Comment le Centre médical Saint-Vallier, de Québec, a recruté cinq jeunes médecins

Ces dernières années, le centre médical Saint-Vallier, de Québec, un cabinet privé à la fois groupe de médecine familliale et clinique-réseau, est parvenue à recruter au total cinq jeunes médecins. La Dre Caroline Tremblay a été la première il y a quatre ans.

Comment le Centre médical St-Vallier, de Québec, a recruté cinq jeunes médecins
La Dre Caroline Tremblay

Après avoir exercé dans Portneuf, où elle a fait de l’urgence et s’est initiée au travail en cabinet, elle a choisi de poursuivre dans une clinique médicale privée parce qu’elle souhaitait faire de la prise en charge et du suivi de clientèle. Après avoir visité plusieurs endroits à Québec, elle a choisi, à 29 ans, de se fixer au Centre médical Saint-Vallier. Elle n’a jamais regretté son choix ni sur le plan clinique ni en matière d’environnement de travail. « J’aime la médecine globale, le côté humain derrière le patient. J’ai toujours voulu faire du suivi de clientèle. » En plus de ses heures de bureau, elle fait ses AMP en gériatrie dans un CHSLD et de la garde dans sa clinique. (À lire : À propos des AMP) 

Recrutement

Au cours des années qui ont suivi son arrivée, quatre autres jeunes médecins dans la trentaine sont venus grossir les rangs de la clinique médicale, qui compte aujourd’hui 12 omnipraticiens. Parvenir à embaucher cinq nouveaux médecins, alors que la relève est si difficile à attirer dans les cliniques privées, relève pratiquement de l’exploit. Mais qu’est-ce qui est si attractif au Centre médical Saint-Vallier, quels sont les ingrédients de sa réussite ? La Dre Tremblay avance diverses explications.

« J’ai des consoeurs qui ont eu de mauvaises expériences dans des groupes, quand elles sont tombées enceintes ou ont été malades, raconte-t-elle. Certains médecins ne sont pas toujours conciliants sur ces questions. Ici, à la clinique médicale, j’ai trouvé tout le contraire. Je n’ai jamais senti de pressions quand j’ai été victime d’un accident puis lorsque je suis tombée enceinte. C’est ce que j’aime particulièrement dans notre clinique. Les gens font attention les uns aux autres. »

Selon le médecin, le fait que le Centre médical Saint-Vallier soit constituée en GMF (l’un des premiers au Québec) et en clinique réseau a aussi contribué à faciliter l’embauche. « Ici, nous travaillons avec des infirmières compétentes et bénéficions d’un soutien dans le suivi des différentes pathologies en GMF, au sans-rendez-vous et à la liaison avec la deuxième ligne. C’est l’infirmière qui fait le pont quand on lui adresse des patients. L’interdisciplinarité est une approche très intéressante pour un jeune médecin qui débute.

Il est certain qu’il faut consacrer du temps à la gestion pour faciliter ce travail, mais cela rapporte », indique la Dre Tremblay, responsable de la cliniqueréseau depuis 2007.

Elle a aussi observé l’effet d’entraînement que suscite la présence de jeunes médecins : les jeunes attirent les jeunes. Au Centre médical Saint-Vallier, où près de la moitié des omnipraticiens ont plus de 50 ans, l’intégration des jeunes médecins aux cliniciens d’expérience s’est faite en douceur. La chimie s’est bien opérée et chaque groupe comprend les besoins et les attentes de l’autre.

« Selon moi, il est important que, dans une équipe, on montre une ouverture envers les médecins qui exercent depuis longtemps et veulent diminuer leurs heures ou se retirer du sans-rendez-vous. Il convient que, nous, jeunes médecins, les appuyions et qu’ils nous appuient à notre arrivée. C’est ce que j’ai trouvé ici. C’est une formule gagnante », affirme-t-elle.

Autre élément positif, le Centre médical Saint-Vallier s’est donné une organisation de travail qui permet une meilleure conciliation travail-famille. « Avec des enfants, précise la Dre Tremblay, on ne peut pas se permettre de travailler une soirée en cabinet et d’en passer d’autres en formation. Ici, on donne beaucoup de formation continue à l’heure du lunch ou certains après-midis. »

Après quatre ans passés dans cette clinique médicale, la Dre Caroline Tremblay ne changerait pour rien d’autre à Québec. « Ici, c’est une famille. Nous nous encourageons entre collègues à voyager, à reprendre notre souffle.