Attention à la fièvre jaune si vous voyagez dans le Sud!

La fièvre jaune se transmet, comme le Zika, par la piqûre d’un moustique infecté.

Voyageurs, méfiez-vous de la fièvre jaune si vous visitez le Sud cet été. On en dénombre annuellement 200 000 cas dans le monde, dont 30 000 mortels, et 90 % se produisent en Afrique. Faites en sorte que ce ne soit pas vous la prochaine victime!

La maladie est causée par un virus de la famille des flavivirus, comme son petit cousin le Zika, dont on entend beaucoup plus parler ces temps-ci. La fièvre jaune doit son nom au fait qu’elle provoque une inflammation du foie, donc une hépatite, entraînant parfois un jaunissement de la peau et des conjonctives. Elle peut avoir de graves conséquences, mortelles dans certains cas.

La fièvre jaune se transmet, comme le Zika, par la piqûre d’un moustique infecté, principalement du genre Aedes en Afrique et Haemagogus en Amérique du Sud. Ces moustiques piquent habituellement durant le jour, notamment au lever et au coucher du soleil, et non seulement la nuit.

Une infection aux conséquences graves

Une fois le virus injecté dans le sang, les symptômes prendront de trois à six jours à se manifester, si la maladie se développe. On parle alors de fièvre soudaine, de maux de tête, de douleurs articulaires et musculaires. Bref, cela ressemble à une bonne grippe. Des douleurs abdominales, des nausées et vomissements pourraient aussi être présents, menant à de la déshydratation et même à l’épuisement.

Si la plupart des patients se rétablissent après ce stade, dans environ 15 % des cas la suite sera encore plus grave. Une atteinte du foie grave peut ainsi entraîner la défaillance de plusieurs autres organes. Dans les cas les plus sérieux, la maladie peut causer un état de choc, une hémorragie interne. La moitié des cas graves entraînent le décès.

Un risque qui varie

Le risque d’attraper la fièvre jaune varie selon la destination, la saison du voyage, la durée du séjour et même le type d’activités pratiquées.

Le risque est faible pour les voyageurs se rendant surtout à la plage, mais il est plus marqué pour ceux qui fréquentent certains endroits, souvent à l’intérieur des terres, pour une période prolongée. Ainsi, les visites dans les régions rurales ou la jungle, tout comme les activités de plein air comme le travail de terrain, le camping ou la randonnée, exposeront davantage le voyageur. Les régions à risque sont toutes situées autour de l’équateur.

En Afrique, la fièvre jaune sévit dans 34 pays.

map_3-15-small
Source: Centers for Disease Control and Prevention 

Les autres populations exposées se trouvent dans 13 pays d’Amérique latine. C’est en Bolivie, au Brésil, en Colombie, en Équateur et au Pérou que le risque est le plus élevé.

map_3-16-small
Source: Centers for Disease Control and Prevention

Une pénurie de vaccins

Le vaccin contre la fièvre jaune est plutôt efficace, mais on apprenait récemment qu’il y avait pénurie de ce vaccin, au moins jusqu’à la fin de 2016. C’est plutôt embêtant pour ceux qui voyagent dans le Sud cet été.

La pénurie est due à une épidémie de fièvre jaune en Angola, en Afrique, où des millions de doses ont été utilisées pour gérer cette éclosion. Or, la production est devenue insuffisante pour couvrir tous les besoins ailleurs dans le monde, de sorte qu’il est actuellement très difficile d’obtenir des doses.

Mais fort heureusement, on peut agir autrement pour se protéger du virus de la fièvre jaune, comme de tous les virus transmis par des moustiques. Il faut se protéger des moustiques eux-mêmes! Il faut donc porter des vêtements à manches longues et des pantalons, surtout si on s’éloigne de la plage et de ses grands vents. Pour une sortie dans la jungle, oubliez le maillot de bain!

Mettre de l’insectifuge, surtout le soir et tôt le matin, est une excellente idée, et en tout temps quand on s’éloigne de la plage. Et si on séjourne plus longtemps dans une région à risque, la moustiquaire constitue une mesure importante pour éviter d’être piqué quand on dort.

Parce qu’il faut le rappeler, il n’y a aucun traitement spécifique contre la fièvre jaune, seulement des soins de soutien pour soulager les symptômes et tenter de maîtriser les complications. Il est donc crucial de bien se protéger.

Espérons que le vaccin sera de nouveau disponible sous peu.