Canicule : prudence raisonnable

Boire plus, faire moins d’activités extérieures, se protéger du soleil… tous les conseils qu’on nous donne en période de canicule sont-ils justifiés ?

En février dernier, des chercheurs de Montréal, Vancouver et Londres ont publié conjointement dans The Lancet (texte intégral en anglais et en pdf) une revue de la littérature scientifique sur les effets de la chaleur intense ou des périodes de canicule sur la santé.

Ils ont analysé les conseils de santé publique donnés un peu partout dans le monde lors de périodes de canicule et les ont classés en deux catégories :

Conseils validés par des études scientifiques :

– boire plus. Les personnes âgées devraient boire de l’eau fréquemment même quand elles n’ont pas soif. Il faut aussi surveiller les personnes qui ne peuvent pas le faire elles-mêmes, comme les jeunes enfants ou certains malades.

– si possible, rechercher l’air plus frais ou climatisé. Porter des vêtements amples et prendre des douches ou des bains plus souvent.

– diminuer son niveau d’activité, dépendamment de son âge et de sa forme physique. Prêter attention aux signes de coup de chaleur ou de malaise cardiaque.

– les personnes qui prennent des médicaments dont l’action peut être influencée par la chaleur devrait recevoir des conseils avant l’été pour savoir comment éventuellement ajuster leur médication avec la température extérieure.

Conseils non validés :

– éviter les ventilateurs parce qu’ils augmentent l’évaporation corporelle.

– éviter de consommer de l’alcool. C’est, selon les chercheurs, un conseil généralement exagéré dans la mesure où la consommation modérée de boissons assez peu alcoolisées, comme la bière, n’a pas un effet diurétique puissant. Les spiritueux, eux, devraient en revanche être évités.

– éviter de consommer même de faibles quantités de thé, de café ou de boissons contenant de la caféine à cause de leurs effets diurétiques.

Les chercheurs préviennent aussi que la climatisation est loin d’être une panacée.

D’abord, disent-ils, on manque d’études sur les effets du confinement dans l’air climatisé des gens âgés ou malades. À force d’éviter la chaleur, il est possible que ces personnes perdent leur capacité à s’y adapter, ce qui pourrait leur jouer des tours si la climatisation vient à manquer.

Or l’analyse des canicules du passé montre qu’il y a un risque bien réel de panne électrique généralisée engendrée par une utilisation massive des climatiseurs et ventilateurs.

Sans compter que tous ces appareils, lorsqu’ils sont alimentés par de l’électricité produite à partir de carburants fossiles, font augmenter les émissions de gaz à effet de serre qui engendrent les changements climatiques qui font augmenter le risque de vagues de chaleur…

Laisser un commentaire

Bon pour la pollution on repassera.

Je me permet de vous donner un truc infaillible.

En Fahrenheit:

Si il fait moins de 95 Fahrenheit vous mouillez vos vêtements et les tenez très humides.

Résultat:

Vu que l’eau sur votre corps est le contraire d’un isolant, c’est-à-dire un conducteur, la température extérieure de 95 Fahrenheit aura tendance à vous refroidir en bas de la température normale de votre corps qui est de 98,6 Fahrenheit. Donc vous serez rafraichis.

S’il fait plus de 98,6 Fahrenheit, NE LE FAITES PAS au risque de vous réchauffer davantage.