Déceler la fièvre à l’aéroport? À vous de jouer!

Est-il utile de détecter la fièvre chez les voyageurs à leur descente d’avion pour éviter la propagation de maladies infectieuses comme la grippe? Une étude publiée récemment confirme le peu d’efficacité de cette approche que déconseille l’OMS, mais que préconisent pourtant plusieurs gouvernements.

Des chercheurs de Singapour ont évalué l’efficacité des détecteurs thermiques installés à l’aéroport international Changi de Singapour dès que les premiers cas de grippe A(H1N1) ont été rapportés au Mexique au printemps dernier. 

Ils ont analysé les cas de 116 personnes hospitalisées et diagnostiquées comme porteuses du virus A(H1N1) moins de dix jours après être arrivées au pays par cet aéroport, où transitent 37 millions de voyageurs par année.

Un gros bravo au premier qui m’enverra le pourcentage de gens qui, parmi ces 116 malades, avaient été repérés par les détecteurs thermiques de l’aéroport (et un bonus pour un hyperlien vers la publication !).

Vous pouvez parier sur un chiffre (il n’y a pas d’argent à gagner mais comme Loto Québec j’espère bien vous rendre accro à mes petits jeux en ligne),  ou chercher la publication scientifique, dont on peut trouver le texte intégral (en anglais) en ligne. Vous allez voir, c’est impressionnant…

Un indice pour vos recherches : l’étude a été publiée en janvier 2010 dans une revue savante consacrée aux maladies infectieuses en émergence.

Les commentaires sont fermés.

Si je comprends bien l’article c’est 14 patients ou 12% des 116 cas total et 93% des cas rapportés par l’aéroport:
« Doctors based at the airport referred 15 (12.9%) of the 116 patients to TTSH; thermal scanners used to screen arriving passengers had detected fever in 14 of these 15 patients ».

http://www.cdc.gov/EID/content/16/1/21.htm