À chacun son éolienne

Et si le toit de chaque maison était doté d’une éolienne qui permettait de produire une énergie d’appoint et de réduire la facture d’électricité ?

La société Vertica de Sorel-Tracy a mis au point une turbine éolienne en forme de cylindre, de la taille d’un spa, qu’on peut fixer sur le toit d’un immeuble. Elle peut produire jusqu’à 2 800 kilowattheures par année, soit 10 % de la consommation moyenne d’une maison individuelle. Mais son prix en fait une source d’énergie très coûteuse : de 15 000 à 20 000 dollars. À ce prix-là, l’éolienne, qui pourrait réduire la facture d’Hydro-Québec de 200 dollars par année, sera remboursée en 90 ans ! Il n’y a donc pas de marché au Québec pour les éoliennes personnelles, pas tant que le prix de l’électricité traditionnelle sera aussi bas, dit Jean-Pierre Binda, président de Vertica.

En attendant, l’État peut s’inspirer du Royaume-Uni, qui subventionne l’achat de turbines éoliennes dans le cadre de son Low Carbon Buildings Programme. Les propriétaires de maisons peuvent recevoir un remboursement allant jusqu’à l’équivalent de 5 000 dollars, ou 30 % du prix de l’éolienne qu’ils fixent sur leur toit.

Vertica n’a vendu que cinq éoliennes depuis l’été 2007. La Biosphère de Montréal en arbore une, tout comme l’Université Laval, le cégep de Sorel-Tracy et deux autres écoles du Québec. Mais avant que cette éolienne de toit qui pèse 600 kilos gagne les quartiers résidentiels, « il va falloir construire les maisons en conséquence », dit Daniel Blanchette, représentant commercial à Vertica.