Afghanistan: une mine chinoise menace un site archéologique

Les travaux d’exploration de la compagnie chinoise MCC en vue de creuser une gigantesque mine de cuivre en Afghanistan menace un monastère bouddhiste âgé de 2600 ans, qui fait actuellement l’objet de fouilles par des archéologues afghans et français.

Le site de Mes Aynak, situé à une quarantaine de kilomètres au sud de Kaboul, sur l’ancienne route de la soie, est voué à la destruction, tout comme 12 autres sites archéologiques des environs, selon plusieurs articles publiés récemment.

La mine de cuivre devrait entrer en production dans six ans, et rapporter chaque année 250 millions de dollars en paiements directs au gouvernement afghan. Au total, le bénéfice total pour le pays est estimé à 10 % de son PNB.

Les protestations des archéologues de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA) ont bien peu de chances d’être entendues.

Leur objectif: gagner du temps, pour essayer d’extraire de la région le maximum d’artefacts avant l’entrée en production. Le site, qui a déjà été pillé à plusieurs reprises dans les dernières années, est surveillé par 1500 policiers afghans.

En multipliant les représentations internationales, les archéologues espèrent obtenir de l’aide pour prévenir l’irréparable. Le gouvernement américain a promis des fonds, mais l’aide tarde encore à parvenir aux archéologues, qui ne sont pas assez nombreux pour mener à bien les travaux nécessaires.

La prise de conscience semble mûrir, rapporte cependant le quotidien Le Monde. « L’environnement est plus favorable maintenant qu’il y a un an », estime Philippe Marquis, le directeur de la DAFA à Kaboul.

Le potentiel minier de l’Afghanistan, riche en cuivre, or, cobalt, fer et lithium, entre autres, est estimé à plus de 1000 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

C’est toujours dommage lorsqu’un pays pauvre comme l’Afghanistan choisissent d’échanger une partie archéologique riche pour l’argent. Bien qu’ils ont besoin de cet argent à cause de la pauvreté de leur pays, au moins ils pourraient les donner un plus grand profit sur les minéraux qui sont extraits. La compagnie chinoise recevra la majorité du profit et l’Afghanistan recevra une portion peu adéquate, considérant que c’est leur histoire qu’ils détruisent. La civilisation a vu le jour dans cette région du monde et nous pourrions certainement apprendre des choses intéressantes en explorant ce site archéologique. Cependant, je comprends que les minéraux trouvés en Afghanistan ont une valeur très haute et seront très utiles dans plusieurs aspects de la construction et la technologie. Tant même, j’aimerais voir un effort de la communauté archéologique et le peuple afghan pour essayer de protéger cet héritage important. Évidemment, avec la situation de leur pays à ce jour, la protection d’un site historique n’a pas priorité sur leur liste de choses à faire, mais il est nécessaire que des actions soient prises pour arrêter les travaux d’explorations minières jusqu’au temps que les éléments essentiels du site peuvent être préservés.

Les plus populaires