Buvons « local » !

La mobilisation des buveurs de lait de l’Outaouais a porté ses fruits : après trois ans de bataille, ils boiront de nouveau du lait provenant des vaches de leur région et transformé dans leur région.

Buvons « local » !
Photo : Blickwinkel / Alamy

Depuis la fermeture de la laiterie Château, en 2006, le lait de l’Outaouais était transformé à Mont-Laurier ou en Montérégie avant de revenir dans les épiceries de la région. « Un périple insensé de 400 km ! » dit Maxime Pedneaud-Jobin, porte-parole du Comité de relance de la Laiterie.

Les dirigeants de la nouvelle laiterie – la Laiterie de l’Outaouais – comptent reprendre le marché qu’occupait Château dans la région, soit environ le tiers des ventes. L’ouverture de cette laiterie, prévue pour la fin mai, portera à neuf le nombre de laiteries régionales au Québec. Elles étaient une vingtaine il y a 10 ans.

Plus de 85 % du marché québécois du lait est aujourd’hui contrôlé par les géants Saputo, Parmalat et Agropur. Plusieurs épiceries Metro, IGA et Provigo de la région ont accepté de distribuer les nouveaux produits.

À condition que les clients les achètent. « Ils nous ont dit que si notre lait ne sortait pas, c’est nous qui allions sortir », ajoute Maxime Pedneaud-Jobin.

Déjà, 5 000 ménages de la région se sont engagés à acheter le lait de la Laiterie de l’Outaouais. Cela représente des ventes de 1,5 million de litres par année. Un bon départ…