Chlorophylle liquide: une illusion digne du magicien d’Oz

Les bienfaits de la chlorophylle pour la santé peuvent sembler impressionnants de loin, mais ils diminuent considérablement lorsque l’on jette un coup d’œil derrière le rideau.

Massonstock / Getty Images / Montage L'actualité

L’auteur est communicateur scientifique pour l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill. Il est titulaire d’un baccalauréat en biochimie et d’une maîtrise en biologie moléculaire. En plus d’écrire de nombreux articles, il coanime le balado The Body of Evidence.

Tout comme celle du magicien d’Oz, la toute-puissance de la chlorophylle liquide n’est qu’une illusion. De loin, la boisson émeraude a l’air d’une panacée naturelle pour éclaircir la peau, prévenir le cancer et neutraliser les mauvaises odeurs, mais derrière le rideau, on découvre un pigment végétal dont le pouvoir s’est accru d’un récit à l’autre. Et si cette concoction de bien-être a, comme il se doit, des liens avec le Dr Oz, c’est sur TikTok, la plate-forme de vidéos courtes adoptée par les jeunes d’aujourd’hui, qu’elle est devenue virale.

Comme l’a écrit la diététiste Abby Langer dans un article de blogue sur la chlorophylle liquide, « TikTok est un cloaque de vidéos nutritionnelles de pacotille ». Il ne s’agit pas seulement de TikTok : toutes les plateformes de médias sociaux finissent par servir un repas cinq services de désinformation au sujet de l’alimentation. En mettant les influenceurs en avant, ces plateformes donnent du poids aux témoignages.

Dans mon enfance, les anecdotes sur le bien-être étaient échangées lors des soirées Tupperware. Aujourd’hui, elles sont mises en ligne sur TikTok, mais elles manquent toujours de crédibilité. Langer explique comment ces histoires personnelles alimentent des modes très prévisibles en matière de bien-être. D’abord, une célébrité témoigne du pouvoir d’une nouvelle chose saine et brillante. Ses abonnés, de peur de rater quelque chose, sautent dans le train qui se forme rapidement. Les affirmations relatives aux effets de la nouvelle chose brillante se multiplient jusqu’à ce qu’elle devienne une panacée. Finalement, la mode s’essouffle, car il est trop difficile de maintenir sa consommation régulière et les résultats ne sont pas à la hauteur de l’engouement. Très vite, une nouvelle tendance émerge et le cycle recommence.

Sur Instagram, où un quart de million de publications ont utilisé le mot-clic #chlorophylle, on prétend que la chlorophylle liquide et les suppléments de chlorophylle nettoient le sang et stimulent l’énergie. Certains les surnomment le « soleil liquide ». Sur TikTok, le mot-clic compte plus de 361 millions de vues et les adolescents vantent les présumées vertus du produit contre l’acné.

Ce que ces jeunes influenceurs ne savent peut-être pas, c’est que leurs grands-parents ont succombé au même emballement dans les années 1950, avant l’arrivée d’Internet.

Mille usages pour la chlorophylle

L’histoire de l’engouement pour la chlorophylle a été résumée récemment par la Dre Sydnee McElroy dans Sawbones, le balado médical qu’elle coanime avec son mari. Elle explique comment la mode démystifiée d’une génération peut être ressuscitée des décennies plus tard pour séduire la suivante.

La chlorophylle est un pigment végétal qui absorbe la lumière et reflète le vert, donnant aux plantes leur couleur distincte. C’est également une molécule clé de la photosynthèse, le processus par lequel les plantes et certains autres organismes convertissent le CO2 et l’eau en oxygène et en sucre. Tout cela est une excellente nouvelle pour nos poumons, qui ont besoin d’oxygène pour nous maintenir en vie, mais dans les années 1930, le Dr Benjamin Gruskin était curieux de savoir si la chlorophylle avait d’autres fonctions pour la santé humaine. Une fondation sans but lucratif a financé ses recherches en échange du droit de breveter toute application résultante. Aucune découverte majeure n’en a découlé, mais la méthode employée par le Dr Gruskin pour dissoudre la chlorophylle dans l’eau a été brevetée.

Quelques années plus tard, un publicitaire a convaincu la fondation de lui accorder des droits de licence exclusifs sur ce brevet. Son entreprise, appelée Rystan, a utilisé le brevet pour commercialiser un dentifrice à la chlorophylle en 1948

Entre-temps, un chercheur du nom de F. Howard Westcott a mené des études, disons, « sous-optimales » qui l’ont convaincu que la chlorophylle était un puissant déodorant. Ne voulant pas violer le brevet, il a commercialisé des comprimés de chlorophylle (solides et non liquides) pour prévenir la mauvaise haleine. En 1950, un article du Reader’s Digest sur les pouvoirs déodorants de la chlorophylle a amené les consommateurs à échanger des billets verts contre… une autre forme de vert. Les rayons des magasins étaient remplis de gommes à mâcher, de dentifrices et de savons à la chlorophylle, et même de cigarettes munies de filtres à la chlorophylle, censés bloquer l’odeur infecte du tabac.

Cette mode n’a pas duré très longtemps, mais nous voici 70 ans plus tard et la chlorophylle est à nouveau en pleine effervescence. On l’a sacrée grand détoxifiant, et bien que le mot « détox » soit souvent associé à la pseudo-science, une application de la chlorophylle dans ce domaine a bel et bien un certain mérite.

Ce que dit la science

Les aflatoxines sont sécrétées par certaines moisissures et peuvent finir par contaminer des aliments comme les céréales, les épices, les cacahuètes, ainsi que des sous-produits animaux tels que le lait, la viande et les œufs. Le mot « aflatoxine » vient en fait de la contraction du nom latin de l’une des moisissures qui la sécrètent, Aspergillus flavus. L’exposition aux aflatoxines a été fortement associée à un type de cancer du foie appelé carcinome hépatocellulaire, notamment dans certaines régions d’Afrique et d’Asie où il est moins courant d’analyser les céréales pour détecter la présence de cette toxine. Des études ont démontré qu’une forme de chlorophylle prise trois fois par jour semble se lier aux composés cancérigènes créés par les aflatoxines dans le corps humain. Cela pourrait prévenir le cancer du foie, ce qui est une nouvelle encourageante, en particulier pour les personnes généralement exposées aux aflatoxines par des boissons et aliments contaminés. Cependant, les études menées sur l’humain n’ont pas mesuré les taux de cancer chez les personnes consommant de la chlorophylle pendant des années. Elles ont plutôt utilisé un marqueur de substitution pour déduire que la chlorophylle interférait avec la formation de ces substances cancérigènes, et les études n’ont duré que quelques mois.

Un examen complet des preuves des bienfaits de la chlorophylle pour la santé humaine a été publié en 2014, et à l’exception de l’effet protecteur contre les aflatoxines (pour lequel les preuves scientifiques ont été jugées « bonnes »), chaque supposition scrutée — de la prévention globale du cancer à la réduction des odeurs — a reçu la note C, ce qui signifie que les preuves scientifiques manquaient de clarté ou étaient contradictoires. 

En ce qui a trait à l’application sur la peau pour traiter les brûlures et les blessures, des preuves théoriques laissent croire que la chlorophylle pourrait aider à la croissance de nouveaux tissus, mais aucune preuve scientifique fiable n’étaye cette hypothèse. Par ailleurs, il est possible que la chlorophylle soit l’une des nombreuses molécules présentes dans les légumes verts qui nous protègent du cancer, mais les preuves de l’efficacité en ce sens des suppléments de chlorophylle ne sont pas concluantes. 

Et en tant que déodorant pour les personnes ayant une poche de colostomie, son efficacité n’a pas été solidement démontrée. Un médecin qui avait évalué le potentiel de la chlorophylle comme déodorant lors de son essor dans les années 1950 aurait remarqué que de nombreux animaux, dont les chèvres, consomment beaucoup de chlorophylle, mais que « certains d’entre eux sont connus pour leur arôme âcre ». Cette observation a été transformée en une question amusante publiée à l’époque dans le Wall Street Journal : « Pourquoi pue la chèvre sur la colline, elle qui semble raffoler de la chlorophylle ? » Bien sûr, les chèvres n’ont pas encore inventé le savon, mais on pourrait penser que toute cette chlorophylle aiderait pour l’odeur !

Compte tenu de ce manque de données, on peut se demander pourquoi tant de tiktokeurs ne jurent que par la chlorophylle liquide lorsqu’il s’agit de leur peau. Le simple fait de boire plus de liquide aide peut-être. Ce pourrait être aussi l’effet de médicaments non déclarés. Ou le temps : l’acné n’est pas éternelle, les problèmes de peau peuvent aller et venir. Voilà pourquoi les anecdotes ne sont pas fiables. Les études sur la chlorophylle pour les problèmes de peau ne sont pas vraiment époustouflantes : une étude sur le photovieillissement sans véritable groupe témoin ; une étude financée par l’industrie avec seulement cinq participants ; et une étude dans laquelle des compresses imbibées d’une solution contenant de la chlorophylle ont été appliquées sur la peau pour la sensibiliser à une lumière qui pourrait mieux traiter l’acné, mais où il n’y avait, là encore, aucun groupe témoin.

Par ailleurs, l’affirmation selon laquelle la chlorophylle augmente l’oxygénation vient du fait que le pigment végétal ressemble fortement à l’hème, la molécule qui lie l’oxygène dans nos globules rouges grâce à un atome de fer. Mais la chlorophylle ne contient pas de fer, plutôt du magnésium, et son rôle n’est pas de transporter l’oxygène, mais d’absorber la lumière du soleil utilisée pour la photosynthèse. Donc, même cette affirmation tombe à plat.

Même si la supplémentation en chlorophylle est probablement sans danger, quelques mises en garde importantes s’imposent pour ceux qui souhaitent l’expérimenter malgré le manque de preuves. La quantité la plus élevée étudiée en recherche clinique semble être une dose quotidienne de 300 mg de chlorophylline, une version hydrosoluble de la chlorophylle, pendant une période de quatre mois. Au-delà de cette quantité, la science est muette. En ajoutant des gouttes de chlorophylline à une boisson, on peut contrôler la dose ingérée, mais dans un produit prémélangé tel que celui de marque Chlorophyll Water, la quantité exacte de pigment végétal consommé ne semble pas être divulguée. Il est intéressant de noter que ni la chlorophylle ni la chlorophylline ne figurent sur la liste des additifs alimentaires généralement reconnus comme inoffensifs (GRAS) par la Food and Drug Administration. La revue exhaustive mentionnée plus haut souligne un certain nombre d’effets secondaires signalés dans les études sur l’utilisation de la chlorophylle, qui vont d’une sensibilité accrue à la lumière du soleil à des selles molles, en passant par une irritation de la peau et la possibilité d’une interaction entre les suppléments de chlorophylle et les médicaments sur ordonnance. Sachez qu’elle peut rendre votre langue jaune ou noire, et votre urine et vos selles un peu vertes. Enfin, étant donné que la chlorophylle n’est pas un médicament, l’avertissement habituel concernant une éventuelle falsification ou contamination est de mise. L’industrie des compléments alimentaires est un véritable far west.

La chlorophylle liquide est simplement la dernière d’une longue série de boissons de bien-être qui exploitent l’attrait de la nature. Vous vous souvenez peut-être du battage médiatique autour du jus d’herbe de blé, qui reposait en grande partie sur la présence de chlorophylle. Nous avons vu des cafés aux champignons, des thés amaigrissants, des jus de céleri et des lattés au charbon de bois. 

Si l’on veut profiter des bienfaits du vert, il vaut mieux (et c’est moins cher) manger tout bêtement plus de légumes verts. Mais l’idée de « boire la nature », de demander à l’un des cadeaux de la Terre mère de nous détoxifier et de restaurer notre pureté, fait appel à une partie ancienne de notre cerveau que nous ne sommes pas près de supprimer. L’ironie dans cette affaire est que la chlorophylle que l’on trouve dans la chlorophylle liquide n’est pas 100 % naturelle. Lorsque le pigment est extrait des plantes, il se décompose facilement. Pour améliorer sa stabilité et lui permettre de se dissoudre dans l’eau, les scientifiques doivent remplacer le magnésium qu’il contient par un autre élément, généralement du cuivre. Ce qui crée la chlorophylline, un produit chimique semi-synthétique, et c’est ce composé qui donne à la chlorophylle liquide sa couleur verte.

Mais si l’on ne jette pas un coup d’œil derrière le rideau de la science et que l’on se fie uniquement au battage médiatique, on peut se retrouver hypnotisé par la Chlorophylle d’Émeraude d’Oz, apparemment grande et puissante.

Message à retenir :

Boire de la chlorophylle liquide est à la mode sur TikTok, les utilisateurs de la populaire plateforme vidéo attribuant à cette concoction de nombreux supposés bienfaits pour la santé, notamment qu’elle pourrait aider à traiter des problèmes de peau comme l’acné.

La promotion de la chlorophylle en tant que produit améliorant la santé et le bien-être a commencé en 1950, lorsqu’elle a été ajoutée abondamment aux dentifrices, aux gommes à mâcher et aux cigarettes.

Outre le fait qu’ils offrent une certaine protection contre les aflatoxines aux personnes qui y sont exposées par l’alimentation, les suppléments de chlorophylle ne montrent pas une efficacité étayée par des preuves claires et non contradictoires, et la chlorophylle liquide peut être considérée simplement comme la dernière boisson de bien-être à la mode, soutenue par des anecdotes peu fiables et non par la science.

La version originale (en anglais) de cet article a été publiée sur le site de l’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

L’intox de la détox…

Merci pour cet article fouillé et bien documenté. En effet, la chlorophylle est de nouveau à la mode! Le plus gros problème est qu’avec les réseaux sociaux et l’appât du «gain rapide» des soi-disant «influenceurs», la désinformation touche maintenant des millions de personnes de façon instantanée.

Rien pour la contrer sinon des articles comme le vôtre, trop sérieux pour être populaire. La solution, à long terme est évidemment l’éducation, mais à court terme une réglementation des réseaux sociaux par nos gouvernements… Malheureusement, les autorités civiles semblent avoir abdiqué devant la toute puissance des GAFAM.

Je parle ici d’une vérification des faits par des agences externes crédibles et certifiés et non pas la ridicule auto-règlementation actuelle. Ce qui revient à confier le poulailler au renard, ou si l’on préfère, la bergerie au loup.

Scientifiquement vôtre

Claude COULOMBE

Répondre

Vous savez quoi ? De nos jours la corruption ou partie pris sont tellement populaires qu’il ne faut croire personne, même l’auteur de ces lignes ! La meilleure chose c’est d’essayer vous même un produit sur un bon terme et constater le résultat !
Moi je consomme de la chlorophylle liquide concentré chaque matin et depuis. 20 ans. Oui oui 20 ans , et il y a des bienfaits qui peuvent se constater facilement , et sa trompe pas j! Je ne me souviens pas la fois que j’ai eu une grippe quand j’avais 25 30 ans chaque année j’avais une grippe ! Un rhume ou de quoi du genre ! La chlorophylle renforce énormément le système immunitaire ! Et il y a 4 ans une amie avait chaque huver 2,3 grippe ! Elle était tres fragile ! Depuis 4 ans quel en consomme régulièrement et depuis aucune grippe et elle se sent plus forte ! 2e fait qui ne trompe pas ! Etant jeune j’avais un problème assez important de très mauvaise haleine et je le sentais moi même ! J’étais incapable de régler ce problème que j’avais et s’était asse intense ! Il y a 20 ans j’ai lu les bienfaits de la chlorophylle et c’est impressionnant ! Mais moi c’était pour l’haleine que je voulais en prendre …. Et bien apres 3,4 mois d’utilisation mon problème a commencé a baisser et après 6 mois disparu ! Même le matin j’ai une bonne haleine ! Et la transpiration est de meilleur odeur ! J’ai aussi remarqué que la cicatrisation est tres rapide ! Et quand tu constate toute ces effets faciles a voir et bien on est tenté de croire le reste moin perceptible ! Antioxydants ??? On dit que s’est un puissant antioxydant 20,30 fois que les bleuet ! J’ai tendance a le croire car c’est dans les plantes verte et la nature ! Les effets bénéfices commencent a être perfectible apres 3,4 de consommation !

Répondre