58 % des Québécois vont appuyer la charte, selon mon improbable mais exclusif sondage

Comme vous le savez déjà, sinon vous devriez vérifier votre état de conscience, le gouvernement Marois a déposé son projet de Charte des valeurs québécoises, qui pourrait devenir sous peu un projet de loi qui fera encore plus de bruit, si c’est possible.

Tout ayant déjà, à 14h34 aujourd’hui, été dit ou à peu près sur la Charte, je ne jouerai pas à celui qui a quelque chose de neuf à ajouter absolument. Je vous réfère plutôt à l’ensemble des opinions possibles publiées partout, vous y trouverez sans doute votre compte. Par contre, je me suis demandé comment la Charte serait reçue et de quoi auraient l’air les premiers sondages.

Non pas reçue par des chroniqueurs trop intenses, des éditorialistes trop solennels, des sociologues trop catégoriques, des humanistes trop outrés, des leaders religieux trop révulsés, non, je veux dire, juste par le monde ordinaire, qu’on appelle souvent le vrai monde, pas tellement parce qu’il est plus vrai que l’autre, mais surtout parce qu’il est généralement plus nombreux.

On l’appelle aussi, parfois, la majorité silencieuse, ce qui a l’avantage bien connu de pouvoir lui faire dire n’importe quoi et le désavantage que ça prend des sondages non probabilistes pour le savoir ou plus simplement pour lui faire dire ce qu’on souhaite avec des questions bien tournées et des échantillons non probabilistes dont on peut douter. Mais c’est un autre débat.

Ma question à moi, pas complètement dépourvue d’originalité quand je me la repose à tête reposée, ce qui n’est pas facile après un 24h chrono de tous ces arguments extrêmes à propos de l’objet de la réflexion dudit cerveau, c’est : qu’est-ce que la première gang (les branchés) pense que la seconde gang (les nombreux moins médiatisés) pense du projet en question.

Un sondage à la maison

Mais comment savoir? Alors je me suis dit, pourquoi ne pas faire un sondage là-dessus? Puis je me suis dit : parce que j’ai pas vraiment le temps et que je n’ai pas vraiment le goût de payer pour ça. D’ailleurs un sondage, c’est pas mal compliqué, ensuite tout le monde vous engueule et doute selon que vous êtes Crop ou Léger, il paraît que l’agent-payeur influence les résultats, mais j’ai pas vérifié.

J’ai donc conçu vers 16h en pleine canicule à la maison cet après-midi le premier sondage improbable à propos de savoir ce qu’on pense que le vrai monde va penser de la Charte en question, un sondage gratis pour éviter tout biais.

L’échantillon est constitué de tous ceux qui n’avaient rien à faire aujourd’hui et trainaient donc dans mon sillage sur Facebook ou Twitter. Et d’autres, ramassés au hasard dans le sillage de ceux-là. Fait que, c’est plus des gars, normal, les gars ont généralement moins de choses à faire que les filles et en plus, ils trainent plus souvent sur le WEB en train regarder quoi, je vous dis pas.

Comme il est impossible avec un échantillon aussi tout croche de représenter correctement les convictions profondes, j’ai plutôt choisi de demander à tout ce beau monde de m’aider à prédire les résultats d’un futur sondage plus rigoureux (et donc plus cher).

Me semble que si tout le monde essaie de prédire, ça risque de ne pas trop se tromper (ou oui, mais bon, on verra). C’est mon hypothèse. Certes, peut-être qu’ainsi, je « favorise la pensée groupale », comme l’a mentionné un des répondants, mais comme je ne sais pas ce que c’est, je n’y crois pas.

Les résultats

Alors comme il est tard et que j’ai déjà promis des résultats pour 22h00, voici en primeur les résultats. D’abord, ben tenez-vous bien, le gouvernement ne se serait pas trompé, la Charte passerait sans doute le test de l’opinion publique générale : le monde (les suiveux mais ça m’inclut aussi) pense que de 50 à 60% des Québécois auront une opinion favorable diamétralement opposée à la presque totalité de l’intelligentsia, dont beaucoup d’amis à moi.

Je vous laisse conclure sur les raisons de la chose, moi je ne fais que rapporter des données brutes. Voire brutales. Et comme presque autant pensent que ce sera plutôt 60 à 70% d’appui, moi je mise sur 58% d’appui, à l’oeil. C’est scientifique.

Capture d’écran 2013-09-11 à 21.54.54
Première question du sondage. Les différentes réponses possibles sont présentées à gauche. Chaque colonne représente la proportion des répondants ayant choisi une option. Une seule réponse possible.

Mais bon, c’est large ça, tout le monde, alors il est intéressant de stratifier. D’abord par régions. D’abord Montréal multiculturelle et défusionnée, où 18 maires ont d’ailleurs unanimement et vigoureusement dit niet à tout ça aujourd’hui; puis deusio le mystère de Québec; et puis tertio le reste, les régions et même les racoins.

Alors ça va comme suit : pour Montréal, le monde prévoit un appui à hauteur de 30 à 40%, avec une tendance plus forte dessous qu’au-delà, ce qui fait, à l’oeil, disons 33%, voilà.

Pour Québec la mystérieuse, on parle d’un appui solide de 60 à 70% et nettement prédominant, moi je dirais… 65%.

Capture d’écran 2013-09-11 à 21.59.03Et en région, c’est pratiquement égal entre 60-70 et 70-80, alors disons 70% en région, why not? Donc le monde prévoit (ou constate) une cassure. Mais c’est pas vraiment nouveau.

Et au Canada, bien entendu, 0 à 20% l’emporte largement, disons 14% alors.

Capture d’écran 2013-09-11 à 22.00.21Outre les jolies couleurs et la géographie inclusive, on peut découper, non pas les opposants, mais bien les opinions, en des strates fort significatives pour nous.

Et selon la langue et l’option politique?

Du côté franco, la colonne 60 à 70% surplombe largement. Alors on y va pour 65%. Du côté anglos, c’est encore le 0 à 20%, plus fort que dans le ROC, alors allons-y pour 11% d’appui. Ce qui serait tout de même surprenant mais bon. Quand aux allophones, c’est 0 à 20% encore plus net, donc disons 7%. Au sentiment.

Capture d’écran 2013-09-11 à 22.02.48Mais, voilà quelque chose d’intéressant, la division souverainiste-fédéraliste est beaucoup moins nette, ce qui ne me surprend pas: on a vu beaucoup des premiers condamner vertement la Charte aujourd’hui, tandis qu’un fédéraliste convaincu, comme le bon docteur Philippe Couillard par exemple, était prêt à donner son appui, mais à la condition non négociable de scinder le tout et qu’on retire la question des signes ostentatoires (tout ce débat nous aura au moins permis d’utiliser ce joli mot), et que François Legault semblait « assez d’accord ». On verra, j’imagine.

Le monde, encore lui, pense donc que les souverainistes appuieront le projet à hauteur de 60 à 70%, avec un second choix à 70 à 80%. Donc je ne sais pas trop, mais je dirais, à l’oeil, 66%.

Quand aux fédéralistes, c’est encore plus difficile à dire, les % entre 0 et 50% recevant des quantités plutôt égales d’appui, bien que le 0 à 20% prédomine. Là, vraiment, je ne sais trop. Disons quelque part au milieu de tout ça, en tirant vers le bas : 22%. Voilà, c’est dit. Je me suis commis.

Capture d’écran 2013-09-11 à 22.03.52Et voilà. Reste maintenant à attendre le premier sondage. Ça ne devrait pas tarder. Déjà que TVA, aujourd’hui, a fait dire à 68% de 1000 Québécois que le crucifix devait rester à l’Assemblée nationale.

À suivre donc. Si le monde qui a répondu sait de quoi il parle, la Charte va passer le test et je l’aurai dit en premier. Sinon, ce sera la faute de mes suiveux, que voulez-vous, on les choisit pas.

Mais bon, il y a loin de la coupe au projet de loi. Par contre, pour susciter un débat, c’est déjà réussi.

*

Note méthodologique.

Ce sondage a été mis en ligne vers 16h00 le 11 septembre et partagé deux ou trois fois sur les réseaux Facebook et Twitter. Il a été répondu jusqu’à 22h00 par 281 personnes (ce qui est pas mal tout de même) dont moi, qui ont toutes ou presque coché à la quasi-totalité des subtiles questions posées.

Parmi ces répondants, 49% étaient en faveur de la charte, 43% contre et 8% sans opinion. On pouvait aussi compter sur 39% de femmes, 61% d’hommes (mais aucun sans opinion à ce sujet). Je sais que je devrais ajuster les résultats pour tenir compte du surplus d’hommes, mais je n’ai aucune idée comment faire.

Enfin, comme l’échantillon est tout sauf probabiliste, je n’ai aucune idée de la marge d’erreur mais je suis bien content de ne pas avoir à la calculer. Je ne sais pas du tout d’où viennent les répondants ni qui ils sont, par contre j’imagine qu’il y a plein de gens corrects et sympathiques puisqu’il y a sûrement pas mal des mes amis Facebook et de mes suiveux Twitter. Alors voilà.

Si ça marche, c’est sûr que j’en ferai d’autres. Sinon ben je ferai d’autres choses, j’imagine. De la poterie, sans doute.

En passant j’en profite pour vous recommander mon précédent texte, qui portait sur le dopage en cyclisme avec un titre un peu racoleur, qui a fait moins de bruit mardi pour la raison que vous savez.

*

Addendum 12 sep 10h38. Au fait, le sondage a continué à rouler cette nuit, j’en suis à 411 réponses, qui confirment les données précédentes. Je viens de le fermer. Pour ceux qui veulent accéder à toutes les données, incluant le détail des %, vous pouvez consulter ce document en ligne.



 

Laisser un commentaire

cela donne, c’est bien connu, la tyrannie de la majorité. Le contraire d’une démocratie délibérative.

A suivre lorsque les données sortiront, mais quant à la délibération, il me semble tout de même que nous ne sommes pas en panne, actuellement.

le Pq annoncerait qu’il va couper les impots de 10% que les Anglos seraient contre
Alors que l’ile de Montréal ait des résultats un peu différents du reste du Québec est tout à fait normal

M. Vadeboncoeur, ce n’est pas le moment de plaisanter au sujet de la charte des valeurs québécoises. C’est quelque chose de très important et même INDISPENSABLE. Voulez-vous me dire pourquoi ce qui sont contre au nom de la liberté des »multiculturels » font un silence COMPLET sur le fait que ces femmes voilées par exigence de leur religion n’on aucune liberté. La religion musulmane considère que la femme est inférieure à l’homme et doit lui être soumise. D’autre part, des personnes qui connaissent bien le coran disent qu’il n’y a aucune exigence du port d’un voile. Donc en vertu de quoi les femmes voilées auraient le droit de le rester même dans la fonction publique? Si j’avais un enfant dans un CPE je ne voudrais ABSOLUMENT pas qu’une religieuse catholique s’occupe de lui. .Encore moins une musulmane affichant ses croyances. Il y a bien d’autres emplois que ces femmes voilées peuvent occuper. Et puisque leur foi est si forte, elles devraient accepter de renoncer à certaines choses pour leur Allah et Mahomet. Il y a beaucoup de personnes qui ne portent aucun signe religieux qui n’ont pas de travail. Elles occuperaient volontiers les places laissées libres par les fanatiques de la religion. Voulez-vous me dire pourquoi un sikh veut justement être dans la police, par exemple, alors qu’il y a bien d’autres métiers qu’il pourrait choisir. Est-ce un droit pour un sikh d’être dans la police ou l’armée? Il y a une mauvaise foi agaçante chez tous ceux qui crient à l’anti-démocratie, au facisme, pourquoi pas au nazisme ou au stalinisme! Il y a ces temps-ci une enflure du langage vraiment ridicule. Des sociologues de l’uqam et de l’université de Montréal m’ont demandé de les enlever de ma liste parce que je leur ai envoyé une lettre où je défendais la charte des valeurs québécoises! Des professeurs qui enseignent et font de la recherche refusent une opinion différente de la leur! J »espère que le Gouvernement ira de l’avant malgré les croassements des anti-québécois. J’ai oublié de mentionner que je suis une immigrante venue d’Haïti en 1973. Il y a une chose très importante pour moi: LA JUSTICE. Les Québécois ont le droit de choisir leurs valeurs. Toute ma vie j’ai lutté pour l’égalité de l’homme et de la femme. Le Québec ne doit pas accepter qu’on les ramènent à des croyances moyenâgeuse!, On aurait pu penser que ces « multiculturels » si ardemment croyantes seraient rester dans leur pays d’origine où elles auraient tout le loisir d’afficher leurs croyances. Leur comportement n’est pas très cohérent! Nadine Magloire

Faire ce que la majorité veut que nous fassions est électoralement profitable à court terme mais peut être très…très dangereux à moyen et long terme.

On perd premièrement de sa propre substance car les désirs de la majorité ne sont souvent pas en harmonie avec ses propres principes et pire, on peut élaborer des programmes et des lois qui sont totalement injustes envers une minorité.

On doit deuxièmement s’ajuster au plus petit dénominateur commun, domaine dans lequel le Québec est passé maître.

Nous élisons des politiciens pour qu’ils prennent leurs responsabilités et aient du courage, de la vision et non pour qu’ils gèrent un état en faisant des sondages. Si leurs décisions ne rencontrent pas les désirs de la majorité mais qu’elles sont profitables à long terme, ils doivent en faire la démonstration.

La plupart des plus grands politiciens de la planète ont, de temps à autre, pris le risque de déplaire à la majorité mais ils l’ont fait de façon intelligente et les fruits de leurs décisions sont toujours respectés plusieurs années après leur disparition.

La tyrannie de la majorité est une expression très descriptive de la réalité.