Sauver des vies en luttant contre les changements climatiques
Santé et Science

Sauver des vies en luttant contre les changements climatiques

Lutter contre les changements climatiques est-il bon pour la santé? À long terme, sûrement. Et à court terme, plusieurs gains pourraient être liées aux solutions évaluées par l’organisation Drawdown. Explications avec Alain Vadeboncoeur.

Le groupe Drawdown a publié récemment une classification des actions les plus efficaces pour affronter les changements climatiques. C’est apparemment la première fois que les solutions potentielles sont ainsi présentées en fonction de leur efficacité de réduction des émissions de CO2 atmosphérique. Pour plusieurs, on mentionne également leur coût.

Côté santé, on connait ses liens avec les changements climatiques. On estime ainsi qu’à partir de 2030, 250 000 décès supplémentaires surviendront annuellement en lien avec ces changements. Toute approche permettant d’améliorer la donne sauvera donc indirectement des vies.

De manière plus directe, un grand nombre – sauf la toute première – des solutions proposées par Drawdown aura un impact assez évident sur la santé, un gain qui s’ajoute aux bonnes raisons de travailler à les réaliser.

Source: www.drawdown.org

9 solutions sur 10 bénéfiques aussi pour la santé

Parmi les 10 premières solutions retrouvées, on n’attend pas nécessairement celle qui se trouve en première position : l’abolition et le retrait de certains réfrigérants présents dans nos appareils de climatisation et de refroidissement, qui affectent la couche d’ozone. Il semblerait que des gaz alternatifs soient disponibles. Toutefois, je ne trouve pas de lien évident avec la santé (1). Contrairement à toutes les propositions qui suivent.

La seconde solution est le développement des énergies éoliennes, et les liens sont plus directs dans les régions où des combustibles sont utilisés pour générer de l’électricité. On diminue en effet ainsi les émissions polluantes sous forme de microparticules et de gaz toxiques, qui ont des effets délétères, notamment sur la santé pulmonaire et cardiovasculaire.

La troisième solution, la réduction des pertes alimentaires, permettrait sans doute de nourrir plus de gens si la nourriture ainsi sauvée est bien utilisée. On sait par exemple que dans bien des régions du monde et même chez nous, beaucoup de personnes n’absorbent pas les nutriments requis, notamment en protéines essentielles au maintien d’un bon état de santé.

Source: www.drawdown.org

La quatrième proposition, une alimentation riche en plantes, correspond aux vertus connues du végétarisme, sans équivoque associé. Lorsque bien compris, il contribue à une meilleure santé. Si on vante aussi les vertus encore plus claires du véganisme, il faut savoir que ce mode de vie est associé à des gains encore plus nets sur la santé.

Pour ce qui est du cinquième point, il s’agit de diminuer l’utilisation du feu dans les forêts tropicales. On s’attaquerait ainsi directement à l’émission des particules fines provenant de la combustion, qui ont des effets majeurs sur la santé respiratoire et cardiaque.

La sixième idée, l’éducation des filles, aurait aussi d’importants effets sur la santé. Il existe un lien direct entre le niveau d’éducation et l’état de santé des individus et des populations.

Source: www.drawdown.org

La septième solution, soit la planification familiale, notamment par la contraception, influencerait positivement sur la santé des femmes et des enfants, ne serait-ce qu’en permettant aux jeunes femmes de poursuivre leurs études plus longtemps et en diminuant la taille des familles, ce qui accroit la possibilité de mieux les nourrir et de mieux les éduquer.

Pour ce qui est des fermes solaires, la huitième proposition, elles permettraient, grâce à l’énergie solaire, de diminuer les émissions polluantes, une des causes importantes de mortalité dans le monde.

La neuvième solution, soit l’intégration des arbres et des pâturages dans l’agriculture, peut aussi avoir un effet bénéfique, puisqu’on permet ainsi une augmentation de la production parallèle des noix, des fruits, des champignons, augmentant les revenus pour les fermiers et contribuant à une alimentation plus saine.

Source: www.drawdown.org

La dixième solution, les toits solaires pour les habitations, a aussi un lien direct avec la santé. Dans une bonne partie du monde, c’est l’utilisation de kérosène et d’autres combustibles fossiles pour assurer les besoins d’énergie qui engendre une pollution intérieure aux effets néfastes documentés. Toute réduction de cette pollution est associée à une meilleure santé respiratoire et cardiaque.

Comme on le voit, ces 10 solutions ont un lien tout à fait direct avec la santé des gens. Toutes ces actions permettraient non seulement de diminuer l’émission de gaz à effet de serre, mais aussi, parfois à court terme, d’améliorer la santé des gens.

Beaucoup de ces solutions sont liées à la diminution de la pollution atmosphérique et de l’émission des particules fines. On sait qu’environ 7 millions de décès prématurés sont causés par cette pollution, et que 90 % des habitants de la Terre demeurent dans des endroits où la pollution est beaucoup trop importante.

D’autres solutions intéressantes

Parmi les autres solutions, je relève l’utilisation de la géothermie, en dix-huitième position, qui permettrait également de diminuer l’utilisation des combustibles, tout comme, en vingtième position, le fait de rendre disponibles des fours propres pour la cuisson.

En vingt-sixième position, on retrouve l’utilisation des véhicules électriques. Dans un environnement comme le nôtre, où l’hydroélectricité permet de produire de l’électricité propre, ces véhicules présentent un net avantage du point de vue des gaz à effet de serre. À court terme, c’est par la baisse d’émission de polluants qu’ils ont aussi un avantage significatif.

En trente-septième position, on retrouve l’utilisation des transports en commun à large échelle. Quel est le lien avec la santé? Il est double : d’une part, on diminue notablement l’utilisation des combustibles pour le déplacement des personnes et d’autre part, le transport actif est associé à une plus grande quantité d’exercice et de marche.

Au point cinquante-quatre, on retrouve des villes favorisant les marcheurs. Encore une fois, l’effet est double : diminution d’exposition aux combustibles et augmentation de l’exercice.

De même, la solution cinquante-neuf, soit d’améliorer les infrastructures pour les vélos, favorise évidemment une plus grande activité, dont on connait l’effet bien documenté sur la santé.

Se mobiliser pour la santé

Comme on le voit, la lutte contre les changements climatiques s’intensifie. Ce qu’il y a de réjouissant, c’est l’effet favorable de ces solutions sur la santé humaine, puisque la plupart des gestes proposés y contribuent directement, qu’on parle de mortalité, de santé respiratoire ou de santé cardiovasculaire.

Voilà d’autres bonnes raisons de se mobiliser sur ces questions.

*

(1) Une lectrice attire mon attention sur les liens entre la couche d’ozone et les cancers de la peau et certains problèmes oculaires, ce qui est fort probablement juste en raison de la baisse de protection contre les rayons UB. Bien vu!