Compteurs intelligents : de la lecture pour Bernard Drainville… et les autres

Le débat sur les ondes électromagnétiques émises par les «compteurs intelligents» d’Hydro-Québec a rebondi hier alors que le député péquiste Bernard Drainville demande que le gouvernement élargisse le mandat de la Régie de l’Énergie pour y inclure notamment une étude des effets sur la santé de ces fameux compteurs.

Il n’y a pourtant aucune chance que, dans ce mandat élargi, la Régie dise autre chose des ondes émises par les compteurs que ce que l’on sait déjà : dans l’état actuel des connaissances scientifiques, l’impact sur la santé est très certainement négligeable.

Cela signifie que le risque qu’ils posent n’est pas nul, mais qu’il est très minime comparé à toutes sortes d’autres facteurs susceptibles d’affecter notre santé, comme par exemple le fait de traverser la rue  (3 234 piétons ont été tués ou blessés au Québec en 2010, dont 370 jeunes de moins de 14 ans. Devrait-on interdire les voitures?).

Ce qui pose problème actuellement, ce n’est donc pas le risque engendré par les compteurs mais bien la communication de ce risque qui, si elle est mal gérée, est susceptible d’avoir des retombées négatives importantes pour la population.

Si les décideurs (tout comme les groupes de pression, Hydro-Québec et les journalistes) ne sont pas très clairs sur l’état des connaissances sur les ondes électromagnétiques et le niveau de risque encouru, ils risquent d’augmenter la paranoïa ambiante et probablement le nombre de gens qui souffrent du syndrome d’électrosensibilité (dans laquelle la peur des ondes semble jouer un rôle important).

Ils risquent aussi d’inciter les pouvoirs publics à dépenser là où ce n’est pas nécessaire, pour des études qui n’en valent pas la peine. On n’a certainement pas besoin de gaspiller l’argent public.

Quand je lis dans le Devoir que le député Bernard Drainville ne sait pas comment rassurer les gens qui viennent le voir parce qu’ils s’inquiètent des ondes, je m’inquiète! Quel fâcheux exemple de manque de culture scientifique !

Une connaissance ne serait-ce que superficielle du sujet devrait amener à commencer par relativiser le risque, ce qui devrait rassurer nombre de citoyens. Dire qu’on manque d’études sérieuses, comme semble le croire M. Drainville, c’est jeter de l’huile sur le feu, et c’est faux.

D’un autre côté, expliquer que les compteurs ne posent pas de danger parce que l’intensité des ondes qu’ils émettent sont bien inférieures aux normes en vigueur est loin d’être suffisant, puisque bien des gens ne font pas confiance à ces normes.

Ce qu’il faut expliquer, c’est que même si on n’aura jamais de certitude absolue, à date la très grande majorité des études menées dans le monde à ce sujet (et pas seulement par des industriels) n’ont pas trouvé d’impact significatif aux seuils d’émissions concernés, et que les études se poursuivent.

Le Québec est loin d’être le premier endroit au monde où s’engage un débat sur les ondes électromagnétiques. Peut-il apprendre ce que qui s’est passé ailleurs pour éviter que la situation ne tourne au vinaigre ? Oui!

Pour le bien commun, Messieurs Drainville et Gignac, tout comme les gens de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique et d’Hydro-Québec,  auraient tout intérêt à jeter un oeil à cette publication (pdf en français) de 2008 de l’Organisation mondiale de la santé au titre explicite : Instauration d’un dialogue sur les risques dus aux champs électromagnétiques. Tout y est !

Quant à savoir si les «compteurs intelligents» auront un impact sur la consommation d’énergie des Québécois et sur leurs factures, c’est évidemment un tout autre débat.

Laisser un commentaire

L’étude qui manque et dont personnes n’allumes, pas meme les experts et ça me consterne, c’est la fréquences des ondes…. Les micro watt sont important pour l’intensitée mais la FRÉQUENCE est beaucoup plus importante a étudier!!! On sait que des basses fréquences donnes des vomissements et que les tres hautes (gamma) agit sur le systeme génétique… Alors il est innocent de dire qu’il ne se passe rien entre les 2!

@S Phaneuf
Je vous invite à lire le document auquel fait référence madame Borde, il parle abondamment des fréquences. D’ailleurs, comment diable peut-on parler de radiofréquence sans faire référence aux fréquences?

P.S. Les rayons gamma font partie de ce qu’on appelle les rayonnements ionisants. Parce qu’ils sont beaucoup trop faibles pour casser les liaisons qui relient les molécules entre elles dans les cellules et par conséquent produire d’ionisation, les champs électromagnétiques font partie des rayonnements non ionisants.

@ Passage, Merci pour l’intervention, je suis en effet en train de lire le document dit, je pourrai me refaire une idée selon ces infos qui me manquaient. Comme j’encourage d’ailleurs tout les opposants et décideurs a faire, Il est normal de changer d’idée, ça fait parti de l’évolution… Ceci dit, je n’ai pas encore changer d’avis, mais je démontre que je suis tres ouvert. Par contre, je reste perplexe, pq, comme vous semblez bien connaitre l’électricité, vous devez avoir aussi compris que depuis 20 ans, les lois se chambardent et notre vision de l’électricitée pourrait bien en etre une tout autre avec la venue de la physique quantique…

Je trouve inconcevable que, pour des fins partisanes ,des politiciens entretiennent l’ignorance et la peur. C’est ça faire de a politique autrement?

@S Phaneuf:
La fréquence du rayonnement électromagnétique est considérée dans les expériences.

Pour ce qui est des vomissements, j’aimerais que vous donniez des références à cet effet.

Pour ce qui est de la mécanique quantique, elle n’a rien apporté de plus qui pourrait nous faire douter davantage des dangers du rayonnement dans les 20 dernières années. Ce qui était important à savoir à ce sujet, on le sait depuis plus longtemps que 20 ans.

@Dany Plouffe
Je crois qu’il y a confusion entre rayonnement ionisant et non ionisant. Les symptômes (vomissements) et les effets physiologiques (impact génétique) mentionnés par S Phaneuf ressemblent étrangement à ceux des rayonnement ionisants. Les particules alpha et bêta et les rayons X et gamma sont des formes de rayonnement ionisant. Pour leur part, les champs électromagnétiques et les radio-fréquences font partie des rayonnements non ionisants. Le rayonnement ionisant et le rayonnement non ionisant ont des niveaux d’énergie différents. Le premier est suffisamment puissant pour détacher des électrons d’autres atomes (ionisation) ce que les second ne peuvent pas faire compte tenu de leur plus faible puissance.

Pour revenir aux vomissements, personnellement, ça se passe entre 10 et 70 hz. Lorsque que suis pres de lignes hautes tensions, et que l’on peut l’entendre, ça a une intensité suffisante pour me rendre tres inconfortable et irritable. Un ami m’a déja généré a la blague, je crois que c’est un 14 Hertz, en 2 min, et sans le savoir, je me suis mis a etre mauvais comme si j’arretais de fumer et je me suis mis a avoir des hauts le coeur…. Tout ce que je sais il y a une réactions a certaines fréquences, mais jamais identiques d’une personne a l’autre.

Ensuite, je suis totalement contre ces barriere que nos scientifiques instaure, je veux bien admettre qu’a partir de tel fréquences on ne trouve plus tel symptome… Mais cette barriere est tres virtuelle et ce n’est pas pq on ne détecte plus qu’il ne peut pas etre plus insidieux… Les cancers sont arrivé en meme temps que le plastique et les ondes de plus en plus fréquentes, difficile de ne pas se poser de questions lorsque nos scientifiques disent qu’il y a une ligne sur la feuille donc c’est impossible!

Ensuite un Ion, étant un électron qui s’échappe, ils sont partout a différente fréquences…. Ionisant ou pas, c’est le meme ion! Notre systeme nerveux fonctionant de la meme façon que le signal électrique, je crois que certaines fréquences agissent sur notre systeme nerveux, c’est logique, et je me le démontre moi-meme… Si je sais que le rayonnement agit sur mon systeme nerveux, il est possible de penser que ces signaux parasites peuvent potentiellement communiquer un faux ordre a une glande.(Puisque la mausaise humeur est souvent un manque de dopamine dans le cerveau) Alors, je crois que la meme onde, a la meme intensité plusieur fois par jour peut éventuellement apporter un disfonctionnement majeur dans le systeme nerveux.
Mais ça, ce n’est pas prouvé alors ça n’existe pas qu’on dit!

Sur la mécanique quantique, j’extrapole un brin, mais on espere seulement pouvoir comprendre le mouvement de l’électron….. Je crois que ce serait une percé majeure, mais on y est pas encore du tout….

Et pour avoir lu les dits document: OMS ne va vraiment pas assez loin (on dirait un cours optionnel enrichie secondaire 2) Et l’autre sur le dialogue dit carrément que si on a rien trouvé ce n’est pas a prendre en considération, resume tres bien la notion de précaution, mais la remets immédiatement sur les données scientifiques pour dire que finalement, il ne vaut pas la peine d’en prendre… La philosophie industrielle des années 50…

Très songé ces compteurs, mais il est incroyable que les gens en aient peur et que jamais ces mêmes personnes n’ont fait mention de la souris de leur ordinateur qui expose l’utilisateur de 150 à 400 fois plus que le compteur.

De plus c’est sans savoir si le compteur émet continuellement, ce qui me surprendrait.

Ce serait intéressant Mme Borde, de connaître la durée d’émissions de ces compteurs.

Quelques secondes par jour?

@ Youlle, Hydro »dit » 6 fois par jours quelques secondes. L’AQLPA mesure 1440 fois par dizaines de secondes…. C’est un grillage tres intense qu’on s’apprete a installer. En fait, quand on aura fini de l’installer, on saura tres vite ce que cause ces ondes! Au lien des ondes traditionnelles, qui voyage vers une antenne ou un satellite, nous aurons tous ces ondes qui communiquent les uns les autres en nous passant au travers a chaques minutes… Pour l’instant, des gens réagissent a la dites souris de leur ordinateur, le savent et travaillent en RJ45 a la maison… Avec cette grille, ils seront pris au piege!

Tellement facile de faire peur au monde avec des données imprécises. Merci de rétablir les faits et de donner un perspective réaliste sur les éventuels risques pour la santé. Neanmoins, la question des intentions réelles de HQ reste entière.

Encore une fois les politiciens biaisent l’information à des fins pûrement partisannes. Si M. Drainville se demande pourquoi nous sommes tanné de la politique actuelle et qu’il veut faire de la politique différemment, alors il doit commencer lui-même par faire de la politique différemment en évitant de se faire du capital politique en désinformant les gens comme il le fait pour les compteurs intelligents.

Il est faux de prétendre que les compteurs actuels ne se fabriquent plus, il y anguille sous roche, Hydro est sur la limite avec ses augmentations de tarifs et devait trouver autre chose pour pouvoir nous fourrer plus facilement, avec ces compteurs numérique (dit compteurs intelligents).
Il est facile de programmer la modification des tarifs et la consommation d’énergie d’une région ou d’un groupe sans que le client s’en rende compte, on peut mettre cette augmentation sur la température ou tout autre raison sans que le client ne puisse contester quoi que ce soit, de plus Jean Charest n’est pas loin derrière tout ça, son exigence est d’en venir au tarif horaire, c’est-à-dire que la tarification variable se fera en fonction de l’heure d’utilisation , causant ainsi une augmentation considérable du compte d’électricité des gens qui sont dans l’impossibilité de suivre ces horaires a cause de toute sortes de raisons.
Autre chose qui m’agace, c’est la fabrication de ces compteurs qui à été donnée à un consortium Belge au lieu d’octroyer ce contrat à une compagnie locale située à Granby ici au Québec, combien d’argent et d’emploies de perdues à cause de cette mauvaise décision.

Pour ma part, je me fout du rayonnement, ce n’est pas ce qui m’intéresse, le seul rayonnement que je vois venir, est celui de mon portefeuille qui va encore diminuer, on a des surplus d’électricité à ne plus savoir quoi en faire et on essaie encore de nous en soutirer plus, comme si ce n’étais pas assez, il ne faut surtout pas oublier que les barrages, ce ne sont pas les américains ni les ontariens qui les payent, ajoutez ça à votre compte et vous allez commencer à trouver que le cout de notre électricité nous revient assez cher comparé aux autres.

@S Phaneuf
Avec tout le respect que je vous dois, vous n’êtes pas facile à suivre. Vous auriez avantage à parfaire vos connaissance scientifiques de base sur le sujet sinon vous n’arriverez jamais à des interprétations et des conclusions qui pourront vous aider à avoir une bonne compréhension de la situation.

@S Phaneuf et Jean-Bernard
Le principe de précaution s’applique dans les situations où malgré l’absence de certitude scientifique on appréhende des dommages graves ou irréversibles. Ce ne sont pas les conclusions que nous suggèrent les résultats des recherches scientifiques sur le sujet.

Je ne peux croire que personne n’a pensé ue les opposants aux compteurs intelligents d’hydro-Québec soient financés en sous-main par le syndicat de ceux qui relèvent actuellement la lecture des compteurs.

C’est tellement évident…

Du pur corporatisme syndical mais…on est au Québec ici!

Le syndicat est contre pour des raisons corporatistes… normales. Et certains citoyens sont contre pour une foule de raisons disparates (inquiétudes pour leur santé, inquiétudes envers une nouvelle technologie, non confiance dans les institutions, méfiance envers Hydro-Québec, sentiment d’une absence de contrôle dans les décisions qui les concernent, etc.). En résumé, ceux qui sont contre ne le sont pas forcément pour les mêmes raisons et, en dehors de l’objectif partagé, n’ont pas forcément de lien entre eux. On appelle ça des alliés objectifs.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alli%C3%A9_objectif

Je suis un opposant aux compteurs, je suis à ma retraite et ne fais pas parti d’aucune union, le fait que ces compteurs soient numériques et par conséquent modifiables à volonté est une raison valable pour ne pas en vouloir, surtout entre les mains d’Hydro-Québec qui est sous pression de Jean Charest qui cherche à augmenter ses profits par tous les moyens.

@ S Phaneuf

Je suis né à 6 km d’antennes émettrices d’une puissance de 300 000 watts. Plus tard à 30 ans je suis déménagé et j’ai résidé pendant 30 ans à 500 mètres de ces antennes.

Je n’ai aucune maladie pouvant provenir de ces antennes et je n’ai jamais entendu parler de maladie causé par ces antennes pour les 10 000 habitants qui y demeurent à proximité.

En fait la puissance et le rayonnement des compteurs est semblable aux routers que les gens emploient dans leur maison (qui émettent 24 sur 24) avec juste un peut plus de puissance (le double?) et probablement seulement une minute par jour.

Si vos craintes étaient réelles, il n’y aurait plus aucun être vivant en Occident.

Cela me rappelle la fobie des vaccins.

@ Gaby1331 #21

Si vous ne faites pas confiances aux compteurs numériques, comment faites-vous confiance aux compteurs mécaniques que personne ne connais.

Des milliers de gens ont bernés Hydro Québec avec les compteurs mécaniques et Hydro pourrait très bien le faire.

Alors c’est quoi la différence?

Pour Monsieur youle
Vous ne pouvez pas jouer un compteur mécanique, il est calibré et ne déroge jamais, je ne connais pas vos compétences en mécanique, mais je m’aperçois que avez de la difficulté à faire la différence entre numérique et mécanique.
Avec le numérique, Hydro peut les toutes les modifications possibles à distance n’importe quand sans que vous en ayez connaissance, votre facture peut augmenter sans raison et vous ne pourrez absolument rien faire.
Je vais te donner un exemple, si tu possède une TV numérique, tu peux commander des films à distance, l’arrêter, le reculer, commander des canaux supplémentaires tout ça dans ton salon sans que tu aies à déranger ton fournisseur et tu reçois le compte sur ta facture mensuelle.
La grosse différence, c’est que l’on ne peut pas faire confiance à Hydro-Québec, ils ont des ordres de récolter le plus de revenus possible pour fournir Monsieur Charest.
Dans le passé, pour pouvoir augmenter le cout de l’électricité, sous le règne de Monsieur Charest, ils ont crée 2 division, la division production (qui n’est jamais dans le trou) et la division distribution (celle qui est toujours dans le trou), c’est pour cette seconde division que les augmentations de plus de 20% lui ont été accordées car ils déclaraient des pertes de plusieurs millions tous les ans malgré que les 2 divisions réunies produisaient des profits de plusieurs centaines de millions.
C’est le manque de confiance envers Hydro qui est le plus à redouter, chat échaudé craint l’eau chaude…

Pour Youle
Si quelqu’un veur bypasser un compteur, il à juste à se connecter sur la ligne au dessus du compteur avant que le courant passe par le compteur, c’es aussi simple que ça.

@ Gaby1331

Mon premier travail était mécanicien avec compétence prouvée sur papier. J’ai aussi assez de connaissances pour réaliser tout les circuits électriques d’une maison ainsi que ceux d’une usine en trois phase, le tout selon les normes du code.

« Si quelqu’un veur bypasser un compteur, il à juste à se connecter sur la ligne au dessus du compteur avant que le courant passe par le compteur, c’es aussi simple que ça. »

Je sais très bien que l’on peut bypasser le compteur, une simple petite plaquette de métal suffit. Une fois ce travail accomplit, vous vous ferez prendre dès la prochaine lecture du compteur.

Les compteurs actuels sont électromécaniques. Pour ceux que sa intéresse, c’est un petit moteur qui tourne plus ou moins vite selon l’ampérage que vous prenez. Le voltage lui ne change pas. Ce dernier transmet mécaniquement au compteur mécanique semblable à l’odomètre d’une automobile.

Ces compteurs doivent êtres calibrés comme les pompes à essence des stations services. Alors, qui vous dit que ces compteurs son bien calibrés?
————
« Vous ne pouvez pas jouer un compteur mécanique,… » (Gaby1331)

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201201/24/01-4489078-un-bricoleur-prive-hydro-de-12-millions.php
————-
« Dans le passé, pour pouvoir augmenter le cout de l’électricité, sous le règne de Monsieur Charest, ils ont crée 2 division, la division production (qui n’est jamais dans le trou) et la division distribution… »

Si ma mémoire ne fait pas défaut ces deux divisions ont été crée alors que Bernard Landry était ministre il y a 15 ou 20 ans.
———-

Pour en revenir aux compteurs électroniques, je serais surpris que ces compteurs soient modifiables à distance. Si jamais vos craintes se réalisait ce serait Hydro qui se ferait prendre et assez rapidement avec tout le scandale qui va avec. Il n’y a pas seulement hydro qui est capable de mesurer de l’électricité. Un simple individu peut très bien le faire.

Mesure Canada
http://www.ic.gc.ca/eic/site/mc-mc.nsf/fra/h_lm00011.html

@ passage,
Tu as bien raison, on va laisser tomber les théories. OMS a catalogué les micro-ondes de cellulaires 2b, dans la meme catégorie que le plomb… Pas de preuve mais potentiellement cancérigene. On interdit le plomb mais on se fait un grillage… C’est d’une précaution … inexistante!

@Youle,
Plein de gens sont a 6 km d’antennes, et je n’ai jamais eu de problemes notables avec les antennes! Je parlait de 15 a 20 metre d’une ligne haute-tension, mon but étant de faire réaliser que des phénomenes peuvent survenir a différentes fréquences pour différentes personnes.

Pour Youle
Je suis technicien Mécanique, et j’en connais un très bon bout en électromécanique, le numérique fonctionne dans les deux sens et Hydro peut très bien s’en servir sans que personne ne soient au courant.
P/S J’ai 70 ans et j’ai passé ma vie dans des domaines connexes

Pour Youle
Pour Bypasser un compteur, ça ne veut pas dire que le compteur est déconnecté, le compteur fonctionne toujours normalement, seulement le courant qui est pris avant le compteur n’est pas capitalisé, c’est de cette façon que les cultivateurs de pot se connectent et Hydro ne parviens pas à les détecter.

Hydro-Québec se contredit.
Dans un article de Jean-François Clicle publié dans Le Soleil du 1er février 2012, intitulé « Compteurs intelligents: Hydro accommoderait les clients les plus craintifs »
Mme Courville prétend que le système, pour fonctionner adéquatement, ne doit pas souffrir d’exception.
Parlant de la possibilité pour HQ d’accepter de ne pas installer de compteur intelligent chez ses clients les plus craintifs ou chez ceux qui se disent, à tort ou à raison, «électrosensibles», Mme Courville précise : «Ce qu’on ne veut pas, c’est que ça devienne la norme. Car il faut comprendre la technologie : nos compteurs n’ont pas besoin d’émettre beaucoup parce qu’un compteur parle à son voisin, qui à son tour parle à son voisin, et ainsi de suite jusqu’à ce que des collecteurs [des antennes cellulaires déjà en fonction] nous relaient l’information. Mais s’il y a des voisins qui ne veulent pas de compteur, là les autres doivent émettre plus fort et tu détruis toute la logique et l’économique du projet». http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/201201/31/01-4491294-compteurs-intelligents-hydro-accommoderait-les-clients-les-plus-craintifs.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4492304_article_POS2

Or dans un autre article paru dans le journal de Montréal le 4 février 2012 la journaliste Héloïse Archambault rapporte les propos de Patrice Lavoie, porte parole d’Hydro-Québec, qui prétend que malgré 7000 compteurs manquant dans un projet qui devait en comporter 27 000 le système a parfaitement bien fonctionné. «On a fait nos analyses et les tests confirment que la technologie fonctionne bien, confirme le porte-parole d’Hydro-Québec, Patrice Lavoie. Nous sommes prêts à aller de l’avant avec le déploiement massif.» http://www.journaldequebec.com/2012/02/02/fin-du-projet-pilote
Dans Villeray, seulement 12 000 des 18 467 prévus à l’origine ont pu être installés. C’est donc dire que les propos de M. Lavoie qui affirme que le système fonctionne bien même sans le tiers des compteurs installés, contredisent les propos de Mme Courville qui prétend au contraire qu’on ne pourrait pas tolérer d’exceptions sans compromettre le bon fonctionnement de tout le réseau.
On ne peut affirmer une chose et son contraire.
Ou bien le réseau fonctionne bien même sans le tiers de ses compteurs et alors on peut accorder facilement le retrait sur demande ou bien le réseau ne peut fonctionner qu’avec la totalité des compteurs et alors le projet pilote de Villeray est un échec.
Où est la vérité?

Oui mais en attendant que les scientifiques s’entendent enfin sur les risques liés aux émissions de radiofréquences, nous, nous vivons avec ces engins dans nos maisons. Dans Villeray, quartier désigné pour subir le projet pilote, 70% des compteurs émetteurs de radiofréquences se trouvent dans les cuisines à moins d’un mètre ( distance requise spécifiée par le directeur d’HQ lui-même) des activités quotidiennes. Nos enfants sont particulièrement vulnérables et font l’objet de mises en garde particulières de Santé Canada qui recommande de ne pas exposer de très jeunes enfants aux émissions de radio-fréquences. À ce que je sache, les enfants, les bébés mangent dans les cuisine… On fait quoi? On endure les compteurs en attendant que les scientifiques se décident ou on décide de ne pas accepter une technologie douteuse dans nos foyers? Il faut surtout ne jamais oublier qu’Hydro pourrait faire tout ce qu’elle a envie de faire comme projet de lecture à distance sans recourir à la technologie sans fil. Le tout peut se faire de bien des manière et à moindre coût, n’importe quel technicien vous le confirmera.

La résistance des citoyens a eu raison du projet pilote dans Villeray

Contrairement à ce que Mme Isabelle Courville, présidente d’Hydro-Québec Distribution, et M. Georges Abiad directeur du déploiement de l’infrastructure de mesurage avancée pour Hydro-Québec ont laissé entendre lors de la conférence de presse tenue le 23 janvier 2012 à Montréal, Hydro-Québec n’a pas réussi à compléter le déploiement de la totalité de ses compteurs intelligents dans le cadre du projet pilote de Villeray. Sur les 18 467 compteurs initialement prévus pour Villeray, seulement 12 000 étaient effectivement installés à la fin janvier. Hydro-Québec se retrouve donc avec près de 6 500 compteurs sur les bras qu’elle aura beaucoup de mal à faire installer en raison d’une forte réaction de refus dans le quartier Villeray.
Hydro-Québec ne peut pas non plus prétendre que les 12 000 compteurs déjà installés sont un signe d’assentiment de la population car une bonne part de ces compteurs ont été installés à l’insu et/ou contre la volonté des résidents. Des résidents déplorent les manières cavalières des installateurs qui ont débarqué chez eux souvent sans prévenir. Ceux-ci donnaient peu d’explications et laissaient parfois entendre qu’un refus pourrait entraîner des sanctions de la part de notre société d’État. Pris au dépourvu et intimidés, nombreux sont les résidents choqués qu’on ne leur ait pas vraiment demandé leur avis ni laissé le choix de recevoir dans leur foyer un appareil pouvant représenter une risque pour la santé en raison des radiofréquences qu’il émet en permanence.
Des lettres, certainement plus qu’une dizaine, signifiant le refus de laisser installer les compteurs et aussi des lettres exigeant le retrait des compteurs malencontreusement installés ont été envoyées à Mme Courville et à la Régie de l’énergie qui examine présentement la demande d’autorisation d’Hydro-Québec d’aller de l’avant avec le déploiement de 3.8 millions de compteurs pour l’ensemble du Québec.
Plus significatif encore a été le refus tacite et massif des résidents de Villeray qui, à partir du début du mois de janvier ont tout simplement « oublié » de prendre rendez-vous avec les installateur ou « n’ont pas entendu la sonnette » lorsqu’ils se présentaient chez eux. La résistance de la population a été telle qu’Hydro-Québec a dû annoncer en date du 23 janvier 2012 qu’elle mettait un terme prématurément à son projet pilote qui devait pourtant se poursuivre jusqu’au mois de mai. Désormais les techniciens ne se présenteront plus aux portes des appartements pour changer les compteurs que sur rendez-vous et uniquement à la demande du client. De plus, tous les rendez-vous ont été repoussés de quelques semaines et regroupés afin que le déplacement des techniciens en vaille la peine…
On peut donc dire que le refus des citoyens de Villeray a été assez significatif pour contrecarrer le plan de déploiement initial d’Hydro-Québec.
Les inquiétudes soulevées par les résidents de Villeray sont légimes et méritent qu’on s’y attardent un peu. Il faut savoir que l’arrondissement Villeray a été choisi comme projet pilote en raison du fait que 89% des compteurs se trouvent dans les maisons. 70% des compteurs se trouvent dans la cuisine, une pièce très fréquentée et souvent exiguë où il est pratiquement impossible de respecter la « distance requise » de trois pieds spécifiée par M. Abiad lui-même. Celui-ci n’a cependant jamais accepté de préciser pourquoi des activités à proximité du compteur en deçà de cette distance ne seraient pas recommandées.
Plusieurs autres questions demeurent sans réponse. Les compteurs émetteurs de radiofréquences ne sont pas conçus pour être installés à l’intérieur des habitations et n’ont donc jamais été testés selon ces conditions particulières d’utilisation. Comment se comportera cet appareil dans un espace clos habitable? Comment prévoir la trajectoire des micro-ondes pulsées lorsqu’elles sont réfléchies sur les surfaces métalliques des électroménagers? L’effet des micro-ondes pourrait-il être multiplié? Dans les immeubles à logements on retrouve des compteurs groupés par dizaines. Peut-on craindre l’effet cumulatif des micro-ondes émises par ces grappes de compteurs? Enfin, certains compteurs situés près des routeurs destinés à relayer les informations recueillies vers des antennes de plus forte puissance, émettent à une fréquence nettement supérieure aux compteurs situés loin des routeurs. Au lieu d’émettre un signal pulsé à toutes les 30 ou 60 secondes, ces compteurs peuvent émettre à toutes les 10 ou 20 secondes ou plus encore. D’après M. Abiad, « seulement » 3 % des compteurs domestiques ont eu ce comportement atypique mais aucun résident n’en a été avisé. Pour Villeray, il s’agit tout de même de 360 sur 12 000 compteurs déjà installés qui représentent un risque supplémentaire et il est inadmissible que les premiers intéressés, c’est-à-dire les 360 foyers qui vivent quotidiennement en compagnie de ces compteurs hyperactifs, n’aient droit à cette information
Voilà pourquoi, en raison du manque de transparence et de bonne foi d’Hydro-Québec, qui invoque sans cesse la norme de protection extrêmement laxiste et complaisante de Santé Canada (code 6) pour prétendre que les compteurs sont absolument sans danger pour la santé, une forte résistance citoyenne a vu le jour dans Villeray.
Le projet pilote de Villeray, avorté au 2/3 de sa réalisation, ne sera probablement pas d’une grande utilité technique puisque des données partielles peuvent difficilement mener à des conclusions valides et probantes.
Mais le projet pilote de Villeray aura au moins permis de faire la démonstration sans équivoque que l’acceptabilité sociale du projet de déploiement de 3.8 millions de compteurs dans l’ensemble de la province est loin d’être acquise.
Une manifestation nationale contre le déploiement des compteurs intelligents est prévue le 5 février à Montréal, Sherbrooke et Québec.
Marie-Michelle Poisson, Animatrice du blog Villerayrefuse.wordpress.com

1er Février 2012

Communiqué groupe Villeray Refuse
La résistance des citoyens a eu raison du projet pilote dans Villeray
Contrairement à ce que Mme Isabelle Courville, présidente d’Hydro-Québec Distribution, et M. Georges Abiad directeur du déploiement de l’infrastructure de mesurage avancée pour Hydro-Québec ont laissé entendre lors de la conférence de presse tenue le 23 janvier 2012 à Montréal, Hydro-Québec n’a pas réussi à compléter le déploiement de la totalité de ses compteurs intelligents dans le cadre du projet pilote de Villeray.
Sur les 18 467 compteurs initialement prévus pour Villeray, seulement 12 000 étaient effectivement installés à la fin du mois de janvier 2012. Hydro-Québec se retrouve donc aujourd’hui avec près de 6 500 compteurs qu’elle a désormais beaucoup mal à faire installer en raison d’une forte réaction de refus dans le quartier Villeray.
Hydro-Québec ne peut prétendre que les 12 000 compteurs déjà installés sont un signe d’assentiment de la population car une bonne part de ces compteurs ont été installés à l’insu et/ou contre la volonté des résidents.
Le projet pilote de Villeray, avorté au 2/3 de sa réalisation, ne sera pas d’une grande utilité technique puisque des données partielles pourront difficilement mener à des conclusions valides et probantes.
Le projet pilote de Villeray aura cependant permis de faire la démonstration sans équivoque que l’acceptabilité sociale du projet de déploiement de 3.8 millions de compteurs dans l’ensemble de la province est loin d’être acquise.
Une manifestation nationale contre le déploiement des compteurs intelligents est prévue le 5 février à Montréal, Sherbrooke et Québec.
– 30 –
Marie-Michelle Poisson,
Animatrice du blog Villerayrefuse.wordpress.com

Tout cela me fait penser aux théories du complot du 911.

Les compteurs ne sont pas dans la cuisine mais à l’extérieur. Si le compteur est sur le mur de la cuisine à l’extérieur comme chez moi il est à peu près impossible d’en être à un mètre pour la plus part des maisons à moins que l’enfant mange sur le comptoir le dos au mur.

Sa fait 20 que j’entends parler des problèmes du aux radio fréquences et tout les recherches sérieuses et indépendantes n’ont RIEN trouvé. Les recherches de charlatans elle, ont toutes prouvées que c’est dangereux, en particulier ceux qui vendent des dispositifs anti-tout.

Tout le monde à son tel cell, son four micro onde à l’INTÉRIEUR et des milliers de fois plus puissant que le compteur et personne ne panique.
————
@ S Phaneuf

« Je parlait de 15 a 20 metre d’une ligne haute-tension, mon but étant de faire réaliser…’

Je suis bien conscient de ce fait, mais rien n’a été prouvé à date. Cela étant dit il ne faut pas rechigner si les autorités investissent pour la recherche sur ce plan. Il faut toujours être sur ses gardes. Le fait de ne pas avoir de preuves ne prouve rien et ne garantit rien. Ils y a des gens qui paniquent parce qu’à un certain moment les planètes sont alignées.

Ce que je trouve nettement et grossièrement exagéré est que des gens brassent et tirent sur tout ce qui bouge pour des choses 1000 fois moins importantes pour lesquelles ils ne disent pas un mot.
—–

@ Gaby1331

Je sais tout cela. Par contre que ce soit un compteur mécanique ou électronique si je décide de vous berner, vous ne le saurez pas.

Comme je vous disais quelle est la preuve que votre compteur est juste? Qu’avez-vous comme preuve si Hydro change votre compteur pour un autre qui tourne plus vite? quelle preuve avez-vous la balance de votre boucher est juste? Quelle preuve avez-vous que votre interurbain en Allemagne à le bon compte de secondes?

De plus pour que le compteur soit programable à distance afin de berner les clients, il faudrait la complicité entre le fabriquant et Hydro. Dans un deuxième temps il faudrait la complicité des employés d’Hydro. Sa fait bien du monde qui à coup sur parleraient et Hydro se ferait mesurer et c’est sans compter les client qui décideraient suite à ces infos de mesurer, ce qui est très facile comme je le mentionnais.

Je voudrais ajouter que ceux qui demeurent dans une maison dont le revêtement est en acier en aluminium ou en stuc (stucco) sont pratiquement à l’abri des ondes émises par le compteur.

Les plus populaires