Contre vents et marées

Les champignons pourraient-ils freiner l’érosion du littoral des îles de la Madeleine ? Ils le font déjà, dit Alice Roy-Bolduc, étudiante à la maîtrise en sciences biologiques à l’Université de Montréal.

Photo : iStock

Aussi minces que des cheveux, les filaments des champignons mycorhiziens aident les dunes à résister aux vents, vagues et marées. « Ils stimulent aussi la croissance de plantes qui s’enracinent profondément dans le sol et sécrètent une substance qui agit comme de la colle et solidifie le sol. »

Cet été, dans le cadre d’un projet de recherche avec le Consortium en foresterie Gaspésie-Les-Îles, l’étudiante voit si elle peut maximiser ce phénomène en plantant ensemble de l’ammophile – la plante qui domine dans les dunes – et des champignons mycorhiziens. Ils poussent naturellement dans l’archipel, mais sont facilement détruits par le passage des véhicules tout-terrains.

L’érosion gruge chaque année 80 cm du littoral de cet archipel québécois.

 

Laisser un commentaire