Bouchons cherchent débouchés

Industrie de la construction, décoration intérieure, ameublement, haute couture… le liège se réinvente !

Bouchons cherchent débouchés
Photo : iStock

Il n’a guère le choix : la concurrence que lui livrent les bouchons de plastique et d’aluminium depuis quelques années lui a fait perdre 20 % du marché de l’embouteillage de vin.

Désormais, 40 % de la récolte de liège est consacrée à l’isolation des maisons, surtout dans les pays du nord de l’Europe. La styliste italienne Anna Grindi a pour sa part créé une nouvelle fibre, faite à partir de ce matériau écolo. Suberis est un tissu souple, imperméable et ignifuge, dont la texture s’apparente à celle de la peau d’animal, d’où son surnom de « cuir végétal ».

Les producteurs de liège – dont 80 % se trouvent au Portugal et en Espagne – mettent encore leurs espoirs dans le bon vieux bouchon. Celui-ci demeure toujours leur plus grande source de revenus. Une campagne promotionnelle lancée par l’Association portugaise du liège vante depuis quelques semaines les bienfaits de ce bouchon dans l’industrie vinicole. On mise entre autres sur son rôle dans l’élaboration des grands crus : le liège permet l’oxygénation du vin, essentielle à la fermentation.

 

Laisser un commentaire