À la recherche des grands vents

Une éolienne gonflable, proche parente du ballon dirigeable, sera testée dès l’an prochain en Alaska.

eolienne-gonflable

Une éolienne gonflable, proche parente du ballon dirigeable, sera testée dès l’an prochain en Alaska. Créée par la société américaine Altaeros Energies, cette turbine aérienne flottante — baptisée BAT (pour buoyant airborne turbine) — pourrait révolutionner le secteur éolien.

Elle peut être placée jusqu’à 600 m d’altitude, où soufflent des vents puissants et constants. Résultat : elle produit deux fois plus d’énergie que l’éolienne classique, pour deux fois moins cher, affirme le constructeur.

Autre atout non négligeable : elle est mobile. Une entreprise minière isolée dans le Nord québécois, par exemple, pourrait s’en servir pour alimenter ses installations.

L’appareil est constitué d’une hélice installée au cœur d’une énorme chambre à air gonflée à l’hélium, fixée au sol à l’aide de trois câbles, dont l’un alimente une génératrice. Reste à s’assurer que l’éolienne pourra rester gonflée pendant au moins une année, ce sur quoi planche en ce moment Altaeros.

Hydro-Québec est bien au fait de l’existence de cette nouvelle technologie et suit — de loin — son évolution.

Laisser un commentaire