssssse!

Il n’y a aucun rapport entre les deux. Les sociétés de cotation ne se basent pas seulement sur les résultats finals mais bien le mode d’exploitation. Si une entreprise ou un gouvernement démontre qu’il réussis à redresser ses finance, les sociétés de cotation leur donneront une meilleure cote. C’est le cas pour l’Angleterre, suite au Brexit où S&P et Moodys ont décoté le pays de AAA à AA.

Tu dis n’importe quoi… S’il a un déficit vous chialez et un surplus vous chialez encore…

Quelqu’un n’a pas bien compris comment ça fonctionne on dirait…

Oui on va chialer dans les deux cas parce que dans les deux cas c’est que tu ne sais pas gérer ton budget adéquatement, à moins que le surplus ou déficit soit prévu. Un déficit est habituellement une bien meilleure chose, mais bon, la populace ne comprends pas vraiment pourquoi et pensent que la dette est une mauvaise chose…

En fait, ce n’est pas un surplus, c’est un détournement de fond. Les libéraux ont détourné des fonds dédiés aux services publiques et veulent maintenant rediriger cette argent vers les plus riches.
Les libéraux sont des créateurs de pauvreté et détruisent nos institutions tout en continuant de nous endetter par le biais de subvention à des multinationales qui entre en compétition directement avec la petite entreprise.

Dégoûtant !

Si vous êtes à ce point un expert de la haute administration et finance vous devriez vous proposer comme candidat électorale. Toutes les grandes entreprises fonctionnent sur des prédiction et il n’y en a aucune qui parvient à réaliser ce qu’elle a prévue.

La dette et les déficits sont acceptables, dans la mesure où ils ne sont pas trop élevés par rapport à la taille de l’économie. Mais comme toute chose, la modération a meilleur goût. On l’a vu avec le Portugal, l’Espagne et surtout la Grève. Ces pays jadis relativement prospère ont été forcé, à cause de leur énorme endettement, à procéder à des coupes massives et sauvages dans les services publics. On veut à tout prix éviter ça pour le Québec, très à risque. En effet, c’est la province la plus endettée du Canada et si nous étions un pays, nous serions dans le top 10 des pays les plus endettés de l’OCDE.

Concrètement, la dette nous coûte collectivement 8 milliards d’intérêt par année ou 2000$ par contribuable. C’est presque 10% du budget! C’est le poste budgétaire le plus important après la santé et l’éducation. Il est impératif qu’on rembourse une partie de cette dette pour retrouver notre marge de manœuvre budgétaire.. Heureusement, il y a le fonds des générations. Mais si on peut en rembourser un peu plus lorsque l’économie va mieux que prévue, c’est une excellente chose. Parce qu’on sait qu’il y aura inévitablement des déficits lorsque l’économie ira moins bien. C’est ce que Mathieu Charleboix n’a pas compris.

car toi tu es capable de prevoir tes depenses au dollars pret 1 an a l’avance ??? incluant des bonus inattendus, un changement dans ta santé, ou un bris de voiture ou une hausse de ton hypotheque a taux variable ? tu es vraiment super fort ! deviens ministre des finances alors, car tu as trouvé la recette miracle !
un budget c’est un guide basé sur ta connaissance actuelle et une petite idée de ce qui pourrait arriver. cela ne sera jamais precis car il y a trop de facteurs d’influence. surtout au niveau d’une province avec des entrées d’argent dependent des revenus edes entreprises sur lesquelles tu ne peux pas grand chose.
Et tu mettra toujours un fond de coté pour les imprevus… aie les imprevus, on a pas eut de catasprohe cette année au Quebec ! rraaahhh… pourquoi la ville de sherbrooke n’a pas brulée pour depenser ce fond d’urgence ??? mais quel malheur !!!!
es tu capable de quantifier tes besoins urgent toi ? car sinon ton budget ne sera pas precis

« Un déficit est habituellement une bien meilleure chose, mais bon, la populace ne comprends pas vraiment pourquoi et pensent que la dette est une mauvaise chose… » (sic)

Bien sûr…s’endetter et créer des déficits, c’est s’enrichir…

Un émule de QS?

C’est sur qu’ils ont un surplus y nous ont complètement déplumé gang de sans coeur pense rien qu’a leur poche nos petits commerce sont a plat a cause de leur appétit astronomique les pauvres travailleurs sont a bout de souffle.

Absolument d’accord avec toi. Maudit gouvernement à marde. Le pire c’est que si il y a des élections, les ‘cons’ de québecois vont encore voter pour les libéraux de culs….

ça c’est vrai ! après de moins de torture libérale, le peuple québécois change d’idée et vote encore pour les libéraux encore et encore…on dirait que rentrant dans la cabine de vote, ils oublient toutes les misères et coupures faites….peux-être il y a quelque chose de louche dans le cabines?

Des coupes??? Des compressions???

J’aimerais vous rappeler que les dépenses étatiques québécoises ont AUG-MEN-TÉ!!! Oui…oui…AUG-MEN-TÉ|!!!

Oui, certains budgets obèses et lourdingues ont légèrement diminué mais dans l’ensemble, les dépenses de notre gouvernement Libéral ont AUG-MEN-TÉ.

Et de là à affirmer que nous mangeons des toasts Melba…:

http://www.lactualite.com/societe/le-gene-du-bonheur-est-il-quebecois/

Prenez la peine de vous renseigner adéquatement.

Les budgets de plusieurs ministères qui n’ont rien à foutre avec la santé ont AUG-MEN-TÉ!!!

Oui des coupes au service citoyens , oui des compressions au service citoyens

Ce ne sont pas les dépenses de notre États qui as augmenté , ce sont les fraude , vol détournement de fond et profit sans vérification du privé qui est senser couter moins cher a l’état , sans oublier les projets spcéiaux en priorité comme Bombardier , cimenterie et Colisé donné a PKP.

C’est beau de voir coment tu traire les budget comme tu traite ta blonde et femme de ta famille. Il y as moins de dépense vus le surplus.

Les patate en poudre de muavaise qualité et portion diminué est ce qui est servie au personne agées dans les centre financer par argent publique.

Arrête de suivre les radio poublle , le RLQ et IEDM tu sait les lobby des fraudeur et voleur et vas prendre un cour en budget , quand tu as le plus gros surplus de l’histoire du Québec il y as eu des coupure massive pour arriver, vus que les revenus de l’état on aussi baisser.

Augmenter les dépenses et faire un surplus de 1,8 milliard, c’est comme avancer en reculant.
La seule façon d’augmenter les dépenses tout en faisant un surplus de 1,8 milliard serait de voir les revenus bondir de façon exceptionnelle.
Où avez-vous vu ces revenus supplémentaires.
Un peu de logique quand même !

Les Libéraux, contrairement aux péquistes, ont su contenir, voire RÉDUIRE, le rythme de l’augmentation des dépenses tout en gérant mieux les revenus d’où le surplus.

N’êtes-vous pas satisfait de voir (enfin!) des SURPLUS plutôt que des DÉFICITS dans les comptes de l’État québécois? Et tout ça, à l’intérieur de notre beau et grand Canada. Comme quoi nous n’avons aucunement besoin de nous séparer pour savoir bien gérer nos budgets.

La hausse des dépenses correspond exactement à la hausse des salaires du personnel; donc une dépense incompressible.

(desole, clavier sans accent) Si les depenses augmentent moins vite que l’inflation, alors les depenses reelles diminuent. Il n’y a pas un economiste qui se respecte qui fera une analyse sans tenir compte de l’inflation.

Oui bien sûr, augmenter = réduire! Simple…fallait y penser.

C’est comme les célèbres « retombées économiques » où les dépenses deviennent des investissements et où les revenus sont souvent miraculeusement multipliés par 5 ou même 10 (le fournisseur et l’employé qui s’approvisionne auprès d’un autre fournisseur qui lui également s’approvisionne… Vous voyez le topo? Et où, bien sûr, on évite soigneusement de parler du fait que ces « retombées » sont autant d’argent qui NE SERA PAS dépensé ailleurs.

Personnellement, je félicite grandement notre gouvernement Libéral qui a su contenir les dépenses de l’État obèse et improductif pour l’une des rares fois depuis la Révolution dite tranquille, et j’espère de tout Coeur qu’il saura continuer à naviguer dans cette direction malgré tous les écueils que les syndicaleux et les groupuscules de pression ne manqueront pas de mettre sur leur chemin.

Bravo! M. Charlebois. Ça me fait du bien de vous lire ce matin car son argent, le gouvernement, il l’a pris dans la MISÈRE qu’il a causée à DU VRAI MONDE! Je ne comprends pas que ce gouvernement garde la cote des québécois. Ce sont de purs SANS COEUR sauf, bien sûr pour les m….oups..Non, pas ça. Scusez, je m’emporte!

Hélène, il y a qu’une certaine majorité de québécois ont peur du référendum pour le OUI et voteront, encore et encore, pour le parti libéral. Même si ceux-ci ont une gestion des revenus/dépenses de l’état à faire tiquer chacun de nous, à moins d’un parti politique plus modéré sur la question de l’indépendance, ils seront réélus! Alors, ravalons notre pilule amère!

Si les Libéraux ne connaissaient pas ce surplus, se pourrait-il que ce soit un héritage du précédent gouvernement ??? Excusez nous Madame Marois !!!
C’est de la haute improvisation pour un gouvernement dit sérieux … peut-être trop occuppé en voyages, représentations, receptions protocolaires , »palaisé, limousiné,voyagé » aux grands frais de ses administrés…

L’article de monsieur Charlebois est légèrement populiste, je trouve. Sur un budget global de près de 100 milliards de dollars, ce surplus ne représente qu’environ 1,6% d’écart…pas de quoi déchirer sa chemise. Gérer un paquebot est plus difficile que conduise un canot! Les écueils sont nombreux tant dans les prévisions des revenus que des dépenses. Il s’est avéré cette année que les revenus du gouvernement ont été plus élevés que prévus, étant donné la bonne tenue du marché du travail, entre autres. Il ne faut pas oublier non plus que les dépenses du gouvernement ont augmenté cette année comparativement à l’année précédente. Où est le drame là dedans?

D’accord avec monsieur Tanguay et en ce qui concerne l’aide aux devoirs…c’est pour les parents, pas pour le gouvernement.

comme le dis si bien François le gouvernement a coupé dans L’AUGMENTATION du budget du gras il en reste encore beaucoup.

Très bon article aussi sarcastique et vrai que nous sommes gouvernés par des bouffons.

Maintenant que la province déborde de richesses, il serait de mise qu’elle serait classée parmi les provinces les plus riches et que les autres provinces n’aient plus à défrayer de leurs deniers pour payer la péréquation du Québec. Ça dure depuis 1958, il est plus que temps que ça cesse!

Le système de péréquation ne fontionne pas seulement selon les déficits ou surplus. Le Québec continuera à obtenir un montant faramineux de péréquation qui serivra notamment à la rénovation des infrastructures (routes, hôpitaux, écoles etc).

faites juste mettre un autre gouvernement et il va dire que celui-ci a menti et laisser la province en péril, c’est la même chose chaque fois qu’un gouvernement se fait mettre dehors ,mais il y en a qui votent pout les meilleurs menteries, donc les meilleurs pour tuer l’économie de la province de mettre les personnes au bas de l’échelle pour les services quand eux se sauvent en privé ou à l’extérieur pour les services ou pour cacher leur magot en paradis fiscaux

Bravo monsieur Charlebois, il fait supposément bon vivre au Québec, encore faut-il en avoir les moyens. Les plus taxés en Amérique. C’est facile, le gouvernement décide que c’est ça et c’est ça. Démocratie ou dictature? Nous sommes effectivement des moutons et nous choisissons qui va nous tondre. À quand un vrai bon ménage?

Les Québécois devront attendre de longues années avant d’être sortie de sa dette (double de celle du Canada per capita. Les Québécois ont choisis durant des années, de mettre au pouvoir le PQ qui a plus de 80% de la dette actuelle du Québec http://www.lactualite.com/lactualite-affaires/chronique-de-pierre-fortin/dette-du-quebec-rien-ne-justifie-la-panique/. Ces dégâts effectués en 25 ans prendront au moins un demi siècle si ce n’est pas un siècle pour la payer si la tendance se poursuit. Le coût de la dette (intérêts sur la dette) était de 11$ milliards en 2014 grâce aux taux d’intérêt extrêmement bas de ces dernières années mais si les taux d’intérêts augmentent tel que prévu, le Québec devra dépenser de plus en plus pour payer son service de la dette.

Mathieu Charlebois ton article est stupide et je serais gêné d`écrire une telle connerie.Critiquer pour critiquer la vraie devise du PQ qui n ònt pas encore compris que la population n`en veux pas de l`indépendance.Le gouvernement Libéral de Couillard est le meilleur que l`on a eu depuis très longtemps.

Moi, je la veux l’indépendance. Je suis tannée d’envoyer 50 milliards en impot à Ottawa et de les voir nous en retourner 9 milliards (comme si il nous faisait un cadeau) Le reste de nos impot envoyés à Ottawa, sert pour GM en Ontario et les avions de chasse militaire et plein d’autres dépenses avec lesquelles je ne suis pas d’accord. Un Québec indépendant serait un pays riche!

Mlle Geneviève. Il ne faut pas considérer que la 9$ milliards de péréquation car il représente qu’une partie du montant total au delà de ce que nous envoyons au fédéral. Qui paye pour le pont Champlain, la Défense Nationale, poste canada, les aéroports, santé canada et les brevets des médicaments, agriculture Canada dont les Québécois sont les premiers à recevoir la plus grande partie de la tarte, d’Industrie Canada, le Ministère des affaires extérieurs, le support pour les exportations, Environnement Canada (dont le système de prévision atsmosphérique provient), le tiers des frais des tribunaux du Québec, Ressources Naturelles qui payent plus de 50% des subventions pour les mines au Québec, le système de la voie maritime et des ports au Québec, Immigration Canada, Douanes Canada, la GRC, Radio-Canada de et combiens d’autres ministères qui versent des subventions ou de prêts garangies à coups de milliards à chaque année.

La péréquation ne concerne que certains éléments dont la santé est la plus grande partie du montant.

C`est aussi grâce à des retraités qui n`ont pas d`augmentation de leurs rentes depuis plus de 12 ans -sauf erreur-car la CARRA & ses associés ne nous donnent aucune augmentation (redis-je) puisque l`inflation ne dépasse pas 3%.Ce qui fait que notre pouvoir d`achat diminue chaque année. A 82 ans bientôt je travaille 20 heures-semaine pour éviter de puiser dans mon cochon ! Car que vais-je devenir si je ne meurs pas ! Merci Monsieur Couillard ! Vous êtes médecin …je crois.

Bravo pour le surplus, peut être que nous allons avoir un médecin de famille après sept ans sans . Avec les libéraux la SANTÉ NOTRE PRIORITÉ .

Affreux comme analyse et tes comparaisons sont minables LA prochaine fois réfléchir avant d’écrire et trouve des bonne explications intelligente svp

Je ne peux croire qu’une partie importante de la population donne toujours sa confiance à ce gouvernement irresponsable qui laisse pour compte les aînés, les enfants et les plus démunis de notre société. Jamais le Québec moderne n’a subi tel saccage de ses acquis sociaux. Entendre Barrette et Couillard nous répéter ad nauseam que les services et les soins directs ne sont pas affectés par leur obsession austère me donne de hauts le cœur. J’ai un profond dégout de la classe politique en entier. Certes, le PLQ est en tête de liste. Mais que font les autres? Ils se font du capital politique en dénonçant à qui mieux-mieux la gouvernance du PLQ. Mais qui parle vraiment au nom de la population? Qui est prêt à se lever, à mettre son siège en jeu à l’Assemblée nationale pour démontrer au gouvernement qu’il représente vraiment ses électeurs?

Et si le 1,8 milliard était réellement venu du néant? Comme une baisse des taux que le Québec doit payer sur sa dette cumulée à force de vivre au dessus de ses moyens. On peut agir ou laisser aller comme la Grece

Une façon d’augmenter les surplus : charger des intérets sur une dette alors qu’ils ont le cheque couvrant cette dette et qu’ils prennent des semaines avant de le changer. Répéter sur plusieurs contribuables…bingo ! Pour moi , c’est du vol direct

Mathieu Charlebois : Vas lire LE COMPTEUR DE LA DETTE QUEBECOISE et apres tu vas t’la fermée (GOOGLE)

Dommage mais ceci est une fausse explication ! S’il existe des surplus c’est causé par un ensemble de facteurs qu’il faut considérer séparément et pour leur utilité propre. Les coupes avaient pour but de stopper l’hémorragie. Si l’économie ne s’était pas améliorée, un budget équilibré nous aurait au moins permis d’équilibrer les comptes sans subir de trop graves conséquences. Le surplus pour sa part provient, entre autres, de l’amélioration de l’économie et en cela le gouvernement n’est différent de personne. Aucun fonctionnaire, aucun ministre ne peut prédire avec exactitude l’avenir. Mais maintenant ils pourront tous agir sur le présent ! Si nos dirigeants n’avaient pas assaini les finances publiques, nous N’AURIONS MÊME PAS DÉGAGÉ LA PRÉSENTE MARGE DE MANOEUVRE. Et nous attendrions encore une solution à nos problèmes qui s’aggraveraient par le contexte d’une dette et d’un déficit grandissants en même temps. Ce serait comme d’être face à un garde-manger vide, ne plus avoir un sou en banque pour acheter de la nourriture et des banques alimentaires vidées par la trop grande demande générale combinée à une baisse de production alimentaire causée par un manque de production quelconque, économique ou naturel. Gérer avec efficacité, c’est au contraire avoir le courage de poser les bons gestes au bon moment et ce, même au détriment d’une popularité politique qui demeure toujours temporaire de toutes façons. Actuellement, nous avons atteint le meilleur des deux mondes. Nos coûts de financement de la dette sont plus modestes parce que nous avons jugulé le déficit et cela s’ajoute à la marge de manoeuvre dégagée ainsi qu’à l’amélioration de la situation économique du Québec. Cette conjoncture pourrait être ébranlée à tout moment considérant que l’économie mondiale est encore sous respirateur artificiel et ce tant que les nouveaux modèles économiques ne seront pas bien implantés. La fameuse mondialisation nous emmène graduellement et malgré elle vers une économie mieux partagée, même si les fruits n’en sont pas encore assez visibles et même si ce changement prendra du temps à s’implanter. Il faut laisser l’économie de partage s’appuyer sur une économie libre si nous voulons conserver les avantages du marché contrôlé par des impératifs d’autorégulation qui sont de beaucoup préférables à la production étatisée. Le passé nous l’a grandement démontré. Et si quelqu’un peut prédire les prochains résultats économiques je prédis un grand avenir à cette personne. Le meilleur est encore à venir dans la mesure du volontariat de nos participations individuelles à l’élaboration d’une stratégie commune et démocratique !

Bravo M. Charlebois….continuer d’écrire ! Je crois que nous avons de très bons avantages à vivre au Québec mais nous payons pour tous ces avantages et ils sont coûteux….donc, faut faire des choix…1. On doit absolument revoir au complet notre façon de gérer des hôpitaux, des écoles et les ministères concernées; je suis convaincue que l’on règlerait une très grande partie du problème budgétaire en éliminant les sommes gaspillées ou mal utilisées et ou encore mal réparties causé par des méthodes désuètes et archaïques de gestion dans ces gros et important ministères; 2. On diminue les services qui ne sont pas vraiment essentiel pour l’ensemble des québécois mais conservons les services qui touchent la santé et l’éducation 3. On suspend ou réduit le budget pour .. à titre d’exemple, la Maison Olympique, les musées, rénovations inutiles dans notre parc immobilier et j’en passe……..Avant de prendre un dollar pour peinturer à nouveau un mur d’un musée ou d’un bureau au ministère, je le donnerai aux québécois pour manger, être soigné et éduqué……loin de moi l’idée de les abolir……si notre budget est serré ou insuffisant pour payer notre loyer, électricité et la nourriture pour nos aînés et nos enfants en particulier, croyez-vous vraiment que nous irons aux musées ? Je mets messieurs Couillard et Barrette au défi de passer une semaine complète dans un CHSLD couché dans un lit sans air climatisé durant la semaine la plus chaude de l’été et avec le luxe d’un bain par semaine et des patates pilées au menu et peut-être un légume !

Toujours la même rengaine: les 2 premières années d’un mandat, on coupe dans les budgets; dans les 2 dernières, on redonne pour cette fois se préparer à gagner les prochaines élections. Les gouvernements ne pensent qu’à se faire élire non aux citoyens. Si c’est ça la démocratie!!!!

Surplus et amélioration de la cote de crédit à Québec grâce à la performance d’un gouvernement de centre-gauche (beaucoup trop de gauche à mon goût mais…bon…) et déficits abyssaux à Ottawa à cause d’un gouvernement de gauche-socialiste style QS…

Lequel des deux sera viable à long terme croyez-vous?

Même si le Canada a une dette, elle demeure raisonnable lorsque comparée aux pays industrialisés (que se soit le G7, le G8 et on ne parle certes pas du G20). Les conservateurs ont omis durant plus de 10 ans de rénover les infrastructures qui tombent les unes après les autres et il y a un retard qu’il faut absolument rattraper. Le pont Champlain n’est qu’un seul exemple parmis des centaines de cette envergure et des milliers de moindre importance.

La très grande majorité des grands hôpitaux du pays, incluant ceux du Québec ont été construites durant les années 50 et 60, toutes celles qui ont été construites avant les années 60, dont Notre-Dame (1924), Sacré-Coeur (1903) et tant d’autres du début du siècle dernier doivent être reconstruites avec la participation du Canada. Le problème est le même dans la plupart des provinces. Combiens de milliers d’écoles secondaires et primaires sont en friche.

Le Canada a rénové les infrastructures aéroportuaires et portuaires à coup de milliards, c’est le tour des hôpitaux, des écoles et de milliers de ponts qui relèvent des provinces mais dont le Canada devra participer.

La dette per capita du Québec est du double de celle du Canada, mais au moins le Canada s’en tire beaucoup mieux malgré l’ensemble des responsabilités qui lui incombent.

Toujours la même rengaine ! On nage dans les déficits de façon récurante et oups! Lorsqu’ on fait un petit surplus il faudrait tout de suite le transformer en déficit plutôt que de réfléchir et le dépenser de façon intelligente!! Et que les québecois font dur parfois dans leur façon de raisonner! C’ est bien vrai gang de chialeux ; on est né pour un petit pain …. Le plus drôle la-dedans ; c’ est que le gouvernement a juste couper dans l’ augmentation faramineuse des budgets!!!! Imaginez s’ il ferait vraiment , mais vraiment le ménage dans les dépenses ! On serait riche et on pourrait soigner nos vieux et améliorer l’ éducation pour s’ affranchir de notre torpeur maladive. Allez les lucides à l’ ouvrage ça presse !!

Comme vous avez raison mais n’oubliez pas qu’au Québec, on traîne presque 45% d’analphabètes fonctionnels et que la presque totalité de la population est illettrée économique.

Merci en cela au système d’éducation public québécois qui préfère les compétences transversales aux vrais cours en économie.