Voyage dans le futur d’un Québec producteur de pétrole

À quoi ressemblerait la vie dans un Québec pétrolier ? Projetons-nous un peu dans l’avenir pour le savoir…

Si jamais quelqu'un connaît une méthode plus efficace, il peut le laisser savoir dans les commentaires de ce billet. Nous ferons le message au gouvernement.
Si jamais quelqu’un connaît une méthode plus efficace, il peut le laisser savoir dans les commentaires de ce billet. Nous ferons le message au gouvernement.

Le gouvernement Marois a annoncé, jeudi, qu’il investissait dans deux projets visant à confirmer le potentiel pétrolier de l’île d’Anticosti. (Mon collègue Pierre Duhamel vous donne les détails.)

Des dizaines de personnes vont donc bientôt arpenter l’île, un bâton en Y entre les mains, cherchant l’endroit où le bâton va pointer de lui-même le sol.

Si le potentiel est là, le Québec pourrait bien devenir un producteur de pétrole dans quelques années.

À quoi ressemblerait la vie dans un Québec pétrolier ? Projetons-nous un peu dans l’avenir pour le savoir.

Avril 2020 — Un premier puits de pétrole est creusé à Anticosti, sous le regard attentif des chevreuils. Interrogé sur la situation, l’un d’eux déclare… rien du tout. C’est un chevreuil.

Février 2023 — Selon les experts, les deux tiers du pétrole québécois servent à faire rouler le moteur de voitures prises dans le trafic. En apprenant la nouvelle, chaque conducteur seul dans un véhicule immobile depuis 15 minutes est immédiatement envahi d’un grand sentiment de fierté nationale.

Septembre 2024 — Afin de savoir comment utiliser les revenus du pétrole, le gouvernement organise une grande consultation publique suivie d’une commission. Les deux initiatives finissent par engloutir la moitié des dits revenus, ce qui règle pas mal le problème.

Juillet 2025 — N’ayant plus la possibilité de dire qu’ils sont exaspérés de payer pour les programmes sociaux du Québec, les habitants du reste du Canada perdent un sujet de conversation commun. Un peu comme pour des collègues de bureau qui n’auraient plus la possibilité de jaser de météo, un grand malaise s’installe entre les Canadiens.

Novembre 2027 — Première crise environnementale, alors qu’un bris de pipeline cause un déversement de pétrole dans le fleuve St-Laurent. Gardant son calme, le gouvernement propose d’attendre que ça gèle, quelque part en janvier, pour ramasser commodément les galettes de glace noire.

Janvier 2028 — Le ministre Pierre Duchesne retweete une image «photoshopée» montrant un pétrole bleu comme le drapeau québécois se déversant dans le fleuve. Il est accusé de propagande.

Décembre 2028 — Tannée que les déversements prennent toute la place dans l’actualité, la CAQ lance son slogan «À quand une marée noire pour les contribuables ?»

Mars 2030 — Le Québec devient un important producteur de gelée de pétrole. Les Québécois sont très fiers de pouvoir utiliser ce que l’on surnomme «La vaseline du PQ» pour… euh… pour tout ce que l’on fait normalement avec de la gelée de pétrole.

Quelques décennies passent…

Février 2176 — Le gouvernement du Québec annonce un investissement massif dans l’exploration du sous-sol du stationnement St-Laurent. Des traces d’eau auraient été trouvées sous l’asphalte de ce qu’on appelait, il n’y pas si longtemps, le fleuve St-Laurent.

Laisser un commentaire

Avril 2017

La prospection est en cours mais les fonds investis s’avèrent insuffisants pour poursuivre les activités. Le gouvernement (qui vient juste de perdre le 3ième référendum sur la souveraineté) demande au fédéral de l’aider, le fédéral refuse et l’état Québécois donc la dette sous haute surveillance atteint maintenant 500 milliards allonge de 200 millions nécessaire.

Mai 2020

Les études sont terminées et la conclusion est que le pétrole d’Anticosti est trop faiblement concentré et trop cher à extraire pour être rentable. La dette Québécoise dépasse maintenant largement celle du fédéral, les agences de notation décotent le Québec pour une troisième année de suite. le gouvernement qui a déjà haussé les taxes au maximum et rationnés les services, doit couper sauvagement dans les pension et la fonction publique.

Avril 2025

Après un exode massif la population du Québec a diminué de 1 million d’habitants, les infrastructures sont en ruine et l’immobilier s’est effondré. Malgré les départs le chômage oscille autour des 12% (31% chez jeunes) et le Québec a de loin le niveau de vie le plus faible en Amérique du Nord.

Et toujours pas de manne pétrolière pour nous sauver…

Avez-vous terminé votre secondaire 5 ? Cet article (opinion, blogue, griffouillage, brouillon) est complètement ridicule et pas de la trempe d’un magazine sérieux comme l’Actualité. Publiez à la Presse SVP.

L’article est dans la section des blogues justement et une chance pour vous qu’il n’y a pas de date de péremption sur votre fameux diplôme de secondaire 5, car il serait autant passé date que vos lunettes.

En qualité d’amateur de futurologie, j’ajouterais que cet article ne dépasse pas la fiction. La bêtise humaine, laquelle est infinie, nous conduira encore plus loin. Les chevreuils disparaîtront complètement du paysage d’Anticosti. Le forage de pétrole, qui n’est surtout pas une activité à caractère environnemental, laissera des traces profondes sur l’île. Notre bon gouvernement péquiste, qui crache sur l’Ouest pollueur, fera la démonstration qu’il peut polluer mieux que les autres, étant dans l’âme un pays à part entière. Enfin, pendant ce temps, le reste de la planète adoptera des énergies vertes pour ses déplacements. Encore une fois, le gouvernement québécois tirera de l’arrière tout en ayant la certitude d’aller de l’avant.

Le pétrole québécois est employé pour actionner les turbines qui font tourner les éoliennes. En effet, le Québec est souvent pris d’un coup de chaleur l’été, le courant G immobilisant le front chaud en provenance du Mid-west pendant de trop longues périodes. Nous avons besoin de vent!

Très amusants vos petits textes. J’ai eu un reel plaisir à vous lire. Laissez aller votre imagination et allez-y avec votre vision d’un Québec caquiste ou liberal maintenant.