Wikileaks: Quand Ottawa prédisait une victoire de Marois

En avril 2009 le conseiller aux affaires québécoises du Conseil privé (le ministère du premier ministre Harper) Eric Ferguson, a expliqué à l’officier politique américain à Ottawa ce qui suit:

C'est écrit: Ottawa annonçait ma victoire !

La chef du PQ Marois est bien placée pour gagner la prochaine élection provinciale, car le premier ministre libéral Charest est au pouvoir depuis 2003 — une longue période en politique québécoise — les électeurs voudront donc un changement.

Ferguson a ajouté que Marois pourrait interpréter cette victoire comme un mandat pour promouvoir la souveraineté, mais affirme que pas plus de 30% des Québécois appuient l’indépendance complète.

Ferguson ajoute qu’un référendum est improbable à moyen terme, sauf si le gouvernement fédéral adopte une politique anti-Québec, ce qui est peu probable.

Voilà le genre de pépites d’information que l’on obtient lorsqu’on passe quelques heures à lire les dépêches diplomatiques américaines d’Ottawa, de Québec et de Montréal récemment mises en ligne par Wikileaks. Au sujet du Bloc québécois, on lit aussi ceci:

En coulisses, des députés du Bloc admettent qu’ils sont plus intéressés à obtenir plus d’autonomie et de droits pour le Québec que de diviser le pays, au moins pour le moment. […] Le député conservateur Steven Blaney insiste pour dire à l’officier politique de l’ambassade que le Bloc n’est plus un parti souverainiste.

Cette longue dépêche, codée Confidentiel, est consacrée au Bloc québécois et est intitulée, en français: Toujours en place – The Bloc quebecois. L’auteur, Terry Breese, prévoit que le Bloc est là pour rester. On ne le critique pas, tout le monde le croyait à l’époque.

Quand Benoit Pelletier était surpris par le succès du « fédéralisme assymétrique »

Une intéressante dépêche du Consulat général de Québec en 2004 rend compte d’une entretien avec l’alors ministre des affaires intergouvernementales Benoit Pelletier, au lendemain de la signature de l’entente fédérale provinciale sur la santé avec le gouvernement fédéral de Paul Martin. Dans le communiqué de l’entente, l’expression « fédéralisme asymétrique » était employée, ce qui a causé un émoi au Canada anglais et la satisfaction des fédéralistes québécois.

Pelletier: Ben voyons, qu'est-ce qu'ils ont tous à s'énerver avec ça ?

Un des architectes de l’entente, écrit la Consule Générale Abigail Friedman,

Pelletier affirme être franchement surpris par toute l’attention que le fédéralisme asymétrique obtient. […]

Pelletier est clairement content que le concept ait trouvé sa place lors du sommet sur la santé et ait été appuyé par tous les premiers ministres.

Mais il semble maintenant vouloir en réduire l’importance. Il a mis en garde contre la volonté d’appliquer le concept à chaque cas…

On retrouve là Pelletier-le-lucide, sachant que ce communiqué était un cas d’espèce, pas un précédent important.

Les dépêches placées ces temps-ci sur le site de Wikileaks ne bénéficient pas d’un classement de sécurité très élevé. C’est pourquoi on y trouve davantage d’informations sur l’opposition que sur le gouvernement. On suppose que les discussions avec les premiers ministres méritent un niveau de sécurité plus élevé, que Wikileaks n’a pas obtenu. (Ou pas encore…)

Au sujet de Jean Charest on trouve une dépêche qui le présente comme: « intelligent, amusant (witty) et déterminé ». Il sera heureux de l’apprendre.

Laisser un commentaire

Potinage, que du potinage.

«L’avantage des camps de nudistes, c’est que quand un mec arrive devant une gonzesse pour lui dire : « Je vous aime », elle peut répondre : « Oui monsieur, je vois ».»
[Coluche]

Voilà bien la preuve que conseillers et consuls peuvent toujours tenter de prévoir l’avenir, seul le peuple décide finalement. Et Dieu sait que la démocratie leur (et nous) en fait voir de toutes les couleurs.

Depuis ce temps, 5 mutins ont tenté de couler le PQ en y sortant e juin 2011 « 4 parce que le PQ n’allait pas assez vite avec la souveraineté et 1 parce qu’il ne voulait pas promettre d’y aller tranquillement ». N’importe quoi pour ne pas subir le sort des députés du Bloc du 2 mai 2011.

Est-ce que le PQ aura le temps de boucher les trous dans sa coque avant les prochaines élections générales ? Il y avait déjà le trou de Québec solidaire et maintenant, ça va être celui de la CAQ où vont probablement se réfugier bon nombre de souverainistes mous de la constitution.

Bonjour,
Wikileaks ne s’est surtout pas fourvoyé concernant le Bloc Québécois. Avec son flair politique inestimable, Monsieur Jean Chrétien ayant fait adopter sa Loi sur le Financement des Partis Politiques avait très bien évalué le CAS du Bloc Québécois comme utile police d’assurance fédéraliste faisant en sorte que le Bloc Québécois en faisant la preuve évidente aux québécois de l’extraordinaire démocratie existant au Canada. En prenant à PLEINES MAINS l’argent d’Ottawa, le Bloc Québécois en se pavanant glorieusement les poches pleines faisait la preuve qu’Ottawa les gavait bien. Pas cher payé pour ce puissant soporifique que fut le Bloc Québécois qui permit à beaucoup de nationalistes québécois de se purger tranquillement de l’amère défaite de 1995 en ayant de petites victoires morales pour se contenter et ainsi se faire une tête graduellement de l’état de la pauvre Cause. L’anesthésique que fut le Bloc Québécois perdura un laps de temps jusqu’à ce que le nationalisme québécois s’étiole et se meurt pour beaucoup de nationalistes qui choisirent le 2 de Mai 2011 de faire du Bloc un pauvre écrapou. Bien à vous, John Bull.

Le Bloc n’est et n’a jamais été un parti souverainiste.

Un secret de Polichinelle « dévoilé » sur Wikileaks ne faisant que confirmer ce que devinait une majorité de souverainistes.

Le Bloc québécois m’a toujours paru que nationaliste, tout comme le PQ de 1996 à ce jour, silencieusement souverainiste et très volubilement autonomiste-provincialiste, des « quêteux » de pouvoirs et de liberté.

Si ces deux partis frères n’avaient pas délaissé le projet d’un Québec pays souverain, nous ne connaîtrions évidemment pas la crise actuelle au sein du mouvement souverainiste causée par cet abandon.

Bonjour,
Pourquoi Wikileaks savait que le Bloc Québécois n’était pas du tout indépendantiste ou séparatiste et que la très grande majorité des nationalistes québécois ne le savaient même pas ? Monsieur Lucien Bouchard affirmait que le succès du Bloc Québécois serait mesuré à l’AULNE DE SA BRIÈVETÉ. En toute innocence, les nationalistes québécois ont creusé leur propre tombeau avec ce parti factice qui perdura dans le paysage politique Canadien tout simplement comme un plaster, un diachylon pour guérir le gros bobo nationaliste de 1995 en étant plus ou moins la jambe de bois de la pauvre Cause qui s’est cassée le 2 de Mai 2011. Bien à vous, John Bull.

@À tout ceux qui trouvent que les députés du bloc sont là pour leur pensions, pour se remplir les poches etc.

C’est stupide au coton. Ces gens qui se plaignent que les députés souverainistes sont là pour profiter du système ne devrait renoncer au titre de citoyen.

Car les député du bloc valent bien les députés d’autres partis. Ils représentent une opinion politique. Cette démocratie, y’a un paquet de fascistes qui ne le tolère pas.

Vrai que je n’aime pas le bloc et que je ne vote pas pour eux, mais ils ont mon respect en tant que députés.

Steven Blaney, mon député, est le mieux placé pour juger de ce doit être un parti souverainiste. Il a eu Jean Garon comme modèle politique mais n’en a retenu que le smiling minister.

Faut avouer qu’il a une meilleure dentition que Garon mais c’est bien la seule et dernière chose qui les fait se ressembler.

@ Denis Drouin, j’aime bien le mot de Coluche

Il y a encore du monde qui ont peur du PQ et du RIP Bloc??

Sans Legault, Marois gagnerait, pas parce que la population veux d’elle, mais simplement par défaut. Avec Legault, son chien est mort.

Rappelons que le Bloc n’a été fondé par des « méchants séparatistes », mais bien par des fédéralistes déçus par l’échec éclatant du « beau risque »: d’anciens conservateurs (dont Lucide Bouchard, ami personnel de Brian Mulroney) et d’anciens libéraux.
Quoi de surprenant à ce qu’il n’ait pas toujours été à la fine pointe du mouvement souverainiste (personnellement, j’ai toujours tiqué quand j’entendais des députés du Bloc parler du gouvernement « provincial » et de la « province » de Québec).

« Monsieur Lucien Bouchard affirmait que le succès du Bloc Québécois serait mesuré à l’AULNE DE SA BRIÈVETÉ. »

La raison principale de l’échec du mouvement souverainsites depuis 1996 est que le PQ, véhicule privilégié de la « cause », a toujours réussit à en prendre le monopole total pour…l’enterrer.
Et ce depuis 1996, quand Lucide Bouchard en a pris la tête (vous savez on démolit l’État québécois en attendant « les conditions gagnantes »). Bouchard est donc le principal responsable de l’échec qu’il reproche.

@ P.Lagassé (# 11):

Lucien Bouchard a quitté la politique PROVINCIALE en…2001. Il y a plus de 10 ans!

Get over it!!!

Depuis, chez les séparatistes, il y a eu Bernard Landry, André Boisclair, Pauline Marois sans compter les tiers partis à tendance séparatiste sans compter les interventions cacophoniques des « belle-mères » et les résultats sont toujours aussi nuls.

Un indice: peut-être est-ce le MESSAGE et non les messagers le problème?

M. P.Lagassé, ce qui a coulé le projet indépendantiste : Le succès de la loi 101, les succès du PQ et du Bloc, pendant que nous sommes encore dans le Canada, ce qui conforte les Québécois, et le 9 milliards de dollars reçus en péréquation du fédéral à chaque année » neuf mille millions ».

@ Gilles Bousquet (# 13):

Êtes-vous en train d’affirmer à P. Lagassé que nos séparatistes québécois connaîtraient du succès à L’INTÉRIEUR du gros méchant Canada oppressif et dominateur?

Et qUen plus, les autres CANADIENS nous transféreraient généreusement $9 Milliards PAR ANNÉE via le système de péréquation?

Eh ben…ce sera un choc pour Lagassé…