Commission Charbonneau: à quand une enquête technique?

Alors que les révélations se poursuivent à la Commission Charbonneau, il y aurait lieu d’enquêter sur la qualité des travaux publics réalisés pendant toutes ces années par les firmes de génie conseil et les entreprises de construction, plutôt que simplement sur les conditions d’octroi des contrats.

Tous les filous qui ont abondamment fraudé pour obtenir des contrats ont-ils eu plus de scrupules quand est venu le temps de faire les travaux ?

On sait que les extras étaient monnaie courante. Mais avant même ces dépassements de coûts, ont-ils aussi triché pour bâcler leur travail, ou favorisé certains de leurs sous-traitants en choisissant, par exemple, des matériaux inappropriés ?

Et des fonctionnaires véreux ont-ils aussi sélectionné les soumissionnaires en recommandant des interventions qui n’étaient peut-être pas les plus justifiées du point de vue technique ?

Il faudrait être bien naïf pour croire que toutes ces malversations n’ont eu aucune conséquence sur la qualité des travaux.

Nul besoin d’être un expert en construction pour constater que la réparation des nids de poule, que le maire Appelbaum a mise au vote cette semaine à Montréal, peut être drôlement baclée !

Officiellement, on a toujours justifié l’état lamentable du réseau routier du Québec par le fait que le Québec est peu densément peuplé (ce qui donne des travaux très chers à réaliser) et par les conditions hivernales.

Maintenant qu’on sait qu’une partie importante des travaux sont confiés à des firmes qui sont prêtes à poser des gestes illégaux pour s’attirer les bonnes grâces de politiciens ou obtenir des contrats, je ne vois pas pourquoi on devrait leur faire aveuglément confiance quant à la qualité de leur travail.

Les travaux de la Commission Charbonneau vont permettre de déterminer combien d’argent public a été détourné au moment de l’octroi des contrats.

Mais cela pourrait n’être qu’une goutte d’eau comparé à ce que pourraient coûter aux Québécois des travaux mal faits!

En plus des commissaires, qui sont tous des juristes, on aurait aujourd’hui besoin d’ingénieurs de confiance pour enquêter.

Ces experts devraient mettre leur nez dans les questions techniques, inspecter les chantiers réalisés par toutes les firmes qui ont fraudé et statuer sur la qualité des travaux qui seraient à reprendre en priorité avant qu’ils ne nous coûtent les yeux de la tête, ou nous mettent en danger.

Une commission d’enquête sur la qualité des travaux publics, à l’image de celle menée suite à l’effondrement du viaduc de la Concorde mais avec un mandat aussi large que celui de la Commission Charbonneau, me semblerait tout à fait justifiée.

***

VEUILLEZ NOTER QUE, POUR DES RAISONS TECHNIQUES, LES COMMENTAIRES QUI
ACCOMPAGNAIENT ORIGINALEMENT CE BILLET N’ONT PAS PU
ÊTRE IMPORTÉS LORS DU CHANGEMENT DE SITE.
MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

J’apprécie cette suggestion d’enquête qui interpelle la qualité de notre génie en travaux publics, la conception, l’exécution, la surveillance des travaux etc. J’ai un vague souvenir qu’au moment de la construction de l’échangeur Turcot, il y avait eu un effondrement de la structure et semble-t-il une mauvaise exécution des travaux. Subissons-nous actuellement les conséquences de ces erreurs ? Ce serait intéressant de revenir sur les effondrements de nos travaux publics.: est-ce le génie en cause ou la construction et la surveillance. On érige de grands barrages pour une durée de vie qui dépasse celle de nos échangeurs, ponts etc. On semble faire au minimum avec une vision des coûts à court terme, sans évaluer les dommages immenses occasionnés par la malfaçon et exécution. La surveillance des travaux paraît primordiale et c’est là où se trame les « erreurs ». Il importe d »assurer et investir dans la surveillance des travaux, la partie la plus négligée de l’oeuvre. Avec vos moyens d’enquête et recherche, ainsi que votre sensibilité et intuition, il serait intéressant d’avoir plus d’information sur la façon dont nous avons de surveiller et de négliger la surveillance des travaux.
La commission Charbonneau doit s’intéresser à la surveillance des travaux; l’Ordre des ingénieurs doit ouvrir un vaste chantier sur la pratique professionnelle de surveillance et procurer des recommandations à ce sujet. Merci de faire avancer de façon qualitatives notre analyse de situation.