Armes anti-émeutes : un avenir florissant

Fatigués du poivre de Cayenne, des balles de caoutchouc et des gaz lacrymogènes ? Manifestants, voici un aperçu de ce qui vous attend dans les prochaines années avec les nouvelles armes antiémeutes que concoctent polices et armées du monde:

– le canon électromagnétique qui génère une puissante chaleur, jusqu’à un kilomètre de distance. Le Active Denial System, mis au point par l’armée américaine, testé en Afghanistan et garanti sans risque pour la santé des manifestants, à qui il donne la sensation de se retrouver d’un coup devant la porte d’un four brûlant :

– le bouclier étouffant : un son horrible généré par les boucliers anti-émeutes, couplé à un signal de très basse fréquence qui, annonce-t-on, coupe le souffle des manifestants. Une invention de la firme américaine Raytheon, inspirée par des dispositifs acoustiques de dispersion de foule déjà utilisés comme le Hypershield, qui vous envoie 140 décibels dans les oreilles. Pas de détails sur les impacts santé de la chose, mais mieux vaut sûrement ne pas être un étudiant asthmatique face à un tel engin…

– la bonne vieille classique boule puante, version foule : une des options qu’examine la police britannique (voir cet article du Guardian) consiste à remplacer les traditionnelles balles de caoutchouc par un produit ressemblant à celui sécrété par une mouffette en danger. Les émeutiers résisteront-ils avec des canons à jus de tomate ?

Laisser un commentaire

J’ai vu le active denial system en action et je n’aimerais pas etre dans son rayon d’action!

Chaque armes a toujours trouvé opposition, chaussure à son pied ou son anti.

Dans le cas présent un bouclier métallique ferait-il l’affaire?

Sinon on n’en viendra aux bombes ou bazooka très facile à se procurer aux USA. Ou alors un petit coup de 300 magnum sur le machin au milieux du bouclier ou arme semblable qui peut être employée à un kilomètre par un sniper.

En fait ce n’est qu’une escalade et là on dira que les manifestants sont bien plus violents.

Éric a raison. Le canon à eau disponible dans toute bonne caserne de pompier ferait l’affaire. Quand la ville de Montréal décidera-t-elle de s’en servir pour protéger les biens publics et les commençants qui perdent des revenus importants lors de manifestations étudiantes ou autres ?

C’est plus inquiétant qu’autre chose. De plus en plus les armes sont utilisées contre les civils.

Les bombardements et les drones font des morts et beaucoup parmil es civils ce qui s’appelle les dommages collatéraux. Et ces armes nouvelles visent essentiellement à contrôller les civils…

Finalement la place la plus sécure c’est maintenant d’être dans l’armée ou dans la police.

Comme il n’y aura plus bientôt d’affrontements directs, j’imagnie que cela va aviver l’intérêt de tous les rebelles pour les actions clandestines.

Ce n’est pas un signe de santé…

Plus de violence c’est le seul résultat de cette course à l’armement.

Ce serait plus utile pour réchauffer les vinicultures par temps froid…plutôt que de faire des dizaines de petits feux comme on a pu voir récemment…

Excellent, personnellement je préfère les batons mais n’importe quel moyen pour protéger la propriété et les droits des bonnes gens contre des idiots utiles violents est le bienvenue!