Allemagne : un «réchauffiste» a-t-il «défroqué»?

Fritz Vahrenholt, ex-ministre de l’environnement de l’Allemagne et membre du parti de centre gauche SPD, sort ces jours-ci un livre qui fait le bonheur des climatosceptiques et dérange son propre parti.

Dans «Die Kalte Sonne» (le soleil froid), il explique que la diminution de l’activité solaire va compenser largement le réchauffement global, selon ce qu’en dit le magazine Der Spiegel qui a publié une longue entrevue avec l’auteur.

Cette thèse a pourtant maintes fois été réfutée par la communauté scientifique.

Fritz Vahrenholt n’a pas lancé de nouvelles études pour en arriver à cette conclusion.

Ce titulaire d’un doctorat en chimie, dont la dernière publication savante (sur les accidents chimiques) remontent à plus de 30 ans, a consacré l’essentiel de sa carrière à la politique et aux affaires.

Il était jusqu’au 25 janvier président directeur général de RWE Innogy, compagnie productrice d’énergies renouvelables, dont il vient de démissionner.

Der Spiegel nous apprend qu’un seul spécialiste du climat a relu le livre avant sa parution. Jochem Marotzke, directeur du Max-Planck-Institut für Meteorologie, y a trouvé de nombreuses thèses erronées.

Ce chercheur a cependant reconnu que les climatologues avaient jusqu’à présent mal expliqué que les températures à la surface du globe n’allaient pas augmenter de manière uniforme.

Qu’est-ce qui a amené Fritz Vahrenholt à revoir sa lecture des études scientifiques sur le climat ? Le sentiment que le GIEC est plus une institution politique que scientifique, dit-il.

Admettons. Mais  il n’en reste pas moins que les conclusions des rapports du GIEC s’appuient sur un vaste consensus bâti à coup de nombreuses études. Pas sur des idées fumeuses sorties du chapeau de gens qui n’y connaissent rien.

Fritz Vahrenholt, lui, n’hésite pas à prédire dans son livre que la température du globe va baisser de 0,2 à 0,3 degrés d’ici 2035. Par quels savants calculs ? Sa réponse au Spiegel est absolument édifiante (traduction libre):

Si vous voulez relancer le débat, vous devez avoir le courage de donner des chiffres. Et nous avons dérivé ces chiffres d’études scientifiques sur l’histoire climatique.

Pourquoi ne pas avoir publié son analyse dans une revue savante plutôt que dans un livre grand public, pour que tout le monde puisse bénéficier de cette nouvelle méthode de calcul qu’un non-spécialiste a mieux comprise que tous ceux qui y consacrent leur vie?

Si Fritz Vahrenholt ne croit plus au GIEC, qu’il mette ses talents de politicien et d’hommes d’affaires au service de la réforme de la gouvernance de cet organisme, s’il y a lieu.

Et qu’il arrête de jouer au savant !

Au passage, je vous signale que je viens de relever le défi du site antagonist.net, qui avait parié que la «journaliste» (avec guilllemets) que je suis n’allait pas parler de cette histoire de «réchauffiste qui défroque».

Vous pouvez parfaitement vous passer de la nouvelle à propos du livre de Fritz Vahrenholt présentée sur ce site, basée sur un article du Daily Mail tronqué et au titre réécrit. Je suis impressionnée par la solidité de vos sources, messieurs (dames?) !

Laisser un commentaire

Dans les années 80, on allait tous crever du nucléaire.
Dans les années 90, on allait tous crever du bogue de l’an 2000
Depuis une décennie, on nous dit qu’on va tous crever du réchauffement de la planète. Le seul hic: ils n’ont pas mis de date d’expiration.
Traduction: cette histoire n’est pas prêt de s’arrêter; on va nous niaiser pendant des années et des années avec cette histoire de Bonne homme 7 heures.

PS: 300 morts en Europe à cause de la vague de froid….

Je reste toujours sceptiques devant les déclarations et les réflexions plutôt saugrenues même si elles proviennent d’un prétendu scientifique.

Gardons en mémoire les succulentes mésaventures de Michel Chasle, très renommé mathématicien français du XIXème siècle qui acheta d’un faussaire, à fort prix des lettres de Pascal et même de César à Cléopâtre rédigées dans un faux vieux-français.

Comme disait feue ma mère qui avait à peine une troisième année d’études mais un puissant bon sens, en parlant d’un professionnel, une pédiatre faut-il dire, qui prétendait que chez les nourrissons, la pousse des dents n’est pas plus douloureuse que la pousse des cheveux : «Une chance qu’elle est instruite car autrement elle serait tellement niaiseuse ! »

Sans doute que Fritz Vahrenholt a vu, dans ce livre, une bonne occasion de se faire voir et peut-être, du même coup, d’empocher quelques euros.

«Quel dommage que les imbéciles soient des gens si pleins d’assurance et les gens intelligents, si pleins de doutes.»
[Jean-Michel Wyl]

C’est drôle de voir que tout ceux qui remettent en question le réchauffement ont comme discours deux choses principales:

L’économie qu’il ne faut pas entraver
ou
La thèse du complot

Mais jamais, au grand jamais, on ne retrouve d’études sérieuses qui remettent en doute le réchauffement dans les mêmes proportions que celles qui le confirment.

Dommage que ceux qui crient le plus fort sont ceux qui crient « Au loup! » tel le petit Pierre…

@ Doc

Ha! les 300 morts en Europe…

Ouais, pis après?

Avez-vous une simple notion du concept de moyenne globale?

Quand vous pourrez utiliser des calculs globaux et des indices probants, on commencera à vous prendre au sérieux, d’ici ce temps-là, l’apprentissage des notions de calculs statistiques et de concepts scientifiques devraient occuper votre temps.

D’ailleurs, vous qui utilisez un ordinateur alimenté par électricité dans le doux confort de votre foyer après avoir pris un bon déjeuner tout chaud avec du jus de fruit de la Floride, je vous vois mal placé pour critiquer les conclusions de la science puisque vous en faites usage à tout les instants de votre vie.

La science n’est pas un buffet où l’on choisit uniquement ce qui nous plaît. Si vous ne croyez pas à la science, vivez comme un Amish, sinon, vous faites preuve de la plus grande incohérence possible…

Dans une entrevue de Michal Shermer célèbre sceptique converti aux thèses des écologistes sur le réchauffement climatique parlant du consensus sur la question énonce au fur et à mesure les sceptique sont toujours moins nombreux.

il fait aussi référence au livre de Bjorn Lomborg

L’écologie sceptique – le cherche Midi 2004

Voilà. Encore un journal dont les journalistes ne comprennent rien et écrivent n`importe quoi.(voir le lien)http://www.antagoniste.net/2012/02/10/les-rechauffistes-se-sont-encore-trompes/
Ou bien il y a une conspiration mondiale ou bien la thèse du réchauffement refroidit….

@ Christian

Quand un site libertarien s’occupe d’affaires scientifiques, c’est qu’il y a un douteux mélange des genres…

Puis, la question n’est pas tant de savoir si des scientifiques se trompent, c’est le propre de la science de chercher et par conséquent de se tromper. La question est de savoir à quel point la science se trompe.

Si on se trompe sur une prévision sur 200, on est loin d’une marge d’erreur catastrophique…

Comme si trouver une erreur dans un texte de Pivot le rendait illettré…

Certaines personnes, à une certaine époque mettaient en garde contre la surexploitation des ressources halieutiques, notamment la morue.

Même les pêcheurs n’y croyaient pas. Se pourrait-il qu’on soit en face d’un même phénomène: on ne veut pas croire ceux qui attachent le grelot. On aime mieux faire comme la grenouille dans la marmite d’eau.

«La loi de l’inertie s’applique à l’imagination : nous ne pouvons pas croire que demain différera d’aujourd’hui.»
[Arthur Koestler]

«[…] Une conviction bien assurée détruit l’information qui la dément.»
[Edgar Morin in « Pour sortir du XXè siècle »]

Vous n’avez pas relever mon défi puisque vous avez encore une fois tomber dans les insultes en attaquant la carrière académique de Fritz Vahrenholt.

C’est drôle, quand Fritz Vahrenholt était un réchauffiste, personne ne remettait en cause son background. Maintenant qu’il émet des doutes, il devient un incompétent.

Et quel est le background scientifique de Rajendra K. Pachauri, le grand patron du GIEC. Il n’est pas un climatologue mais un ingénieur ferroviaire ! Pourtant cela ne semble pas poser de problème à personne.

Et quand on voit la tonne d’erreur ADMISE par le GIEC, le doute est la seule attitude scientifiquement responsable.

@ Nicolas Paillard

Je cite un article publié dans The Guardian…

Il est tout à fait indéniable que si Rajendra K. Pachauri était chef d’une entité non alarmiste sur le climat, Mme Borde l’accuserait immédiatement de ne pas être diplômé dans le bon domaine. Le discours à géométrie variable sont à déconseiller.

@ David

Vous les avez les arguments vous.

Pour vous le président de General Motors, de Ford, de Chrsyler et Toyota devrait être un mécanicien ingénieur en mécanique. Que le président de bombardier devrait être un pilote d’avions et ingénieur en aéronautique. Tant qu’à y être le président de Saputo un cultivateur.

Quant au GIEC vous n’en comprenez absolument rien.

Le GIEC n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques. Il ne fait que regrouper les travaux de recherches pour les évaluer et faire sortir le consensus des scientifiques.

Si le GIEC mentait au point que les fredistes le disent les milliers de scientifiques l’auraient pourfendu.

Il a été créé par le G7 c’est-à-dire les gouvernements et donc pour les libertariens c’est bon à rien parce que c’est le gouvernement. Donc ils sautent sur un courriel mal interprété pour mentir à la population et faire leur propagande.

J’ai de la difficulté à comprendre comment on peut nier le réchauffement climatique. Cher David, vous pouvez démentir les photos satellitaires montrant l’étendue de la glace dans l’arctique en 1970-1980 vs 2012? Regardez ces images. Elle est passée où en été, la glace? De même, vous pouvez me dire ce qui est arrivé avec les glaciers en Suisse? J’ai une belle image datant de 1903 d’un glacier suisse, avec un petit village au bas du glacier. Maintenant, photo prise en 2007, le glacier n’est plus là? Où est le glacier?

Enfin, vous pouvez expliquez pourquoi la calotte polaire est en train de fondre au Groenland? Pouvez-vous expliquez l’arnaque scientifique derrière les tests de carbone 14 effectués au Groenland, qui indiquent que la neige qui fond aujourd’hui (et qui est à la surface) est vieille de quelques dizaines de millions d’années?

Non, bien sûr. Vous voyez, je suis de droite économiquement, tout comme vous. Mais la science appuyée par de solides observations ne peut être niée. On peut discuter de la solidité des grandes études et des modèles faits par ordinateur pour démontrer le réchauffement climatique. Mais à moins qu’on soit capable d’expliquer la disparition des glaciers, des glaces de l’arctique et de la calotte polaire au Groenland, il y a réchauffement climatique, c’est indéniable.

Les commentaires les plus virulents portent ici sur les personnes. On tire toujours plus spontanément sur les messagers et ce quelque soit leur message.

Je repose la question à savoir, devons-nous attendre à ne rien faire juste pour voir si les prédictions se réaliseront ou pouvons-nous décider de réduire la pollution, la surconsommation et l’utilisation de techniques dangereuses comme le nucléaire même si nous nous ne sommes pas certains à 100 % des dommages qu’elles peuvent causer ?

Nous pouvons aussi nous demander qu’elles intérêts défendent ceux qui ne veulent rien changer et ceux qui prônent la prudence ?

Personnellement, il m’apparait logique que dans le doute je choisirai la prudence et le meilleur bien de la société, pas celui de quelques actionnaires milliardaires.

«C’est la marque d’un esprit cultivé qu’être capable de nourrir une pensée sans la cautionner pour autant.»
[Aristote]

P.S.
Ceux ou celles qui présentent des citations devraient aussi utiliser les «».

« La sagesse des sages et l’expérience des âges sont perpétuées par les citations. »
[Benjamin Disraeli]

Les conclusions de Vahrenhold sont très raisonnables (même si ses « faits » ne le sont pas toujours) et méritent d’être diffusées. Par exemple:

1. Concentrons-nous sur les polluants à effet de serre et laissons le C02 un peu plus tranquille.

2. Les effets du C02 sur la température sont réels mais 2 fois moins élevés que le prétend le GIEC.

3. Nous devrions importer moins de pétrole de pays totalitaires

Extraits d’une interview faite le 8 février 2012 par le grand journal Der Spiegel:

SPIEGEL: So, is it a mistake to concentrate exclusively on the reduction of carbon dioxide?

Vahrenholt: Yes. In addition to carbon dioxide, we also have black soot, for example. It creates 55 percent of the warming effect of CO2, but it could be filtered out with little effort within a few years, especially in emerging and developing countries. And, in doing so, we would achieve huge benefits for human health.

SPIEGEL: But aren’t you shooting yourself in the foot when you say that climate change isn’t really that bad? How do you intend to keep justifying emissions trading if you feel that greenhouse gases are irrelevant?

Vahrenholt: All I’m saying is that CO2 is a climate gas, but that its effect is only half as strong as the IPCC claims. Nevertheless, we still have to reduce CO2 emissions through worldwide emissions trading. And there are also other reasons to burn fewer fossil fuels. We don’t have that much coal, oil and gas left in the world, so we have to economize more. We also have to become less dependent on imports from totalitarian countries.

http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,813814-2,00.html

@ honorable

« 3. Nous devrions importer moins de pétrole de pays totalitaires »

Ça sa va faire beaucoup de différence sur le réchauffement changer de place pour acheter surtout qu’il n’y a pas d’autres planètes où l’acheter. Tout un argument.

« 2. Les effets du C02 sur la température sont réels mais 2 fois moins élevés que le prétend le GIEC. »

Ce n’est pas le GIEC qui prétend mais les scientifiques qui en arrivent à une conclusion. Le GIEC ne fait que regrouper et publier les travaux des chercheurs. Vous qui êtes un scientifique ne pouvez pas nier le graphique ci-haut.

De par vos écrit, et depuis des années, vous reconnaissez qu’il y a réchauffement. D’ailleurs, par ces écrits le réchauffement est bienvenue pour vous, vous le souhaites pour Montréal. Le problème est que vous y voyez des effets bienfaisants de ce réchauffement sans avoir la compétence pour affirmer de tels propos..

Nous n’avons pas beaucoup de charbon, de gaz et de pétrole dit M. Vahrenholt. Alors c’est le temps d’installer des éoliennes et du solaire. Mais là aussi, vous avez plein d’arguments contre.

En fait, il faut constater que toutes vos interventions sont pour discréditer le CIEC.

Le réchauffement climatique causé par le CO2 produit par les activités humaines est reconnu depuis 1995 par les pétrolières. Voici le rapport de 1995 que le Global Climate Coalition a gardé sous silence:

http://documents.nytimes.com/global-climate-coalition-aiam-climate-change-primer#p=1

Tiré de l’Agence Science Presse (Pascal Lapointe, le 29 avril 2009, 21h00).

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2009/04/30/climat-savaient

Christian Bellefleur

Cher Francois 1er,

Le problème dans votre analyse Francois c’est que le CO2, Méthane, et compagnie qui est émis dans l’atmosphère y est pour des centaines d’années.

Je trouve que c’est ne vue à très court terme que de proner l’immobilisme quand on sait que la conséquence d’une preuve hors de tout doude en faveur du réchauffment prouvera l’effet de notre nonchalance comme une erreur qui nous suivera pendant des siecles alors le cas opposé peut facilement être géré.

Faisons un marché, jusqu’à ce que la sience soit fixée,

Advenant une preuve du irréfutable du réchaufement antropomorphique, si vous acceptez d’aller cueuillir en ballon sonde toute les molécules de méthane et de CO2 égale à la réduction que vous aurriez du réaliser, j’accepte d’abandoner le principe de précaution motivant ‘réchauffistes’ et continuerai ma vie de consomateur comme vous le suggérez.

Si par contre advenant la preuve de l’insignifiance de la contribution humaine sur le réchauffement faite, dans ce cas j’accepterai de compenser ma consommation de combustible fossible par une augmentation égale à mon économie pendant ce années de délire réchauffistes.

Aussi avez vous déja pensé que dans un contexte ou le cout des carburants fossiles augmente, un réduction de notre émmisions de CO2 se résume en une économie et à une augmentation de la compétitivité de nos entreprises?

Il me semble que c’est un argument de droite la compétitivité. Je suis surpris que dans ce contexte il ne colle pas dutout. Réchauffement ou pas.¸

Il me semble que c’est la facon intelligente d’aborder une incertitude à moins de se contrefoutre de son prochain et de son voisin.

Les plus populaires