Climat : Ottawa suivra Obama

Fixer des objectifs de réduction des gaz à effet de serre ? Inutile, disait le gouvernement Harper avant l’élection de Barack Obama. Aujourd’hui, le ministre de l’Environnement, Jim Prentice, discute d’une Bourse du carbone avec Washington !

En décembre prochain, à Copenhague, lorsque les représentants de quelque 180 pays se réuniront pour adopter un nouveau traité de réduction des gaz à effet de serre, l’Albertain Jim Prentice pourrait soudainement, en quelques jours, refaire une virginité environnementale à son gouvernement, conspué depuis trois ans par tous les écologistes de la planète. Et il pourra remercier Barack Obama !

Depuis que le président des États-Unis a déclaré que son pays s’attaquerait aux émissions de gaz à effet de serre (GES), le gouvernement conservateur de Stephen Harper rampe lentement vers cette position et se prépare à réécrire des pans entiers de son plan vert. « Nous ne pouvons pas avoir des plans incompatibles », dit d’un ton très sérieux le ministre Jim Prentice, 53 ans, qui garde dans son bureau une photo prise avec l’ancien vice-président Dick Cheney lors d’une rencontre de travail à la Maison-Blanche.

Adieu l’« intensité des émissions » (voir ci-contre) , cet euphémisme qui déguisait le refus du gouvernement Harper de fixer, tout comme l’administration Bush, d’ailleurs, des objectifs de réduction des GES. Ottawa est même prêt à créer une Bourse du carbone commune avec les États-Unis, avec des cibles absolues (voir ci-contre) et un plafonnement des émissions !

Laisser un commentaire