Conduite sous influence

Le géant de l’électronique Philips compte lancer cette année un détecteur de drogues portatif, que les policiers pourront ranger à côté de leur alcootest.

Photo : Philips

Il suffira de recueillir un microéchantillon de salive dans une cartouche de plastique pour mettre un suspect au pied du mur. Des nanoparticules se trouvant dans la cartouche sont conçues pour se lier à l’une de ces cinq molécules : la cocaïne, l’héroïne, le cannabis, les amphétamines ou la méthamphétamine (aussi appelée crystal meth). Grâce à un rayon laser, l’appareil détecte les nanoparticules qui ont « trouvé preneur » et déduit la concentration de drogue dans la salive. La lecture se fait en 90 secondes. La Sûreté du Québec n’a toujours pas passé sa commande.

 

Laisser un commentaire