Au Canada, le cancer tue 26 fois plus que la route

Deux chercheurs ont comparé les chiffres des décès consécutifs à des accidents de la route avec ceux des trois principales causes de mortalité dans 193 pays du monde.

Photo © jsmith / Getty
Photo © jsmith / Getty

S’appuyant sur des données datant de 2008 de l’Organisation mondiale de la santé, Michael Sivak et Brandon Schoettle, de l’Institut de recherche en transport de l’Université du Michigan, ont comparé les chiffres des décès consécutifs à des accidents de la route avec ceux des trois principales causes de mortalité dans 193 pays du monde : le cancer, les maladies cérébrovasculaires et la cardiopathie ischémique, le type de maladie cardiovasculaire le plus répandu au Canada et dans les autres pays industrialisés.

Au Canada, sur 100 000 habitants, huit meurent d’un accident de voiture, 208 d’un cancer, 126 d’une cardiopathie ischémique et 47 d’un accident vasculaire cérébral. Les Canadiens sont donc 26 fois plus à risque de mourir d’un cancer et ont 16 fois plus de chance de succomber à un accident cardiovasculaire que de périr sur la route.

Les 25 pays au monde avec le taux de mortalité dû aux accidents de la route le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle
Les 25 pays au monde avec le taux de mortalité dû aux accidents de la route le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle

Les tendances, d’un pays à l’autre, varient beaucoup. En Ukraine, par exemple, il y a pas moins de 735 morts causées par la cardiopathie ischémique pour 100 000 habitants. Là-bas, il est donc quatre fois plus probable de mourir de cette maladie que du cancer. En Chine, ce sont plutôt les maladies cérébrovasculaires qui sont la principale cause de décès (158 pour 100 000 Chinois).

Pour chaque tranche de 100 000 personnes dans le monde, il y a en moyenne 18 morts à la suite d’un accident routier, 113 après un cancer, 108 à cause d’une cardiopathie ischémique et 91 dues à d’un accident vasculaire cérébral.

La Namibie est le pays le plus dangereux pour les conducteurs, avec 45 morts pour 100 000 personnes. Le pays africain est d’ailleurs le seul, avec les Émirats arabes unis, à compter plus de morts sur la route que de victimes du cancer.

Les 25 pays au monde avec le taux de mortalité dû au cancer le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle
Les 25 pays au monde avec le taux de mortalité dû au cancer le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle

Ces chiffres en disent long sur le mode de vie des peuples. Le cancer et les maladies cardiovasculaires frappent davantage les pays occidentaux, où les populations vivent plus longtemps et souffrent davantage d’obésité. La proportion des accidents d’auto est ainsi plus élevée dans les pays en développement.

Le taux de mortalité global, au Canada, est de 704 décès pour 100 000 habitants, ce qui le classe au 124e rang mondial, loin derrière l’Allemagne (1 009, 53e), le Royaume-Uni (960, 68e), la France (842, 94e), les États-Unis (817, 103e) et la Chine (716, 120e) – la moyenne mondiale étant de 844 décès. Le Tchad présente le taux le plus élevé (1 717) alors que le Qatar affiche le plus faible (141).

Les 25 pays avec le taux de mortalité le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle
Les 25 pays avec le taux de mortalité le plus élevé (en rouge) et le plus faible (en vert). © Michael Sivak et Brandon Schoettle