Ciel, des microbes dans ma douche!

L’histoire a tout pour plaire: embusquées à l’intérieur d’un pommeau de douche, des millions de bactéries Mycobacterium avium profitent de chaque douche pour vous sauter au visage et provoquer des infections pulmonaires non tuberculeuses… Le grand Alfred Hitchcock n’aurait pas fait mieux!

Sauf que quand on lit en détail la publication scientifique à l’origine de cette nouvelle (communiqué de presse ici), il n’y a vraiment pas lieu de s’inquiéter.

D’abord, seul le tiers des 45 pommeaux de douche analysés par les chercheurs de l’université de Boulder, au Colorado, contenaient de grandes quantités de cette bactérie. Ensuite, les chercheurs n’ont retrouvé aucune trace de ces bactéries dans l’eau de la douche, mais seulement dans le biofilm, la couche de microbes qui se forme jour après jour dans les pommeaux de douche comme sur n’importe quelle surface régulièrement humidifiée (vous savez, cette couche collante impossible à récurer!).

Je ne sais pas pour vous, mais moi je me lave avec l’eau et du savon, pas avec le biofilm…

Ensuite encore, les chercheurs renvoient à une obscure étude australienne pour justifier qu’il pourrait y avoir un lien entre l’augmentation du nombre d’infections pulmonaires non tuberculeuses et l’utilisation de la douche au détriment du bain.

J’ai consulté ladite étude, qui portait sur 58 cas d’infections rapportées dans des populations aborigènes du nord de l’Australie (saur une période de dix ans!) touchées par le VIH. On y évoque effectivement, très brièvement et entre parenthèses, qu’il pourrait éventuellement y avoir un lien avec les douches, mais ce n’est vraiment pas le sujet de l’article. 

Pour l’instant, on ne sait même pas si l’augmentation du nombre de douches et la hausse de ces infections sont vraiment corrélées. Et même si c’était le cas, cela ne voudrait pas forcément dire qu’il y ait un lien de cause à effet!

Conclusion des chercheurs américains : les douches pourraient représenter un risque potentiel d’exposition à des microbes sous forme d’aérosols, mais il faudrait le vérifier, particulièrement pour les personnes au système immunitaire ou aux poumons déficients.

D’accord, vérifions-le, et on en reparlera. Mais en attendant, ne cherchons pas à faire peur au monde avec ce qui est tout au plus une vague hypothèse!

Laisser un commentaire

Merci pour du vrai travail de journalisme. Si seulement la littérature scientifique pouvait toujours être rapportée avec la rigueur nécessaire.

Un des articles que j’ai lus sur le sujet allait même jusqu’à recommander de changer son pommeau de douche régulièrement …

Une vrai bénédiction pour les Moën et Crane de ce monde mais un peu moins bon pour l’environnement.

Un autre cas d’alarmisme inutile.
Arrêtez de nous faire peur ! on n’a pas peur !
Même chose pour la grippe H1N1; ce n’est pas une pandémie, c’est une exception ! un cas sur 100,000 !

À quand le jour où les journalistes, agences de médias et autres joueurs de la sphère médiatique seront tenus de donner l’origine des études pour que les citoyens ordinaires puissent vérifier les études et voir à quel point les médias tronquent de grandes parties de ces études pour ne garder que le spectaculaire et l’épeurant (épeurant lorsque séparé des autres faits de l’étude)

À quand un article sensationnaliste sur le fait que la vie est une maladie sexuellement transmissible? Faisons n’importe quoi avec n’importe quel sujet et ça fera vendre de la copie!!!

C’est pitoyable!

Tout dans la vie est une question de risque. Ce que la science tente de cerner est justement la grandeur et les conséquences de ce risque, et puis comment diminuer ce risque.

Les commentaires parus à date sont beaucoup plus du ressort de l’émotion – et particulièrement la peur, et ne sont pas du même ordre que les propos du chercheur en question. Laissons aux faits et à la réalité le temps de se montrer à nous; espérons que les médias n’en fassent pas leur choux gras dans l’intervalle.

Le premier auteur à avoir traiter du risque de la cigarette versus cancer du poumon a aussi été ridiculisé au départ, il y a de cela plus de 50 ans …

J’ai été atteint par le Mycobactérium Avium. Il m’a fallu 13 mois de traitement avec en même temps 3 antibiotiques puissants dont un (Le MYANBUTOL) m’a fait perdre la vue pendant QUATRE mois (Plus depuis de graves séquelles de toux et respiration). Alors ne prenez donc pas tout à la rigolage car quand ça vous tombe dessus vous faites moins le malin. Salut et restez en bonne santé si vous le pouvez

Les plus populaires