Autisme et vaccins : non, non et non

La revue scientifique The Lancet annonce aujourd’hui dans un texte laconique qu’elle retire de ses archives l’article du gastroentérologue anglais Andrew Wakefield qui, en 1998, avait établi un lien entre l’autisme et le vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons.

Il aura donc fallu 12 ans pour éliminer définitivement de la littérature scientifique cette sombre publication que le General Medical Council (le Collège des médecins britannique) a qualifiée de «malhonnête et irresponsable», selon The Lancet.

C’est le moins que l’on puisse dire de cet article déjà largement critiqué par la communauté scientifique, dont 10 des 13 auteurs s’étaient rétracté en 2004, et qui non seulement a causé des torts irréparables à des enfants autistes et à leurs familles, mais a aussi entraîné une recrudescence de la rougeole dans plusieurs pays industrialisés.

Le médecin américain Paul A. Offit raconte cette histoire lamentable dans un livre absolument fascinant paru en 2008 en anglais sous le titre «Autism’s false prophets, bad science, risky medicine and the search for a cure», qui je l’espère paraîtra bientôt en français. Si vous n’avez qu’un livre à lire sur l’autisme, ou sur les dérives de la mauvaise science, c’est celui-là.

Ce spécialiste reconnu des vaccins, professeur à l’université de Pennsylvanie, retrace la cascade d’événements désastreux qu’a entraînée la publication de l’article de Wakefield :

– la décision des autorités de santé publiques américaines, non justifiée du point de vue scientifique, de déconseiller l’usage du thimérosal dans les vaccins, ce qui a rendu la population méfiante vis-à-vis de vaccins pourtant tout à fait sécuritaires et a fait baisser les taux de vaccination,

– l’émergence de thérapies dangereuses pour les enfants autistes vantées par des célébrités, des politiciens et des médias en mal de publicité,

– la réallocation des budgets de recherche sur l’autisme à la recherche de liens entre autisme et vaccins plutôt qu’aux causes réelles de ce trouble envahissant du développement,

– et surtout le rôle déterminant de groupes d’avocats qui se sont honteusement enrichis en entraînant des parents dans de coûteuses et vaines poursuites judiciaires…

En 2004, le Sunday Times révélait d’ailleurs que Wakefield avait été payé par un cabinet d’avocats dont étaient clients la plupart des parents des 12 enfants autistes inclus dans son étude, tous persuadés que le vaccin ROR avaient causé les troubles de leurs enfants… Un conflit d’intérêt que le chercheur s’était bien gardé de divulguer!

Pour la petite histoire, Andrew Wakefield exerce maintenant au Texas.

Laisser un commentaire

Je veux bien croire que la recherche du Dr Wakefield n’est pas valable.
Mais est-ce qu’on peut m’expliquer alors pourquoi en mars 2008 j’ai entendu le porte-parole du CDC (center for diseas control, aux États-Unis) affirmer sur les ondes de CNN qu’il n’y a plus vraiment de doute qu’il existe un certain lien entre autisme et vaccin? (et si on suivait le reste de son entrevue, il ne s’était pas enfargé dans ses mots, c’est vraiment ce qu’il voulait dire…)

En fait, mon message précédent n’est pas pour dire que je crois Wakefield, mais plutôt que même dans les divers discours, dont celui des autorités, le message est contradictoire et ambigu et c’est difficile de s’y retrouver.
Disons que tout cela donne l’impression que rien n’est sûr pour l’instant.

Un menteur, un fraudeur, et bien des croyants l’ont cru.

Pourtant li est reconnu que l’autisme est génétique et qu’il y en avait avant les vaccins.

Non, cela ne donne pas l’impression que rien n’est sur pour l’instant.
Cela donne la certitude que l’etude initiale qui a fait porter la suspicion d’autisme sur le vaccin ROR etait biaise.
De meme, il est possible d’affirmer avec certitude qu’il est pour l’instant impossible de correler vaccination ROR et autisme.(http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2006/07/05/002-autisme.shtml , http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Science-Sante/2008/09/04/002-Autisme-vaccins.shtml )

S’il existe un lien entre ROR et autisme, il faut le demontrer et ce n’est pas l’etude de Wakefield qui peut en attester puisqu’elle n’est pas fiable, c’est le moins qu’on puisse dire.
On ne pourra cependant pas s’empecher de regretter les credits de recherche alloués durant plus de 10 ans pour tenter de confirmer ce « pseudo-lien ».
Il existait et il existe aujourd’hui des pistes bien plus pertinentes et prometteuses sur la recherche des causes de l’autisme.

Dommage.

Le mal est fait.

Il aura suffi de lire les billets consacrés à la grippe A H1N1 sur les blogues, pour comprendre à quel point cet article de « The Lancet » a contaminé plusieurs lecteurs.

Je ne veux pas revenir sur cette grippe; mon propos est plus universel.

Philippe Marois (commentaires 1 et 2), à titre d’exemple, soumet que, encore en mars 2008, le porte-parole du Center for Disease Control (USA) considère prouvé le lien entre autisme et vaccin.

Ah oui? Prouvé par quoi? Par cette recherche-bidon du Dr Wakefield? Ne nous leurrons pas; cette étude-bidon a été largement diffusée, et on aura pris ses conclusions pour le 5e évangile…

= = =

Tout ça pour dire que l’imposture de Wakefield a sans doute provoqué des pertes de vie. Mais les preuves de sa culpabilité sont décédées…

Point de vue bien différent.

Au cours de la réalisation du film « Silence on vaccine », j’ai eu le plaisir de rencontrer le docteur Wakefield au Texas ainsi que beaucoup de parents dont les enfants Autistes, ont été soigné au sein de sa clinique. Ses découvertes et ses recherches sont aujourd’hui fondamentales voire incontournables pour améliorer les conditions de vie des enfants atteint d’autisme. Je parle ici du lien entre : Intestin – intoxication ( vaccinale ou environnementale) et autisme.

Ce qui est dommage avec la rétractation du Lancet c’est qu’on se pose pas des questions sur les motivations du journal. Qui a pris cette décision ? Dans quel but ? Pourquoi en ce moment après 12 ans ? Qui sont les nouveaux joueurs au Lancet ? Ce serait bien d’avoir un regard critique sur cet autre côté de la nouvelle. De regarder à l’arrière de l’image projetée.

Mais pour en revenir avec le docteur Wakefield, il serait intéressant de savoir ce qui motive cette médiatisation démesurée .

À mon avis deux choses dérangent : ,
-D’abord il questionne l’efficacité des vaccins – 1er tabou.
-Ensuite ll effectue des recherches sur les causes de l’autisme et s’intéresse aux protocoles de soins – 2e tabou.

Il touche à deux sujets extrêmement délicats. Le lien entre l’intestin, l’intoxication (vaccin et environnement) et l’autisme ou trouble envahissant du développement.

Il bouscule tout un establishment de chercheurs qui grassement subventionnés, n’ont pas encore trouvé des solutions médicales à l’autisme et nient tout lien de causalité autre que génétique, alors qu’aujourd’hui nous faisons face à une épidémie d’enfant autiste. Un sur Cent.. Ce n’est plus une question de génétique seule.

Alors le docteur Wakefield dérange.

On écrit qu’il est coupable de ne pas avoir respecté certains protocoles de recherche. Qu’il a été subventionné par des intérêts… Hum.. Est-ce un motif raisonnable ? Il y a tant de recherches scientifiques de par le monde, qui sont essentiellement financées par l’industrie pharmaceutique et qui sont publiées avec conflits d’intérêts annoncés – croyez vous qu’elles sont toutes respectueuses des protocoles ? Non. Ils trichent aussi et très souvent. Le pire, leur recherche sont acceptées les yeux fermées par nos organismes de surveillance de santé. On a qu’à lire un article de Marcia Angell du New England Journal of Medicine – Insustry-sponsored clinical research, A broken system, – ou son livre : La vérité sur les compagnies pharmaceutiques – pour comprendre l’étendue du contrôle qu’elle exerce sur les recherches, et sur ce qui doit être publiée ou non.

L’industrie est extrêmement compétitive surtout lorsqu’elle est entrain de dépenser des sommes d’argent considérables en recherche sur le génome de l’autisme. Elle ne peut pas laisser se développer un concept ou une thérapie alternative qui puisse aider de manière significative le rétablissement des enfants autistes et parfois les guérir. Il lui faut mettre un frein.

Le plus drôle, c’est qu’on criera au miracle si naissait un médicament contre l’autisme. On ne posera pas de questions. Socialement tout le monde acceptera du jour au lendemain que l’autisme puisse se guérir. L’industrie l’aura dit, alors ce sera vrai.

Entre-temps, en niant l’innovation qui n’est pas issue de l’industrie pharmaceutique, en méprisant les efforts des parents et des chercheurs qui tentent d’aider les enfants autistes autrement que par les médicaments, et qui réussissent à le faire à l’abris des regards, c’est à nous que nous nuisons. Nous jouons le jeux de l’industrie. Nous lui laissons droit de regard sur tout ce qui concerne notre santé.

Dans le film SILENCE, ON VACCINE, la majorité des enfants qui avaient reçu un diagnostique d’autisme vont aujourd’hui à l’école. Ils se sont considérablement améliorés. Certains des médecins qui les avaient diagnostiqué ont refusé de savoir ce que les parents avaient fait pour aider leur enfant. Même chose au Québec. Les parents m’ont témoigné de leur stupéfaction face aux médecins qui , découvrant la nette amélioration de santé de l’enfant, leur ont signifié qu’ils ne désiraient plus les voir au lieu de s’intéresser au protocole de soins qui avaient produit de tels résultats. Pas étonnant que le sujet de la disparition des symptômes de l’autisme chez un enfant, reste Tabou.

Je tiens à préciser que selon les rencontres que j’ai eu avec les parents d’enfants autistes, on peut convenir qu’un enfant atteint d’autisme peut à des degré différents, selon l’âge, la gravité de l’atteinte, le protocole de soins, améliorer sa condition de santé.

Voici une lettre envoyé par un parent. Elle est sur mon site . Cette lettre reflète dans son ensemble ce que tous les parents d’enfants autrefois autistes m’ont raconté.

Je suis la mère d’un enfant qui fut victime de vaccins, plus précisément le RRO de 12 mois. Suite à cela, notre vie a basculée et a pris un tournant que l’on aurait jamais imaginé. Notre cher enfant qui était joyeux et agréable, fut transformé en enfant hyperactif, agressif avec des sauts d’humeurs. De plus, il développa des difficultés avec son langage réceptif et expressif. Il était défensif au niveau sensoriel et il avait souvent des maux de ventre et de la diarhée. Les médecins et professionels nous on dit qu’il avait aucun lien entre ses nouveaux comportements et sa réaction face au vaccin. Nous avons essayés plusieurs formes de thérapies, tel que ABA, ergothérapie, orthophonie, thérapie d’intégration auditif, etc. Nous avons remarqué quelques améliorations qui semblaient limitées et qui nécessitaient quand même une accompagnatrice à la garderie et l’école.
J’ai commencé à voir des liens entre les aliments que mangeait notre fils et son comportement. J’ai trouvé celà intéressant, car j’étais diéticienne. Mais mon entrainement professionel à McGill, m’a pas sensibilisé au fait que la nutrition puisse jouer un rôle important dans le comportement, dévelopement du language ou l’apprentissage d’un enfant. Au début de 2006, j’ai participé à une conférence et formation professionelle de DAN! (Defeat Autism Now!). A ce moment là, j’ai découvert les recherches qui établissaient le lien probable entre la vaccination et les difficultés qu’éprouvait notre fils. Heureusement, je trouvais espoir dans une approche integré qui visait l’enfant sur un plan individuel. Avec des changements alimentaires, des suppléments pour améliorer sa biochimie et un désintoxification de métaux lourds, notre fils est presque rétabli! Il est heureux, plus sociable, a des amis et va à une école conventionnelle sans support!

Envoyé par Lina B. Moreco
http://linabmoreco.worpress.com/soins/
Réalisatice : Silence on vaccine
http://www.onf.ca/silenceonvaccine

Oui, Philippe, la lecture de « Evidence of Harm » est édifiante, et ce n’est pas un hasard si le CDC a du finalement battre en retraite…

L’autisme, pur produit de la génétique, il y a longtemps que, comme dans nombre d’autres pathologies (cf. écrits de grands généticiens comme M. Cohen), l’on a compris que génétique et environnement se combinaient. Comme l’environnement psychologique n’est pas, n’en déplaise aux psychanalystes, une cause démontrée…il faut donc bien rechercher dans des facteurs biologiques de l’environnement.

Sans relancer le débat sur l’étude Wakefield ROR en particulier qui a ses failles, je constate quand même que se multiplient les études significatives qui montrent à la fois des désordres intestinaux chroniques inflammatoires chez CERTAINS (pourquoi toujours chercher 1 seule cause à 1 seule forme d’autisme…c’est une illusion logique invraisemblable) enfants autistes avec « late onset autism », et des désordres inflammatoires et immunitaires notamment cérébraux (avec phénomènes démontrés d’hypoperfusion).
En France, il n’y a pour ainsi dire aucune recherche sur ces co-pathologies et leurs liens possibles avec les conséquences comportementales et cognitives connues de l’autisme.

Et comment expliquer, tel que vu dans le documentaire Silence on vaccine, ces témoignages de parents dont l’enfant, 24 heures après le vaccin, passe d’un état normal et éveillé à légume éteint et coupé du monde?

Avez-vous un enfant autiste?
Sinon, il vous manque un morceau du casse tête.
Avez-vous parle avec un, des ou de nombreux parents d’enfant autistes?
Non? Alors, il vous manque des informations pour arriver a une conclusion sage et réfléchie.
Si vous vous fiez exclusivement a l’interprétation du policier d’une acte criminelle sans parler a la victime, avez-vous la réalité ou une interprétation seulement. Si Wakefield aurait été un juif en Allemagne Nazi, il aurait été incinéré pour ses recherches. Sommes-nous en train de brûler un innocent au poteau?
Est-ce que Wakefield n’est ni plus ni moins un Galeleo moderne, homme qui a été dénoncé par l’inquisition Romaines car il a dit que le soleil était au centre de notre système solaire et non la terre? Croyez-vous que vous vous serez joint a l’Église en 1610 pour condamner Galileo? L’esprit de gang de rue est present dans cette condamnation complete du travail de Wakefield. Dites donc, combien de dollars les vaccins apporte-t-ils aux compagnies pharmaceutiques? Est-ce du benevolat qu’ils font par amour de la population terrestre? Finalement, dites-nous ce que « run » la terre de nos jours: 1/ l’affection du prochain 2/ l’esprit d’entraide et de charité 3/ l’argent et la bourse et la marge de profit. Si vous répondez honnêtement, il est temps de commencer a rencontrer des parents d’autistes. Il est temps d’assister une conférence du ASA (American Society of Autism) ou d’une autre organisme, et d’y rencontrer les parents d’autistes. Parlez-leur. Demande precisement la question: « Est-ce que votre enfant était Autiste a l’enfance ou pouvez-vous dire quand votre enfant a commence a présente des caractéristiques d’autisme? Selon vous, qu’est-ce que a DIRECTEMENT contribue a cette diagnostique chez votre enfant? »
Faites cela. Ensuite, parlez-nous de nouveau.

Je trouve la comparaison avec Galilée intéressante. Galilée avait fait des observations expérimentales et faisait face à des croyances bien ancrées basées sur aucune observation solide. Dans le cas présent plusieurs études sérieuses réfutent le lien entre le vaccin et l’autisme… et font face à des groupes ayant des croyances bien ancrées mais appuyées sur aucune étude sérieuses.

le docteur a raison…mais des milliers d autres sont de son avis…the lancet qui critique l oms en disant qu elle est corrompue et a bout de soufle…retourne sa veste..tres vite..

la vaccination est une affaire de gros sous..elle n a fait que du mal..rené dubos le biographe de pasteur reconnait que seul l hygiene de l eau etc a ete utile et non ces theories scientifiques!
pasteur est reconnu par la communauté internationale scientifique depuis 1995 (grace a geison) comme un imposteur..les bases de la vaccination sont fausses…la VACCINATION est une pratique du passé comme la saignéé..elle est condamné a disparaitre..

les medecins adeptent de la vaccinations sont des ignorants des fonctionnaires de la medecine…ils empoisonnent la population sans s en rendre compte.
l autisme est liéé bien entendue au ROR…ce n est pas cela qui confirme le contraire

Cher therapeute,
J’aimerais bien plus de détails concernant la reconnaissance de Pasteur comme un « imposteur » par la communauté scientifique ? De quelle instance en particulier est-il question ?
Également, si la vaccination est équivalente à la saignée, pouvez-vous commenter sur l’éradication de la variole et la diminution considérable des cas de maladies graves telle la polio?

Un article intéressant sur le sujet :
http://www.sciencepresse.qc.ca/node/25713

Un fait intéressant rapporté :
– Étude de Wakefield observant une corrélation entre autisme et vaccin ROR : 12 enfants.
– Étude Danoise ne trouvant aucune corrélation : un demi-million d’enfants.

On remarque ici l’importance de la taille de la population observée.

Les guérisseux et leurs croyants sont à l’oeuvre ici.

Preuves par dessus preuves ils contestent malgré tout et défendent bec et ongle leur gagne pain et leur croyance au détriment de vies.

Je pourrais les qualifier, mais ici j’ai peur d’être censuré.

@Lina B. Moreco
La rétractation du Lancet n’est pas une nouvelle; elle s’est faite il y a déjà plus de 5 ans. La seule différence, c’est la radiation de l’article des archives du Lancet, qui fait suite à la condamnation du Dr Wakefield et de ses recherches (frauduleuses) par l’organisme tenant lieu d’ordre professionnel médical en Grande-Bretagne.

Pour ce qui est des médecins, en aucun cas ils n’auraient d’intérêt à vanter la vaccination si elle était aussi néfaste que ce que vous et d’autres commentateurs décrivent. Ils ne reçoivent aucun « bonus » à la vaccination (qui est de toute façon effectuée la plupart du temps par les infirmières), et, à tout le moins au Québec, il leur est formellement interdit de détenir quelqu’intérêt que ce soit dans une entreprise fournissant des produits et services qu’ils ont à prescrire à leurs patients, et ils ne peuvent même suggérer à leurs patients un médicament/traitement/service les plaçant en conflit d’intérêt (ex: le médecin envoyant son patient voir un/une massothérapeute se révélant être son/sa conjoint/e). Je n’ai pas la prétention que les médecins sont des saints, chaque personne a ses défauts et n’importe quelle profession a malheureusement ses pommes pourries, mais il faudrait qu’il soit gravement sadique pour vouloir autre chose que le bien-être d’un patient vulnérable qui vient le consulter

« la décision des autorités de santé publiques américaines, non justifiée du point de vue scientifique, de déconseiller l’usage du thimérosal dans les vaccins, ce qui a rendu la population méfiante vis-à-vis de vaccins pourtant tout à fait sécuritaires et a fait baisser les taux de vaccination»

Le thimérosal, c’est du mercure, c’est extrêmement toxique! Je ne vois en quoi c’est tout à fait sécuritaire. D’ailleurs, s’il y avait une meilleure hygiène dans les laboratoires où sont fabriqués les vaccins, sont utilisation ne serait pas nécessaire. Mais les profits sont plus important que tout le reste.

«et surtout le rôle déterminant de groupes d’avocats qui se sont honteusement enrichis en entraînant des parents dans de coûteuses et vaines poursuites judiciaires…»

Et les compagnies pharmaceutiques, eux ne s’enrichisse pas honteusement en matière de vaccination.

Les plus populaires