Ce que le téléphone cellulaire fait au cerveau

L’utilisation d’un téléphone cellulaire fait légèrement augmenter l’activité du cerveau dans les régions proches de l’appareil, rapportent des chercheurs dans le Journal of the American Medical Association.

Est-ce grave ? Non, seulement intriguant. Car dans l’état actuel des connaissances, personne ne peut dire si cette anomalie a un quelconque impact, positif ou négatif, sur la santé du cerveau.

Nora Volkow, directrice du National Institute on Drug Abuse et principale auteure de l’étude, a demandé à 47 personnes de placer à leur oreille un téléphone cellulaire  pendant 50 minutes par jour, sans toutefois établir une conversation.

Les participants ne savaient pas si le téléphone qu’ils tenaient était en marche ou éteint, et l’expérience a été menée sur les deux oreilles. Pendant ce temps, la consommation de glucose du cerveau des participants a été mesurée par tomographie par émission de positons.

Bilan: que le téléphone soit allumé ou non n’a pas modifié l’activité globale du cerveau. Mais une hausse de 7 % de la consommation de glucose a été observée dans la zone du cerveau près de l’antenne de l’appareil lorsque que celui-ci était en marche.

Cette hausse n’a en elle-même rien d’inquiétant. Elle est du même ordre de grandeur que celle qu’on observe quand le cerveau s’active pour toutes sortes d’autres raisons, par exemple lorsqu’on parle avec quelqu’un en personne.

N’en déplaise aux oiseaux de malheur, nombreux sur la toile à voir dans cette étude un nouveau signe de la «dangerosité des ondes», cela n’a strictement rien à voir avec la question des liens entre cancer du cerveau et cellulaire, largement débattue au moment de la publication de l’étude Interphone.

Le phénomène à l’oeuvre, qu’on ne comprend pas très bien encore,  ressemblerait plutôt à celui mis à profit dans la stimulation magnétique transcranienne, une technique qu’on utilise pour traiter certaines dépressions.

De là à dire que le cellulaire pourrait soigner le cerveau, il y a aussi tout un monde! 

Prudence, donc, avant de donner une quelconque signification à ce résultat de recherche…

Laisser un commentaire

A part ça, il ne faut pas oublier que « ce que le téléphone cellulaire fait au cerveau » c’est lui permettre de communiquer avec un autre cerveau! Même si un effet négatif sur la santé est démontre un jour, qui renoncera a la télépathie artificielle pour x morts par millions?

Je suis un des oiseaux de malheur qui croient les experts scientifiques internationaux et indépendants qui ont témoigné devant le comité de santé à Ottawa.(27 et 29 avril et 28 octobre 2010) Ce comité examinait l’impact sur la santé des micro-ondes. Ils ont dit que les micro-ondes utilisées par la téléphonie cellulaire ( et wifi) affectaient négativement la santé humaine.Avex-vous lu leurs témoignages ? Les députés membres du comité les ont cru aussi..svp informez-vous:
http://www.dangersemo.com ou directement sur le site du comité de santé du Parlement

Il y aura toujours quelques experts quelque part dont l’opinion ne sera pas en concordance avec les conclusions des grandes études sur le sujet. Pourquoi l’opinion de ceux-ci seraient plus valables que les conclusion de ces études? Et cela ne veut pas dire que la vigilance et la recherche ne sont plus nécessaires.

D’accord avec François. Comme de plus en plus d’experts sonnent l’alarme dans plusieurs pays, en tant que parent, jamais j’oserai rassurer mes enfants sur l’utilisation sans restreinte de leur cellulaire sous prétexte que les preuves ne sont pas concluantes. Si les craintes de ces spécialistes devaient un jour s’avérer fondées, je n’aurai pas à regretter de ne pas les avoir mis en garde…surtout s’ils en étaient victimes.

A la fin mai 2011, la CIRC/OMS a déclaré que les téléphones portables peuvent être cancérigènes. Le Conseil d’Europe, qui comprend 47 pays européens, a adopté une résolution sur le danger potentiel des champs électromagnétiques (EM) émis par les téléphones portables et autres technologies sans fil, surtout pour les enfants et les femmes enceintes. L’ARTAC, une association non lucrative à Paris, est reconnue en Europe pour ses recherches sur les effets des champs EM sur la santé et sur l’électro-hypersensibilité (http://www.artac.info). L’OMS nie sa propre déclaration dans son Fact Sheet no. 193 du juin 2011: « à ce jour, aucun lien n’a été établi entre l’utilisation du téléphone portable et d’éventuels effets néfastes sur la santé. » !