Voter à 16 ans? Il y a du pour et du contre

Le train de mesures proposé ce mercredi par le Parti québécois inclut la proposition de ramener l’âge du vote, au Québec, à 16 ans. Est-ce une bonne idée ? Elle a été longuement discutée, déjà, notamment en Grande Bretagne et est appliqué depuis peu en Autriche et au Brésil.

J’ai discuté de l’état de la recherche sur cette question en avril dernier avec deux experts en questions électorales, André Blais et Henry Milner. Toute l’entrevue vaut la peine mais, spécifiquement pour le vote à 16 ans, allez à 31’30 »

Une mesure appliquée en Autriche et au Brésil

Je reviendrai sur d’autres des propositions avancées par le PQ lors de prochains billets.

 

Laisser un commentaire

Non pour le droit de voter à 16 ans.
Si tu as moins que 25 ans, et que tu n’as pas de droit d’avoir les mêmes privilèges de conduire que les autres, car le gouvernement dit que tu es trop jeune pour conduire.
Ça devrait être la même chose pour voter

Au Costa Rica, à chaque fois qu’ il y a des élections, toutes les écoles du pays votent.Naturellement le vote ne compte pas. Ceci a été instauré par le gouvernement afin que ces futurs électeurs prennent l’ habitude d’ exercer leur droit de vote et cela à chaque élection.
Pas une mauvaise idée, qu’ en pensez vous?

Suggestion pour intéresser/informer/impliquer les jeunes dans la démocratie/politique:

Donner un droit de vote ”blanc” dès l’age de 14 ans:
-Boite de scrutin séparée dans les bureaux de vote. Bulletins de votes comptés et résultats jeunesse dévoilés mais non comptabilisés dans les résultats officiels.

Avec cette méthode, on aurait la possibilité d’avoir l’opinion jeunesse tout en les impliquant dans le processus électoral: Ça ouvre même la possibilité à la formation de clubs politiques/campagne électorale dans les écoles secondaires.

On parle beaucoup de faire la politique autrement, combattre le cynisme, des mauvais taux de participation. Pour un vrai changement, il faut oser des nouveautés!

Pour ce qui est du droit de vote réel et officiel dès l’âge de 16 ans, j’ai aussi mes doutes…Une suggestion: droit de vote obtenu à l’obtention du diplome d’études secondaires (ou DEP) ou 18 ans, selon le premier obtenu….

Droit de vote dès la naissance

En 1982, la nouvelle Charte canadienne des droits et libertés inscrit dans la Constitution le droit de tous les citoyens de voter et d’être candidat à une élection, ouvrant la voie à la contestation judiciaire de règlements de vote jugés discriminatoires.

http://www.elections.ca/content.aspx?section=vot&dir=bkg&document=ec90785&lang=f

J’en conclu que les moins de 18 ans ont droit de vote mais qu’un règlement les privent d’une modalité d’exercice. Pour les autres droits, les parents comme fiduciaires de leurs enfants ont droit d’action, me semble.

Discourir d’abaisser l’âge d’exercice du droit de vote de 18 à 16 ans, c’est « se gargariser avec l’eau du bain du bébé qu’on a jeté avec » ferait dire Pascal Beausoleil à Jean Perron, si vous voyez ce que je veux dire.

En reconnaissance aux parents qui consacrent des tonnes d’énergie à refaire nos forces nationales de travail et d’engendrement, je leur accorderais le temps qu’il faut pour que leurs enfants apprennent à le faire eux-mêmes, l’exercice de leurs droits de vote.

Cet évolution démocratique aurait pour effet d’abaisser l’âge moyen électoral qui a dépassé les bornes de 4 à 8 ans selon qu’un deuxième droit de vote serait alloué ou non à chacun des deux parents.

Nos élus prennent des décisions qui engagent l’avenir et notre crédit collectif souverain de façon prolongée. En période de déclin régénérationnel comme celui que nous connaissons depuis 40 ans, l’électorat est devenu sous-vireur et nous risquons le champ. Il nous faut rebalancer le poids électoral de notre population qui n’a pas fini de vieillir.

Avec tous les moyens de communication maintenant à notre disposition, il est temps, comme bien d’autres pays l’ont fait, d’impliquer nos jeunes à l’action politique.
Alors qu’ils sont déjà enclins à une démobilisation vis-à-vis la chose publique, il faut leur donner l’occasion de se responsabiliser en cette matière. A moins, bien sûr, d’interdire la démocratie aux moins de 18 ans.
Pareille mesure enverrait un signal fort et constructif à nos jeunes car il y a de fortes chances qu’elle soit perçue comme une marque de confiance et une invitation à la participation. Pareille mesure démontrerait bien la volonté politique d’associer plus largement la jeunesse à la conduite des affaires de l’État et de son propre avenir.
Cette proposition pragmatique permettrait de placer au coeur du système scolaire la question citoyenne.

je suis toujours étonné de constater l’étonnement des »croyants » en rapport avec le bête constat d’échec du système économique et social que font les jeunes actuellement, corollaire de leurs désengagement collectif a la chose politique,on a mis les loups dans la bergerie et les brebis sont tannées de se laisser bouffer.pour ne citer que l,exemple canadian regardez le taux réel de voix necessaire a l’obtention de la majorité et essayez d’y voir quelques formes de démocratie que ce soi et de transmettre la moindre confiance en ce système peu avoir l’air d’illuminés de la scientologie ou encore pire des imams de l’institut économique de montréal.ouf pour mes enfants je n’ai pas tendances a donner dans le wishfull tinking et dans le port collectif de lunette rose,j’y vais plutôt avec un conseil du genre,s.y.s.(save your soul)

Bonjour,

Sacrebleu ! Serait ce un geste de désespérance de la part d’un certain parti politique qui observe et voit venir à grands pas son tour de rejoindre les autres partis nationalistes au cimetières sur le Boulevard des Rêves Brisés ? Et pourtant, Monsieur Jean Herman Guay, cet éminent universitaire de l’Université de Sherbrooke vous l’avait bien dit dans un congrès de péquistes il y a de cela sept à huit ans : Emballez vos rêves, car le tout ne restera qu’un RÊVE ! Et vous autres les péquistes, vous l’avez foutu à la porte du congrès……. S’il vous plaît, les péquistes, ne mêlez surtout pas les adolescents, tous les jeunes dans vos éternelles guerres où le lancer du poignard est votre spécialité dans le dos de vos chefs.

Enfin ! Pour leur parler d’un pseudo Québec souverain dans la semaine des quatre jeudis qui serait anti militariste, pacifique et un fleuron dans la protection de la Planète….. Que ce serait donc pacifique qu’un Québécois dans le concert des nations ! Mais coudon, commencez tout de suite à donner l’exemple en cessant d’avoir des visages à deux faces pour mieux vous poignarder entre vous autres en hypocrites, en plein dans le dos ! Au plaisir, John Bull.

Les jeunes de 16 ans sont majoritairement mondialistes et écologistes, pas séparatistes. Le PQ ne sait plus quoi faire pour mal faire, ça a l’air. Misère !

À 16 ans tu ne sais pas encore QUI TU ES.
Ton intérêt porte sur la psychologie du jeune gars, de la jeune fille que tu deviens.
La politique est hors de ton champ d’intérêt.
Seize ans? Une clientèle facile à ACHETER par les politiciens. À manipuler
André Saint-Laurent

Il y a surtout beaucoup de « pour » à inclure les adolescents dans le processus démocratique, à leur donner une voix qui est considérée. À 16 ans, on sait lire, on navigue sur internet et on sait où s’informer, sans doute même plus qu’à 50 ans. Il serait peut-être temps de considérer nos ados pour autre chose que pour leur soi-disant paresse, leur individualisme, leur manque de respect, leur désintéret… et autres affublations négatives et rétrogrades. Si on parlait d’eux avec davantage de plus que de moin et si on considérait positivement leur contribution, peut-être verrait-on naître autre chose que la désillusion.

Si à 16 ans tu est trop jeune pour voter, es-tu trop jeune pour aller faire la guerre ? À ma connaissance, l’Armée canadienne ne refuse pas un jeune de cet âge. Si tu es assez vieux pour te faire tuer pour un pays, tu dois être assez vieux pour choisir tes électeur, je crois.

Franchement!

Le Parti québécois ne sait plus quoi faire pour faire voter « oui » à un peuple qui veut voter « non ».

Si ça ne fonctionne pas avec les jeunes de 16 ans, quelle sera la suite? Le vote à 10 ans avec promesse d’avoir plus de « congés d’école »???

N’importe quoi…

Hé Misère…

Le vote à 16 ans?
J’aimerais réagir à certains propos négatifs qui condamnent le messager plutôt que de discuter de la valeur de la proposition.
En démocratie, une proposition comme celle-ci n’est ni farfelue, ni insensée,ni quoique ce soit d’autre.
Elle doit seulement être débattue et ensuite soit acceptée ou soit rejetée. Car autrement, si certains états l’ont déjà entérinée et que certains autres y songent, faudrait-il conclure que ce sont tous des insensés?

Bonjour,

Imaginons un seul instant Philémon-Ulysse Bigras Tremblay, président des adolescents du Parti Québécois pour un Québec souverain dans un point de presse. Tout en précisant aux journalistes présents de l’interpeller par son prénom, étant trop jeune pour se faire apostropher par Monsieur, la formule de politesse élémentaire….. Hé, ça va bien les péquistes ? Au plaisir, John Bull.

J’imagine qu’il s’agit d’une autre tentative du PQ de « faire de la politique autrement » ainsi que le réclament tous ceux qui ont quitté le navire: Curzi, Lapointe, Aussant, Beaudoin…

Pourquoi un parti chercherait tant à plaire à une poignée d’ego qui ont l’esprit d’équipe assez développé pour foutre le parti dans un de ces bordels historiques dont il a le secret me dépasse, mais il est vrai que je ne suis pas péquiste…

N’empêche, voici une suggestion novatrice et facilement applicable pour faire de la politique « autrement » au PQ: prendre acte des résultats des deux référendums sur la souveraineté auxquels les québécois ont pris part, accepter le résultat, et changer de disque…

Moi je ne suis pas d,accord. Ils ne sont pas des adultes, justement on essaie de les faire viellir trop vite en leur mettant des dettes d’études, des contrats de cellulaire, des obligations financi`res qui finissent par leur faire lacher l’école. Le crédit aux mons de 21ans, pas d’accord. Le permis de conduire aux moins de 21 ans oui dans certaines conditions. avec un anti-démareur test d,acoolémie, non après 1h00 du matin.
La raison pour lequel on veut faire ça c’est que nos jeunes de 16ans sont en contact presqu’exclusivement avec leur profe tous syndiqués et séparatistes. Les cours d’histoires ne sont pas des cours d’histoires ce sont des cours de propagande de syndicalisme et de séparation. Ils prêchent pour leur paroisse.
Le syndicalisme a fait échec selon mi autant le capitalisme acahrnée et le socialisme irréaliste.
Le coopératisme c’est le meilleure des 2 mondes, de bonnes conditions de travail, la participation et la propriété des entreprises, mais avec un capital transférable aux suivants au lieu de dilapider ou de vendre à des étrangers.
La séparation moi je ne suis pas d’accord. Je suis pour une fédération d’états autonome qui ont un partenariat social et économique à grande échelle. c.àd. armée, monnaie, normes environnementales, un système de transport de bien et personne efficace d’un bout à l’autre du pays, un programme de supplément du revenu pour assurer un minimum à tout les citoyens.
Au lieu de voter aux 4-5ans de leur laisser carte blanche, je préfère débattre avec tous sur les enjeux et voter avec tout les cityens sur chaque question. C’est sur que du point de vue démocratique c’est louable, mais les intérêts opposés particuli`rement ceux de groupes qui ont l’habitude de s,acheter des lois et de faire fermer des yeux sont des lobby puissant qui vont se battre becs et ongles pour ne pas que soit adoptés. Mais toutes ces organisations sont composées de citoyens et s,ils parlaient selon leur point de vue de citoyens et non celui de représentant d’intérêts d’un groupe ils seraient en faveur de la coopération citoyenne.

Très bonne entrevue!
Je vous partage mon point de vue sur le vote obligatoire.
Je suis québécois vivant actuellement en Belgique, où le vote est obligatoire. Je constate très fortement qu’il y a comme des votes en forme de contestations et de désagréments. D’ailleurs plusieurs études en Belgique ont déjà démontré que les gens qui votent l’extrême droite sont des votes qui viennent d’une population majoritairement frustré (et d’après moi ils n’ont pas tord de l’être …)
Y a quelques années il y a un partie (frère et soeur) qui s’est créé dans une province au nord du pays qui voulait démontrer cela, leur campagne consistait à encourager les gens qui sont simplement mécontent à voter pour eu. Avec un budget limité ils ont récolté 1,51%.. ce qui n’est pas énorme mais s’ils avaient plus de moyens/entourage/temps etc.. ils auraient eu beaucoup plus de votes.
Ma conclusion personnelle, est que le vote obligatoire finit par créer de la frustration.
– les gens peuvent pas sauter une élection après être tanné de entendre les mêmes promesses, les mêmes enjeux, les mêmes personnes etc… Ce qui ne fait qu’accumuler leur mécontentement et leur dégout.
– C’est un sujet pratiquement quotidien et tout le monde est supposé d’être capable d’en parler bien que c’est loin d’être le cas.
– Le populisme peut plus facilement prendre place

Quant aux amandes pour des gens qui refusent d’aller voter, c’est plutôt rare. Cela entraîne une administration avec et les gens sortent toute excuse qui peut servir à justifier leur absence..

Bref.. système qui pourrait éventuellement donner goût aux gens à s’impliquer plus c’est par exemple d’obliger le vote deux élections (générales) à partir de l’age adulte.

SVP, l’idée est intéressante. Ceux qui attaquent le messager plutôt que l’idée devraient se taire. Vous ne faites pas avancer le débat.

Bon, pour ce qui est de l’idée…

Plutôt contre. À 16 ans, la politique est la dernière de nos préoccupations. À 16 ans, on ne sait même pas qui nous voulons être, comment peut-on leur demander de choisir un modèle de société?

On pourrait installer des bureaux de vote dans les écoles, mais sans que ceux-ci soient comptabiliser. Ce serait un incitatif à s’informer et s’intéresser à la politique. Ils seront donc prêt le jour de leur 18 ans.

Par ailleurs, le vote devrait être une obligation et non un droit. 100% des électeurs devraient être obligés à voter.

C’est d’ailleurs prouvé, si une personne participe à la première élection à laquelle elle est éligible, elle votera probablement pour le reste de sa vie tout et portera une attention plus particulière à la politique.

Bref, le vote obligatoire permettrait une meilleure éducation citoyenne et les élections seraient plus représentatives. Par contre, avec le vote obligatoire, il faut comptabiliser le vote à blanc ou annulé. On ne peut contraindre un citoyen à voter pour un parti auquel il n’adhère pas.

L’école a pour mission de préparer les jeunes à la société… conséquemment à voter. En expliquant les enjeux, en leur donnant des cours d’histoire et de citoyenneté, etc. Si on les fait travailler avec salaire & payer des taxes à 16 ans, s’engager dans l’armée, conduire une voiture, etc, pourquoi n’auraient-ils pas le droit de voter? Le principe de « NO TAXATION without representation » implique cette conséquence il me semble n’en déplaise à certains…

coopérative= entreprise privée non publique
privatisation=droite
libéral=institutionalisation des problèmes création de moulte ministères
conservateur=libre marché
coopératisme=plus a droite que libéral et moins à droite que conservateur
donc centre droit.
Tout les partis peuvent avoir une concience sociale et ou environnementale. Mais la façon d’exercer les solutions sont différentes en pratique.
L’extrême gérer et administrer par des fonctionnaires.
Les libéraux par des sociétés d’états.
Mon centre droit serait bien entendu très enclin a la coopération citoyenne.
16ans c’est trop jeune pour participer a part entière.

Pour ajouter à mon #4

le 21 oct à 7:51 j’écrivais ailleurs :

Patriotes, Patriotes,

Population du Québec au 1 juillet 2011, données provisoires

totale 7 979 663

âge
nombre

00-04 ** 0 441 745
05-09 ** 0 392 848
10-14 ** 0 407 107

15-17 ** 0 282 705

00-17 ** 1 524 405 sans poids électoral officiel

18-19 ** 0 205 577

15-19 ** 0 488 282
20-24 ** 0 509 598
25-29 ** 0 529 306
30-34 ** 0 563 194
35-39 ** 0 516 091
40-44 ** 0 529 234
45-49 ** 0 633 606
50-54 ** 0 639 762
55-59 ** 0 574 683
60-64 ** 0 500 657

65-69 ** 0 403 098
70-74 ** 0 288 287
75-79 ** 0 229 612
80-84 ** 0 173 108
85-89 ** 0 104 751
90-94 ** 0 041 437
95-99 ** 0 011 484
> 100 ** 0 001 773

> 065 ** 1 253 550

L’électorat compte 6 455 258 électeurs.

Les 1 273 368 45-54 ensemble, ont autant de poids électoral que les 1 253 550 plus de 65 ans et absolument plus de ce poids que les moins de 18 ans puisque ces derniers n’en ont pas. J’y vois une question de représentativité des personnes. On se questionne surtout sur celle des partis et sur celle des nations chez nos élus.

Non exposé ici, les femmes de moins de 18 ans sont légèrement inférieures en nombre par rapport au nombre d’hommes, 744 411 contre 779 994 : 48,83 %.

Nos forces de travail dynamique et d’engendrement, nos 2 137 825 25-44 méritent plus de poids électoral. Au sein d’un électorat de 6 455 258 elles ne pèsent que pour 33,1 %. Sans solde migratoire nul, ces forces subiront une réduction de 15 % d’ici 20 ans.

C’est là qu’on est rendu !

Les conférenciers savent bien des choses qui ne risquent pas d’être prises en considération par nos élus le moment venu de faire des changements.

À ceux qui écrivent qu’il ne convient pas d’abaisser l’âge d’exercice du droit de vote, pour une raison de représentativité, conviendrait-il d’en supprimer l’exercice aux personnes très âgées qui ne sont plus dans l’effort de notre avenir ?

Je suis interpellé par la question puisqu’elle donne un pouvoir, mais surtout une responsabilité importante sur les orientations que nous voulons donner à notre société.

Étant donné qu’on a retiré le droit de conduire une voiture à nos enfants dès l’âge de 16 ans, prétextant leur manque de maturité à prendre des décisions qui mettent en cause l’ensemble des membres de leur communauté, il m’est difficile de comprendre comment on peut maintenant leur faire confiance pour décider de quel gouvernement on a besoin. Vous me direz que c’est moins dangereux car la vie des gens ne sera pas menacée. À court terme, vous avez probablement raison. Mais à long terme? Ces jeunes qui veulent d’abord avoir plus d’argent dans leurs poches, ne pas se soucier des Gaz à effet de serre sauront-ils se mobiliser pour investir dans le système de santé – dont ils n’ont pas (encore) besoin ou dans le système de l’éducation (dont ils aimeraient mieux éviter la fréquentation)?

Si toutefois, je m’attarde à la participation actuelle de mes concitoyennes et de mes concitoyens à l’exercice de la démocratie, c’est-à-dire au fait d’aller voter le jour des élections (ou par anticipation), je crois dois avouer que leur poids démographique n’aurait pas d’impact significatif. Et même, considérant que la majorité de ces jeunes personnes ne s’intéressent pas plus à la chose politique que leurs leurs parents ou grands parents, cela ne laisse pas entrevoir qu’ils exerceraient une grande influence dans le résultat du scrutin.

Je termine par des questions qui restent sans réponse:
À quand une réelle réforme du mode de scrutin? Et, quel impact ces jeunes influenceraient-ils les résultats d’un mode de scrutin proportionnel?
La loi électorale serait-elle également modifiée pour leur permettre de se porter candidate ou candidat aux élections?

J’ai tout réécouté. Très instructif mais rien de révolutionnaire, ce qu’il faudrait pour apporter un changement fondamental et significatif d’apparence de représentativité et de représentativité.

La meilleure combinaison (pour une forte participation), c’est un état petit, industrialisé, qui a un système de représentation proportionnelle, où le choix est compétitif entre deux grands partis et au moment où on est en croissance économique. Verbatim, question-résumé de notre hôte à environ 38:26.

J’en constate qu’il ne sera pas facile selon les propos des experts d’en arriver à une plus grande participation en se prévalant de leurs connaissances: le Québec est un état petit; a-t-il le pouvoir de dérèglementer le droit de vote des moins de 18 ans ou de réglementer par inclusion de citoyenneté ? Industrialisé mais qui n’a pas un système de représentation proportionnelle au déplaisir d’Amir Khadir; le choix n’y est pas entre deux grands partis concurrents sauf pour la question de souveraineté mais s’annonce devenir entre trois ou quatre dont deux jeunes. Sommes-nous en croissance économique, je me méfie du PIB comme indice d’enrichissement matériel, social et culturel.

Je note la possibilité de voter par anticipation par la poste que l’un des conférenciers a évoquée; à la prochaine provinciale, la Direction générale des élections pourrait expérimenter sur un échantillon l’effet qu’aurait sur le taux de participation et sur le résultat des élections l’exercice du droit de vote par les moins de 18 ans, par leurs parents le temps qu’il faut pour peser jeunesse et apprendre.

En Europe, le suffrage universel masculin remonte en gros à 1850 et le féminin à 1920. À quand le suffrage universel sans exclusion d’âge ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_de_vote#Le_vote_f.C3.A9minin

puisqu on considère les jeunes assez « matures » pour aller chez le médecin, avoir des « pills » anticonceptionnelles, on peut leur faire « avoir » des condoms et des aiguilles stérilysées (stupides permissions, d ailleurs)et etc…pourquoi ne pas leur permettre de voter puisqu ils peuvent être membres de parti(s) politique(s)…sûrement que ca les aideraient pour devenir et etre meilleurs adultes…que les permissions ne soient plus des permissions dans les choses plutôt immorales telles que de coucher avec n importe qui ou de s adonner a des drogues maladives et illégales…ce n est que dans les meilleures @[email protected] la vie et dans les exemples sains qu ils pourront mieux et beaucoup mieux s affirmer et appartenir a une société qui pourrait être meilleure et bien meilleure parce qu ils auraient eus de meilleurs exemples et auraient contribués plus et beaucoup plus positivement dans cette société.

Les plus populaires