5 problèmes matinaux résolus

La routine matinale est probablement difficile pour tous les parents, et ce, pour de nombreuses raisons. Voici quelques solutions qui pourraient vous faciliter la vie le matin.

Photo: iStockphoto
Photo: iStockphoto

Les matins de semaine n’ont rien d’agréable: il y a trop de tâches à faire et pas assez de temps pour les accomplir. Il est déjà difficile de bien commencer la journée lorsqu’on n’a à s’occuper que de soi-même, alors imaginez le potentiel de catastrophe quand on ajoute un ou deux enfants dans le décor. Épuisement garanti, ou presque. Voici un petit guide qui n’éliminera pas tous les risques de crises, autant de la part des jeunes que des adultes, mais qui vous fournira au moins quelques stratégies pour surmonter certains dilemmes récurrents.

  1. Le manque de temps

Si vous avez l’impression de toujours être à la course parce que votre enfant est un lève-tard, demandez-vous s’il va au lit assez tôt avant de songer à chambarder votre routine matinale. «Les jeunes qui s’endorment à 22 h et qui se réveillent à 8 h ne se lèvent pas trop tard: ils ne font que dormir une nuit complète», dit Julie Romanowski, conseillère parentale à Vancouver. Selon l’Académie américaine de pédiatrie, les petits de 1 et 2 ans ont besoin de 11 à 14 heures de sommeil par période de 24 heures, et ceux de 3 à 5 ans en ont besoin de 10 à 13 (y compris les siestes). Les enfants de 6 à 12 ans devraient dormir de 9 à 12 heures par nuit.

Si le vôtre ne dort pas suffisamment, commencez par le coucher plus tôt. La clé pour des matins en douceur durant cette transition est de tout préparer le soir ou avant qu’il se lève. Cette astuce fonctionne aussi si vous avez plus d’un enfant, mais qu’un seul d’entre eux a besoin de dormir plus que la moyenne. Cette façon de faire a réglé le problème de Luisa Magalhaes, une mère de Peterborough, en Ontario. Cette dernière réveille ses enfants de trois et cinq ans à 7 h 30, et toute la marmaille quitte la maison à 8 h! «Nous préparons tout avant d’aller au lit: la boîte à lunch, le sac à dos et les vêtements qu’ils porteront, dit-elle. Nous avons même des brosses à dents et des pinces à cheveux dans la salle de bains de l’étage principal pour ne pas avoir à remonter au deuxième.»

Autre conseil: prenez une minute pour établir un contact avec votre enfant, dit Sarah Rosensweet, conseillère parentale à Toronto, même si c’est la dernière chose pour laquelle vous avez du temps. Donc, avant d’aboyer vos ordres — “Allez! Debout! On n’a pas beaucoup de temps!” —, faites-vous un câlin. Ce petit moment d’affection pourrait vous donner une bonne longueur d’avance pour obtenir un peu de coopération.

Si vous manquez sans cesse de temps, mais que cela n’a rien à voir avec l’heure du réveil, peut-être devriez-vous évaluer combien de minutes votre enfant met à accomplir certaines tâches. D’accord, il devrait arriver à attacher ses souliers en 2 minutes, mais s’il en prends 10 tous les jours, il vaudrait sans doute mieux accepter cette lenteur et faire avec, plutôt que de la combattre.

  1. L’enfant qui ne veut pas manger son déjeuner

Personne ne veut laisser son enfant commencer sa journée le ventre vide. Après tout, ne dit-on pas que le déjeuner est le repas le plus important? Alors, que faire si junior ne veut pas toucher son assiette?

Selon Julie Romanowski, deux problèmes sont ici en jeu: soit l’enfant n’a pas faim en se levant, soit il ne veut pas mettre ses activités de côté pour aller s’asseoir et manger.

Pour régler ce problème, incluez le déjeuner dans votre routine quotidienne, peu importe si votre enfant déjeune ou non. Cela ne veut pas dire que vous devriez le forcer à manger. Prenez plutôt le temps de lui expliquer pourquoi vous voulez qu’il ait un déjeuner nutritif, établissez vos attentes et créez une liste d’aliments favoris. Le matin, demandez-lui ce qu’il a envie de manger sur cette liste.

Si vous lui proposez chaque jour un petit-déjeuner, mais qu’il n’y touche pas ou très peu, essayez de ne pas trop vous en faire, dit la diététiste Cara Rosenbloom. Donnez-lui plutôt une collation nutritive à manger dans l’auto ou pendant sa pause du matin. Kanchan Jindal,  mère de deux enfants qui vit à Burlington, en Ontario, prépare des smoothies pour ses enfants. Ils les boivent pendant le trajet vers la garderie.

  1. Mes enfants se lèvent trop tôt

Si votre enfant se lève trop tôt, le problème — outre le fait qu’il se lève trop tôt — est qu’il se retrouve avec trop de temps sur les bras entre le lever et le départ pour l’école ou la garderie. Il peut donc être difficile de motiver un jeune à se préparer puisque rien ne presse. Et s’il commence à jouer, comment le ramener à l’ordre sans devoir en faire la demande à maintes reprises? Le truc dans ces cas-là, selon Julie Romanowski, est de réduire au minimum le nombre de fois où l’enfant doit délaisser une activité amusante pour faire une tâche ennuyante, comme se brosser les dents. «En tant qu’adultes, nous voyons cela comme étant « va te brosser les dents, et ensuite tu pourras continuer ». Pour les enfants toutefois, la transition entre une activité amusante et une tâche plate peut nécessiter beaucoup de temps et d’aide de la part des parents», dit-elle. Et, soyons franc, qui a la patience pour cela le matin?

Cette conseillère recommande aussi de s’assurer que l’enfant est complètement prêt à partir — dents brossées, vêtements enfilés, sac prêt — avant de le laisser jouer. De cette façon, vous n’aurez pas à le forcer à lâcher ses jouets pour qu’il prenne son déjeuner et vous réduirez par la même occasion les risques de manquer de temps. Et si vous préférez le laisser bien à l’aise dans son pyjama jusqu’au moment où il devra se préparer, introduisez l’usage d’une sonnerie ou de tout autre signal audiovisuel pour lui indiquer que le moment est venu d’arrêter ses activités et de commencer sa routine.

Si vous avez de la difficulté à garder votre enfant occupé pendant que vous vous préparez, et que vous préférez éviter de l’asseoir devant un écran, Sarah Rosensweet a la solution: créez une boîte d’activités et de jouets qui ne pourront être sortis que lorsque vous ou votre partenaire se prépare. Assurez-vous aussi d’en varier le contenu ou d’ajouter une petite surprise de temps à autre pour garder l’intérêt du jeune.

  1. L’enfant grincheux

Si junior est toujours de mauvaise humeur au réveil, il est possible qu’il ne dorme pas assez. Cependant, certains enfants sont de mauvais poil en matinée, peu importe la durée de leur nuit.

Endurer les jérémiades de son enfant chaque matin peut être frustrant. Selon des experts, la meilleure chose à faire est de reconnaître ce qu’il ressent et de faire preuve de compassion. «Le premier réflexe de certains parents est de se mettre en mode défensif et de demander à l’enfant pourquoi il est si difficile. Toutefois, cette tactique ne fera que couper toute possibilité de communication», dit Julie Romanowski. Le fait est que la majorité des jeunes ne veulent pas être de mauvaise humeur.

Si cette attitude est nouvelle, cherchez-en les raisons: un manque de sommeil, une alimentation insuffisante ou une maladie dont les principaux symptômes ne se seraient pas encore manifestés. Tentez aussi de voir ce  qui se passe dans sa vie: il pourrait avoir de la difficulté à l’école ou à la garderie, ou avoir du mal à accepter l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille. Manifester un peu d’empathie ne résoudra pas nécessairement le problème, mais cela pourrait vous permettre de quitter la maison un peu plus vite.

  1. Mon enfant veut tout faire… sauf se préparer

Combien de fois devez-vous répéter à votre enfant de mettre ses souliers le matin? Le manque de motivation au réveil est une chose dont les parents se plaignent régulièrement. Ils ne devraient pourtant pas se surprendre: vous lui demandez de quitter le confort du foyer pour aller passer la journée quelque part qui peut lui sembler moins amusant ou moins sûr. Et le pire dans tout ça est que vous ne serez pas avec lui.

La première chose à faire est de lui dire que vous comprenez ses émotions, dit Julie Romanowski. Par exemple, s’il joue avec un jouet, dites-lui: «Je vois bien que tu t’amuses avec ce jouet. C’est difficile de quitter la maison, et papa et maman, n’est-ce pas?»

Pour aider votre enfant à rester concentré, faites une liste des tâches qu’il doit accomplir, comme manger, s’habiller et se brosser les dents. Pour les plus jeunes, vous pourriez aussi créer un guide visuel à l’aide de dessins ou d’images de magazines. Ensuite, au lieu de l’embêter, demandez-lui où il en est rendu.

Vous ne devriez pas non plus vous attendre à ce qu’il puisse tout faire par lui-même. Même ceux qui sont capables d’enfiler leur pantalon pourraient avoir besoin de votre aide pour certaines choses. «Vous savez qu’intellectuellement, il est capable de le faire, mais émotionnellement, monter seul pour aller s’habiller, c’est encore trop lui demander, dit Julie Romanowski. La séparation physique d’avec le parent n’est pas une chose très motivante pour un enfant.»

Alors, prenez une grande inspiration, montez les marches et encouragez-le pendant qu’il fait sa routine. Vous pouvez vous réconforter en vous disant qu’il n’aura plus besoin de votre aide pour mettre son pantalon quand il sera au secondaire.

(Cet article a été adapté de Today’s Parent.)

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie