De belles initiatives de recyclage

Voici quatre entreprises de recyclage qui connaissent un beau succès. Quatre histoires inspirantes!

Gaudreau Environnement

Victoriaville compte l’une des entreprises les plus actives en matière de gestion des matières résiduelles. Fondée en 1958, Gaudreau Environnement fait à la fois la collecte, le tri, le compostage et l’enfouissement des déchets, et en recycle certains.

« Nous essayons de récupérer le plus de matières différentes pour leur trouver des débouchés. Notre centre de tri est l’un des rares qui récupère les sacs de plastique et les barquettes de styromousse », explique Daniel Gaudreau, PDG de l’entreprise.

L’homme d’affaires passe son temps à sillonner le monde pour repérer nouvelles idées et technologies prometteuses. Il n’a même pas de bureau fixe dans son entreprise ! « Si l’enfouissement était plus coûteux, on pourrait faire beaucoup de progrès  », estime-t-il.

Mais ce patenteux dans l’âme, qui a déposé un mémoire incendiaire à la commission parlementaire, continue de travailler sans attendre aucune aide. « Dans moins de cinq ans, j’espère installer un centre de tri nouveau genre à l’entrée du site d’enfouissement, où des machines retireront des déchets de nouvelles matières, comme des objets en métal ou en céramique, pour les retraiter. On pourrait par exemple ramasser les vieux grille-pains qu’on met aujourd’hui au dépotoir. » Son objectif : 85 % de recyclage dans moins de cinq ans !

Et pour réussir, Daniel Gaudreau et le maire Roger Richard ont décidé de mettre en commun leurs ressources. L’an dernier, ils ont mis sur pied la Société de développement durable d’Arthabaska, une société mixte détenue à 51 % par 12 des 24 municipalités de la MRC et à 49 % par Gaudreau Environnement. La SDDA, un partenariat public-privé unique en son genre au Québec, est désormais propriétaire du centre de tri et d’un nouveau site de compostage et d’enfouissement technique ultraperformant exploités jusque-là par Gaudreau. But du jeu : prémunir la MRC contre la raréfaction attendue des sites d’enfouissement et l’augmentation des coûts, tout en permettant à l’entreprise d’être encore plus performante. Bref, transformer les déchets non pas en résidus difficilement valorisables… mais en dollars sonnants et trébuchants !

var so = new SWFObject(« /images/dossiers_speciaux/gaudreau.swf », « menu », « 400 », « 270 », « 6 », « #ffffff »); so.addParam(« wmode », « transparent »); so.write(« flashcontent9 »);

Cette vidéo corporative de Gaudreau Environnement explique les trois principales activités de l’entreprise:

  • La collecte et le tri des matières recyclables
  • La collecte des matières compostables
  • La déchetterie et le poste de transbordement

Peintures récupérées

Il est loin le temps où les ados de Normand Maurice raclaient les fonds de pots avec des spatules de cuisine ! En 2007, Peintures récupérées et ses 50 employés ont ramassé 4 700 tonnes de peinture — plus de deux fois plus qu’en 2001 — pour en faire les 16 couleurs de la marque Boomerang, ainsi que des teintures intérieures et extérieures vendues au Canada et dans d’autres pays. Même les pots en métal sont recyclés !


 



 

Crédits photos : Benoît Aquin

CFER

Depuis 1997, le CFER de Bellechasse, dans le petit village de Saint-Raphaël, est partenaire de l’organisme Ordinateurs pour les écoles, à qui il achemine les ordinateurs pouvant être réemployés. Ce centre est une école-entreprise, qui accueille des jeunes présentant un retard pédagogique important.

Les jeunes du CFER apprennent à décortiquer les équipements, trier les métaux, les plastiques et le verre, et le réseau des CFER — ils sont désormais sept à reprendre le matériel électronique — trouve des recycleurs. Les métaux sont récupérés dans une fonderie de Rouyn, les plastiques sont mis en ballots et, pour l’instant, envoyés en Chine. Le verre est traité à la fonderie Xtrata de Belledune, au Nouveau-Brunswick.


 



 


 



 

Crédits photos: Nadine Bouchard

Tricentris

À Terrebonne, l’organisme à but non lucratif Tricentris a inauguré ce printemps un des plus grands centres de tri du Québec, capable de traiter 75 000 tonnes de matières par an. Né en 1990 de l’association de villes et d’une commission scolaire de la région de Lachute qui voulait créer son Centre de formation et de récupération en entreprise (CFER), Tricentris a un centre de tri à Lachute depuis 10 ans et trie déjà les déchets recyclables d’une centaine de municipalités des régions de Montérégie, Lanaudière, Laurentides et Outaouais.

Ces images ont été prises à l’usine Tricentris de Terrebonne. Les employés prélèvent les matières recyclables sur les convoyeurs. Tout est trié et inspecté, avant d’être entreposé puis mis en ballots, à l’exception du verre, qui n’est pas compactable. À la fin du processus, les marchandises seront acheminées vers l’acheteur. Déchets au départ, ces matières recyclables sont devenues des ressources!

Il n’y a pas de son sur cette vidéo.

var so = new SWFObject(« /images/dossiers_speciaux/tricentris.swf », « menu », « 400 », « 300 », « 6 », « #ffffff »); so.addParam(« wmode », « transparent »); so.write(« flashcontent9 »);

Laisser un commentaire