Santé et Science

La petite urgence #4: Je veux une civière!

Un patient un peu intense consulte à l’urgence: il se juge fort mal en point.

Rencontrant d’abord l’infirmière au triage, il demande en conséquence à être couché sur une civière.

Mais l’infirmière, perplexe, choisit plutôt l’envoyer dans la salle d’attente. Après tout, il a l’air en pleine forme.

Du coup, le patient s’allonge immédiatement par terre et fait l’étoile, au beau milieu de la salle d’attente et sous l’oeil surpris des autres patients, qui attendent sagement leur tour.

L’infirmière le regarde, étonnée.

« Mais qu’est-ce que vous faites là?
– Je vous l’ai dit, je veux une civière.
– Ah bon. Vous êtes persistant. »

Elle choisit finalement de l’assigner à une civière, à tout hasard. C’était peut-être plus simple ainsi.

Je dis parfois à la blague à ceux qui ont la « chance » d’être placés sur une civière tout près du poste qu’ils ont les meilleures places, les loges. Ce qui n’est pas complètement faux: les inquiets y côtoient directement le personnel affairé.

Mais surtout, le tourbillon des allers et venues, les téléphones qui sonnent, les civières d’ambulances arrivant et repartant, les alarmes des moniteurs, les bruits, les cris, c’est un spectacle en soi.

Parfois un peu trop bruyant pour bien dormir, mais tout de même moins qu’un show des Back Street Boys. Et certains patients, sans compter nombre de médecins et passablement d’infirmières, sont tout de même de colorés personnages.

Mais si beaucoup de gens aiment le théâtre, bien peu souhaitent passer la nuit sur une civière à l’urgence. Sauf les  inquiets, comme ce patient qui faisait l’étoile au triage. Au fait, il aura congé un peu plus tard, rassuré, sans qu’on ne lui ait rien trouvé de grave.

*

Pour me suivre sur Twitter: @Vadeboncoeur_Al