Cinq décennies de désastres

Les catastrophes naturelles et leurs effets sur les humains et l’économie ont monté en flèche au Canada depuis 1970.

(JACQUES BOISSINOT, La Presse canadienne)

Les catastrophes naturelles ont causé des dégâts évalués à un total de 29,6 milliards de dollars depuis 1970. Pour ce prix, on pourrait construire cinq trains électriques comme celui projeté par la Caisse de dépôt et placement du Québec dans la région de Montréal.

SAUVE QUI PEUT !
Les incendies de forêt sont la principale cause d’évacuation des populations au Canada. Depuis 1970, les flammes ont contraint 319 000 personnes à abandonner leur demeure. Les inondations, en deuxième position, ont forcé 250 000 évacuations.

LES CATASTROPHES LES PLUS MEURTRIÈRES

854:
Nombre de morts causés par les catastrophes naturelles au Canada depuis 1970. Les tempêtes hivernales, les canicules et les orages sont les trois types de désastres les plus coûteux en vies humaines.

  • Épisode de chaleur à Vancouver en 2009 : 134 MORTS
  • Tempête au large de Terre-Neuve en 1982 : 117 morts dans le naufrage d’une plateforme de forage
  • Deux navires chavirent dans le golfe du Saint-Laurent en pleine tempête en 1989 : 39 morts
  • Glissement de terrain à Saint-Jean-Vianney en 1971 : 31 morts

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

NOTE À LA RÉDACTION :
Il y a je pense une petite « coquille » dans votre article. Les incendies de Fort McMurray ne sont pas de 1991, mais bien sûr de 2016.

Bonjour M. Drouginsky,
La coquille a été corrigée. Merci pour votre vigilance!
L’équipe de L’actualité

Désastres???

My God, comment auriez-vous nommé les 5 premières décennies du siècle dernier avec ses 2 guerres mondiales?

Aucun rapport avec le climat; ça, c’est la bêtise humaine à son paroxysme. Et comme il y a toujours eu des guerres, avant la pollution industrielle moderne, ça démontre simplement que l’humain est le seul être vivant « intelligent » qui ne sait pas pourquoi il a une intelligence. Et pour ça, j’aime mon chat.