Apportez votre virus

De jeunes Britanniques participeraient à des « fêtes de la grippe » dans l’espoir d’attraper le virus A(H1N1). Rumeur ou tendance ? De quoi inquiétér les dirigeants de la santé publique.

Photo : Darryl Dyck/PC
Photo : Darryl Dyck/PC

Les rumeurs dans Internet se répandent plus rapidement que le virus A(H1N1). Cet été, le site du quotidien anglais The Independant a rapporté les propos d’Ella Thorold, une ado qui racontait avoir participé à une «grippe party». La nouvelle a pris des proportions planétaires, les médias n’hésitant pas à parler d’une nouvelle mode qui gagnait Grande-Bretagne.

Le principe de la « grippe party » ? On organise une fête à laquelle on convie quelques porteurs du A(H1N1). On danse, on éternue, on se contamine. Les convives espèrent contracter le virus alors qu’il n’est pas trop vigoureux et préparer leur système immunitaire contre une éventuelle nouvelle souche, plus dangereuse.

Difficile de savoir si le témoignage d’Ella était crédible et si de telles fêtes ont réellement été organisées. Mais la rumeur a suffisamment inquiété les responsables de la santé publique pour les pousser à faire des mises en garde. David Butler-Jones, dirigeant de l’Agence de santé publique du Canada, a rappelé que, bien que la majorité des cas de grippe A(H1N1) aient été bénins jusqu’à maintenant, certains individus peuvent être gravement atteints et même succomber au virus.

Laisser un commentaire