Le retour des Expos : vraiment pas pour demain

À moins d’un revirement majeur, les Rays resteront bien au chaud…. et Montréal aura été le dindon de la farce.

Photo: David Boily/MLB Photos via Getty Images
Photo: David Boily/MLB Photos via Getty Images

PolitiqueÀ la suite de mon billet sur le retour hypothétique des Expos à Montréal, je me suis plongé dans la lecture des quotidiens de Tampa Bay, par simple curiosité.

J’en ressors avec l’impression de plus en plus ferme que le retour de la balle n’est vraiment pas pour demain.

Plusieurs médias annonçaient, la semaine dernière, que le maire de St. Petersburg et le propriétaire des Rays de Tampa Bay, Stuart Sternberg, étaient à deux doigts d’une entente qui permettrait à l’équipe d’explorer de nouvelles avenues pour déménager… dans le comté adjacent de Hillsborough.

Le maire de St. Petersburg, Rick Kriseman, espérait conclure un accord avant les Fêtes. Le propriétaire des Rays n’a jamais caché son intention de quitter St. Petersburg, en raison de la mauvaise localisation du stade et du peu d’intérêt de la classe d’affaires.

Le hic ? Le contrat unissant les Rays à St Petersburg a cours jusqu’en 2027, et il est assorti de pénalités importantes en cas de départ subit.

Selon le Tampa Bay Times, des négociations étaient déjà en cours à l’été 2013, mais elles ont achoppé pour une question financière. La Ville aurait exigé environ cinq millions pour chacune des saisons perdues de la date de départ de l’équipe jusqu’à 2027. Le proprio des Rays aurait offert seulement deux à trois millions par saison perdue.

Moins de six mois après l’échec provisoire de ces négociations, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Projet Baseball Montréal, Ernst & Young et le cabinet BCF publiaient leur étude enthousiaste, qualifiant de «viable» le projet de retour du baseball majeur à Montréal, pour autant que l’État finance les deux tiers du coût de construction d’un nouveau stade (une dépense de 335 millions).

Cette étude et l’engouement de la communauté des affaires montréalaise pour le baseball font le jeu de Sternberg. La rumeur qui envoyait les Rays à Montréal aura sans doute convaincu les élus de St. Petersburg de donner un peu de lest au proprio des Rays. Mieux vaut garder l’équipe dans la grande région de Tampa Bay que de la perdre au profit de ces investisseurs venus du froid.

À moins d’un revirement majeur, les Rays resteront bien au chaud…. et Montréal aura été le dindon de la farce.

Si jamais l’idée d’un déménagement à Montréal refait surface, l’équipe associée à Projet Baseball devra faire ses calculs. Le prix d’acquisition de l’équipe, évalué à un «modeste» 525 millions de dollars, devra être revu à la hausse dans un tel climat de convoitise. Sternberg a le beau jeu : il peut faire monter les enchères.

Il reste toujours la possibilité d’une expansion, mais le circuit compte déjà 30 équipes. Par souci de cohérence, il faudrait donc accueillir deux nouvelles équipes pour conserver l’équilibre des divisions et des deux ligues (américaine et nationale).

Dans un tel scénario, les chances de succès de Montréal seraient conditionnées aux efforts d’une autre ville qu’il faudra nécessairement trouver dans les marchés secondaires tels qu’Indianapolis, Las Vegas et Portland (Oregon).

Vraiment pas pour demain.

* * *

À propos de Brian Myles

Brian Myles est journaliste au quotidien Le Devoir, où il traite des affaires policières, municipales et judiciaires. Il est présentement affecté à la couverture de la commission Charbonneau. Blogueur à L’actualité depuis 2012, il est également chargé de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

Laisser un commentaire

Le baseball est un sport « platte » dont l’action qui dure quelques minutes s’étire sur 3 heures.

Aucune chance que ça revienne à Montréal Dieu merci.

Je ne suis pas un fan de regarder une partie de baseball a la tele, mais c’est loin d’etre un sport ou l’action ne dure que quelques minutes. Peut-etre quelques minutes dans une manche de 6 frappeurs, j’en conviens, mais il y en a au moins 8 et demi, il y aura assurement de l’action quelque part. D’ailleurs, pour qu’un match dure 3 heures, il faut avoir des pointages eleves ou encore une prolongation. Normalement il y a un suspense qui se cree en prolongation.

Dans tous les cas, le baseball est davantage un sport a apprecier en bonne compagnie plutot qu’un sport qui attire toute notre attention et c’est tout a fait correct ainsi. Si vous n’aimez pas, la presence du sport ne vous brimera d’aucun facon.

Cher monsieur Myles, Qu’on s’entende pour trouver un endroit où construire un stade et le construire sont deux choses vraiment différentes. À Montréal aussi, on avait un endroit pour construire un stade. Parce qu’une fois que la ville et les Rays auront identifié leur emplacement, il faudra financer la construction et c’est là que les risques de dérapage sont nombreux. Les Rays vont exiger que des deniers publics soient investis dans l’infrastructure comme on en ont profité leurs voisins, les Marlins de Jeffrey Loria. Dans un concert unanime, tous s’entendent pour dire que les centaines de millions versés à l’ancien propriétaire des Expos pour son stade représentent ni plus ni moins, un vol qualifié. Je serai curieux de voir qui sera le prochain gouvernement local à délier les cordons de la bourse pour un nouveau stade en Floride. À partir de ce moment, la donne pourrait changer et les Rays pourraient se chercher une nouvelle terre d’accueil. Non, le dossier des Rays à Tampa est loin d’être réglé. Play Ball!