Votre opinion ShamWow

Plusieurs internautes ont répondu avec enthousiasme à mon billet sur l’invasion des noms de marques dans l’espace public (Mon opinion Head and Shoulders).

 À vendre: tout ? (Photo WikiCommons)
À vendre: tout ? (Photo WikiCommons)

Je donne d’abord ma médaille pour les meilleurs idées de commandites, à celles proposées par Gébé Tremblay :

Le Pont Jacques tic tac Cartier

Grande Bibliothèque IKEA

Prix Viagra du premier rôle masculin

Les Prix Félix Biscuits Leclerc

Grand prix du livre de Montréal New York Fries

Prix Gémeaux Société du Cancer Du Maurier

Grand Prix Metropolis bleu Red Bull Yellow Shoes

Sur le fond, plusieurs ont alimenté le débat:

Michael Laughrea, qui suit ces choses de près, m’a fait un peu peur en écrivant:

Je n’ai jamais entendu de gens se désoler de ce que Paul Krugman ait reçu le « prix Sveriges Riksbank Prize en Sciences Economiques à la mémoire d’ Alfred Nobel » en 2008. La plupart des gens abbrévient en disant qu’il a obtenu le prix Nobel d’économie. Puis passent à autre chose.

Le Nobel ? Commandité par une banque ? C’est pire que je pensais alors. Vérification faite, la Sveriges Riksbank est le nom de la banque centrale suédoise, donc un organisme public. Elle n’a rien à vendre, elle ne fait qu’imprimer sagement des billets. En 1968, elle a pris l’initiative de créer le prix, que Nobel n’avait pas prévu. Le choix du Nobel revient aux membres de l’Académie royale suédoise des sciences. Je maintiens cependant que le nom du Nobel serait plus pur sans cette référence à la banque centrale dans son intitulé même.

Stéphane Éthier frappe encore plus fort:

Dans la catégorie des prix littéraires commandités, le Scotiabank Giller Prize n’est pas seul, loin s’en faut. En effet, l’un des prix les plus prestigieux de l’anglophonie mondiale, le Booker Prize, s’est lui aussi “vendu” à une institution financière, le Man Group. D’où le nom du prix depuis 2002: le Man Booker Prize.

Wikipedia nous apprend cependant que même le nom original du prix était attribuable à un commanditaire, le détaillant et groupe d’alimentation britannique Booker-McConnell!

Ouch ! Cela signifie que je suis en retard en disant qu’une frontière vient d’être franchie. Elle le fut depuis longtemps. Cela m’attriste encore davantage.

Yannick ajoute heureusement un argument à ma charge:

Je serais quand même assez scandalisé que le nom de l’hypothétique nouveau colisée de Québec soit vendu à une société en échange de 5-10 millions alors qu’on demanderait aux citoyens via les 3 paliers de gouvernement de financer quasiment 100% du projet. En fait, pour toute infrastructure payée par les fonds publics, cela devrait être interdit de refiler le nom à une société privée.

J’apprends finalement qu’il n’y a pas que de mauvaises nouvelles. Bertrand note avec justesse que: La bonne nouvelle GM est devenue la bonne nouvelle TVA, le gala Métro Star est devenu le gala Artis.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Cette semaine Cossette passe aux mains d’une entreprise des USA .

En publicité je remarque que les plus frappantes des publicités sont celles qui copient littéralement des extraits de films US et visent le plus bas dominateur commun .

En publicité je remarque que les hommes sont toujours des » nonos viagrains » et les femmes des superwomens dominantes allant jusqu’à faire manger du mangé pour les chiens à leurs soumis de maris . Sortir les poubelles ne suffit plus .

Je remarque que les enfants reviennent en force pour convaincre leurs parents à acheter des grosses quatre roues polluantes

Je remarque l’endoctrinement anglicisation PPS 101 à son maximum et ceci vingt quatre heures par jour dans tous les médias style pour devenir riche et voyager il faut s’assimiler s’angliciser et se critiniser

Je remarque que la publicité au Québec est toujours tapissée de feuille d’érables mortes et jamais de Fleurs de Lys

Je remarque que nous sommes loin du : Nous sommes six millions nous devons nous parler

En juillet 2009, le Sveriges Riksbank a été la première banque centrale à utiliser un taux d’intérêt négatif, réduisant le taux d’intérêt pour les dépôts à -0,25 %! Le tout afin de réduire le ralentissement économique causé par la crise de 2008.

Au contraire, c’est justement afin de conserver l’intégrité des prix Nobel que l’on utilise le nom « prix Sveriges Riksbank Prize en Sciences Economiques à la mémoire d’ Alfred Nobel ». La banque en question aimerait bien appeler son prix « Prix Nobel d’économie », mais la vérité est qu’Alfred Nobel n’avait pas considéré l’économie comme digne d’un prix Nobel, et donc il n’y en a pas.