Wikileaks: ne laissez pas votre ADN au vestiaire de l’ambassade US

Le quart de million de dépêches diplomatiques rendues publiques par Wikileaks ce dimanche recèle des centaines de petites phrases intéressantes des grands de ce monde qui, pour l’essentiel, confirment ce que savaient les observateurs attentifs des relations internationales.

Des sccops comme s'il en pleuvaient...
Des scoops comme s'il en pleuvait...

– La politique américaine face à l’Iran donne des résultats décevants;
– Les pays arabes détestent autant Téhéran que ne le fait Israël;
– Le président américain n’est pas très intéressé par l’Europe;
– La Chine parraine les attaques informatiques contre Google et les États-Unis;
– L’homme fort italien Berlusconi est très proche du russe Poutine;
– Nicolas Sarkozi est
un « empereur nu ».

Les engins de recherche mis à la disposition des internautes ne permettaient, au moment d’écrire ce billet à 19h30, d’obtenir d’informations sur le Canada. Tous les télégrammes diplomatiques ne sont pas encore disponibles.

Des fuites rassurantes, sauf pour ceux qui parlent aux diplomates US!

A contrario, ces fuites — du moins jusqu’à maintenant — sont plutôt rassurantes. Rien de Top Secret ne semble se tramer dans la politique étrangère américaine. Aucun agenda caché, rien que l’application parfois habile, parfois malhabile, des orientations publiquement affichées.

Un gros problème cependant: la divulgation des directives envoyées aux diplomates américains à l’ONU. Voici le résumé qu’en fait Lemonde.fr:

Le mémo 219058, adressé à l’ambassade des Etats-Unis à l’ONU, à New York, éclaire à quel point les diplomates sont encouragés à ne respecter aucune règle de l’immunité diplomatique, sans parler de respect de la vie privée. Le secrétaire général des Nations unies, son secrétariat et ses équipes, les agences de l’ONU, les ambassades étrangères et les ONG présentes à Manhattan, sont ainsi, sans même présumer du travail des agences de renseignement, soumis au regard intrusif de la mission diplomatique américaine.

» Les rapports doivent inclure les informations suivantes, précise la directive : noms, titres et autres informations contenues sur les cartes de visite ; numéros de téléphone fixes, cellulaires, de pagers et de fax ; annuaires téléphoniques et listes d’emails ; mots de passe internet et intranet ; numéros de cartes de crédit ; numéros de cartes de fidélité de compagnies aériennes ; horaires de travail… «

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, et ses collaborateurs savent-ils que les diplomates américains avec lesquels ils déjeunent ont reçu l’ordre de noter leurs numéros de cartes de crédit personnelles, ou que ceux avec lesquels ils voyagent doivent transmettre leurs numéros de cartes de fidélité des compagnies aériennes ? Et qu’ils sont encouragés à mémoriser les mots de passe de leurs ordinateurs ?

Les diplomates américains à l’ONU doivent transmettre » toute information biographique et biométrique « sur leurs collègues des pays du Conseil de sécurité, y compris les alliés britanniques et français, et sur les dirigeants de nombreux pays. La consigne » biométrique « revient dans presque tous les mémos : il faut se procurer » les empreintes digitales, photographies faciales, ADN et scanners de l’iris « de toute personne intéressant les Etats-Unis.

Certains ne seront peut-être pas surpris que les ambassades américaines appartiennent à ce point à la communauté du renseignement. D’autres, qui croient entretenir des relations de confiance avec des diplomates, réfléchiront avant d’accepter une photo souvenir, ou de laisser leur ADN sur un cheveu retrouvé dans le col d’un manteau au vestiaire de l’ambassade.

Les commentaires sont fermés.

L’espionnage ou la documentation systématiques sur les pays amis et ennemis est une très vieille pratique.

Vous croyez que je suis outragé par la pratique des diplomates américains?

Nullement.

TOUS LES PAYS FONT LA MÊME CHOSE.

Ça me fait penser à un vieux livre (des années ’80) intitulé « Espionnage soviétique en France ». Tous les diplomates soviétiques avaient pour mission de ramasser de l’information sur les points névralgiques de l’économie et la politique françaises.

Cet exemple pourrait être appliqué à tous les autres pays qui peuvent se payer des corps diplomatiques à l’étranger.

Y a rien là, M. Lisée.

Désolé de décevoir la pruralité des anti-américains : un big no news. Rien ici n’est nouveau,surprenant ou même pertinant. Un pétard mouillé!

On y « apprend » que le Croissant Rouge (l’équivalent de la Croix Rouge dans les pays musulmans) viole le droit humanitaire international en transportant des combattants allant au front pour tuer des civils.

Les plus grands profiteurs de la situation sont les iraniens. Que ce soit lors de la guerre de 2006 contre Israël ou de 2008 à Gaza, les iraniens ont utilisés les ambulances pour envoyer des combattants, espionner et combattre.

Les responsables de l’organisation sont carrément cités comme étant complice des Gardiens de la Révolution Islamique. Grâce aux chef du Croissant Rouge, des guerriers iraniens ont pu s’infiltrer en Irak, au Liban ou encore à Gaza.

http://jssnews.com/2010/11/29/18897/

Bien évidemment, ce qui est dangereux, c’est la perception générale, laissant croire que les Américains sont les seuls à faire cela.

Commentaire en corollaire de mon premier.

😉

Et on se demande pourquoi plus de 40% des gens sont désabusés de la politique et ne vont plus voter….

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a qualifié dimanche de d’«irresponsable» et de «lamentable» la publication de documents du gouvernement américain qui ont été obtenus par le site WikiLeaks.

Le gouvernement du Canada, quant à lui, se prépare à découvrir ce que les Américains ont bien pu dire à son sujet.

En fin de journée, dimanche, WikiLeaks a confirmé qu’environ 2648 documents concerneraient le Canada.

La grande majorité de ces câbles diplomatiques ne devraient pas être rendus publics avant la fin de la semaine, mais le site a déjà laissé entendre qu’il pourrait être question de sujets extrêmement variés:

le contrôle des armes à feu,
la couverture médiatique de la CBC,
la technologie,
Haïti,
les applications militaires du nucléaire,
les affaires provinciales
et
la Syrie.

« Les affaires provinciales » ??? Tiens Tiens !!!!

Et Lawrence Cannon qui n’est pas content ?
Pas du tout ?
Tiens !!!! Tiens !!!!

On va peut être apprendre que, malgré ce qu’ils disent en public, les Usa et la France maintiennent des liens directs avec :

le Parti Québecois et le Bloc Québecois ………. Au cas où !!!

Chose certaine, j’ai bien hâte de lire :

les 52 « cables » provenant du consulat américain de la ville de Québec ;

et

les 82 « cables » provenant du consulat américain de la ville de Montréal ;

Cela risque d’être assez divertissant !

On apprend aussi que l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, la Jordanie et Bahrein considèrent qu’il faut attaquer l’Iran, ou éliminer sa capacité nucléaire par tous les moyens.

Bien sûr, les lecteurs du Monde, aussi appelé Immonde, ne sauront pas cela: ils sauront surtout que c’est Israel qui désire cela, sans leur dire aussi qu’il y a large consensus arabe sur ce sujet.

http://www.guardian.co.uk/world/2010/nov/28/us-embassy-cables-saudis-iran

N’est-il pas habituel que les dépêches diplomatiques soient cryptées? Peut-être seulement les plus importantes et devant rester secrètes? Tout de même avec tous ces renifleurs informatiques, il semble très étonnant que celles qu’on a divulguées n’eussent pas été cryptées.

Autre question: d’où viennent celles qu’on a divulgué? Par quels chemins? On n’a bien sûr que des hypothèses, enfin je suppose, car les ‘wikileakers’ ne vont pas divulguer leurs sources!

Bravo a Wikileaks. Le secret et le silence sont les moyens privilégiés pour nuire et déstabiliser. Il faut révéler au grand jour toutes ces manigances et enfin savoir ce que les USA pensent réellement des autres Nations. Leur hypocrisie doit enfin être dénoncer.

Wikileaks nuira peut-être aux USA mais presque automatiquement, aidera au reste de la planète.

L’aspect le plus intéressant n’est pas le contenu mais le contenant. Comment les gens de Wiki Leaks procèdent-ils pour obtenir tous ces renseignements? Sources ouvertes surtout? Sources privées pour la plupart?

Allons-nous assister à une plus grande transparence dans la gestion publique ou au contraire, cela aurait-il pour effet de rendre encore plus opaque?

« Ça me fait penser à un vieux livre (des années ‘80) intitulé “Espionnage soviétique en France”. Tous les diplomates soviétiques avaient pour mission de ramasser de l’information sur les points névralgiques de l’économie et la politique françaises. »

Bref, les États-Unis se comportent comme l’ex-Union soviétique.

De fait, les pratiques de l’espionnage sont universelles, mais le besoin d’aller chercher des informations très, très personnelles (biométrie, cartes de fidélités aériennes, etc.) débordent du simple cadre de l’information (recherche de possibilités de chantages? ou de manipulation par « vol d’identité » ?) et dénote le degré de confiance que de grands alliés (comme la Grande-Bretagne et les États-Unis) s’accordent mutuellement.

« ..ou de laisser leur ADN sur un cheveu retrouvé .. » En effet, c’est un crime sur leur propre territoire !… Ces diplomates confondent immunité et impunité !… Quand ils vont se retrouver à leur tour capturés, envoyés dans les guantanamo et autres abou Ghraib de l’adversaire et torturés, ils comprendront peut-être qu’ils ont dû se tromper de porte, un jour … Mais ce sera un peu tard, car leur tête sera prête de tomber !…

Wikileaks nous « apprend » que la politique étrangère canadienne est sinpliste!…

C’est comme si on nous « apprenait » que JJ est le parrain du parti libéral de « la belle province ».

Pour ce qui est de la diplomatie, nous y « apprenons » qu’il s’agit en fait d’hypocrisie en gants de velours.

Dire que le sort du monde repose pour une bonne partie, entre les mains de ces gens-là! Au secours!

Pour l’autre partie…suivez l’argent!

« Allons-nous assister à une plus grande transparence dans la gestion publique ou au contraire, cela aurait-il pour effet de rendre encore plus opaque? » (Pierre Cloutier)

Elle deviendra Wikiproof.

Pour paraphraser JFK(1961), ~le secret et l’opacité sont plus dangereux pour la democracie que les menaces que l’on utilise pour les justifier~

Je suis tout a fait d’accord, la confidentialité est presque toujours nuisible pour le publique, et protege les pratiques non-ethiques, illegales, immorales, criminelles, corrompues, etc.

Personellement je crois qu’il ne devrait pas y avoir de communications confidentielles ou secrete de la part d’institutions publiques (avec de rares cas d’exception relié à la vie privé d’individus sans liens avec des fonctions publiques).


(Je realise que le secret et la tromperie comportent des avantages strategiques a court terme, et certains citeront Sun Tsu etc, et qu’ils sont vitaux pour le crime organisé, la corruption et les agissements crapuleux de groupes et gouvernmenents, mais a certains niveaux a la longue pour une societe qui se veut democratique, les petits secrets, les mensonges, les tromperies, l’hypocrisie, la desinformation et la traison, finissent par comporter aussi une part de désavantages strategiques.)

Evidemment, une plus grande ouverture, requiert une plus grande tolerance pour les opinions divergeantes et pour la liberté d’expression, et nous avons besoin de meilleur protection pour les whistleblowers tant dans les agences gouvernementales, publiques, parapubliques que pour les compagnies privées(qui agiraient contre l’interet publique).