C. dificile à déjouer

Des chercheurs de l’Université de Sherbrooke ont découvert une nouvelle classe d’antibiotiques qui pourrait un jour aider à combattre le Clostridium difficile ou le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), ces bactéries qui se propagent dans nos hôpitaux et ne répondent pas aux antibiotiques traditionnels.

Des chercheurs de l’Université de Sherbrooke ont découvert une nouvelle classe d
photo : Dr Kari Lounatmaa / SPL

La clé des nouveaux médicaments : une molécule synthétique qui se fixe sur le bagage génétique des bactéries pathogènes et empêche la production de protéines essentielles à leur survie.

« Il suffit normalement de cinq ou six générations de bactéries avant que ces dernières commencent à acquérir des mécanismes pour déjouer les antibiotiques classiques, comme la pénicilline », explique Daniel Lafontaine, professeur au Département de biologie et responsable de l’équipe. « Avec notre molécule, les bactéries n’ont pas acquis de résistance après 30 générations. »

Cette nouvelle classe de médicaments ne se retrouvera pas de sitôt sur les étagères des pharmaciens. Il faut d’abord prouver son innocuité chez l’humain.

Laisser un commentaire