Amiante: la preuve que Gilles Duceppe se trompe

Alors que le chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe réaffirmait hier que l’usage de l’amiante est sécuritaire au Québec, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) mettait en ligne une étude qui démontre… le contraire.

Pour cette étude intitulée «Amiante : connaissances acquises sur l’exposition et les maladies des travailleurs et de la population générale du Québec de 2003 à 2009» (pdf en français), les chercheurs ont notamment recenssé les entreprises utilisant de l’amiante au Québec et sont allés voir si leurs pratiques étaient en tous points conformes aux critères d’utilisation sécuritaire définis dans la foulée de la Politique d’utilisation accrue et sécuritaire de l’amiante chrysotile au Québec.

Bilan, tel que présenté dans le résumé de l’étude:

À la fin de 2009, on a identifié neuf entreprises québécoises où l’on utilisait de l’amiante dans le procédé ou dans lesquelles des travailleurs manipulaient des produits en amiante. Aucun des établissements n’utilisait l’amiante de façon jugée sécuritaire selon un ou plusieurs des critères définis a priori. Ces résultats montrent l’importance de surveiller l’exposition des travailleurs dans ces milieux de travail.

Autrement dit, le Québec affiche un beau 0 sur 9 en matière d’entreprises utilisant l’amiante de manière parfaitement sécuritaire!

Cela ne veut pas dire nécessairement que ces entreprises exposent leurs travailleurs à des taux d’amiante dans l’air particulièrement élevés ou inquiétants pour leur santé. Mais cela prouve qu’il est difficile – voire impossible? – de suivre les règles édictées.

L’étude des chercheurs est exhaustive. Pour commencer, ils ont identifié en 2007 huit secteurs industriels dans lesquels des entreprises étaient susceptibles d’utiliser ou de transformer de l’amiante: industrie des gants, ateliers d’usinage, industrie du matériel de transport, construction et réparation de navires, minéraux non métalliques : produits en amiante, industrie des matériaux isolants minéraux, autres industries des produits de pétrole et charbon et industrie des adhésifs.

Puis ils ont dressé la liste de toutes les entreprises concernées, pour arriver à un total de 968 établissements au Québec. 959 d’entre eux ont été visités pour voir s’ils utilisaient réellement de l’amiante.

Au final, neuf entreprises utilisatrices ont été identifiées, preuve qu’en dehors des chantiers de construction ou des mines d’amiante, ce matériau n’est guère répandu dans l’industrie québécoise.

 Aucune ne répondait à tous les critères d’utilisation sécuritaire définis dans le Règlement sur la santé et la sécurité du travail du Québec, soit, selon le rapport:

a) Présence de vestiaire double (article 67 du RSST).
b) Utilisation de survêtement (article 63 du RSST).
c) Ventilation locale aux postes fixes (article 107 du RSST).
d) Mesures environnementales annuelles par l’employeur (article 43 du RSST).
e) Respect des valeurs de l’annexe I partie 1 du RSST (VEMP et VECD).
f) Pour se conformer aux dispositions de l’article 42 du RSST : « substance dont l’exposition doit être réduite au minimum », le comité responsable du projet propose le respect de la recommandation de l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH) et de l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA) soit une concentration moyenne pondérée de 0,1 f/ml et une limite d’excursion de 1 f/ml (Huneault, 2008) qui sont basées sur des analyses par MOCP.

Les mesures ont démontré que dans une entreprise, deux employés étaient exposés à des quantités de fibres d’amiante au delà des normes, malgré la mise en place préventive de dispositifs de contrôle.

Autrement dit, même quand on veut faire attention avec l’amiante, cela semble très difficile! Alors imaginez quand on est moins regardant…

Laisser un commentaire

Mais madame Valérie, Jean ne se trompe pas il trompe le petit peuple québécois accroché à ses lèvres. C’est un politicien aguerri qui sait comment leurrer ses électeurs et il s’en sert joliment. De toute façon qu’elles que soient les paroles qu’il énonce les gens voteront pour le parti. Il est un demi-dieu pour eux.
Il faut reconnaître qu’il est brillant politicien et méritera un jour une belle pension payée par nos impôts envoyées au fédéral.

Gilles Duceppe est un opportuniste et un demagogue,comme ancien chef syndical il sait tres bien comment parler aux gens et leur dire ce qu’ils veulent entendre afin de mieux les manipuler dans SON interet.

pourquoi dire des fausseté pour l’amiante ,
comment se fait qu’il fait partie des grand partie, il represente que le Quecbec, il n’a pas de condidat pour le reste du Canada. Pour moi il ne devrait pas exité se parti Quebec au frédèral. Pour cala que ce fait un gourvernement minoritaire

Est-on vraiment surpris de voir que le chef du BQ ne sait pas de quoi il parle ? Non pas du tout, ce n`est qu`un vulgaire opportuniste et aussi longtemps que les québécois enverront des députés de ce tiers parti marginal, ils n`auront pas tout ce qu ils sont en droit de recevoir de la part du fédéral. La seule façon que le Québec a de la chance de retrouver son pouvoir perdu est d`envoyer les députés en retraites forcées, allons-nous assistés a ceci, s est a souhaiter !

J’ai habité 3 ans au Mexique et j’ai pu constaté que l’utilisation de l’amiante y est largement employée. Pour la grande majorité des Mexicains hors des grands centrec urbains, le moyen le plus économique de se mettre un toit sur la tête est d’utiliser des panneaux ondulés en amiante. El techo d’Asbestos. Ils le coupent au « grinder » sans masque et aucune sensibilisation est fait pour informer les utilisateurs des dangers encourus.

Tout à fait d’accord avec les commentaires précé-
dents. J’espère qu’il en est à sa dernière cam-
pagne électorale. A part démolir ceux qui ris-
quent de lui faire perdre des sièges et « crier
comme un putois », il n’a aucun pouvoir décision-
nel. A trop crier au loup, plus personne ne vous
écoute.

On dirait bien que les membres des deux archaiques partis se sont donnés le mot pour faire de la basse politique…Il y a surement moyen de nuancer les propos…Qui détient la vérité? J’ai déjà vu des travailleurs d’Asbestos dans les années soixante empocher de l’amiante sans masque…et plusieurs sont encore en vie!!! Des miraculés probablement….

Bonjour,

Je ne partage pas l’avis de Gilles Duceppe sur l’innocuité de l’amiante. Toutefois, je partage entièrement sont avis sur la nécessité de tenir une commission là dessus.

Agiter un rapport scientifique n’est pas suffisant pour établir les faits. Il faut des juges impartiaux, une foule d’experts avec toutes leurs analyses qui comportent toutes des biais, des lacunes et des points de vues uniques. Seul une commission peut fournir les personnes, le temps, les ressources et le forum nécessaire pour faire la lumière.

Et bien, je ne suis pas souvent du même avis que M. Duceppe au niveau politique, mais sur la question de l’utilisation des produits de l’amiante je peux dire que je suis du même avis que lui. Il ne faut pas dénigrer cette matière première qui est un très bon produit lorsque utilisé intelligement !

L’amiante n’est pas plus nocif que le plomb ou la mélamine… Chaque matière à sa raison d’être lorsque utilisé à sa bonne fonction.

Vous ne voulez pas avoir de la mélamine dans votre lait… mais vous en voulez pour vos armoires de cuisine. C’est la même chose pour l’amiante, vous n’en voulez pas dans l’air que vous respirez (utilisation en flocons pour l’isolation), mais vous en voudriez pour coupe-feu dans une salle de chauffage, dans vos freins automobiles, sur votre toit de maison comme tuiles ultra-durables, etc.

Je peux par contre conclure qe c’est dommage que les politiciens se servent de points comme ceux-ci pour leur élection (et cela s’applique à tous les politiciens en général), mais lorqu’ils défendent des points bien réfléchis j’approuve !

C`est drôle que lorsque une industrie qui est prope au québecois est dénigré par le reste de la planète, blanchon, amiante et autres. Quant a M. Duceppe,lui et son parti font un bon travail a Ottawa, il sont présent et ont l`oeil ouvert, il est bon qu`il surveille les longs couteaux. Pour ceux qui se souviennent de Réal Caouette et son parti composé uniquement de député Québécois a Ottawa, il y a une ressemblance entre les deux factions. Je me souviens des émissions que Réal faisait a chaque semaine a la T.V. et preuves en mains nous présentait des scandales économiques remplissant les poches des partisants et amis des partis au pouvoir, les commandites ce n`est pas d`hier, c`est lui qui a été le premier a dire « trouvez cela normal que les débats a la chambre des communes se fassent seulement en ANGLA, alors que la moitié des députés québecois français a Ottawa ne parlent pas un maudit mot en ANGLA, il ne comprennent même pas ce qui se passe.» Dans ce bon vieux temps tous les débats a la chambre des commune d`Ottawa ne se faisait seulement qu`en ANGLA. Je me souviens, je me souviens, je me souviens, c`est supposé être notre devise, ha ha …Continuez cher députés du Bloc, car les absents ont toujours tort.

Bon. D’accord, les normes d’utilisation ne sont pas respectés. Alors, quelles en sont les conséquences?

A-t-on détecté des taux anormal de maladies reliées à l’utilisation de l’amiante pour les travailleurs étudiés?

Si non, serait-il possible que certains crient au loup, sans véritable justification?

Je suis un peu d’accord que ce genre de sujet ne devrait pas faire parti d’un débat électoral. Mais quand on est à Asbestos, difficile de passer à côté, à moins d’avoir une langue en bois franc.

« Alors que le chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe réaffirmait hier que l’usage de l’amiante est sécuritaire au Québec,… » (Valérie Borde)

« Autrement dit, le Québec affiche un beau 0 sur 9 en matière d’entreprises utilisant l’amiante de manière parfaitement sécuritaire! » (Valérie Borde)

« Cela ne veut pas dire nécessairement que ces entreprises exposent leurs travailleurs à des taux d’amiante dans l’air particulièrement élevés ou inquiétants pour leur santé. » (Valérie Borde)

Bien là c’est quoi le problème?

Si c’est pas inquiétant pour la santé c’est sécuritaire, non!.

===============

Le dossier sur la dangerosité de l’amiante a été et est charrié par la politique. Particulièrement le France. On ne peut pas se fier à personne comme aujourd’hui.

Comme le démontre le lien de Jack LeGalop #2, même ceux qui font les études parlent à travers leur chapeau

« Le débat sur l’utilisation sécuritaire du chrysotile est biaisé par la confusion sur la nature des minéraux qui ont été commercialisés sous le nom d’amiante.—— L’amiante n’est pas un minéral, mais plutôt le nom utilisé pour le commerce—– de produits constitués de fibres minérales qui ont des propriétés mécaniques, thermiques et chimiques utiles. On parle en fait de six minéraux qui appartiennent à deux familles: la serpentine chrysotile, qui forme un feuillet enroulé sur lui-même, comme un rouleau de papier, et qui donne des fibres soyeuses et flexibles, et les amphiboles, qui constituent une vaste famille de minéraux qui prennent la forme d’aiguilles,… » (Georges Beaudoin, géo., Ph. D., Josée Duchesne, ing., Ph. D., Tomas Feininger, Ph. D., Réjean Hébert, géo., ing., Ph. D., P)

« Souvent confondu avec les autres types d’amiante, le chrysotile peut provoquer des maladies industrielles s’il est mal utilisé. Après une exposition prolongée à de fortes doses, le chrysotile peut provoquer ‘amiantose (asbestose) ou le cancer du poumon. » (Wiki)

On dit bien à forte dose et exposition prolongée.

En Inde les politiciens guidés par les grenouille de bénitier anti-chrysotile ont essayé de se faire du capital politique sur le dos de la chrysotile.

« Dans une décision d’une grande importance rendue le 21 janvier dernier, la Cour
suprême de l’Inde a refusé la demande de bannir l’amiante, comme le lui
demandait une ONG liée au mouvement anti-amiante. La Cour a plutôt ordonné
au gouvernement du pays et à ceux des États de mieux réglementer l’utilisation
de l’amiante. » ( http://www.chrysotile.com/fr/index.aspx )

=======

Maintenant, si c’est si dangereux au point de bannir le chrysolite, comment il se fait que les travailleurs dans le moulin de la mine vivent vieux?

@ Bruno Laperle

Les grand oncles de mes enfants ont plus de 70 ans et ont travaillé toute leur vie à la mine d’Asbestos, Asbestôss comme dit ma belle mère.
========

Je n’ai aucun avantage à parler de la chrysotile , je n’ai rien à voir avec ce domaine ni de près ni de loin.

Par contre je déteste voir des gens bien en vue ou avec une certaine crédibilité parler au travers leur chapeau et finalement nous désinformer.

C’est ce qui est arrivé avec l’amiante. Il y a des produits beaucoup plus dangereux que l’amiante et personne n’en fait de cas.

Exemple:

Le formaldéhyde est un cancérogène certain.

Pourtant alors que chrysotile exposé dans un logement est extrêmement rare il y a de la formaldéhyde dans tous les foyers de l’Occident.
.
.
PS La formaldéhyde est employée dans la colle des panneaux d’agglomérés, mélamine sur bois, contre-plaqué, colle pour meubles, poutrelles etc.

La position de Duceppe est convenable il me semble. Il est un néophyte, comme nous tous sur ce sujet et veux y voir plus clair.

Ce qui me chicote cependant et qui est passé sous silence, même ici sur un blogue scientifique, ce sont les accusations de résultats faussés des études de l’INSPQ, que Mme Borde brandit pourtant comme parle d’évangile. J’aimerais bien entendre le point de vue de l’INSPQ sur les propos des Ph. D. Feininger, Duchesne et Hébert.

Y a t’il une journaliste ici, qui assume le suivi de ces billets ou une juste une blogeuse qui émet des opinions?

Youlle cerne bien le débat. Ça me rappel le débat sur le transport des générateur de vapeur de Bruce, tout est question de dose … même pour un produit aussi banal que l’aspirine.

Si le problème vient de la nomenclature, appellons la fibre québecoise par son nom, Chrysotile, et éliminons l’appellation générique amiante pour clarifier la nature du produit.

Il ne faut jamais dire que Gilles Duceppe se trompe. Vous devez savoir que ça ne se fait pas au Québec. Cet homme politique est intouchable et irréprochable. Il est aussi faux de prétendre que M. Duceppe puisse agir par opportunisme lors d’une campagne électorale. Il n’a jamais fait cette affirmation parce qu’il se trouvait dans la région de l’amiante. D’ailleurs ça faisait très longtemps qu’il pensait devoir lancer cette déclaration sur la sécurité de l’amiante québécoise. En passant, la FTQ appuie le Bloc. C’est Jack Layton qui a lancé un soupir de soulagement. On est Québécois ou on ne l’est pas!!!

Les plus populaires