Comment reporter les changements climatiques ?

Avec seulement 15 milliards de dollars, on pourrait facilement retarder d’au moins 10 ans les changements climatiques, selon le climatologue américain Veerabhadran Ramanathan. Comment? Tout simplement en payant un poêle propre – qui coûte environ 30 dollars – à chacun des 500 millions de foyers qui, dans le monde, se chauffent et préparent à manger en faisant brûler du charbon de bois à l’air libre.

Ces feux représentent à eux seuls le quart des émissions de black carbon, un genre de suie qui joue un rôle majeur dans le réchauffement climatique en absorbant le rayonnement solaire. En 2008, Ramanathan, un expert de la question, a publié un article retentissant dans le journal Nature Geoscience montrant comme ces énormes quantités de suie se ramassent en énormes nuages bruns qui flottent au dessus de l’océan indien et perturbent le climat dans cette région, mais aussi au-delà.

À l’échelle de la planète, le black carbon est le plus important contributeur au réchauffement climatique après le CO2. Plus de détails ici.

Récemment, Ramanathan a présidé le comité scientifique du National Research Council qui a proposé au gouvernement américain de nouvelles orientations pour la recherche fédérale sur les changements climatiques.

Sa proposition a certainement contribué à l’annonce faite par l’administration américaine à Copenhague, lundi, d’un nouveau programme d’aide aux technologies propres. Climate REDI, dans lequel les États-Unis se sont engagés à investir 85 millions de dollars, vise notamment à aider les habitants des pays pauvres à acquérir des appareils ménagers plus performants.

Voilà qui ferait un bien beau projet pour le Canada. M. Prentice, si on ne peut pas couper nos émissions, on pourrait au moins aider les autres à le faire, non?

Laisser un commentaire

Ces chiffres, 15 milliards, n’ont aucune base scientifique. Puisqu’on est incapable de démontrer l’impact réel d’une certaine quantité de CO2 ou de carbone noir dans l’air.

L’importance des changements climatiques causés par le CO2 est loin d’être déterminé. Il n’y a plus de tendance à la hausse de la température alors que les émissions de CO2 et de carbone noir augmentent toujours, ce qui va à l’encontre de l’hypothèse que le CO2 et le carbone noir sont les principaux vecteurs de changements climatiques. Ça démontre une chose, qu’il y a d’autres facteurs qui influencent le climat, au moins autant, sinon plus que le CO2 et le passé climatique le démontre. Le GIEC a exagéré de 10 fois la vitesse de la fonte du glacier de l’Himalaya, le GIEC a prédit sa disparition en 2035, des glaciologues ont récemment dit que c’était plutot 300 ans au rythme actuel. http://news.bbc.co.uk/2/hi/south_asia/8387737.stm

Cette affirmation du GIEC était basé sur des études non révisées par les pairs, alors que suppossément c’est la mission du GIEC de s’acquitter de cette tache.

Je dois dire que je suis pas contre ce genre de mesure, mais ça ces limites, car ça fait nous fait payer le développement des autres et c’est une manne incroyable pour « l’industrie propre » qui est déjà plus grosse que l’industrie de la défense (armes) et l’aérospatial.

En plus ce serait surement très bon pour la qualité de l’air dans les grandes villes. C’est pas fou comme idée!

En effet voila une idée beaucoup plus intelligente que de vouloir créer un monstre bureaucratique international…. Et en plus ça diminuerait la vraie pollution!!!

On pourrait faire beaucoup aussi en interdisant les feux de foyer dans les zones urbaines (été comme hiver).

Mais les gouvernements préfèrent taxer et instaurer de nouvelles structures.

@Dominic Pageau: Vous avez raison sur un point « il y a d’autres facteurs qui influencent le climat ». C’est pour ca qu’on peut voir une baisse temporaire à court terme, mais que la tendance globale est toujours à la hausse.

Merci Valérie pour cet article interessant, qui apporte un point de vue différent et une façon concrète d’attaquer les réchauffements climatiques. Merci aussi de garder un point de vue scientifique sur ce sujet qui vire souvent en chamaille idéologique (libre-marché vs règlementation).

Étienne, ce réchauffement a débuté il y a plus de 200 ans, au moment où l’homme n’émettait pratiquement aucun GES.

Le liens CO2 température a l’air des plus surfaits.

D’ailleurs, ceux qui le défendent doivent tricher, ils ont modifiés relevés de températures d’un peu partout dans le monde pour faire croire que ça se réchauffe plus qu’en réalité.

@Dr Michael Laughrea, MPhil, PhD

Et la suie n’est-elle pas causée par la pollution due à la combustion de produits fossiles et de bois et qui dit combustion dit également production de CO2…

Même si la diminution de l’albédo due à la pollution est un facteur préoccupant sur la fonte des glaciers de l’Himalaya et ailleurs dans le monde rien n’est séparé et tout doit être attaqué en même temps de façon globale.

Etre bien informé est essentiel. Malheureusement, Wikipedia n’a pas été une source objective sur les changements climatiques, et ce, de 2003 à 2009. Excellent article du National Post sur le sujet.

« One person in the nine-member Realclimate.org team — U.K. scientist and Green Party activist William Connolley—took control of all things climate in the most used information source the world has ever known – Wikipedia…»

http://network.nationalpost.com/np/blogs/fullcomment/archive/2009/12/18/370719.aspx

Lueur d’espoir : Connoley a été mis à la porte par Wikipedia en Sept. 2009

http://wattsupwiththat.com/2009/12/19/more-on-wikipedia-and-connolley-hes-been-canned-as-a-wiki-administrator/

ce qui est important ce n,est pas la quantité de
carbone noir*(suie)émise mais la hauteur (altitude) d,émission.au niveau du sol c,est un réchauffement assuré,dans la stratosphère c,est le
refroidissement.la solution:que tout les avions
qui volent a plus 40000 pieds soit équipées de ré
acteurs hyperpolluants et dans 25 ans il va neiger en juillet.