Compteurs intelligents : un expert controversé à la Régie de l’énergie

La Régie de l’énergie entendra le 3 mai le Dr David Carpenter, à la demande de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique,  lors des audiences sur le projet de lecture à distance des compteurs électriques d’Hydro-Québec – les fameux «compteurs intelligents». Mais celui que Le Devoir présente comme une sommité mondiale dans le domaine des radiofréquences est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique.

David Carpenter est professeur à l’université d’Albany (SUNY) et directeur du Institute for Health and the Environment. Au cours de sa longue carrière, il s’est taillé une réputation enviable dans l’étude des impacts de différents polluants sur la santé, comme le mercure, le plomb et les polluants organiques persistants.

Le chercheur n’a jamais directement étudié l’impact des radiofréquences sur la santé humaine, mais il a publié quelques revues de littérature dans des publications savantes à ce sujet.

Il est surtout connu pour être l’instigateur, avec la consultante Cindy Sage, du rapport Bioinitiative publié en 2007, qui constitue aujourd’hui la «bible» de ceux qui s’inquiètent des effets des ondes sur la santé.

Sauf que malgré ses apparences savantes (14 auteurs, 610 pages d’analyses et de références), ce rapport est hautement controversé et ne constitue pas une source scientifique fiable, pour plusieurs raisons qui sont très bien résumées dans cet article de la revue française Sciences et pseudo-sciences.

Problème de conflit d’intérêt, d’absence de révision par les pairs, manque de clarté sur le processus éditorial et le financement, biais dans la sélection des références…  s’ajoutent au fait que les conclusions du rapport Bioinitiative, publié en 2007, ont depuis été rejetées par la majorité des organismes qui se sont sérieusements penchés sur le sujet.

Le rapport Bioinitiative ayant eu beaucoup d’échos en France, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (devenue depuis Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) en a fait une analyse détaillée dans ce rapport publié en 2009 (pages 322 et suivantes).

Il est quand même étonnant qu’un chercheur réputé comme le Dr Carpenter, qui connait certainement très bien les rouages de la recherche scientifique, ait choisi une manière aussi détournée de faire valoir son point de vue.

Pourquoi, dans le cas des ondes électromagnétiques, a-t-il dérogé à ses pratiques habituelles – des études en bonne et due forme publiées dans des revues savantes – pour produire un document qualifié de «militant» par les experts de l’AFSSET ?

Et pourquoi son laboratoire n’a-t-il pas d’étude en cours au sujet des ondes ? Pour un soi-disant expert international, ça fait dur…

Ne me dites pas que c’est parce qu’il est muselé par le «lobby des ondes» : au cours de sa carrière, ce chercheur a publié sans problème nombre d’études qui dérangeaient des lobbies. Est-ce parce qu’il met de l’avant cette fois une conviction plutôt que des faits ?

 Voilà les questions que devrait entre autres lui poser la Régie de l’énergie.

Laisser un commentaire

À la Régie de l’énergie on a confié à une secrétaire de trouver une expert et elle a cherché sur Google.

Non, je blague. Je suis certain que c’est une personne hautement responsable et qualifiée qui a fait preuve de si peu de jugement.

Le danger causé par les ondes électromagnétiques de faible puissance est exactement du même ordre que l’homéopathie. L’existence d’un impact réel indiquerait qu’il y a quelque chose de fondamental qu’on ne comprend pas dans l’électromagnétisme. Le hic c’est que de toutes les branches de la science c’est l’électromagnétisme qui est la mieux comprise. Par conséquent, il faut plus qu’un paquet d’expérience de coin de table pour la remettre en question.

« Il est quand même étonnant qu’un chercheur réputé comme le Dr Carpenter, qui connait certainement très bien les rouages de la recherche scientifique, ait choisi une manière aussi détournée de faire valoir son point de vue. »

Les enveloppes brune ou blanches pleines de fric ont fait mentir les curés et même le pape.

Levez la main ceux qui ne mentiraient pas pour cent mille piasses.

Étudiant à la matrîse, j’avais croisé un étudiant en psychologie qui étudiait les rats soumis à un stresseur, en l’occurence un champs magnétique. Des aimants permanents étaient fixés sur les cages. L’étudiant était convaincu que toute forme d’énergie devait nécessairement perturber les êtres vivants. Mon projet de maitrîse consistait à faire des mesures dans des champs magnétiques relativement intenses, de l’ordre de 2 Teslas, et malgré les mois à développer le système et faire les mesures jusqu’à 14 heures par jour, je n’ai jamais noter un quelconque effet sur ma personne autre de que démagnétiser mes cartes.

L’électromagnétisme est bien connu comme le mentionne M. Dutil et on peut envisager certaines réactions avec le vivant. Un exemple bien connu est l’effet de contraction musculaire avec un courant électrique. L’effet électrostatique d’un Van de Graff fait dresser les cheveux. Sans induire un courant électrique (ça prend une membrane conductrice), une onde radio-fréquence peut induire l’oscillation d’une molécule dipolaire (n’est-ce pas ce qui se passe avec les micro-ondes qui rechauffent l’eau?). Du point de vue énergétique, l’energie de chaque photon est trop faible pour briser un lien chimique et ainsi perturber l’environnement cellulaire.

Donc, en dehors du possible échauffement momentanné des tissus, je suis très sceptique quand on parle d’effet nuisible pour la santé­. Je trouve malheureux qu’un chercheur s’associe à ce qui ressemble à un détournement scientifique.

@Ray Ten Effectivement. Si tu demandes son avis à un physicien, il va probablement te dire que s’il y a un effet c’est aux basses fréquence car le champs électromagnétique pour entrer dans le corps et, en théorie, entrer en interaction avec le système nerveux. Après tout, on arrive à induire des réactions dans le cerveau avec des champs magnétiques pulsés ou du courant électrique. Cependant, il faut un puissance minimale. Il y a des articles qui prétendent observer des effets avec des signaux qui sont inférieurs au bruit de fond naturel de l’environnement. C’est exactement la même logique qui prévaut avec les risques des radiations à faibles doses. Si les effets détectés par certaines études étaient réels, il y a plein de région du monde qui serait naturellement inhabitables.

Trop souvent je vois des opposants de tout acabit brandir un bout de papier avec des conclusions étayant leur position. Une étude c’est bien, mais ça prend plus que cela pour faire avancer la société. L’étude du Dr. Carpenter va faire beaucoup de chemin même si elle est décriée par la communauté scientifique. Et là-dessus, les opposants auront le sentiment d’avoir gagné sur toute la ligne et que leur cause est légitimisé par la science.

Il y a beaucoup d’abhération dans nos lois et encadrements qui ne sont pas unanimement supporté par la science. Les recommendations sur les seuils de radon (150 becquerels/m3 alors que naturellement on peut observer jusqu’à 2 fois ce seuil arbitraire) et la présence d’hydrocarbure dans les sols qui peut s’avérer très onéreux pour les propriétaires de réservoir à l’huile. Alors ajouté la radiation radio-fréquence ne fera qu’allonger cette liste.

Je me console à la lecture du blog de Valérie et à ses commentateurs/commentatrices assidus/assidues.

Est-ce qu’il y aura un contre-poids à son témoignage?

C-à-d un vrai scientifique capable de démolir les arguments de M. Carpenter.

Si oui, espérons que les commissaires sauront bien comprendre et interpréter les arguments de chacun.

@ Ray Ten

Puisque vous semblez connaître l’électromagnétisme, pourriez-vous si possible me donner votre avis au sujet des travailleurs des alumineries qui sont soumis à de puissants champs magnétiques.

Je ne sais pas si vous avez déjà visité une aluminerie, mais moi oui. À l’entrée, les visiteurs devaient se débarrasser de tout objet métallique. Je me souviens entre autres de la manipulation d’une clef anglaise avec laquelle il fallait être prudent pour ne pas l’avoir sur le pif tellement les puissants champs magnétiques la dirigeait contre notre gré.

Vu que ces employés sont continuellement soumis à ces puissants champs, un peu comme votre cas dans votre expérience, savez-vous si certains d’entre eux qui y ont été exposés une grande partie de leur vie ont eu des problèmes de santé?

@Mme Borde:

Ici on parle de radio-fréquences et d’ondes électromagnétiques comme si c’était synonyme.

Mais l’est-ce vraiment. Pourriez-vous nous expliquer la distinction entre ces deux termes.

Aussi, est-ce correct de comparer les lecteurs intelligents d’H-Q avec le routeur sans fil que j’utilise à la maison? Si oui, comment se compare la puissance de l’un par rapport à l’autre?

Merci.

@Youlle Je me suis posé la même question. J’ai un copain qui a eu un job d’été dans une aluminerie et qui m’a dit qu’il avait du mal à penser tant le champs magnétique était fort. Je n’ai aucun mal à croire que c’est vrai. Cependant, même des champs magnétiques aussi puissants ne semblent pas avoir d’effet important sur la santé selon la littérature scientifique que j’ai consultée.

Pour éclairer le « débat », j’invite tout le monde à consulter cette revue de littérature.

http://www.ph.ucla.edu/epi/faculty/publications/Kheifets/Feychting_ARPH_2005.pdf

@GastonDeGatineau

Les ondes électromagnétiques inclues toutes les longueurs d’onde et les fréquences possible. Des ondes radio au rayon gamma et passant par la lumière visible. Les radio-fréquence sont du domaine des ondes radios. Elles correspondent approximativement à des longueurs supérieure à quelques millimètres. Il faut savoir que ces ondes se caractérisent pas des énergies très faibles.

Pour ce qui est de votre routeur, il émet beaucoup plus de puissance, car il y a plus d’information à transmettre. Si on se fie à HQ, c’est l’équivalent d’un micro-onde ou d’un routeur wifi, mais seulement pendant la fraction de seconde quand il est en opération.

http://www.ledevoir.com/societe/sante/340945/compteurs-intelligents-hydro-quebec-se-fait-rassurante

Merci M. Dutil,

Quand je travaille à mon ordinateur, je suis à moins d’un mètre de mon routeur sans fil. Mon compteur d’H-Q est à l’extérieur de la maison, et je suis toujours à plus d’un mètre de celui-ci.

Donc, si on banni les compteurs intelligents, on devrait doublement bannir les routeurs sans fil.

Je me demande si le Dr. Carpenter s’est prononcé spécifiquement sur la nocivité potentielle des routeurs sans fil.

« Donc, si on banni les compteurs intelligents, on devrait doublement bannir les routeurs sans fil. » (GastonDeGatineau)

Mais il faudrait aussi bannir les claviers sans fils, les téléphones sans fils, les téléphones cellulaires, les portes de garage à commande sans fil, les radios police et des ambulances, le téléphone, les tondeuses, l’automobile, les satellites, la radio, la télévision, l’électricité et pour finir, la planète Terre le Soleil et tout l’univers, tous des émetteurs.

Le problème fondamental de cette histoire c’est que le citoyen moyen a absolument zéro compétent en mathématique et refuse de comprendre que les risques doivent être évalué en absolu. Dans le cas des réacteurs nucléaires, il y a quelques études qui semblent indiquer un léger excès de cancers. Bien qu’il soit probable que ce ne soit pas réel, en absolu cet excès de risque représente à peu près un cancer par an par plusieurs dizaines de millions de personne. Donc moins d’un cancer sur 100 000! Le risque est du même ordre avec les champs électromagnétiques!

Santé- Dans Villeray on ne rigole plus!

Nouveau site de mobilisation contre les compteurs intelligents.

http://refusonslescompteurs.wordpress.com/

Dans Villeray ( projet pilote), les cas de personnes souffrent déjà des symptômes tels que nausées, migraines, étroudissements, acouphènes, troubles du sommeil et de l’appétit se multiplient. Il est extrêmement déplorable qu’Hydro-Québec n’ait aucunement prévu d’assurer une étude sanitaire de l’implantation des compteurs émetteurs de RF dans le cadre du projet pilote de Villeray, ni d’assumer ses responsabilités en procédant à des vérifications techniques sur le terrain et en apportant un soutien réel aux personnes en détresse.

Selon la notice du fabricant, pour être conforme aux limites d’expositions aux radiofréquences pour la population générale exposée de manière non-contrôlée, l’antenne contenue dans le compteur doit être installé de manière à offrir une distance de séparation d’au moins 20 cm de tout personne et ne doit pas être située au même endroit ni fonctionner en même temps que n’importe quelle autre antenne ou transmetteur. Vous devez donc être particulièrement vigilants si le compteur est directement accessible, si vous avez plusieurs compteurs regroupés et si les compteurs sont en présence d’autres appareils émetteurs tels les Wi-Fi, téléphones sans fil ou consoles de jeux. Dans tous ces cas les compteurs pourraient ne plus se conformer aux normes sécuritaires et Hydro-Québec n’a effectué aucun contrôle lors de l’installation pour que ces normes soient respectées. http://villerayrefuse.wordpress.com/2012/04/05/com
Marie-Michelle Poisson

Le rapport Bionitiative est peut être criticable, mais que faites vous du classement des « ondes electromagnétiques » en cancérogènes probable par l’IARC – CIRC, laboratoire de l’OMS évaluant les substances cancérogènes? C’est un peu facile pour un soit disant journaliste scientifique de faire l’impasse sur cette information. Soit dit en passant juste avant le classement en 2b des ELF (qui comprennent le Wifi) un expert le Pr Ahlbom a été radié du CIRC pour conflit d’intérêt car il était à Conseil d’Administration d’une société de lobbying travaillant pour l’industrie de la téléphonie… Il y a conflit d’intérêt et conflit d’intérêt…