Catastrophe à Lac-Mégantic: quel impact pour l’environnement?

Alors que les habitants de Lac-Mégantic sont peu à peu autorisés à rentrer chez eux, beaucoup s’interrogent sur l’impact environnemental de la catastrophe.

11 juil. 2013 Par Pierre Chauvin (texte) et Michel Huneault (photos) 

Galerie d’images

Selon Yves-François Blanchet, le ministre québécois de l’Environnement, entre 100 000 et 120 000 litres de pétrole brut se sont échappés dans la rivière Chaudière et le lac Mégantic, deux sources d’eau potable pour les résidants de la région. Les dégâts ont été largement contenus par des barrages flottants. Pendant ce temps, des opérations de pompage sont en cours, et d’autres lacs de la région sont utilisés pour l’approvisionnement en eau. Les hydrocarbures pouvant aussi transiter via les égouts de la ville de Mégantic, ceux-ci ont été stoppés. Bien que l’état exact de contamination des sols reste inconnu, le ministre a indiqué que des premiers tests avaient permis de constater la présence de plus d’un mètre de boue fortement contaminée.

(Suite du texte sous la galerie de photos)

Infos
Fermer
Plein écran

      Les 72 wagons qui ont déraillé contenaient chacun 100 tonnes de pétrole léger, bien différent du pétrole lourd généralement transporté par bateau. L’identification du type d’hydrocarbure a permis de déterminer la vitesse à laquelle il va rejoindre la nappe phréatique ou les égouts, et donc de modéliser la contamination. «Le pétrole léger, comme l’essence, circule beaucoup plus rapidement latéralement et en surface, explique Sébastien Sauvé, professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal. C’est très liquide.»

      Bien que l’impact environnemental d’un déversement de pétrole léger soit moindre comparé aux accidents impliquant du pétrole lourd, il pose d’autres problèmes, un fait bien illustré par la catastrophe de Lac-Mégantic. «Le pétrole lourd peut brûler, mais il n’a pas la même tendance à exploser», résume Sauvé. Quant aux émanations potentiellement dangereuses qui se sont dégagées durant l’incendie, ce n’est plus un problème. «Ce qui a explosé a engendré de la pollution atmosphérique, mais c’est maintenant du passé», ajoute-t-il.

      À LIRE SUR LE MÊME SUJET

      Lac-Mégantic: vivement un débat élargi
      Montreal, Maine & Atlantic Railway: le degré zéro de la communication
      Tragédie à Lac-Mégantic : une histoire des catastrophes au Québec
      Jérôme Lussier : Lac-Mégantic et la récupération idéologique
      Dr Vadeboncœur : Mégantic violé
      Lac-Mégantic : la revanche de l’oléoduc sur le train?
      L’année du wagon-citerne

      Dans la même catégorie
      Boutique Voir & L'actualité

      Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie