Bientôt plus de wifi dans les écoles en Ontario?

L’Ontario English Catholic Teachers Association, qui regroupe 34oo professeurs de la province, demande aux écoles de ne plus installer de système wifi qui représente, selon elle, un risque potentiel pour les élèves et les professeurs. Le Globe and Mail, qui a rapporté cette nouvelle, a toutefois attribué la note F au rapport A position regarding the use of Non-Ionizing Electromagnetic Radiation, including WiFi, in the workplace produit par cette association.

De fait, ce rapport est truffé de préjugés et d’erreurs, et n’est en rien conforme à ce que l’on sait aujourd’hui des dangers potentiels du wifi, qui sont probablement nuls, et assurément totalement négligeables.

Voilà une autre manifestation de la paranoïa des ondes, qui de plus en plus mobilise des ressources à travers le monde qu’il serait infiniment plus utile d’attribuer à de véritables sujets de préoccupation.

Plutôt que de s’inquiéter du wifi, les profs ontariens feraient bien mieux de se soucier de la pauvreté ou du surpoids de leurs élèves ou de la sécurité routière autour des écoles !

Au Québec, la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique milite aussi contre le wifi dans les écoles. La preuve irréfutable qu’elle présente sur son site web ? Une émission de télé l’a dit !

Voilà qui est assurément bien plus solide que des années d’études scientifiques ! 

Malheureusement, je crains que rien ne puisse faire changer d’avis les gens qui sont convaincus des dangers des ondes. Leurs idées n’ont rien de rationnel et aucun argument ne peut en venir à bout. C’est triste pour eux, surtout pour leurs enfants qui doivent aller à l’école la peur au ventre.

Comme je l’écrivais récemment à propos des compteurs »intelligents », il y a urgence à comprendre cette folie des ondes, pour trouver des moyens efficaces de la prévenir et éventuellement de la guérir avant qu’elle n’engendre une anxiété généralisée autrement plus dommageable pour la santé physique et mentale de la population que les ondes elles-mêmes!

Laisser un commentaire

La peur est un comportement de protection. Par contre, l’objet de la peur n’est pas toujours la source de danger objective. Un peu de lecture en psychologie/psychiatrie vous le confirmera.

Ici, est-ce que la situation sociale, instable et incertaine (j’y reviendrai) pourrait-être l’instigatrice des mouvements irrationnels de peurs tels qu’on les connaît?

En effet, dans cette ère d’information constante (transportée en bonne partie par des ondes, n’est-ce pas ironique?), la peur est un facteur constant: pirates informatiques, prédateurs sexuels, vols d’identité, vols à main armée, guerres ou révoltes un peu partout dans le monde, des islamistes, etc.

Ces mauvaises nouvelles, constantes sur certaines chaînes dont je tairai le nom, ont pour effet d’induire, subtilement, un état d’alerte constant, une peur omniprésente de l’autre, de l’inconnu au sens large, une méfiance envers la nouveauté. Ici on est dans le monde de la perception.

Ça c’est une part de l’équation, de l’autre côté, nous avons aussi un discours paternaliste (infantilisant, plutôt) de l’élite politique qui nous vent et nous vante les bienfaits d’une politique de « sécurité nationale » plus grande. Un discours qui a une résonance très forte auprès d’une population qui voit son niveau d’alerte et de stress déjà très haut.

Pourtant, le monde n’a jamais eu un si bas taux de criminalité et le taux de récidive est en baisse, de plus il n’y a jamais eu si peu de guerres sur la Terre. Ça c’est la lecture objective de la situation.

Bref, on voit bien qu’on est dans le monde du perçu, pas dans l’objectivité.

Donc, à mon avis, ce phénomène de plus en plus commun, celui de trouver des « bibittes » à ces objets autour de nous, de pointer facilement un groupe minoritaire ou un autre comme source de nos problèmes, de miser sur une surprotection inutile, etc. n’est qu’une réponse primaire à cet état de peur omniprésent. Ni l’objectivité, ni les preuves écrasantes ne pourrons éliminer cet état, seul l’éducation et l’ouverture à la réalité sont les remèdes contre cet état car elles éliminerons les sources factices de stress.

Mais en définitive, une question demeure:
À qui cet état de peur constant profite-t-il?

Moi j’ai aussi peur, mais de voir l’hégémonie du pouvoir basé sur l’ignorance et la peur…

Pour poursuivre ma réflexion de mon commentaire précédent, ne trouvez-vous pas étrange qu’il y ait glissement des politiques du pays vers un nationalisme maladif (voir ici les symboles de la monarchie, les investissements militaires et l’accès restreint à la citoyenneté) et une réduction de l’accès à l’éducation supérieure (voir ici la hausse des frais de scolarité)?

L’ouverture à la réalité et l’éducation étant justement les deux seuls remèdes contre la peur omniprésente qui baigne notre société!

Rien n’a changé!

Autrefois on avait peur des sorcières et on les tuais, on a eu peur des fantômes, on a eu peur des micro ondes, aujourd’hui on a peur des ondes.

Bonjour, Madame Borde,

votre verdict coulé dans le béton concernant les ondes wifi est basé sur quoi, lui?

Laissez-moi vous raconter ma petite histoire vécue.

Je suis mère de deux enfants nés en pleine forme. Aucune complication ni problème de santé. Ils jouissent d’un système immunitaire très fort.
Un jour, à 2 ans et demi, mon garçon présente un trouble neurologique qui se démontre par de nombreuses crises d’épilepsie (absences, chutes atoniques, crises généralisées). Cette apparition de troubles arrive en même temps qu’une installation de système wifi dans la maison, d’un achat et utilisation accrue d’un iphone et d’autres systèmes sans-fil. Suite au diagnostic du neurologue et aux nombreux tests que mon garçon a dû passer (scan, irm, etc), sa santé est déclarée impeccable. Son cas est idiopathique, c’est-à-dire sans cause connue. Malgré la médication, les crises d’épilepsie étaient toujours présentes et elles étaient plus nombreuses dans des endroits où le wifi était disponible (bibliothèque, cafés, magasins, grands centres commerciaux, etc) et aussi dans les endroits où les champs électromagnétiques et électriques étaient élevés. Nous avions toujours sur nous un appareil spécialisé pour mesurer ces champs.

Madame Borde, j’adhère à la pensée « dans le doute, on s’abstient », alors mon conjoint et moi avons tout sorti de notre maison, y compris le micro-ondes. Nous n’allumons que les disjoncteurs nécessaires. Nous avons cessé de fréquenter les endroits où ils offraient le wifi. Savez-vous quoi? Mon garçon a commencé à se porter mieux. Sa dose de médication est au minimum. Alors, quand je lis des opinions très peu nuancées comme la vôtre sur un sujet dont il manque encore aujourd’hui beaucoup de preuves (car difficile à quantifier et à qualifier), je suis déçue de voir que des gens du domaine du journalisme pensent que tout ceci n’est qu’une campagne de peur.

J’aimerais que vous soyiez plus souple dans votre opinion donnée publiquement. L’Europe est devant nous et nous a souvent ouvert les yeux sur beaucoup de problématiques dont nous feignions l’importance. Il serait intéressant d’aller faire un reportage en Europe et demander à plusieurs sphères (scientifique, ministérielle, santé, les organismes de recherche sérieuse) le pourquoi d’une interdiction des systèmes wifi dans les écoles, notamment en Angleterre, en Autriche et en Allemagne… Je vous invite à aller vous-même à la rencontre de la pensée inverse à la vôtre.

Mes sincères salutations,

Geneviève St-André

Je suis très rassuré de constater que je ne suis le seul ici au Canada a savoir et connaître que les champs électromagnétiques(CEM) affaiblissent notre propre champs électromagnétique causant ainsi une réduction progressive de la communication de tout notre corps dans sont ensemble.
J’appuis Genevièvre St-André parce qu’elle a 100% raison, ses observations sont fiables et justifiées.
L’exposition aux CEM nous touchent tous de la même manière, les plus hypersensibles sont les premiers a en être les victimes apparentes avec symptomes toutefois puisque chacun encaisse un affaiblissement graduel et sournois des CEM, si vous ne vous protéger pas comme l’a fait Genevièvre et sa famille, il viendra un jour ou ce sera votre tour a développer une hypersensitivité à cette pollution pernicieuse et dangeureuse que sont les CEM (Champs électromagnétiques). Je parle en connaissance de cause, j’ai été exposé de 1972 à 1995 en service militaire pendant que j’étais à proximité, dedans et sous des installations radar. Aujourd’hui je me protège!

Mario Desmarais

Les plus populaires