Dépisteurs de sclérose latérale amyotrophique

Des chercheurs de Montréal et de Québec, en collaboration avec des scientifiques suédois, japonais et français, ont identifié un gène lié à la sclérose latérale amyotrophique (SLA), maladie neurodégénérative qui provoque la mort progressive des neurones moteurs.

Dépisteurs de sclérose latérale amyotrophique
Photo : Marc Robitaille / U. Laval

L’équipe a recruté 705 malades atteints de la SLA et comparé leur génome avec celui de personnes en bonne santé. Elle a découvert que les porteurs de la mutation génétique P413L avaient 2,2 fois plus de chances de contracter la maladie. Chez les patients qui portaient ce gène muté, les premiers symptômes étaient survenus en moyenne 10 ans plus tôt que chez les autres malades.

Le professeur Jean-Pierre Julien, de l’Université Laval, croit que cette découverte pourrait ouvrir la porte à un traitement qui diminuerait l’expression du gène. Tous ne pourraient pas en profiter. Seulement 17 % des Québécois atteints de la SLA sont porteurs de la mutation.