Vous avez dit «débat d’idées»?

Photo: Jacques Boissinot/PC

En déclenchant les élections, Jean Charest a dit souhaiter que cette campagne estivale offre aux Québécois un véritable «débat d’idées». Vaste programme, en effet.

Pour le moment, contentons-nous de la question du débat des chefs.

On en connaît l’importance. Il peut même faire carrément basculer une campagne. En 2003, Bernard Landry s’y était fait littéralement rouler dans la farine par un Jean Charest armé d’une question-piège sur Jacques Parizeau qui avait complètement déstabilisé son adversaire.

Au point où ce débat des chefs, tenu sur fond d’une invasion de l’Irak qui monopolisait l’attention et l’actualité partout dans le monde, avait même réussi à galvaniser l’attention de l’électorat pour le reste de la campagne. Le PQ n’allait tout simplement pas s’en relever.

Au fédéral, on se souviendra aussi du débat entre le chef conservateur Brian Mulroney et le chef libéral John Turner. Une répartie assassine de M. Mulroney sur l’approbation par M. Turner d’une ribambelle de nominations partisanes avait mis fin aux espoirs du PLC de demeurer au pouvoir.

Bien sûr, de tels épisodes tiennent plus de la politique-spectacle et des «knock-outs» fignolés d’avance que d’un débat réel sur les questions de  fond. Or, cette fois-ci, les enjeux connus de cette élection sont d’une importance telle qu’on se serait attendu à ce que le débat des chefs s’élargisse non seulement à Françoise David de Québec solidaire – comptant un député en Chambre -, mais également à Jean-Martin Aussant, député et chef du parti Option nationale.

Que l’on partage ou non leurs idées et leurs programmes respectifs, nul ne peut douter sérieusement du calibre intellectuel de Mme David et de M. Aussant. Leur présence rehausserait, c’est certain, la qualité et la diversité des échanges et des perspectives.

Alors que 43% des électeurs ont choisi de ne pas voter à la dernière élection générale, un débat des chefs entre Jean Charest, Pauline Marois, François Legault, Françoise David et Jean-Martin Aussant aurait d’excellentes chances d’intéresser plus d’électeurs en leur présentant un éventail d’idées et de visions encore plus étendu.

Que ce soit dans le cadre du débat des chefs, lequel aurait lieu le 19 août sous l’égide d’un consortium Radio-Canada/Télé-Québec avec M. Charest, Mme Marois, M. Legault et Mme David. Ou encore, dans la série de débats «face à face» opposant les Charest, Marois et Legault que diffusera le réseau TVA les 20, 21 et 22 août,

Jean-Martin Aussant s’en explique ici. Et Québec solidaire, ici.

Plus on intéressera d’électeurs, meilleures seront les chances d’augmenter le taux de participation. En novembre 2008, près de deux millions de Québécois avaient suivi le débat des chefs. Avec un taux final de participation le jour du vote d’à peine 57%, on voit bien qu’on ne peut rien prendre pour acquis.

En 2012,  l’élargissement des débats aux cinq chefs servirait l’intérêt public pour une campagne électorale dont l’importance, tout le monde en convient, ne saurait être sous-estimée.

Dans la mesure, bien entendu, où l’on souhaiterait vraiment, vraiment, vraiment, un vrai débat d’idées…

Laisser un commentaire

Démocratiquement parlant, monsieur Aussant devrait faire partie du débat du 19 août et par conséquent devrait être invité par les autres chefs à se joindre au « débat d’idées ».
D’autre part si JJCharest en fait un piège à cons comme en 2003 où le débat n’était plus qu’un brassage de slogans vides, ça ne vaut pas la peine car je crois que monsieur Aussant a des choses à expliquer à la population. Il faut donc lui laisser l’opportunité de le faire.

si on assimile la notion d’idée a son sens premier;représentation abstraite et générale d’un être,d’une manière d’être ,ou d’un rapport,c’est a dire celle d’idée générale,la chose est peu être possible en amérique ,c’est dans son deuxième sens que la situation commence a se compliquer;toute représentation élaborée par la pensée correspondant a un mot ou a une phrase ex.une idée claire ou juste et qui pourtant redeviens possible en ces troisième ,quatrième et cinquième sens soit ;vue élémentaires et approximatives;conception imaginaire ,fausse ou irréalisable;vue ,plus ou moins originale, que l,intelligence élabore dans différent domaines, et qui atteint son paroxisme nord améri-canado-quebecois en son sixième sens;façon particulière de se représenter le réel, de voir les choses,pour ne pas dire pire.lol, bon débat,les soirs de 14 juillet je reste dans mon lit douillet,les débiles qui débate tout bas cela ne me regarde pas,je ne fait pourtant de tord a personne en suivant les chemins qui ne menent pas a rome.lalali,lalalere

oups j’oubliais ,la première partie de mon texte précédant est tirée du petit robert micro avec mes commentaires et la deuxième est une adaptation personnelle de l’une de mes chansons préférées de georges brassens.mais ou est donc le gorille quand on en aurait tant besoin?,lol

L’Assemblée nationale opère un réseau de télévision où on nous présente régulièrement les travaux parlementaires. Je verrais bien que ce soit là que se tienne le débat des chefs où TOUS les chefs seraient invités et où la formule ne servirait pas de faire valoir à l’un ou l’autre chef. Le débat se tiendrait disons le dimanche précédant le jour du vote. Si un parti ne veut pas y participer ce serait son choix. Les absents ont toujours tort dit-on …

Maintenant, les autres chaines auraient même le choix de présenter elles aussi le débat sur leurs ondes. Évidemment elle auraient aussi la liberté d’organiser d’autres rencontres selon les modalités de leur choix.

Il faut que Jean-Martin Aussant soit du débat. Il rehausserait certainement les échanges et ce qu’il dira sera inattaquable tellement il est excellent communicateur et pédagogue.
O. Lessard

ON au débat aiderait le PLQ en mettant l’accent sur la souveraineté (option minoritaire) plutôt que sur la corruption où il y a un consensus contre Charest. Idem pour QS, surtout si c’est AK, car il engrangerait des voix… nécessairement enlevées au PQ. En disant non, on fait monter les enchères. JC est brillant. entre Machiavel et Arsene Lupin. Style Mitterand… Evidemment, c’est le roi des menteurs et un arnaqueur, mais c’est dfans le zeitgest…

Pierre JC Allard

Bonjour,

La très grande majorité des québécois, surtout les nationalistes vivent 13 mois par année de Pain et de Jeux. Et la Sainte Flanelle occupe les médias même en Juillet et Août. Et voici venu de la même engeance du Pain et du Politique, soit exactement le même pattern afin d’étourdir une autre frange de citoyens qui, dans les faits sont aussi les tristes dindons d’une sinistre farce….. Y sont des nôtres, yvon voter comme nous autres….. Au plaisir, John Bull.

Débat d’idées? Misère. Pour qu’un débat dérape, il ne suffit que d’y placer un seul inapte fin finaud et le tour est joué. Je me souviens très bien, en 2003, de l’impolie, grossière, inutile et impertinente mitraille des ‘Vous ne répondez pas à la question’ déchargée par notre actuel histrion et Troublion national, l’actuel PM lui-même. Le sens de la répartie est une chose, mais la finesse et l’intelligence en sont d’autres; avec Charest, IMPOSSIBLE. La preuve, revoyez l’ensemble de ses réponses depuis 2003, DÉROUTANT. Le seul moyen d’avoir un embrion de débat intéressant est de demander au PM actuel de ne pas s’y présenter. C’est quand même pas une farce!

Il fut un temps jadis qui s’appelait « attente » mais le temps de « l’espoir » n’est jamais arrivé….surtout avec l’arrivée de John James Charest.

Je revoyais du temps du référendum la performance de John James, monté sur l’estrade en face du carré Dominion qui sortait de son veston un « passeport canadien » et son argument pour le « non » évidemment et s’exprimait « Je ne veux pas perdre mon passeport canadien ».

Je n’ai jamais trouvé un argument aussi niaiseux que celui du premier ministre sortant John James Charest…….mais c’était comme il gère notre province sous le signe de la corruption…et d’avoir tolérer ctte corruption. Mais quand plusieurs commentateurs disent qu’il est un excellent « debatter », ce sont ces commentateurs qui lui font une réputation qui est surfaite.
C’est une réputation de « bullshitter » plutôt.

Le principe retenu c’est que le parti qui a fait élire au moins un député sous son étiquette au parlement a droit d’accès au débat. C’est le cas de QS ce qui détermine que les débats de Québécor-TVA sont un déni de démocratie. L’autre principe sous jacent considéré par le consortium débat de Radio Canada et TéléQuébec c’est qu’un -nouveau- parti qui en a envalé un autre l’ADQ mais qui n’a pas d’élus sous son nom peut être représenté au débat idem pour celui de TVA.

Le seul point apparemment clair de cette sale affaire de débat c’est que J.M.Aussant en tant qu’ex élu péquiste peut difficilement participer au débat en tant que chef d’un nouveau parti sans élus sous l’étiquette d’O.N dont le parti n’a pas absorbé un parti comprenant des élus à l’assemblée nationale.

Toutefois un député transfuge à la chambre des communes pour le Parti Vert a permis à sa chef Mme May de participer au débat des chefs en octobre 2008, bon point pour monsieur Aussant et autre point en considérant qu’il y a eu cinq chefs dans ce débat.

Troisième point en faveur de J.M.Aussant, le bipartisme britannique est contesté au Québec.

Du puzzle ressort que le précédent d’octobre 2008 devrait permettre aux cinq chefs d’êtres présents aux débats. D’autant qu’au bout du compte, le parti de F.Legault n’a aucun élu sous son étiquette et il participe à tous les débats et il n’est pas élu à Québec à cette heure.

Les médias montrent leur essence. TVA: échec total en termes de sens démocratique.

M. ou Mme Niveauun, . Charest est un excellent « debatter » et un excellent « bullshitter ». Un n’exclue pas l’autre automatiquement.

À la période des questions, c’est l’opposition qui, avec M. Charest, a l’air coupable de toutes les fautes de son gouvernement pourri du point de vue éthique.

Depuis trop longtemps on utilise l’économie comme la locomotive pour faire avancer la société.

Ils sont portés à ne faire entendre que ceux qui se contentent de cette locomotive pour faire avancer la société.

Force est de constater que cette locomotive devrait plus être un wagon comme l’environnement, la santé, l’éducation,etc.

Bref, on devrait plus mettre l’accent sur nos valeurs humaines et notre bien être à tous plutôt que de privilégier L’économie au détriment de la plupart des autres valeurs.

La présence de Jean-Martin Aussant au débat des chefs à Radio-Canada augmenterait leur cote d’écoute. Il faut leur demander par écrit…

Pour avoir un débat d’idées, il faudrait que JJCharest en soit exclut.
Pour un combat de fins finauds, Charest serait présent.
Mais quand un pays a à sa tête un fin finaud, il faut s’attendre à du « n’importe quoi », du tout et son contraire dans la même journée. Il en résulte un pays à slogans vides mais qui plait à sa « majorité silencieuse » où l’omerta oblige.

Parlant de débat d’idées, j’espère que dans le camp des séparatistes, les Larose, Laviolette, Parizeau, Landry, etc… viendront en aide à Mme. Marois…

Ça enrichira drôlement le débat non?

@Gilles Bousquet

Je diffère d’opinion avec vous. Un « bullshitter » c’est un individu qui prend un « fly » et qui invente… »le mensonge est tellement gros et soudain » que les autres n’ont pas le temps de réagir.
Souvenez-vous de Dumont qui a failli prendre le pouvoir suite à une « passe » d’un rapport qu’il a sorti de sa poche de veston et qui venait des « travaux publics » face à Charest et qui a été ébranlé au point qu’il a perdu son assurance et qui a résulté à un gouvernement minoritaire…. et Landry avec la « boulechitte » de Parizeau.
Conditionné nous sommes par les commentateurs qui n’osent pas dire que Charest c’est un mythomane et on l’a vu mégalomane avec les réceptions de médailles Sarko, Desmarais et compagnie, non les commentateurs disent c’est un excellent « dabatter ».
Charest c’est un menteur et le commentateurs n’osent pas le dire, il préfère « debatter » parce que ça ne les implique pas et la plupart du temps les gens en sont influencé et ils répètent.

Comme je connais le mouvement souverainiste, j’aurais peur que Aussant et David s’attaquent davantage à Marois qu’à JJ.

Un débat… mais pourquoi donc? Un exercice médiatique futile et totalement inutile!

Le choix de TVA confirme leur parti pris. Mais cela on le savait déjà.En tout cas moi, je ne regarderai pas leur »spectacle »faussé.

Attendre les débats pour se faire une idée! Un peu tard.

Il suffit de suivre la politique au jour le jour et notre idée devrait être faite depuis longtemps.

Pour moi, les débats télévisés sont une journée au Cirque de Rome, au temps des gladiateurs. Un spectacle. Rien de plus. On y apprend rien que l’on ne savait déjà.

Pour ma part, je voterai pour QS. Le seul parti qui est assez à gauche à mon goût. Les autres sont trop à l’aise avec le statut quo. Trop au centre ou centre droit. Je veux à gauche toute.

Cordialement.

Quand j’ai décidé de quitter la maison où j’ai été élevé, je ne me suis pas «séparé» ni de mon père ni de ma mère et ni de mes frères et sœurs. J’ai simplement décidé de devenir autonome. Je n’aspirais tout simplement pas à devenir un « tanguy »

Alors je ne comprends toujours pas pourquoi certains esprits emmurés continus à parler de «séparatistes» quand ils parlent des Québécois qui souhaitent simplement devenir autonomes face au Canada.

Ces petites personnes démontrent en fait une incroyable aptitude à ramener le débat à un niveau très primaire. Personnellement je suis souverainiste, évidemment, et je ne vise pas à me séparer de quiconque.

«On paie mal un maître en ne restant toujours que l’élève.»
Ainsi parlait Zarathoustra
[Nietzsche]

Il n’y a aucune raison valide pour que la CAQ y soit et non, QS ou ON. Aucunes qui soit objective autre que la CAQ serait 3e dans les intentions de votes. Hors, la CAQ n’as jamais fait élire qui que ce soit en son nom. J’ai bien hâte de voir les résultats.

De plus, l’argument du DGE que les débats soient considéré comme des émissions d’affaire public et donc non soumis à la loi électorale est absurde. Quand on pense qu’il se sont attaqué cette semaine a Libéreaux.net sous prétexte que la mise en ligne d’un site web engendrais des frais, comment expliquer qu’un DÉBAT DES CHEFS n’y soient pas soumis.

Puisque ces débats sont devenus des incontournables et que leurs influence n’est plus a prouver, Il serait peut être temps qu’ils deviennent une part du processus officiel pour éviter justement que les groupe médias puissent, indument, influencer la direction du vote. Pourquoi ne pas les organiser sur la chaine de l’assemblé national et autoriser la SRC, Télé-Québec et Québécors à les rediffuser???

Je trouve cela intéressant, et désolant, de lire un Denis Drouin qui accuse les fédéraliste de « ramener le débat à un niveau très primaire » alors que lui-même dresse un parallèle on ne peut plus primaire (quitter la maison où j’ai été élevé) pour « fonder » son optique « souverainiste ».

Combien seraient ils déja au débat ? C’est une mini série que vous voulez ou quoi . Je n’ai nullement besoin de débats pour me faire une idée , je lis les plates formes et si questions il y a , je les adresses aux parties concernés . Avec les moyens de communications actuels , pas de problemes . C’est meme une perte de temps présentement , a moins que ceux qui se plaignent des ko passée ne rêvent que d’en voir au présent .

Je suis un idéaliste incurable, cynique à l’os. Pour vous donner une idée, je crois que le droit de vote devrait être obligatoire; tu ‘manques’ à ton devoir 3 fois, tu perds ta citoyenneté. Point. Je crois qu’on devrait avoir à passer un examen pour obtenir son droit de vote. Que meilleur est son résultat à l’examen en question, et plus son vote compte (ie. tu sais pas lire et tu t’en fous: ton vote = 1, tu mets des efforts à suivre les intérêts collectifs, ton vote = 2, tu fais du bénévolat, ton vote = 5, tu mets ta peau sur la ligne (militaire), ton vote = 10). À mon avis, c’est la seule façon de neutraliser l’effet abrutissant des troupeaux qui souscrivent pleinement aux principes de la société des distractions.

Voyez le genre?

Et ben figurez-vous que je suis quand même tombé sur le cul en lisant cette histoire: alors, comme ça, la diffusion du débat des chefs – un item crucial du processus électoral, à peu près tous les méméreux politiques s’entendent là-dessus – n’est plus un service public, mais bien un « produit télévisuel », distribué par un consortium, dont un des (ex) membres vient de décider, pour des raisons vaseuses, de produire une version concurente.

Le bouquet? Personne ne tique. Ben coudon, ils ont bien le droit, après tout, de vouloir procurer à leur clientète un produit de meilleure qualité, hein.
Alors, dans combien de temps aurons-nous 15, 20 ou 40 débats des chefs, chacun monté pour son public-cible, sa tranche démographique, son infographie taillée sur mesure, et les annonces qui correspondent (vroum-vroum)?
Non, madame, le débat des chefs est à n’en pas douter, un service public.

@ infotrad août 4, 2012 à 10:56

Qu’est-ce qu’il y a de primaire à souhaité être le plus autonome possible.

Si pour vous avoir le plus de pouvoir possible c’est être primaire, alors toutes les nations souveraines de la planète sont on ne peut plus primaires.

Mais ce que je trouve très primaire c’est l’attitude du « pas plus que toi » qui devient un argument de poids dans un échange.

En fait dans l’argument que j’ai apporté où les fédéralistes parlent de séparatistes quand ils parlent de nous qui évoquons la quête de la souveraineté, c’est leur inaptitude et leur incapacité chronique à présenter des arguments solides et convaincants en faveur du fédéralisme canadien qui n’est pas apte à proposer au Québec une constitution qui lui soit acceptable sans que nous ayons à renier nos valeurs et nos exigences les plus fondamentales.

Alors infotrad cessez de jouer enfantinement à « pas plus que toi » et présentez-nous d’autres arguments, des bons cette fois-ci. Nous pourrions alors discuter sérieusement.

«Si tu te fais ver de terre, ne te surprend pas si l’on t’écrase d’un pied»
[Emmanuel Kant]

Québécor/TVA et Jean Lapierre à l’analyse n’annoncent rien de bien intéressant quand on connait le parti-pris de ce diffuseur pour le Law & Order.Pierre Bruneau a déja fait la leçon à Bernard Derome quand celui-ci avait annoncé par mégarde la défaite de Jean Charest dans son conté en lui répétant: rigueur,rigueur,rigueur M Derome.La même remarque vaut aujourd’hui pour toute la bande de Québécor/TVA.

Bonjour,

Tout le monde dans la province de Québec sait que la fantastique Dame de Béton possède toute une paire de bras et d’avant bras. Tous les Purs et les Durs du Parti Québécois le savent fort bien ainsi que toute la trâlée des belles mères péquistes incluant Monsieur Jacques Parizeau qui se firent passer violemment au batte par la Dame de Béton il y a de cela quelques six mois.

Mais cette superbe Dame de Béton possède t’elle autant de pogne et de torque dans un débat devant public entre les différents partis ? Tout comme me disait un vieux péquiste ce matin dans son porte à porte, la Dame de Béton devrait plusse la montrer sa paire de bras, cette honnête fille de garagiste qui hérita du torque et de la pogne de son père. La fille à Grégoire, Anna changé des flats su les tailleurs de char pis su les tailleurs de truck quand elle était jeunesse marmonnait le vieux péquiste qui ne faisait pas partie des Purs et des Durs.

En terminant, la Dame de Béton de par son torque et sa pogne met fin aux éternelles prises de bec entre péquistes. Afin de clore tous ces débats d’idées si creux entre péquistes, chère Dame de Béton, mettez donc votre plus beau chandail bleu avec manches courtes et, en gonflant vos biceps et triceps, dites le donc aux québécois qu’il n’y en aura pas de référendum à venir….. Au moins, cela pourrait clore un vieux débat. Au plaisir, John Bull.